Derniers sujets

Groupe 5 ▬ Porter son roi
 :: Odyssée :: Péripéties :: Épopées :: Rémanence :: Seireitei :: Phase 1

Messages : 228
Expérience : 587
Reiryoku : 0
Date d'inscription : 05/11/2018
Maître du Jeu
Maître du Jeu
Dim 7 Juil - 14:56
Date : ... au courant de l'Été 750 ...
Lieu : ... dans le domaine du Roi des Âmes ...

Pendant que l’assaut était en cours en contrebas, le Roi des Âmes avait de bien différents projets à l’égard des trois capitaines du Seireitei. Ils n’avaient passé que peu de temps au sein de l’antre de leur Dieu mais l’impression d’y être depuis des semaines était présente. Tout était relatif, surtout quand on côtoyait des personnes dont la puissance dépassait l’entendement. Trop occupés par l’invasion qui avait lieu, les émissaires en guerre n’avaient pas remarqué que les nuages dans le ciel prenait des nuances de couleurs particulières de manière irrégulière et brutale - un peu à la façon d’un orage mais sans le tonnerre. L’ocre était au rendez-vous, pour l’instant.

Il s’agissait là de l’expression du reiryoku de Mitsuhide.

Zanpakuto libéré, il affrontait ses trois nouveaux disciples. Et si au début, ils ne connaissaient que très peu de choses concernant le pouvoir qui faisait de leur maître l’unique Sotaicho qui avait existé, il en était autrement à présent. Quand Murazaki Tengoku tentait des déplacements instantanés pour assaillir, son adversaire semblait complètement mimer son pouvoir pour se retrouver derrière lui. Lorsque Sakazuki Sôo et sa compatriote désiraient laisser gronder leur propre potentiel, le ciel s’assombrissait et des éclairs se déchaînaient afin d’annuler leurs efforts.

Cela pouvait être déroutant, pour sûr. Des paroles avaient été dites avant d’entamer ces hostilités qui duraient et qui avaient gratté pas mal de reiryoku chez les capitaines.

— Votre zanpakuto n’est pas qu’une arme mais vous le savez déjà. Il s’agit d’un esprit et donc d’un être à part entière, au même titre comme vous.

La différence se trouvait dans le fait qu’ils avaient un créateur différent. Benehime était capable de bien des choses, il faut croire que les possibilités et l’étendue de ses pouvoirs ressemblaient à s’y méprendre à celles de son propre Dieu. Enfin, c’est sans doute ce qu’en dirait une personne ayant un regard complètement extérieur à l’histoire avec un petit h…

— Votre pouvoir est bridé depuis sa création. Il n’existe qu’un seul moyen de le libérer complètement : ne faire plus qu’un avec votre zanpakuto.

Et ce, sur chaque point que cela impliquait. Il fallait être en phase aussi bien mentalement que physiquement avec son plus fidèle compagnon. Une seule divergence pouvait gâcher les efforts de toute une vie. Une condition à cela était de pouvoir profiter d’une énergie dite fabuleuse. Leur Dieu était juste à côté d’eux mais ils ne pouvaient ni le voir, ni l’entendre, ni le sentir, ni le toucher. Il appartenait à un tout autre plan d’existence et pour avoir l’honneur de laisser ses propres sens profiter de sa présence, égaler Mitsuhide était nécessaire. Mais leur Seigneur était bon, son énergie se ruerait instantanément vers quiconque aurait trouvé comment s’élever à son niveau.

Un autre détail pouvait faire tiquer Tengoku et Sôo. Le temps passait et Tomoe avait visiblement laissé place à une autre shinigami. Une vice-capitaine de la même division qu’elle : Nanahara Hikaru. Cela ne les choquait pas plus que ça et pour cause : Mitsuhide avait mis en résonance leurs zanpakuto pour qu’ils s’habituent inconsciemment à la présence de leur camarade. Aussi, ils pouvaient légitimement se demander comment ils n’avaient pas pu constater la chose plus tôt. C’est très simple : il faut croire que leur supérieur est aussi capable de créer des mirages. Sacré Mitsuhide.

Pour en revenir au présent, chacun d’entre eux était dans un état qui ne les mettait point en valeur. Tengoku n’avait plus de bandeau cachant ses yeux (Sah, quel honte), Sôo n’avait plus que son pantalon (le reste ayant été décimé dans l'entraînement) et Hikaru avait les cheveux en bataille. Chacun d’entre eux avait des blessures plus ou moins superficielles partout sur leur corps mais rien de sérieux.

En s’entraînant avec Mitsuhide, leur expérience du combat leur faisait remarquer que le Sotaicho ne cessait de viser leur cœur dans ses attaques impliquant leur propre pouvoir. Rien d’autre. Détail inutile ou capitale ? À eux de trancher. Seulement voilà, le temps se faisait précieux et un petit peu de pression se devait d’être placée sur leurs épaules.

— Plus vous passerez de temps ici à végéter, plus vous perdrez de subordonnés.

Ils le savaient, le roi du Hueco Mundo avait mis son plan à exécution mais ils étaient sans doute à des lieues d’imaginer la réalité des choses en dessous des nuages qui les séparaient du monde des âmes communes.

Ordre de participation : @Murazaki Tengoku | @Sakazuki Sôo | @Nanahara Hikaru | @Yogen no Mitsuhide
À savoir : La mort sera omniprésente au sein de l'épopée. Aussi, un oubli de poster sans avoir prévenu sera très probablement synonyme de mort du personnage concerné si la situation s'avère être épineuse.
Précisions concernant votre entraînement : vous communiquez entre vous par la pensée car vos zanpakuto sont entrés en résonance. Votre objectif est de trouver le moyen de ne faire qu'un avec votre zanpakuto. Quand Mitsuhide vous attaque, il semble utiliser vos propres pouvoirs.
Tous les capitaines ont leur bankai d'activés.
Des détails sont laissés un peu partout dans le rp et ce sera le cas dans chaque réponse pour vous aider.
Rang : A
Grade : Nitaicho, Ichibantai
Avatar : Satoru Gojo - Jujutsu Kaisen.
Messages : 234
Expérience : 932
Reiryoku : 65000
Date d'inscription : 29/03/2019
Murazaki Tengoku
Murazaki Tengoku
Dim 7 Juil - 15:34
J'avais assisté à tout ceci, étant un des acteurs principaux, mais ne répondant jamais. Nos pouvoirs bridés ? Qu'est-ce que je serais capable de faire s'il ne l'était pas ? Ces pensées disparaissaient aussi rapidement qu'elles étaient arrivées, face à un tel adversaire je devais rester en phase avec le combat. Mon sang brûlait d'une telle intensité, à un point que même les blessures me paraissaient brûlantes à cause de ces coups de sabres reçus par le Sotaicho. C'était bien plus que difficile, et moi qui aimait ces challenges, je ne m'attendais vraiment pas à un combat si.. déloyal. Est-ce que j'étais déçu ou déprimé d'un tel combat ? Pas le moins du monde. Je n'avais aucune chance de gagner, et pourtant si c'était un réel adversaire je serais aux portes de la mort, et c'était de cette façon que je savais que j'étais encore plus en vie que je ne l'ai jamais été.

Mon bandeau a disparu depuis bien longtemps, en lambeaux quelque part. Mes pupilles grises semblables à celles d'un aveugle restaient fixées sur le Sotaicho, sans le quitter du regard tandis que mon torse se relevait et se baissait rapidement, suite à la fatigue qui se ressentait dans mon corps. Et pourtant, à travers ces pupilles une lueur de plus en plus vorace s'y trouvait, démontrant de ma soif de ce combat. Et encore plus face au sourire carnassier qui se trouvait sur mon visage. Certes, j'avais mes fameux habits préférés, mais face aux taillades dessus et au sang qui se déversait de mon corps, je ne voulais pas fuir. Je voulais juste continuer de me battre.

Mais si on continuait comme ça, rien n'allait se passer. La seule issue de cet entraînement serait notre défaite pure et dure, sans aucun autre moyen de se défaire de l'emprise de l'homme face à nous. C'est pourquoi j'allais faire la même chose qu'il s'est passé pour mon combat contre cette Quincy il y a de ça bien longtemps, une attaque kamikaze. Peu importe ce qu'il se passerait pour moi, tant que je suis capable de le blesser et créer une opportunité pour mes alliés, c'est tout ce qui compte à présent. Une ferveur renouvelée, mon corps se relevait instantanément dans sa longueur pour se tenir plus droit que je ne l'ai jamais était, et mon plan était transmit assez facilement entre nous. Je ne tenais pas compte de quelconques blessures, peu importe si je pouvais réussir à battre un tel colosse, je n'avais que ça dans mes pensées.

Mon corps disparaissait instantanément de sa place, arrivant directement derrière le Sotaicho, alors que du Reiryoku se concentrait déjà dans mon Zanpakuto. Et à peine arrivé derrière cet homme, mon Zanpakuto s'abattait directement de haut en bas en direction de son crâne, avec toute la puissance dont j'étais capable, et ce accompagné d'un rire puissant. Je n'avais pas de peur d'être blessé, uniquement une joie de me battre. Et forcément, contrairement aux fois où j'arrêtais mes attaques pour me défendre, je n'arrêtais absolument rien, ignorant toute défense pour me concentrer sur l'attaque et créer une fenêtre de plus pour les alliés qui m'accompagnaient. Peut-être que c'était de la folie pour certains, mais eh, peu importe !


_________________
Groupe 5 ▬ Porter son roi M5gb

People who can’t throw something important away, can never hope to change anything.
Alignement : Chaotique Bon
Rang : A
Grade : Nitaicho, Nibantai
Avatar : Takasugi Shinsuke
Messages : 85
Expérience : 208
Reiryoku : 48500
Date d'inscription : 18/03/2019
Sakazuki Sôo
Sakazuki Sôo
Dim 7 Juil - 15:59
Qu’est-ce que c’était que tout ça ? Je n’avais jamais rencontré aussi rude entraînement. Et à y voir mes collègues, nous étions tous à la traîne. Moi en particulier si l’on jugeait l’état de nos tenues. Avec Tengoku nous n’avions que peu échanger quant à l’absence de Tomoe et à la présence de sa vice-capitaine. Nous avions un Sotaicho à affronté. La raison de la présence d'Hikaru n'était pas notre priorité.

Moi qui étais sensé être le plus futé de la bande, je n’avais rien trouvé mieux à faire de don de télépathie offert par la résonance de nos zanpakuto que de balance à Tengoku “Putain Murazaki, maintenant que t’a plus de bandeau utilise tes yeux ! Merde !”. Peut-être la coopération avec le capitaine de la première m'empêchait de me donner a fond, je faisais passer notre incompétence globale pour la sienne sachant pertinemment que j’étais le boulet du groupe. J’avais seulement trop de fierté pour l’admettre. Moi qui trouvais Tengoku immature, il fit une action qui changea à tout jamais l’image que j’avais de lui.

Il comptait s’offrir au Sotaicho pour nous laisser une ouverture. C’était du suicide ! Il était inconscient. Mais il avait vraiment l’air déterminé à vouloir jouer ce rôle. J’ordonnais à Raijin de joindre ses mains par groupes de deux prenant ainsi chacune la forme d’une masse avant de fuser vers le Sotaicho tel des boules de démolitions. Si Tengoku se sacrifier, c’était notre chance, à Hikaru et moi de toucher Mitsuhide.

Cependant, ses mots me restaient en tête. “Votre pouvoir est bridé depuis sa création. Il n’existe qu’un seul moyen de le libérer complètement : ne faire plus qu’un avec votre zanpakuto.” Alors qu’il attaquait, j’observais Raijin sous son apparence de statue en train d'effectuer les mouvements que je lui avais prescrit. Ne faire qu’un avec son zanpakuto, qu’est-ce que cela pouvait bien signifier ? Est-ce qu’ils veulent qu’on se mutile avec nos armes ? Cela aussi paraissait suicidaire. Pourtant, j’avais beau y réfléchir. Je ne voyais pas d’autre façon de rentrer toujours plus en communion avec les esprits habitant nos sabres.


_________________
Groupe 5 ▬ Porter son roi 0dna

Science bitch !
Alignement : Chaotique Bon
Rang : A
Grade : Santaicho, Sanbantai
Avatar : Akame - Akame Ga Kill
Messages : 286
Expérience : 984
Reiryoku : 75750
Date d'inscription : 04/04/2019
Nanahara Hikaru
Nanahara Hikaru
Dim 7 Juil - 17:11

Hikaru se battait aux côtés de Tengoku et Sôo, face au Sotaicho. Et si Hikaru était à leurs côtés, c'est bien parce qu'elle était désormais leur égal. La mort de Tomoe, face à Taigu avait en effet été l'élément déclencheur de cette promotion, une promotion secrète que personne, pas même le Capitaine de la Première Division n'avait été averti. C'était les instructions de Mitsuhide, lorsque ce dernier l'avait convoqué dans ses quartiers, sans que personne ne soit au courant. Pour préserver l'équilibre du Seireitei avant l'attaque. Car ils le savaient tous : le Seireitei se faisait attaquer en ce moment-même. Par qui ? Par quoi ? Ils n'en savaient rien. Mais s'ils étaient là, c'est que ça devait être important.

Et depuis le début, ils n’arrivaient pas à grand-chose, pour ne pas dire rien, depuis que l'entraînement avait commencé. En même temps, temps, celle qui avait le plus d'expérience dans le combat le savait : ils n'étaient pas à la hauteur. Et le pire, c'est qu'ils étaient en Bankai, alors que leur adversaire n'était qu'avec son Shikai. Enfin, il s'agissait de Mitsuhide, le Sotaicho : s'il n'avait pas été capable d'au moins ça, alors elle aurait été déçue.

Que faire dans une situation pareille ? Hikaru voyait plusieurs options, mais aucune n'était vraiment sûre, à l'heure actuelle. Qu'est-ce qu'elle devait faire ? Ne faire qu'un avec son Zanpakutō hein ? Hikaru ferma les yeux, l'espace d'une seconde. Enfin, c'était une seconde pour les autres, mais pour elle, c'était plusieurs heures. Car elle n'était plus « ici », elle était « là-bas ».

Il s'agissait d'une montagne, fière et imposante et elle se trouvait au sommet de cette dernière. D'imposants nuages d'orages étaient présents dans le ciel, tandis qu'elle se tenait, à une huateur telle qu'elle dominait les nuages. Pas un signe de vie, pas un souffle, pas un bruit. Jusqu'à ce qu'elle apparaisse. Narukami. Sa sœur, sa rivale, sa meilleure amie. Une partie de son âme. La jeune fille aux cheveux blonds et aux yeux bleus ricanait, comme à son habitude, en voyant Hikaru pénétrer ici.

« Héhéhé, je sais pourquoi tu es là. Mais je ne compte pas te ménager. »

Se tenant prête, Hikaru attaqua la première, utilisant toute sa vitesse. Il n'y avait pas à dire, de nombreux progrès avaient été faits depuis la dernière fois qu'elles s'étaient affrontées. Mais ce n'était pas encore suffisant et l'esprit de son Zanpakutō lui rendait coups pour coups. C'était leur manière à elles de discuter. Narukami avait toujours été une personne très fière et si Hikaru était elle, plus ouverte et enjouée ; elle gardait tout de même de profondes blessures dans son cœur.

De longues heures passèrent, tandis que les deux adversaires attaquaient, maniant la foudre comme jamais auparavant. Une puissance cataclysmique s'abattait tout autour d'elles et s'ils avaient été autre part, nul doute que le lieu aurait été ravagé en transformer en no man's land. Mais ça ne semblait pas suffire. Peu importe à quel point Hikaru luttait contre Narukami. Peu importe à quel point elle parlait avec elle, elle ne la comprenait toujours pas tout à fait. Qu'est-ce qui manquait, exactement ? Et pourquoi elles ne se comprenaient toujours pas, après tout ce temps ?

Bien qu'en difficulté, Hikaru prenait peu à peu l'avantage. Pourtant, Narukami ne semblait pas spécialement affaiblie. Alors pourquoi est-ce qu'elle prenait l'ascendant ? Est-ce que Narukami se laissait faire ? Mais dans ces conditions, pourquoi ? Elle qui était si fière, qui refusait la défaite ? Elle qui était si forte qu'elle pouvait se balader face à une personne de la puissance d'Hikaru. Pourquoi mettait-elle le genoux à terre ?

« Je ne comprends pas... »

Et pourtant, il y avait une réponse. Une réponse qu'Hikaru commençait à effleurer du doigt, alors qu'elle voyait Narukami se relever, l'air un peu triste avant de foncer sur elle, sabre en avant. Que faire ? Se défendre ? Attaquer ? Oui, c'est ce qu'Hikaru s'apprétait à faire. Mais finalement, elle se ravisa au dernier instant, se laissant planter par la lame de Narukami. Évidemment, ça ne faisait pas mal, elle était dans son esprit, dans son monde. Oui, son monde à elle.

Hikaru et Narukami ne firent qu'échanger un bref regard, l'espace de quelques instants. Mais énormément d'émotions et de pensées s'échangèrent dans ce simple regard.

« Bonne chance. »

C'est les derniers mots qu'entendit Hikaru avant de reprendre conscience. Combien de temps s'était passé ? Moins d'une seconde. Mais elle était toute chamboulée et tout un flux d'émotions se fit ressentir dans son être. Et autant dire qu'avec la résonance du Zanpakutō, ainsi que la liaison des pensées, ses partenaires sauraient ce qu'il en était pour elle. D'ailleurs, Tengoku lançait une attaque suicide, probablement pour s'offrir au pouvoir de Mitsuhide et également permettre aux deux autres d'attaquer.

« Allons-y, Naruka... »

Elle ne finit pas sa phrase. Non, il était inutile de dire ça. Pourquoi parlerait-elle à Narukami de cette façon ? Ce n'était ni sa sœur, ni sa rivale. Ce n'était pas non plus sa meilleure amie ou une partie de son âme. Elle avait fait fausse route depuis le début. Nanahara Hikaru était Narukami. Et Narukami était Nanahara Hikaru. Elles étaient toutes les deux une seule et même entité.

« J'y vais, seule. »

Car Narukami n'était personne d'autre qu'elle-même. Se tranchant légèrement la main, son sang se répandait lentement sur sa lame, tandis qu'elle se dirigeait avec toute sa vitesse, toute sa puissance vers Mitsuhide. Tout ça en attaquant avec son Zanpakutō. Son pouvoir à elle et à personne d'autre. Sa technique jusque-là invaincue.

« RAIKIRI !!! »

Et ainsi, la foudre s’abat.

Alignement : Loyal Bon
Rang : ???
Grade : Sotaicho
Avatar : Nura Rikuo (Nurarihyon no Mago)
Messages : 9
Expérience : 39
Reiryoku : 0
Date d'inscription : 17/05/2019
Yogen no Mitsuhide
Yogen no Mitsuhide
Dim 7 Juil - 19:29
Ses disciples donnaient tout ce qu’ils avaient pour remplir leur objectif. Et dans le tumulte spirituel auquel cette dimension était soumise, Mitsuhide avait du mal à se retenir de débarquer en plein Seireitei afin d’exterminer tous les impurs ayant osé y fouler le pied. Il ne laissait rien transparaître et pourtant, c’était sans doute celui qui en souffrait le plus. Son lien avec les zanpakutos était si fort qu’il entendait chaque émissaire hurler, qu’il voyait chaque âme s’éteindre, qu’il ressentait la détresse des esprits scellés. Si ce n’était pas sur ordre de celui qu’il appelait père, il n’aurait probablement pas entraîné les capitaines.

Mais l’espoir subsistait. Son frère ne tarderait pas à rentrer à la Soul Society. Cacher son existence serait bien difficile avec un tel événement mais… Rien ne peut être éternellement caché à un peuple. Sotaicho qu’il était, il arrivait tout de même à esquisser un très léger sourire. Lui qui avait voulu à tout prix préserver les shinigamis, il avait sans doute oublié qu’ils étaient capables de bien des prouesses. Alors… autant tenter de placer un peu de confiance en eux.

Tengoku jouait la carte de l’assaut suicidaire, comme on pouvait s’y attendre. C’était une tête brûlée, de prime abords seulement. Il avait toujours eu le sens du sacrifice et nul doute que son homologue de la second division venait de le remarquer aussi. L’entraînement rapproche les êtres, certes. Mais le combat les lie à jamais. Sans se retourner, il contra l’assaut du fougueux. Lui n’avait pas bougé mais son sabre s’était téléporté derrière lui pour nullifier l’attaque.

— Ça manque de conviction tout ça. Quand tu attaques, il n'y a que toi qui parles. Laisses ton zanpakuto s'exprimer, tu occupes bien trop de place dans vos assauts.

Enfin, ça c’était avant de voir la tentative de Sôo. Visiblement, il fatiguait encore plus que son prédécesseur. La statue de son bankai souhaitait atteindre Mitsuhide, celle de ce dernier n'eut aucune peine à contrer les pauvres coups avant de contre-attaquer avec une gifle. La moitié du visage de la statue de Sôo se fissura et elle fut repoussé sur plusieurs centaines de mètres.

— Sôo.

Un court instant qu’il utilisait pour tenter de faire comprendre certaines choses à ses disciples.

— Penses-tu réellement que Benehime s’est contentée de créer les zanpakutos tels que nous les connaissons ? As-tu seulement cherché à comprendre le tien un jour ?

Mais il n’avait pas remarqué les quelques secondes que s’était réservé Hikaru. Suite à son introspection, personne ne pouvait ignorer l’onde de choc qui s’était dégagée d’elle. Un premier soulagement pour le Sotaicho malgré la foudre bien plus que menaçante qui allait détruire toute la zone. Son zanpakuto était planté dans le sol près de Tengoku mais la distance n’empêchait pas le moins du monde Mitsuhide de sortir l’artillerie lourde pour venir à bout du dernier assaut.

Contrairement à toutes les fois depuis le début de l’entraînement, les foudres de la shinigami n’avaient pas été annihilées par celles de son supérieur. Enfin, pas aussi rapidement qu’avant. L’affrontement entre les deux sources de pouvoir fut à la base d’une détonation assourdissante. Le souffle n’était pas assez fort pour repousser qui que ce soit mais il faisait lever de la poussière haut dans le ciel.

Quand cette dernière fut dissipée, chacun des capitaines put remarquer un nouveau détail. Tengoku et Sôo remarquèrent que des marquent étranges commençaient à se répandre sur le corps de leur collègue. Quant à Hikaru, elle pouvait commencer à sentir une autre présence. Une silhouette qui se trouvait quelque part. Devant elle, puis un peu plus loin, derrière Tengoku, aux côtés de Sôo, au-dessus de Mitsuhide. Elle n’arrivait pas à le localiser mais il était là, le Roi des  Âmes.

— Alors, une réaction à chaud ?

Leur maître se mit à rire en marchant tranquillement pour aller récupérer son zanpakuto planté dans le sol. Il se permit d’autres paroles afin d’aiguiller comme il pouvait les capitaines.

— Arrêtez de vous tromper de cible.

Spoiler:
 

Important : @Nanahara Hikaru a réussi la première étape de son périple. Chacune d'entre elles vous prendra un tour à être effectuée.
Détail : Vu qu'on préconise le développement de vos personnages, nous nous sommes permis de découper un peu plus l'action plutôt que d'avoir toutes les attaques lancées au même moment (si ça peut vous rassurer, le résultat aurait été le même).
Rang : A
Grade : Nitaicho, Ichibantai
Avatar : Satoru Gojo - Jujutsu Kaisen.
Messages : 234
Expérience : 932
Reiryoku : 65000
Date d'inscription : 29/03/2019
Murazaki Tengoku
Murazaki Tengoku
Dim 7 Juil - 20:22
Mon attaque annulée et celle d'Hikaru de même, je reculais directement en arrière d'un bond simple. Un sourire en coin, bien plus calme avec la disposition qui va avec. J'ai donc pu constater la simple théorie que j'avais en tête. Depuis le départ il ne visait que nos coeurs en attaquant avec nos propres pouvoirs, c'est pourquoi je me demandais s'il était le détenteur du moyen de nous débrider, j'allais donc essayer de me faire frapper volontairement. Mais ce n'était pas ça, ce qui prouve bien ce que je pensais, que si je me prenais ce coup -ce qu'il n'a donc pas fait-, je serais sûrement bien mort. Ce qui veut dire qu'il ne restait qu'une seule issue possible, et ce n'était pas me trancher avec mon propre sabre, si je le faisais ça ne changerait rien, ce serait bel et bien une mort pure et simple, bien que ça serait assez intéressant de l'utiliser en théorie. M'enfin, il ne me restait que le dernier choix pour me faire trancher par mon propre pouvoir, et c'était ce monde dans lequel je l'ai tant de fois affronté.

Un simple soupir s'échappait de mes lèvres quand je comprenais plus ou moins cette solution. Après tout, ce n'était pas difficile, je ne faisais qu'éliminer les idées que j'avais en tête depuis le départ. J'aurais préféré directement un affrontement, mais autant laisser ça pour plus tard, il y avait quelque chose de plus urgent pour l'instant. Mes yeux se fermaient un instant, pour se rouvrir un peu plus tard sur un nouveau monde, celui à l'intérieur de ce sabre. C’était un champ de bataille, les courants d’eaux passant aux creux de celui-ci étaient pourpres, comme si ce n’était plus de l’eau qui coulait mais du sang. Le ciel lui-même était devenu rouge, tandis qu’une fine pluie rouge descendait constamment des cieux, comme si le Paradis lui-même pleurait la perte qu’il y avait avec ce champ de bataille digne des plus grands massacres. Le soleil et la lune étaient tous deux dans les cieux, seulement ils étaient fracturés, détruits, ne laissant que ruines de ces astres célestes. Des centaines de milliers de corps étaient présents, comme des carcasses vides avec tout autant, si ce n’est plus, d’armes plantés parsemés à travers cette blague funeste.

Personnellement, je me tenais debout sur l’eau d’un lac rouge, reflétant mon corps sur celui-ci. En face de moi à quelques mètres se tenait la copie conforme de ma personne, si ce n’était pour les crocs de serpents et les yeux qu’il cachait derrière un bandeau identique au mien. Le serpent rusé en personne, la personne qui ne désirait que voir la fin de mon monde en ma présence. Je lâchais un simple nouveau soupir, je savais qu'il fallait que je me laisse transpercer, et j'avais déjà, suite à une dernière bataille, remarqué que ce n'étaient pas de réelles blessures en ces lieux, c'est pourquoi j'avais une dégaine plus que sereine.

"-Fiou, c'était donc ça que tu cherchais depuis le début mais que j'te laissais pas faire, uh ?"

Aucune réponse, si ce n'était le sourire du serpent. Et il se faisait un malin plaisir à se ramener devant moi en prenant tout son temps. Son sabre arrivait directement devant moi sans problème pour me transpercer en un instant, le sabre ressortant de l'autre côté de mon abdomen sans aucun soucis. Je ne vacillais pas, le regardant tout simplement dans les yeux, à travers ce bandeau qui tombait à présent pour lui, démontrant deux pupilles de serpents. Un nouveau sourire, bien plus unique, se dessinait sur mes lèvres. Cet homme aux tendances bien plus que particulières, que j'avais déjà nommé comme faisant parti de moi par le passé, était finalement réellement à mes côtés. C'était un peu comme si je me tenais en face de la porte ouverte depuis des décennies sans jamais passer le pas de la porte pour voir ce qu'il y avait au travers. J'en viendrais presque à rire pour me moquer de moi-même, eh. Mais finalement, ce pas était franchi, malgré le temps qu'il m'a fallu.

Mes yeux se fermaient dans ce monde, avant que je les rouvrent dans ce monde normal, ou seulement quelques secondes ont pu s'écouler. Un air habituel sur mon visage, cet air nonchalant de la bête que j'étais, accompagné d'un sourire las et en paix. Le sabre dans ma main résonnait avec moi, tandis qu'il était pointé vers le sol. Je ne bougeais pas, fixant tout simplement le monde autour de moi, comme si je n'étais pas un acteur mais un spectateur de ce qu'il se passait, un rire amusé sortant de mes lèvres.

"-Fufufu, intéressant..~", dans un petit murmure sûrement à peine audible.


_________________
Groupe 5 ▬ Porter son roi M5gb

People who can’t throw something important away, can never hope to change anything.
Alignement : Chaotique Bon
Rang : A
Grade : Nitaicho, Nibantai
Avatar : Takasugi Shinsuke
Messages : 85
Expérience : 208
Reiryoku : 48500
Date d'inscription : 18/03/2019
Sakazuki Sôo
Sakazuki Sôo
Dim 7 Juil - 22:44
Incroyable, improbable, incommensurable, inqualifiable. Tel était la puissance de notre Sotaicho. L'assaut suicidaire de Tengoku fut un échec, mais au moins il avait la vie sauve. Étrangement, je m’en retrouvais plutôt réjouit. À croire que son action et son dévouement avaient fait disparaître toute la rancœur que j’éprouvais pour ce curieux personnage. Peut-être le trouvais-je un peu plus humain sans ce bandeau.

Quelle serait la finalité dans tout ça ? Ne faire qu’un avec notre zanpakuto. À en juger par son gain de puissance la remplaçante de Tomoe, elle, avait réussit cet exploit. Comme quoi son ascension était fulgurante.
Lors du combat qui avait précédé ma rencontre avec le Vice-capitaine Hikaru, je lui avais dit qu’elle avait l’étoffe d’un capitaine. C’était vrai. Et j’en étais encore plus convaincu lorsque je me rendais compte ce jour, qu’elle était plus forte que n’importe lequel d’entre nous.

Alors que la frustration d’être à la traîne me gagnait de plus en plus, les mots de Mitsuhide résonnaient dans ma tête. Une phrase en particulier : “Arrêtez de vous tromper de cible.” Je regardais autour de moi, sans voir personne d’autre hormis Tengoku et Hikaru. Les attaqués n’étaient absolument pas la clé de cet entraînement… Tout portait à croire que ma précédente conclusion était la bonne. Nous devions nous attaquer nous-même pour ne faire qu’un avec les esprits de nos sabres.

Cessant les assauts quelques secondes, je me mis à regarder la statue défigurée de mon zanpakuto.
Toute la partie gauche de son visage avait été arrachée par la contre-attaque de son Némésis.
Je me rappelais alors de la guerre contre les quincys. Et mon œil gauche se mit à devenir extrêmement douloureux, comme si des décharges électriques parcouraient tout mon corps et que mon œil borgne en étant l’épicentre.

Nous ne sommes qu’un. Pensais-je alors.

J’arrachais le bandeau camouflant les restes de mon œil gauche. Avant que la statue ne m’entoure de ses 100 mains. Je me mis alors à dire à haute voix.

- Nous ne sommes plus qu’un !!

À cet instant précis toute l’énergie électrique contenue dans la statue se concentra dans les paumes et finirent leurs courses en s’abattant sur moi. La vision de ma statue défigurée comme je l’avais été, suivis du choc électrique, me plongea dans un micro-coma. Un flash blanc m'avait projeté dans un autre monde, probablement celui de mon zanpakuto, celui où j’avais déjà pénétré pour obtenir mon bankai.

Un monde entièrement blanc et vide de toute chose était en face de moi jusqu'à ce qu’une silhouette inconnue se dessine sous mes yeux.

- Raijin ? Est-ce bien toi ? Je ne te reconnais pas.

C’était bien évidemment une question rhétorique, mon cœur avait reconnu la présence de Raijin, cependant son apparence était autre. Moi qui l’avais déjà rencontré par le passé. Il avait l’apparence d’un Dragon de komodo dorée aux yeux d'émeraude la première fois. Aujourd’hui, il était un homme en pagne, portant un masque de reptile qui faisait écho à l’apparence que je connaissais de lui. Il portait également un énorme tambour sur le dos.

- Ce monde en tout cas n’a pas changé. Toujours aussi vide.

- En es-tu bien sur Sôo ?

Raijin frappa alors son tambour, provoquant ainsi le son de la foudre et au même moment, le voile blanc se dissipa. Le vent se leva dans mes cheveux suivis de gouttes de pluie. Nous nous trouvions désormais sur une île au beau milieu de nul part. Impossible de distinguer le jour ou la nuit. Les éclairs déchiraient les cieux tandis que la mer était déchaînée tout autour de nous.

Frappant de nouveau son tambour, deux éclairs jaillirent du ciel. L’un tomba à mes pieds et l’autre à sa main. Ces éclairs avaient laissé place à deux parfaite répliques de la première forme libérée de Raijin, autrement dit, mon shikai.

- Tu es un scientifique. Tu penses tout savoir, mais tu ne sais rien. À vouloir trop ressembler à ton prédécesseur, tu t’es perdu toi-même. Me connais-tu vraiment Sakazuki Sôo. Ou plutôt, te connais tu vraiment ?

Voilà qui était cru. Je ne me souvenais pas que Raijin était un tel moralisateur. Cependant, ne disait-il pas à haute voix ce que je me rabâchais déjà depuis trop longtemps dans mon inconscient ?
Raijin faisait des moulinets avec le dao d’or avant de m’attaquer de face. Dans un réflexe, je sautais en arrière saisissant le dao à mes pieds pour parer son coup.

- Et maintenant, que devons nous faire ?

- Voyons Sôo. Tu n’as toujours pas compris ? Comme toujours pour un homme qui se vante d'être le cerveau de la Soul Society, je te trouve bien long à la détente. T’es camarades, eux, ont déjà compris… Comme toujours…. Tu es le dernier !

Serrant les dents, je chargeais à mon tour sur Raijin sous le coup de la colère. Le zanpakuto lisait dans mon cœur comme dans un livre ouvert. Ma frustration, ma peur, mes angoisses. Il me les jetait en plein visage. Après quelque violents échange, dans un coup ampli de rage, Raijin fut désarmé et tomba au sol. Son Dao s’envola au loin tournant dans le ciel. Les échanges de coups avaient été très brefs, mais dans mon esprit, les idées avaient défilé comme si j’y avais consacré des semaines de réflexion. C’est alors sereinement que je m’étais mis à sourire.

- C’est bon mon ami, j’ai compris.

Tendant la main à mon Zanpakuto, je l’aidais à se relever et lui mis mon dao entre ses mains avant de le prendre par le poignet et accompagné son geste pour moi-même m'embrocher le cœur avec mon arme.

Du sang coulant de ma bouche, et le masque de Raijin tomba au sol, dévoilant ainsi son véritable visage : Celui d’un homme mûr.
Pour la première fois, je contemplais son visage et avais l’impression de vraiment le connaître. Comme pour moi, du sang se mit à couler de sa bouche. Comme si la blessure que je m’étais infligée se répercutait sur lui. Finalement, il me dit ces quelques mots.

- Nous ne sommes qu’un.

Dans un sourire commun, un nouveau flash blanc vint me cueillir à ce monde intérieur et me rappela au champs de bataille.

Je retrouvais ainsi Tengoku, Hikaru et le Sotaicho. Visiblement, je n’avais été absent que l’instant d’une ou deux secondes. Tengoku lui aussi, semblait changé. Les éclairs qui s’étaient abattus sur moi ne m’avaient pas à première vue, aucunement blessés. Au contraire, je me sentais aussi puissant que jamais.

Le regard déterminé comme jamais, je m'avançais sur le champ de bataille en direction de Mitsuhide, tandis que les cent bras de ma statue se levaient vers le ciel.
j’usais de nos capacités télépathique fraîchement acquise pour dire à mes camarades ce rapide avertissement d’une voix sûre et posée.

- Tout le monde à terre.

En un instant, les cent bras de Raijin touchèrent le sol autour de Mitsuhide. Et le son d’une cloche en cuivre retentit comme sonnant le glas de quelque chose.



_________________
Groupe 5 ▬ Porter son roi 0dna

Science bitch !
Alignement : Chaotique Bon
Rang : A
Grade : Santaicho, Sanbantai
Avatar : Akame - Akame Ga Kill
Messages : 286
Expérience : 984
Reiryoku : 75750
Date d'inscription : 04/04/2019
Nanahara Hikaru
Nanahara Hikaru
Dim 7 Juil - 23:19

Qu'est-ce que c'était que ça ? Une nouvelle puissance semblait débordé en elle. Des marques apparaissaient sur son corps tandis qu'elle voyait l'échec de son assaut. Ainsi, sa technique n'avait pas eu l'effet escompté. Enfin, il y avait eu une différence : son attaque n'avait pas été brisé aussi rapidement qu'auparavant. Non, même si ça avait été minime, le Sotaicho semblait avoir fait légèrement plus d'efforts contre le Raikiri. Ce n'était peut-être qu'un, un minuscule pas en avant, mais c'était quand même un pas. Elle se sentait terriblement plus confiante désormais. Mais il n'y avait pas que ça. Non. Il était là

Hikaru se détourna du combat quelques instants, regardant dans son dos. Rien. Puis son regard passait sur tous les autres : Mitsuhide, Tengoku, Sôo. Il était à leurs côtés. Lui, le Roi des Âmes. C'était la toute première fois qu'elle ressentait la présence de ce dernier. Si chaud. Si fort. Même si ce n'était qu'un fragment de sa présence, il l'envelppait de tout son être. C'était... perturbant... Et réconfortant.

« C'est chaud... Et rassurant... Comme un... parent ? »

Elle n'était pas sûre de ce mot. Après tout, elle avait été une orpheline, sans parent pour l'éduquer correctement. Et elle avait survécu comme elle pouvait au sein du Rukongai, avant de se faire recueillir par la Sanbantai. Alors, c'était ça, un parent ? Une présence qui vous enveloppait et vous rassurait ? Peut-être. Hikaru continua de se prendre quelques courts instants, ressentant cette présence de tout son être, avant de se concentrer de nouveau dans ce combat.

Visiblement, Tengoku et Sôo tentaient de suivre ses pas, est-ce que ça allait marcher ? Peut-être, elle n'en savait rien. Tout ce qui était sûr, c'est qu'il lui fallait agir. Et vite. Mais comment ? Par où attaquer ? Enfin, il lui fallait déjà se défendre de la puissante attaque du Bankai de son homologue de foudre. Mais pour ça, rien n'était plus facile, pour elle, qui se vantait d'avoir le Shunpo le plus rapide de tout le Seireitei.

Et alors, les paroles de Mitsuhide résonnèrent dans son esprit. Ils se trompaient de cible. Mais comment ? Pourtant, il n'y avait aucun autre adversaire ici présent que Mitsuhide. Et ça n'avait pas l'air d'être son genre de mentir. Pas dans cette situation. Alors pourquoi ? Il contre-attaquait pourtant avec leurs tehcniques, utilisant ces dernières avec maestria....

« Je vois. Nous n'avons pas d'ennemi. Il n'y a pas lieu de continuer ce combat. »

C'était si simple. Si simple et pourtant, ils n'y avaient pas pensé. S'entraîner, c'était le terme utilisé par le Sotaicho. Mais jamais il n'avait parlé de combattre. Non, c'était eux qui l'avaient instinctivement pensé, comme n'importe quelle personne normale l'aurait fait dans pareille situation après tout. Mais est-ce que les autres allaient penser la même chose ? Après tout, leur épée et leurs pensées étaient liées. Dans tous les cas, Hikaru abandonna toute velletité de combattre. Elle ne tenait même plus sa garde en fait et se concentrait sur autre chose. Sur elle, Nanahara Hikaru. Et sur lui, le Roi des Âmes. Hikaru plongeait en son fort intérieur tout en connectant toutes ses sensations à l'extérieur et à l'intérieur de son être. Elle cherchait à ressentir sa présence. Elle cherchait à communiquer avec lui, leur Créateur. Après tout, c'était la première fois qu'elle ressentait sa présence. Peut-être qu'en essayant, elle pouvait la ressentir encore plus et qui sait, peut-être communiquer avec ?

« Roi des Âmes, c'est la première fois que je vous ressens. Je suis... Enchantée de faire votre connaissance. Et même si vous le savez, laissez-moi me présenter... Je suis... »

Qui était-elle d'ailleurs ? Était-elle une des membres les plus éminentes du Seireitei ? Était-elle la Capitaine de la Sanbantai ? Était-elle une émissaire comme une autre ? Ou alors, est-ce qu'elle celle qui avait envoyé à la mort des centaines de soldats de l'Avant-Garde et qui avait sur sa conscience son échec et la mort de feu Tomoe ? Après réflexion, il n'y avait qu'une seule réponse. Qu'elle donna à celui qui, peut-être, sans doute l'écoutait. Mais cette réponse, elle était aussi pour elle-même.

« Je suis moi. Je suis Nanahara Hikaru. »


Alignement : Loyal Bon
Rang : ???
Grade : Sotaicho
Avatar : Nura Rikuo (Nurarihyon no Mago)
Messages : 9
Expérience : 39
Reiryoku : 0
Date d'inscription : 17/05/2019
Yogen no Mitsuhide
Yogen no Mitsuhide
Mar 9 Juil - 18:41
Ainsi les capitaines passaient un cap crucial pour leur développement personnel. Le tout restait maladroit et surtout assez flou. C’était normal car finalement, leur propre puissance ne suffirait pas à aller au bout de cette expérience. Le ciel du Seireitei commençait à gronder sous les pieds des capitaines et de leur maître. Ce n’était plus un seul reiatsu qui cherchait à soumettre ses semblables mais quatre. Si des nuances ocres avaient élu domicile dans les cieux, trois autres couleurs jouaient de concert pour s’imposer. Une rouge sombre évacuant le mauvais de son propriétaire, un glorieux doré un peu plus pétant que celui de Mitsuhide et un vert rappelant la verdure des mondes. Une diversité nécessaire mais qui avait été voulu par le Sotaicho.

Il n’y avait pas de temps pour la discussion, pour l’instant. Sôo relançait les hostilités. Pour marquer le coup et entamer la seconde étape de leur progression avec panache, il rangea son zanpakuto à l’approche de l’assaut de son subordonné. Sans surprise, il toucha le commandant suprême de plein fouet et toute la zone autour de lui fut éradiquée.

Après que le nuage de poussière soulevé fut dissipé, chaque capitaine ne put que constater que leur supérieur méritait bel et bien sa place. Un simple tapotement sur sa propre épaule afin de faire tomber les résidus présents dessus, un petit rictus ne peinait pas le moins du monde à se montrer.

— C’est déjà mieux qu’avant, mais ça manque encore de pureté.

Le mot utilisé pouvait paraître déroutant mais il n’y avait pas plus juste pour définir cela. Si l’univers considérait Mitsuhide comme étant le shinigami parfait, c’était pour cette unique raison : la pureté. Le fait qu’il soit dénué de toute tare, de tout sentiment impropre aux dieux. Il était en de bien nombreux points semblable à son créateur et pour cause : il incarnait son possible successeur. Au même titre que d’autres. Tout cela n’avait qu’un seul et unique but : frôler la condition de Dieu.

— Vous ne l’avez toujours pas remarqué ?

Hikaru oui, apparemment. Et si on pouvait percevoir les marques de cette dernière apparaître, d’autres signes montraient le bout de leur nez chez les autres. Les pupilles de Tengoku empruntaient la forme et la lueur de celles de son zanpakuto suivait leur mouvement. Pour Sôo, son aura pouvait clairement être vue par quiconque posait les yeux sur lui. Chacun rayonnait à sa façon et ne faisait plus qu’un avec son zanpakuto.

Un rayonnement qui ne faisait pas penser à l’astre solaire mais plutôt au lunaire. Ils n’étaient plus dans la lumière mais dans les ténèbres. Chacun pouvait ressentir toutes sortes d’émotions négatives en son sein. Elles appartenaient à leur ami encore à moitié scellé. Tous gardaient de très profondes frustrations en eux. Que cela ait un rapport avec le vécu de leur propriétaire ou le fait que Benehime - leur mère - manquait à ce monde, quelque chose subsistait et n’était pas réglé.

— Ne rejetez pas votre ami. Ni même toute cette colère en lui. Vous avez brillé toute votre vie et ils n’ont été que votre outil dans votre recherche de gloire, de puissance, de reconnaissance.

Un triste constat mais aucun shinigami n’y avait dérogé, n’y dérogeait et n’y dérogerait. La lumière était appréciée mais ses écarts produisaient de l’ombre.

— La lumière est radieuse car les ténèbres existent.
Et les ténèbres sont sublimes car la lumière existe.

Il allait falloir s’armer de compréhension et de clairvoyance et un seul être pouvait les y aider : le roi des âmes. Hikaru n’entendait qu’un bourdonnement assourdissant qui n’atteignait qu’elle seule en réponse à ses questions. Le créateur… Non… Son existence elle-même refusait toute interaction avec tout être imparfait.

Tout Dieu était capricieux, aussi miséricordieux qu’il pouvait se montrer. Il ne restait qu’à trouver comment extraire cette part sombre qui les habitait à présent.

— Un petit indice.

Mitsuhide effectua un iai devant lui et les capitaines le savaient mais ne pouvait l’expliquer : il avait perturbé l’équilibre de la dimension, son créateur avait été frappé. Mais il ne ressentait aucune douleur et sur la lame du shinigami subsistait cette énergie qu’il leur manquait tant : le reiryoku fabuleux.

Et si leurs cerveaux pouvaient émettre moult hypothèses, leurs yeux étaient témoins d’un ultime miracle. De l’énergie recueillie par le Sotaicho se dégageait un flux d’énergie considérable. En se condensant aussi loin que la vision de chacun pouvait se permettre d'aller, une silhouette commençait peu à peu à apparaître. Personne ne le reconnaissait car ils ne l’avaient jamais vu. Une démarche plus que militaire, un regard à mi-chemin entre la sévérité et la folie, une chevelure similaire en tout point à Mitsuhide au détail près de la couleur de cheveux - ceux de cet individu étaient sombres. Plus sombres que toute âme ayant existé.

Le Tyran venait dès lors d’apparaître pour la première fois devant de simples shinigamis, si seulement on pouvait encore les considérer comme tel.

Important : Beaucoup d'éléments sont présents dans ce post pour vous aiguiller sur les étapes nécessaires à franchir pour compléter votre entraînement. Vous ne pourrez pas tout faire en un seul post, comme dit précédemment, donc il vous est conseillé de vous entraider dans la recherche de la solution à votre entraînement.
Ah! et oui, c'est bien Le Tyran.
Rang : A
Grade : Nitaicho, Ichibantai
Avatar : Satoru Gojo - Jujutsu Kaisen.
Messages : 234
Expérience : 932
Reiryoku : 65000
Date d'inscription : 29/03/2019
Murazaki Tengoku
Murazaki Tengoku
Mer 10 Juil - 1:06
Je ressentais un changement dans ce que j'étais, comme si j'étais enfin complet. C'était un sentiment des plus étranges, d'autant plus que je savais que c'était car je ne faisais qu'un avec mon Zanpakuto, tandis que mon Reiryoku doré s'amusait à essayer de se développer le plus autour de la zone comme s'il cherchait à soumettre son propre domaine. Mais il ne pouvait avancer plus loin passé un certain point, bloqué par ceux d'Hikaru, de Sôo et du Sotaicho. Mais, ce n'est pas à ça que je faisais attention, mais à un tout autre point. Comme l'a dit le Sotaicho, il y avait des sensations bien étranges qui s'installaient en mon être, et par réflexe je ne les acceptais pas. Mais en l'écoutant, je décidais de faire le contraire et de les accepter, cherchant à les comprendre. Et sur chaque émotion que je me concentrais, une nouvelle pensée qui l'accompagnait me parvenait, comme des souvenirs.

De la colère, la sensation la plus forte ressentie, pointée sur tout un tas de choses. Premièrement, ma faiblesse qui n'a pu empêcher tant de semblables de mourir et principalement mon meilleur ami fut un temps, ainsi que la colère de mon Zanpakuto de ne pas être utilisé à sa juste valeur. Comme s'il n'était pas utilisé au plus haut de ses capacités. Il avait soif d'adversaires puissants, il avait soif de batailles, il avait soif de destruction, et malgré la promesse faite il y a de ça des années pour avoir accès au Bankai, je n'ai pu réussir à assouvir son désir. Un désir qui se reflétait au final tant en moi, nous ne faisions qu'un, et ses désirs comme les miens étaient identiques aux deux surfaces d'une pièce. Un soupir lourd sortait de mes lèvres tandis que je le comprenais, et pourquoi il voulait tellement se battre, un ennui puissant l'obligeant à le faire. Je ne pouvais lui en vouloir.

Une avarice qui ne connaît aucune limite, pour tout ce qui existe. Lui aussi a envie d'être mit à l'avant de la scène, il cherche tout comme moi à être au sommet de la pyramide, et ce n'est encore pas le cas. Avare de puissance, de richesse et de gloire, il n'a pour l'instant que le sommet de l'iceberg, et a soif de toujours plus. Peu importe ce qu'il a, il regarde au loin pour en vouloir encore plus. Au final, nous étions si compatibles, ce n'est peut-être pas rien que je l'avais eu lui. Enfin, "eu" était un bien grand mot.

Et dernièrement, un désir de se battre, ou alors une fierté. Peut-être un mélange des deux. Mais son désir de se battre était constant, il voulait mesurer sa force aux titans du monde. Mais sa fierté était bien là, il restait certain que malgré ce qu'il pouvait se dire ou y avoir, il restait au sommet des lames. Peut-être que c'était faux, ou non, mais cette fierté agissait bien comme un poison. Et c'était bien malheureux, mais toute cette palette d'émotions, que je repoussais au départ, je la laissais m'engouffrer tandis que je m'en imprégnais. Je la comprenais, et c'est pourquoi un soupir bien plus lourd car j'étais plongé dedans. Cependant, contrairement à ce qu'on pouvait penser, je n'étais pas contrôlé par ces émotions, car je les contrôlais. Je les ai comprise, acceptée, puis maîtrisée, comme je le fais si bien avec mes propres émotions depuis des années.

Je fermais doucement mes yeux pour m'aider de ces émotions, de ce que je ressentais, pour le concentrer et le diriger autour de ma lame comme si c'était mon propre Reiryoku, le mélangeant donc. Peut-être que ça formerait quelque chose, peut-être que j'arriverais à matérialiser ce que je voulais, ou bien peut-être pas, je n'y faisais pas attention bien que j'accumulais tout ceci. Mais mes yeux se rouvraient une nouvelle fois, en direction de la personne qui est apparue après "l'attaque" du Sotaicho, la fameuse personne qui est une copie conforme de celui-ci à peu de chose près, avec une clarté à l'intérieur, tandis que je lui parlais avec une voix humble et déterminée, accompagnée d'un sourire léger.

"-Je ne sais pas si je comprend entièrement, excusez-moi. Mais je pense avoir besoin d'aide."


Peut-être qu'il était la matérialisation de son Zanpakuto, ou peu importe en réalité, mais tant qu'il était capable de m'aider, peu importe à qui je devais demander, ça ne me gênerait absolument pas. A voir sa réponse, tant que j'me fais pas balayer mes morts.


_________________
Groupe 5 ▬ Porter son roi M5gb

People who can’t throw something important away, can never hope to change anything.
Alignement : Plus que toi, plus beau que tous les rebeus
Rang : ???
Grade : Shinobi à temps partiel
Avatar : Sonic (One Punch Man)
Messages : 2
Expérience : 6
Reiryoku : 0
Date d'inscription : 10/07/2019
Kagouille
Kagouille
Mer 10 Juil - 6:37

Une ombre parmi les lumières subsistait. Un renard dans le poulailler, un loup dans une bergerie. Kagouille était ce qu'on pouvait appeler un prédateur. Jaugeant la situation comme il avait l'habitude de le faire, un sourire suffisant aux lèvres, il se moquait sans retenue de Murazaki Tengoku.

— Fufufu... voilà un drôle de personnage. venait-il de murmurer dans l'oreille d'Hikaru.

Personne ne l'avait remarqué, et pourtant... Il était bel et bien ici, présent à leurs côtés. En plaçant ses doigts sur son menton, se voulant être professeur, il n'hésitait pas à donner son petit conseil au capitaine de la première division.

— Tu sais... Pour courir plus vite... Il faut faire comme ça !!!

Puis, Kagouille fonça tel une """fusée""" à travers le royaume de Dieu tout en mettant ses bras en arrière, flottant au vent. Dans sa course folle, il n'oubliait pas une chose à rappeler avant de partir aussi loin que l'horizon le lui permettait.

— On se reverra, Mitsuhide...

L'ambiance était mystique, il était intriguant.
Alignement : Chaotique Bon
Rang : A
Grade : Nitaicho, Nibantai
Avatar : Takasugi Shinsuke
Messages : 85
Expérience : 208
Reiryoku : 48500
Date d'inscription : 18/03/2019
Sakazuki Sôo
Sakazuki Sôo
Mer 10 Juil - 15:38
J’étais empli d’une grande satisfaction. Ma technique la plus puissante, la paume étincelante. Avait touché de plein fouet le Sotaicho, et pourtant, il n'avait rien. Voir une telle puissance émané de notre capitaine suprême était quelque chose de réjouissant et de rassurant. Mais surtout, il avait rangé son arme. Preuve que nous avions réussie.

Une présence invisible était omniprésente autour de nous. Une présence inconnue pour les capitaines, mais pas pour Mitsuhide. Nous étions tous les trois surpris par ces vagues d’émotions négatives s’invitant dans nos cœurs. Alors que quiconque les aurait rejetées. Mon être les accepta, naturellement. Peut-être un réflexe ? Je n’en savais trop rien, peut être était-ce lié à ma nature de scientifique et mon goût de l’inconnu au bien… Peut-être que mes propres émotions négatives avaient fait aimant et avaient attiré ces nouvelles pensées comme un vieux frère au sein de mon cœur. Je n’avais pas eu besoin d’attendre que le Sotaicho me dise d’accepter ses émotions. C’était comme si elles étaient déjà miennes.

Tous ces discours sur les opposés s’attirant l’un et l’autre étaient bien beaux. S’était un discours déjà trop connu pour l’esprit d’un scientifique… Mais le plus impressionnant fut cet iai effectué par Mitsuhide. C’était impressionnant. Nous étions tous trois bouche-bée devant cette technique a la puissance inespérée. C’est comme si la réalité avait été déchirée par ce coup de zanpakuto.

La seule conclusion que je pouvais déduire de cela s’était que ces sentiments étaient la clé.

Deux autres personnages étaient présents. Et à en croire les pensées de Tengoku, celui aux cheveux long et sombre était une apparition de l’esprit du zanpakuto de Mitsuhide.

L’autre homme lui, celui qui se moquait de Tengoku. Qui était-il ? Et que signifiait sa présence en ces lieux ? Je décidais de ne pas m’en soucier et de m’atteler à ma nouvelle expérience.

Les yeux clos, je focalisais toute ma rage, toute ma rancœur, toute ma tristesse, ma frustration et ma peur ainsi que celle de Raijin rétrogradant mon zanpakuto sous sa forme de shikai. Toutes ses émotions, je devais réussir à en faire du Reiryoku. Nous étions trois à concentré nos pensées dans une lame. Moi, Raijin et ces émotions extérieures s’invitant de mon cœur. Toutes ces idées noires étaient redirigées dans ce coup que je fis avec mon dao espérant observer le même résultat que celui fait plus tôt par le Sotaicho.

_________________
Groupe 5 ▬ Porter son roi 0dna

Science bitch !
Alignement : Chaotique Bon
Rang : A
Grade : Santaicho, Sanbantai
Avatar : Akame - Akame Ga Kill
Messages : 286
Expérience : 984
Reiryoku : 75750
Date d'inscription : 04/04/2019
Nanahara Hikaru
Nanahara Hikaru
Mer 10 Juil - 17:43

Un bourdonnement hein ? Visiblement, elle n'était pas encore en capacité de pouvoir communiquer avec le Roi des Âmes. Ça avait quelque chose de... frustrant, ouais. Elle était frustrée de ne pas réussir et visiblement, là était le problème : ils manquaient de pureté. Il n'y avait pas besoin d'être un génie pour comprendre que tant que tous ces sentiments négatifs les envahissaient, ils n'y parviendraient pas. Et c'était encore pire pour leur sabre, qui rongeait leur frein depuis leur création, selon les paroles de Mitsuhide. Pourtant, Hikaru avait des difficultés à admettre ça, ça lui faisait mal : elle comprenait vraiment si peu Narukami ? C'était énervant, et frustrant. Mais le Sotaicho n'avait aucune raison de leur mentir. Au contraire, il souhaitait les aider. Les aider à aller de l'avant, à admettre leurs démons et à les vaincre, pour pouvoir aller de l'avant et devenir purs. Enfin, c'était l'interpénétration qu'elle en fit.

Et cet homme, qui venait d'apparaître face aux trois Shinigamis, suite à l'attaque du Sotaicho, qui était-ce ? L'esprit de son Zanpakutō peut-être ? Non, il n'avait pas l'air. Enfin, elle ne pouvait pas en être sûr. Tout ce qu'elle savait, c'est qu'il dégageait une puissance fabuleuse et que le Reiryoku qui prenait désormais forme dans le sabre du Sotaicho n'était pas celui qu'ils utilisaient habituellement. C'était... étrange, très étrange.

Une présence. Un murmure dans ses oreilles. Une voix moqueuse. Qui était-là ? Se retournant rapidement, Hikaru ne vit pas grand-chose. Peut-être une ombre filante, tandis qu'elle avertissait Mitsuhide qu'ils se reverraient. Mais c'était tout. Qu'est-ce qui s'était passé ? En plus, il semblait avoir donné un conseil à Tengoku. Enfin, à voir si ce n'était pas juste une moquerie. Non, elle devait se concentrer sur ses efforts, pour réussir sa tâche. Car en effet, grâcve à leurs pensées synchronisées, les trois émissaires avaient décider de se répartir les tâches : si un seul réussissait, les autres le pourraient aussi.

Ainsi, alors que Tnegoku concentrait toutes ces émotions dans sa lame, lui Sôo l'extrayait de ce dernier grâce à un coup, similaire à celui du Sotaicho. Probablement tentait-il de l'imiter.Quant à Hikaru... elle se concentra sur elle-même d'abord. Sur ses peurs, ses reproches et tout ce qu'elle avait de mauvais en elle. Notamment cette petite firrté qui avait commencé à poindre, lorsqu'elle avait vaincue en duel feu Tomoe. Elle s'était sentie si forte à ce moment-là. Si forte qu'elle pensait même avoir des chances contre Tengoku ou Sôo et que rien ne pouvait vraiment l'inquiéter. Mais il n'y avait pas que ça. Il y avait aussi sa peur de l'échec, le poids de ses morts. Des boulets attachés à ses pieds.

Des boulets ? Oui, voilà ce qui l'empêchait d'avancer. D'évoluer. En y repensant, qu'est-ce qu'elle avait fait, pour bien utiliser son Zanpakutō ? Maîtriser le Bankai ? C'était ça, la quintessence même de la puissance du Shinigami ? Et Narukami, dans tout ça. Qu'est-ce qu'elle en pensait ? Elle était frustré elle. Tout aussi frustrée que sa maîtresse, sa partenaire. Et cette arrogance, qu'elle montrait depuis le début. Et si... Oui, c'était ça.

Narukami était frustré de ne pas être utilisé à son plein potentiel. Sa fierté exubérante, l'arrogance qu'elle montrait. C'était pour motiver Hikaru à toujours se dépasser. Et elle, qu'est-ce qu'elle avait fait, jusque-là ? Elle s'était contenté du Bankai, baignant dans cette arrogance. Elle n'avait pas chercher à comprendre plus que ça Narukami, persuadé d'avoir déjà atteint la maîtrise de son art. Autrement dit, elle sous-estimait Narukami. Et elle se sous-estimait elle-même. Et c'était sans compter cette peur de voir Hikaru être blessée, mourir ou même souffrir, de manière générale. Après tout, il était logique que Narukami ne souhaite pas la voir souffrir et avait pour cela besoin de bien plus de puissance.

« Pardon, Narukami... »

Des mots sincères. Peut-être les plus sincères qu'elle avait jamais prononcé jusque-là. Narukami souhaitait évoluer, devenir de plus en plus forte, briser ses chaînes. Et elle, elle s'était contenté du strict minimum. Il y avait de quoi enrager. Alors Hikaru concentra tous ses sentiments négatifs dans la lame de son Bankai : ses peurs, sa frustration, son chagrin. Mais ce n'était pas tout. Elle laissait également Narukami s'exprimer et déverser ses émotions, elle aussi. Elle en avait besoin. Elles en avaient besoin, si elles voulaient réellement avancer. Et pour ça.

« Montre toi... »

Elle ne donnait pas un coup comme Sôo. Elle ne retenait pas non plus toute sa négativité, à elle et son amie dans sa lame, comme Sôo. Non, elle cherchait à la matérialiser dans le monde. Toute la frustration, toute la négativité que refoulait depuis toutes ces années Hikaru et Narukami, elle tentait de lui faire prendre ici et maintenant, afin de pouvoir y faire face et avancer. Ensembles.

Alignement : Loyal Bon
Rang : ???
Grade : Sotaicho
Avatar : Nura Rikuo (Nurarihyon no Mago)
Messages : 9
Expérience : 39
Reiryoku : 0
Date d'inscription : 17/05/2019
Yogen no Mitsuhide
Yogen no Mitsuhide
Dim 14 Juil - 15:45
Devant Mitsuhide se tenait trois âmes prometteuse et chacune d’entre elle avait opté pour une façon de faire différente. Cela augmentait leurs chances de trouver comment faire pour venir à bout de leur entraînement, ce qui était plutôt malin. Surtout quand on savait ce qui était en train d’avoir lieu en bas. Le Sotaicho, lui, le savait.

Il souriait doucement en ressentant ses subordonnés se donner corps et âme pour défendre la Soul Society. Cela serait d’ailleurs mentir que de dire qu’il n’avait pas soufflé un peu du nez quand il avait remarqué les prodiges de certains. Ils s’en sortaient beaucoup que prévu. C’était déjà ça de pris.

Les réactions de l’être pur n’allaient pas être aussi joyeuses par la suite. L’initiative du capitaine de la première division le laissait perplexe. Il faut dire que son zanpakuto était tout aussi exceptionnel que lui. Si Mitsuhide était l’émissaire modèle et ne connaissant nul sentiment nocif, c’était uniquement car la moindre once de ténèbres se trouvait dans son arme. Et le pauvre allait sans doute le découvrir un peu malgré lui.

La tentative de Sakazuki Sôo avait de quoi être louée. Une introspection supplémentaire… Il est vrai qu’être proche et en accord avec son zanpakuto était la clef de la maîtrise de ses pouvoirs. Mais en était-il question ici ? Maîtriser les pouvoirs d’une arme qui n’était ni plus ni moins qu’une part de soi-même ? Bien souvent, le problème venait du shinigami et son outil de combat servait de catalyseur. Purifier les âmes et être témoins de bien des drames devrait rendre fou n’importe qui, il faut bien que quelqu’un trinque.

Hikaru quant à elle… avait sans doute trouvé les réponses à l’examen dans son paquet de céréales au réveil visiblement. Le processus allait prendre bien du temps mais son supérieur voyait déjà les marques perdre en opacité au profit d’une fumée aux mêmes couleurs que son reiatsu. Qu’allait-il se passer de son côté ?

Ah et… il y avait ce shinobi au pouvoir précieux qui passait une fois de plus dans le royaume du roi des âmes. Peut-être était-il venu parler de stratégie ou de Naruto Chronicle ?

— Sacré Kagouille… soufflait-il.

@Murazaki Tengoku : Le Tyran va te répondre.
@Sakazuki Sôo & @Nanahara Hikaru : Le Narrateur va vous donner plus de précisions sur le résultat de vos tentatives.
Alignement : ???
Rang : ???
Grade : Zanpakuto de Mitsuhide
Avatar : Nura Rihan (Nurarihyon no Mago)
Messages : 2
Expérience : 6
Reiryoku : 0
Date d'inscription : 14/07/2019
Le Tyran
Le Tyran
Lun 15 Juil - 13:59
L’équilibre des mondes était ce que le roi des âmes chérissait le plus. Avoir sous son aile un être fondamentalement bon et dénué de tout mauvais sentiment devait avoir une conséquence à la hauteur du prodige. Et ce fut ainsi que le Tyran naquit. Il n’y avait rien de bon en lui. Une créature profondément et sincèrement habitée par le mal. Le zanpakuto était devenu un mythe chez les hautes sphères humaines et portait depuis bien des siècles le doux sobriquet de “Diable”.

Les maux ancrés en lui étaient la base de tous les autres. Si le roi des âmes représentait l’origine, l’Alpha et le yang ; Le Tyran, lui, incarnait la fin, l’Oméga et le yin. Il n’existait que pour détruire et seul son manieur actuel pouvait le contrôler sans mourir ou bien sombrer dans la plus terrible des folies.

Son histoire justifierait l’ouverture d’un forum auxiliaire donc nous ne nous attarderons pas sur celle-ci.

À mesure que Murazaki Tengoku approchait, un autre sentiment venait s’inviter parmi ceux qu’il semblait dorénavant maîtriser. Une impression qui lui était méconnue, elle lui venait de son zanpakuto. Si il avait beaucoup de mal à la nommer, ce ne fut qu’à quelques mètres de l’entité ténébreuse qu’il put enfin le faire : c’était la peur. Elle lui venait de son arme et non de lui. Même si cela ne présageait rien de bon, le capitaine de la première division se rapprochait un peu plus de l’essence de son acolyte esprit.

Des flashs lui venaient en tête et il n’arrivait à cerner que quelques détails. Un champ de bataille au ciel rouge gorgé de sang d’émissaires. Une Soul Society dévastée et le souvenir d’un massacre jamais vu. Au sol et parmi ses frères émissaires génocidés, Tengoku le voyait. Lui, le Tyran, face à une armée entière. Ou bien était-ce Mitsuhide ? Il n’arrivait pas bien à discerner la couleur de cheveux qui les différenciait, tantôt blancs, tantôt noirs.

Si le capitaine ne pouvait que se rendre à l’évidence qu’il s’agissait soit l’un, soit de l’autre, un doute allait commencer à germer au sein de son coeur : il avait l’air dangereux pour quiconque croiserait son chemin. Si Mitsuhide était un Sotaicho bon et avenant, le Tyran lui… et bien… son nom parlait pour lui-même. Il pouvait s’inviter comme bon lui semblait dans le Monde Intérieur de chacun et le sien était si conséquent qu’il était appelé Réalité.

Sa nature justifierait l’ouverture d’un forum auxiliaire donc nous ne nous attarderons pas sur celle-ci.

L’erreur qu’avait commis Tengoku allait probablement lui coûter cher. Le père des zanpakutos tournait à peine les yeux pour jauger l’être qui daignait s’approcher de lui. Le corps - comme le reiryoku et le zanpakuto - du capitaine implosaient en concert. Ils n’avaient pas tenu le choc. Si pour les agents de Dios, il fallait avoir un minimum de puissance pour ne pas devenir fou à ses côtés, se tenir près du Tyran était synonyme d’un risque bien plus important : la disparition éternelle.

Une bien étrange capacité pour un shinigami.

@Murazaki Tengoku : ton âme a été purement et simplement annihilée, aucune réincarnation n'est possible.
Le Narrateur va prendre le relais.
Messages : 125
Expérience : 370
Reiryoku : 0
Date d'inscription : 03/12/2018
Narrateur
Narrateur
Lun 15 Juil - 15:21
Le jeune Murazaki Tengoku avait fait preuve d’une imprudence propre à lui. N’étant pas complètement en phase avec son zanpakuto, il n’avait pas pu comprendre complètement les sentiments de ce dernier. Et par la même occasion, l’alerte qu’il lui lançait vis-à-vis du roi des créatures spirituelles. Un Tyran qui décidait de lui-même ce qui était bon ou mauvais. Son caprice était mis en oeuvre, peu importe les circonstances. Mais dans le néant, le shinigami avait pu s’attirer les grâces de Dieu. Si l’onde de choc provoquée par la disparition du capitaine de la première division n’avait laissé que de l’effroi sur le visage de chacun, c’était la surprise qui venait s’inviter sur leurs traits : Tengoku et son zanpakuto prenaient forme devant eux. Leur corps restait physiquement instables et pouvaient à tout moment lâcher. Tout dépendrait de la suite des opération et il allait faire preuve de retenue pour la suite.
Murazaki Tengoku et son zanpakuto sont recréés à partir de rien par le RdA.

L’essai de Sôo manquait de justesse. Viser la première libération n’allait pas être d’une grande aide. Il allait falloir voir plus loin. Le zanpakuto n’était qu’une partie du shinigami et elle avait toujours existé en lui. Le capitaine de la seconde division se bridait lui-même. Dans son humilité, il oubliait la grandeur du potentiel de son arme. S’il désirait se concentrer sur quelque chose, ce devait sans doute être ses premiers instants en tant qu’émissaire… ou bien qu’âme ? La méthode pouvait prendre bien plus de temps que les autres et rien ne pouvait dire qu’elle allait fonctionner.
Sôo bride son zanpakuto en se concentrant sur une libération inférieure.

Nanahara Hikaru quant à elle… Eh bien… elle semblait se débrouiller comme une grande. Même si son esprit combattant n’était pas aussi fidèle que celui de Tengoku mais sa consistance était bien plus prometteuse. Petit à petit, il prenait forme jusqu’à n’être qu’une silhouette fumeuse. Narukami semblait observer quelque chose devant elle et qui la surplombait de plusieurs mètres (si ce n’était plus). En suivant du regard son zanpakuto, le nouvelle capitaine de la troisième division avait la capacité de laisser ses yeux s’émerveiller : elle arrivait à localiser son créateur (sans toutefois pouvoir cerner sa véritable forme).
Nanahara Hikaru a passé la seconde épreuve.

Il ne restait plus qu’à chacun d’unir leurs connaissances et mettre en commun leurs efforts pour arriver à bout du challenge d’aujourd’hui.


Ordre de participation : @Murazaki Tengoku | @Sakazuki Sôo | @Nanahara Hikaru
@Murazaki Tengoku : Le RdA vous a recréé toi et ton zanpakuto a partir du néant. Vous êtes séparés mais la chose semble encore instable. Trouves un moyen de palier à cela si tu ne souhaites pas disparaître à nouveau.
@Sakazuki Sôo : Ta méthode n'a pas l'air d'être la bonne, pour l'instant du moins.
@Nanahara Hikaru : Bah bien joué, t'as l'air d'être en bonne voie. La seconde étape est réussie, il ne manque plus que la dernière : libérer le plein potentiel de ton zanpakuto.
Important : tout vous a été indiqué au fil des posts du Sotaicho (et des votres) pour savoir comment réussir tout cela. Bon jeu !
Rang : A
Grade : Nitaicho, Ichibantai
Avatar : Satoru Gojo - Jujutsu Kaisen.
Messages : 234
Expérience : 932
Reiryoku : 65000
Date d'inscription : 29/03/2019
Murazaki Tengoku
Murazaki Tengoku
Lun 15 Juil - 17:28
Plus je m'approchais, et plus certains flashs apparaissaient dans mon esprit. Un champ de bataille au ciel rouge gorgé de sang d’émissaires. Une Soul Society dévastée et le souvenir d’un massacre jamais vu. Au sol et parmi d'autres émissaires tués, je le voyais. Lui, le Tyran, face à une armée entière. Ou bien était-ce Mitsuhide ? Je n'arrivais pas bien à discerner la couleur de cheveux qui les différenciait, tantôt blancs, tantôt noirs. Cependant, ce monde ne m'affectait pas tant psychologiquement qu'on aurait pu y penser, celui-ci si semblable au monde à l'intérieur de mon Zanpakuto. Cependant, je sentais mon coeur battre de plus en plus fort à l'intérieur de mon torse, comme si c'était une réaction que je ne pouvais contrôler malgré que mon esprit n'était pas d'accord, un sentiment plus primal qu'autre chose.

L'instant d'après, son visage se tournait vers moi, et.. plus rien. Je ne ressentais plus rien, je ne voyais plus rien, je ne pensais même plus, enlacé par un vide absolu, un néant qui empêchait tout sens de "soi" de vivre. Après une infinité de temps, qui pouvait être courte ou longue pour peu que j'en savais, je revenais. Eloigné du Tyran, je me reformais, ouvrant lentement mes yeux pour revoir ce monde. C'était un sentiment difficile à expliquer, mais inconsciemment je savais que j'avais littéralement disparu, et que c'était grâce à une puissance que j'ai gracieusement put revenir à la vie.

Des gouttes de sueurs froides perlaient mon front, mon coeur battait toujours autant, et pourtant une certaine lueur de folie s'embrasait quelques instants dans mes yeux, mon sang bouillant dans mes veines comme du magma. Un simple regard avait suffit à m'exterminer, et tandis que je me répétais ça dans ma tête, je relevais la tête pour remarquer cet homme, l'esprit de mon Zanpakuto, en face de moi. Lui aussi maintenant formé, mais pourtant je ressentais une force qui tentait de nous effacer petit à petit, une instabilité plus que déconcertante.

Je levais la tête vers le ciel pour tout simplement exploser dans un fou rire qui ne demandait qu'à sortir. Le Reiryoku qui pouvait sortir de mon corps ou juste faire démonstration de puissance était rentré dans mon corps et condensé avec force, tandis que je baissais la tête en direction de Suraihebi, un sourire carnassier présent sur mes lèvres. Malgré la peur que je comprenais face à ce qu'il venait de se passer, une toute nouvelle ambition prenait part au plus profond de moi, comme un brasier qui venait d'être allumé. Et évidemment, je me rappelais ce que j'ai vu avant tout ça, ces fameux flashs, et une idée plus que folle venait à se placer dans mon esprit. La force invisible qui tentait de me dévorer, je n'allais quand même pas la laisser faire tranquillement.

Un simple regard permettait à Suraihebi de comprendre ce que je voulais faire, et un sourire resplendissant se dessinait aussi sur ses lèvres tandis qu'il souriait à pleines dents. Laissant donc voir les crocs de serpents dont il était doté, et les pupilles dorés d'un serpent, il se dirigeait vers moi tandis que je faisais de même, notre existence même entrant en résonance, en harmonie. L'énorme majorité de mon Reiryoku explosait en dehors de mon corps comme une tornade, tentant sous mon contrôle de se battre avec la force invisible qui tentait de me détruire. Ce Reiryoku doré si condensé qu'il était difficile de voir exactement l'intérieur si ce n'était les silhouettes, cependant, arrivé face à Suraihebi, nous nous serrions la main. Pourquoi ça ? Et bien, avec un contact c'était bien plus facile de fusionner nos Reiryokus, nos corps spirituels, de cette façon. Je n'avais pas vraiment le choix que d'essayer ces idées plus que folles après avoir vu ce que j'ai vu, et surtout après avoir ressenti que la dimension même tentait de me faire disparaître. C'est pourquoi je me battais tout simplement contre cette emprise au maximum de mes capacités, tentant même une fusion avec cet esprit pour augmenter nos forces encore plus.


_________________
Groupe 5 ▬ Porter son roi M5gb

People who can’t throw something important away, can never hope to change anything.
Alignement : Chaotique Bon
Rang : A
Grade : Nitaicho, Nibantai
Avatar : Takasugi Shinsuke
Messages : 85
Expérience : 208
Reiryoku : 48500
Date d'inscription : 18/03/2019
Sakazuki Sôo
Sakazuki Sôo
Mar 16 Juil - 5:49
Qu’est- ce que ? Nous venions d’être témoin de quelque chose d’improbable. N’importe qui n’aurait pas compris ce qui s’était passé, mais avec nos zanpakuto en parfaite résonnance. Hikaru et moi n’avions pas pu ne pas comprendre ce qui s’était déroulé sous nos yeux. Tengoku avait été éliminé puis ramener à la vie. Comment était-ce possible ? Cela défiait toutes les lois de la physique de n’importe quel monde ! Une seule explication possible. Le Roi des mes était bel et bien présent quelque part autour de nous ! Étais-ce donc réellement ses émotions qui affluaient des nos cœurs tel des fleuves se jetant dans la mer ? J’étais resté bouche-bée face à un tel spectacle. Mais rapidement, je me retournais. Je ne voulais pas être victime du même sort. La mort de Tengoku avait provoqué une violente douleur et une drôle de sensation dans nos êtres. Sans doute à cause de nos liens. Quoi qu’il en était, je devais me focaliser sur la raison de ma présence ici. L'entraînement. Et ce, peut importer les choses improbables qui s’étaient et allaient se produire sous nos regards impuissants.


Je voyais bien que quelque chose n'allait pas dans mon équation. Et comme toujours, on m'avait devancé. Hikaru avait comme toujours ouvert le chemin nous indiquant grâce a nos pensées synchronisées comment nous devions nous y prendre.

Me concentrant de nouveau sur mes pensés négatives. J’essayais de toute les ressentis au maximum. Mes craintes, mes peurs, mes déceptions et celles de Raijin aussi. Peut-être avais-je le sentiment d’être l’éternel dernier du podium. Et peut être avais-je attaché trop d’importance à ce “classement fictif”. Me réfugiant derrière mon rôle de scientifique pour camoufler mon incompétence au combat. Je comprenais alors que lorsque je n’assumais pas ma faiblesse en me dédouanant de tout cela, j’étais dans le faux.

Alors que je me lamentais, je ne faisais rien pour me reprendre en mains et devenir plus fort. Non, je pleurnichais, passant mon temps sur cette étude des hollow et de leurs transformations. Et Raijin dans tout ça ? Un seul et unique mot résonnait dans son cœur “Délaissé”. Si je n’étais pas un soldat, je n’avais pas besoin d’arme. Mais est-ce que mon zanpakuto était réellement juste cela ? Une arme ? Non ! Il était et est une partie de moi. Si dans mon cas, je suis un scientifique alors il est un deuxième cerveau.

- Maintenant, je connais ton vrai visage.

Suivant le chemin indiqué par mon cœur et les conseils d’Hikaru. Je visualisais d'abord le masque de Raijin puis son visage.

- Apparais à mes côtés, mon frère. Cesse de ne m'apporter que le sang qui couvre mes mains. Je te reconnais maintenant à ta juste valeur. Accepte mon pardon et accorde-moi ta sagesse. Désormais, plus jamais tu ne seras délaissé.

À bien y réfléchir. Raijin avait toujours été là. Ce jour-là, ce ne fut pas que mon œil que ce Quincy m’ôtas, c’était le nôtre. Lorsque j’ai perdu connaissance dans cette maison en ruine, je ressentais déjà sa présence. Il s’était assoupi à mes côtés alors que je me vidais mon sang.

Fermant les yeux et levant le visage au ciel, une petite larme coulait de mon œil valide. Tristesse ? Joie ? Je ne savais pas vraiment. C’était ce que j’aurais appelé, une larme de rédemption. Aujourd’hui, enfin, j’avais le recul pour reconnaître mon âme sœur. Celui qui a mon insu avait toujours été avec moi puisqu’il fait parti de moi. Un est Deux et Deux est Un. Je comprenais enfin que moi, le scientifique solitaire. Je n’étais pas seul.

Je devais laisser derrière moi les fantômes qui me traînent vers le fond et aller de l’avant.
La larme coulant sur ma joue, je sentis une main ce posé sur mon épaule.

- Raijin.

_________________
Groupe 5 ▬ Porter son roi 0dna

Science bitch !
Alignement : Chaotique Bon
Rang : A
Grade : Santaicho, Sanbantai
Avatar : Akame - Akame Ga Kill
Messages : 286
Expérience : 984
Reiryoku : 75750
Date d'inscription : 04/04/2019
Nanahara Hikaru
Nanahara Hikaru
Mer 17 Juil - 15:00

Bon sang, pourquoi cet abruti de Tengoku avait agi de la sorte, en s'approchant de cette entité ? À croire qu'il était encore plus idiot que Hikaru ne le pensait. Et le voilà, réduit à néant, son âme étant partie en fumée. Autant dire que la nouvelle Capitaine était choquée et se déconcentra quelques instants, avant qu'il ne revienne à la vie. Un soupir de soulagement s'échappa de ses lèvres, tandis qu'elle se concentra de nouveau. Qu'est-ce qui avait sauvé Tengoku ? Le Roi des Âmes, peut-être ? Dans tous les cas, il fallait qu’elle continue l’entraînement. Après tout, elle sentait de nouveaux changements en elle, les marques se faisaient de moins en moins présentes, tandis qu’une silhouette imposante, terriblement imposante se précisait un peu plus.

Une présence aussi écrasante… Une telle aura… Il n’y avait qu’une seule réponse possible : le Roi des Âmes. Ainsi, elle était maintenant capable de le voir, du moins sa silhouette et c’était… impressionnant. Et ce n’était pas tout : elle était là, Narukami, sous la forme d’une silhouette fumeuse, qui observait le Roi des Âmes. Dans tous les cas c’était un spectacle assez grisant. Et Hikaru prit quelques instants pour se calmer et respirer un grand coup. Elle y était presque, elle le sentait. Il ne restait qu’un tout petit effort à faire, mais quoi ? Plus elle prenait de temps, plus les émissaires mourraient sous les coups des envahisseurs. Non, il ne fallait pas qu’elle se presse. Elle devait rester calme et atteindre cette pureté, cette pureté qui lui manquait tant, avec Narukami.

Mais comment faire… Comment se débarrasser de toute cette impureté en elle et en Narukami ? C’était… compliqué. Ils devaient faire qu’un, de corps et d’esprit. De corps et d’esprit. Mais il fallait aussi se débarrasser de toute cette impureté… Mais comment… Hum… Soudain, une idée lui vint, en voyant ainsi le Tyran.

Si on s’approchait trop d’une entité puissante, alors on disparaissait, purement et simplement… Et si… ça valait le coup de se tenter, après tout, ils n’avaient rien à perdre. Rapidement et après un simple regard, Narukami et elles étaient côte à côte, face au Roi des Âmes. Est-ce que ça allait marcher ? Il n’y avait qu’une seule façon de le savoir.

Les deux empoignèrent en même temps le Bankai d’Hikaru, pointant la lame en direction du Roi. Si vraiment une entité était assez forte pour pouvoir annihiler tout ce qui s’approchait d’elle alors… Les deux qui ne faisaient désormais plus qu’une cherchèrent à synchroniser parfaitement leur corp et leur esprit. Et alors qu’elles levèrent leur lame, tous leurs sentiments négatifs, tous leurs regrets, tous les démons qu’elles cachaient en elle se concentraient dedans alors qu’elles finirent par abattre la lame en direction du Roi. Elles s’inspiraient de Mitsuhide qui avait comme atteint une sorte de Reiryoku de la sorte. Mais pour elles, le but était différent.

En transmettant tout leur ressentiment, tout leur chagrin, leurs peurs et leurs craintes dans cette unique attaque. Ainsi, tous ces sentiments négatifs, toute cette impureté était dirigée vers leur Créateur : le Roi des Âmes. Le but : les supprimer, purement et simplement. Si sa théorie était exacte, puisque tout ce qui s’approchait d’une entité supérieure à ce point disparaissait, peut-être qu’en agissant de la sorte, alors toute l’impureté de son âme disparaîtrait. Certes, c’était un pari, mais il fallait bien qu’elle essaie quelque chose : le temps leur manquait. Et puis, s'ils devaient se débarrasser de leur impureté, ça voulait forcément dire que Mitsuhide en étant arrivé à ce point-là, lui aussi. Enfin, elle verrait bien.


Messages : 125
Expérience : 370
Reiryoku : 0
Date d'inscription : 03/12/2018
Narrateur
Narrateur
Ven 26 Juil - 5:17
Le serpent et son maître prenaient le pari risqué - ou pas - de ne faire plus qu’un. Les yeux étaient rivés sur lui, il faut dire qu’il serait fâcheux de perdre un élément aussi prometteur que lui, surtout à un tel moment. Il devait prouver que l’Univers avait besoin de lui mais aussi qu’il méritait de subsister. Était-il assez digne aux yeux de son Créateur ? Sa nature la plus profonde n’avait rien de pur, c’était un fait que personne ne pouvait nier. Il était à la recherche du pouvoir et se prenait pour un juge, pensant savoir qui était du nombre des vermines et qui ne l’était pas. Si pendant la fusion leurs corps perdaient en opacité et leur puissance diminuait en intensité, ils (Murazaki Tengoku et Surahebi) pouvaient aussi sentir peser un lourd jugement sur eux-mêmes. Après quelques instants paraissant comme étant une éternité, les deux esprits voyaient le verdict être donné.
Leurs corps étaient revenus à leur état d’origine, préservés par le roi des âmes. Après tout ce grabuge, ils purent percevoir un murmure de la part de ce dernier (signe qu’ils approchaient du but). S’ils ne pouvaient savoir exactement de quoi il était question dans ces paroles, leur sens n’avait que peu d’importance car finalement leur forme était parvenue aux oreilles du capitaine de la première division.

— Ne me déçois pas.

Des paroles qui seront retenues par chaque cellule de son corps et ce, pour l’éternité.
Murazaki Tengoku et son zanpakuto vivent désormais avec une épée de Damoclès au-dessus de la tête.

Sakazuki Sôo de son côté pouvait se targuer d’avoir enfin réussi à mettre de côté des siècles d’obsession au profit de son ami le plus intime, son confident le plus proche, son ami le plus fidèle : Raijin, un zanpakuto qui n’avait, jusque-là, laissé s’exprimer uniquement la colère. Si d’aventure l’hymne du tonnerre et des coups foudroyants pouvait n’être qu’un appel à l’attention du capitaine de la seconde division, ce dernier aurait tout le temps pour comprendre complètement son associé après la guerre qui l’attend plus bas.
Oui, car après l’orage vient le beau temps.
Sakazuki Sôo a passé la seconde épreuve.

Nanahara Hikaru prenait elle aussi des risques et c’était une bonne idée. À l’image de Tengoku, elle tentait tant bien que mal de réussir à percer le mystère de la progression qu’ils désiraient tant. Son coup partait en direction du roi des âmes et le frappa de plein fouet. Enfin, s’il avait été un être lambda. Le frappe ricochait alors contre lui pour se balader dans les alentours, boostée par une bien mystérieuse énergie. La même que Mitsuhide avait récupéré juste avant de faire apparaître le Tyran. Reiryoku fabuleux qu’il était, très peu pouvaient le maîtriser. Le relâchement d’énergie finissait par revenir à son propriétaire initial et le don arraché au maître des lieux trônait le long de la lame de Narukami. Les cieux de la Soul Society qui ne se coloraient complètement que de la couleur du reiryoku du Sotaicho voyait les nuances de celui de Hikaru s’imposer plus que les autres sans pour autant l’égaler.
Nanahara Hikaru a passé la troisième et dernière épreuve.

Aujourd’hui, les capitaines allaient très probablement réussir ce que seul leur supérieur avait réussi à accomplir parmi toutes les âmes existantes. Et il allait de soi qu’ils étaient voués à faire mieux que lui. Cela ne manqua pas d'arracher un sourire bienveillant de la part du Sotaicho. S'il avait ne serait-ce qu'un peu plus aidé ses élèves, ils n'auraient jamais eu le destin qui les attendait. Le Créateur les aurait jugé inaptes. Et si ce dernier n'avait toujours pas l'air de se montrer à Hikaru, son énergie elle commençait à pouvoir être ressentie par cette dernière. Une certaine chaleur se dégageait d'elle mais il ne s'agissait pas là de quelque chose de paternel ou familial comme ce fut le cas avec Mitsuhide. Non, il s'agissait là d'une chaleur rappelant les enfers eux-mêmes.

Comme s'ils étaient en train de passer un pacte avec le Diable en personne.


Ordre de participation : @Murazaki Tengoku | @Sakazuki Sôo | @Nanahara Hikaru
@Murazaki Tengoku : Tu en es au stade où la seconde épreuve est considéré comme une réussite.
@Sakazuki Sôo : Il ne te reste que la dernière ligne droite, tout comme Tengoku et Hikaru juste avant.
@Nanahara Hikaru : Tu pourras décider de répondre ou non, nous ne t'en tiendrons pas rigueur étant donné que tu es plutôt bon élève.
Important : Il ne vous reste plus qu'à tous débloquer le même niveau qu'Hikaru et vous pourrez rejoindre la bataille.
Rang : A
Grade : Nitaicho, Ichibantai
Avatar : Satoru Gojo - Jujutsu Kaisen.
Messages : 234
Expérience : 932
Reiryoku : 65000
Date d'inscription : 29/03/2019
Murazaki Tengoku
Murazaki Tengoku
Ven 26 Juil - 13:26
Finalement après cette tentative de fusion, je remarquais que nos corps perdaient en opacité et en puissance sur le coup, mais qu'en plus c'était comme si une entité supérieure nous jugeait une fois de plus. Un sentiment plus que déplaisant, mais soit, j'en ferais abstraction. Et temps passait sans que je ne sache combien exactement, jusqu'à ce que finalement tout ceci s'estompe, et que le jugement était finalement rendu. Un murmure me parvenait directement, que je ne devais pas le décevoir, et je savais directement de qui il s'agissait. C'était comme si j'avais une épée de Damoclès au-dessus de ma tête, comme si le moindre faux pas pouvait me coûter la vie si le Roi des Âmes en avait envie. Contrairement à ce qu'on pouvait penser, que ça aurait pu me terrifier, ça faisait bouillir mon sang avec une nouvelle ambition. Un simple sourire grand se développait sur mes lèvres une nouvelle fois. Ahah, j'ai donc 1v1 l'Univers, qui pouvait dire la même chose ? Sûrement pas beaucoup de monde.

Mais je savais qu'il manquait une dernière chose, une dernière étape, pour que tout ceci puisse se passer comme il le faudrait optimalement. Et ça, c'était tout simplement ce qu'Hikaru avait déjà essayé de faire, et qui a réussi à le faire, il ne me restait donc plus qu'à faire la même chose. Après tout, je comprenais aisément le fonctionnement derrière son train de pensé. S'approcher trop près du Tyran m'avait valu de disparaître tout bonnement, et ce pouvait être sûrement la même chose pour bien des choses.

Craquant doucement ma nuque avec ma main libre, un simple regard au serpent, et nous empoignons à deux le manche du Zanpakuto, une énergie dorée se formant sur la lame. Toutes émotions négatives étant concentré au bout de la lame comme si je les avais redirigé, nous levions la lame au dessus de nos têtes avant de la rabattre directement vers le sol. L'énergie doré qui s'en dégageait fonçait tout simplement en direction du Roi des Âmes. Il ne restait plus qu'à voir ce qu'il s'y passerait, mais j'ai suivi chaque étape qu'il fallait effectuer pour cette troisième épreuve comme si je suivais une recette de cuisine. Sah, quel plaisir.

_________________
Groupe 5 ▬ Porter son roi M5gb

People who can’t throw something important away, can never hope to change anything.
Alignement : Chaotique Bon
Rang : A
Grade : Nitaicho, Nibantai
Avatar : Takasugi Shinsuke
Messages : 85
Expérience : 208
Reiryoku : 48500
Date d'inscription : 18/03/2019
Sakazuki Sôo
Sakazuki Sôo
Ven 26 Juil - 23:05
Raijin était face à moi, plus net que jamais. Dans sa main, se trouvait sa forme scellée. Il jeta cette dernière en l’air. La lame tournoyait dans les airs formants des cercles électriques tandis qu’elle adopta se forme de Shikai. Connecté comme une seule personne nous prîmes larme par la poignée en même temps, a l’unisson.

Nous nous fixions le regard absent de toutes craintes, comme si rien ne pouvait nous arrêter. À l'unisson, nous avion crier :

- Bankai !

La statue était apparue de nouveau. Son visage était intact, comme si elle n’avait jamais reçu cette précédente gifle. Brillante de par son éclat dorer, les éclairs crépitait dans l’air. Je sentais en la statue une puissance qu’elle n’avait encore jamais portée auparavant. Ce fut ici que le lien spirituel dû à la résonance de nos zanpakuto se montrait pratique (Une fois de plus).

Hikaru ( à qui tout semblait réussir) avait bravé avec brio toutes les épreuves et percé toutes les énigmes du Sotaicho. Nous n’avions qu'à nous calquer sur ses réflexions, actions et suggestion pour pouvoir nous-mêmes, réussir à notre tour.

Raijin et moi, nous nous étions mis en place. J’avais l’impression d’être face à un miroir tant nos gestes étaient coordonnée. Les jambes fléchis et les bras effectuant un arc de cercle avant de donner un violent coup de paume dans le vide. Ce geste, nous le faisons pour renforcer notre lien avec le Bankai effectuant la même action que la statue c’était comme si nous étions trois à effectuer cette action ou plutôt… 102 si l’on devait s’amuser à compter chaque bras de la statue.

Ainsi donc nous allions réaliser une attaque a plein potentiel sur la même zone d’impact visée plus tôt par Hikaru. Nos émotions nourrissant notre reiryoku.

_________________
Groupe 5 ▬ Porter son roi 0dna

Science bitch !
Alignement : Chaotique Bon
Rang : A
Grade : Santaicho, Sanbantai
Avatar : Akame - Akame Ga Kill
Messages : 286
Expérience : 984
Reiryoku : 75750
Date d'inscription : 04/04/2019
Nanahara Hikaru
Nanahara Hikaru
Ven 26 Juil - 23:27

Toute sa puissance, toute la négativité de son être était partie dans cette attaque envers le Roi des Âmes, envers son Créateur. C'était un pari risqué, il pourrait le prendre mal après tout, qu'un être si faible qu'elle décide de tenter pareille folie. Mais visiblement, il était au-dessus de ça. Bien au dessus de n'importe qu'elle entité présente ici, l'attaque ne faisant que ricocher envers lui. Cependant...

Lentement, de manière intime, l'énergie de son attaque lui revenait peu à peu, parcourant la lame de son Bankai. Cette énergie si incroyable qui s'était dégagé de l'attaque de Mitsuhide, leur Sotaicho. Un Reiryoku fabuleux, incroyablement plus puissant que tout ce que la maîtresse de la foudre avait jamais utilisé l'envahissait désormais. C'était... incroyable. Cette sensation de puissance nouvelle. C'est comme si elle était un être nouveau, désormais. Mais, car il y avait un mais, la présence qu'elle ressentait était étrange. En effet, bien que le Roi des Âmes ne daignait toujours pas se montrer à elle, elle ressentait son énergie et une chaleur l'envahissait. Mais ça n'avait rien de rassurant.

« Le Diable hein... Il semblerait que je vais devoir manier cette énergie avec précaution, pas vrai, Sotaicho ? Mais je ne vous décevrais pas. Ni vous, ni le Roi des Âmes, ni la Soul Society, ni même toi, Narukami... »

Tout en parlant, elle caressa lentement la joue de l'esprit de son Zanpakutō, qui reprenait sa place en disparaissant du monde physique. Narukami... Plus jamais elle ne la décevrait, ça c'était sûr et certain. Trop longtemps elle avait ignorer cette dernière, n'essayant pas de la comprendre. Mais maintenant, tout était différent.

« Allez les gars, vous avez pas honte ? La p'tite nouvelle vous a tout montrer, alors maîtrisez ça fissa, on a une Soul Society à sauver. »

Ce n'était pas sur le ton de la méchanceté. Plus de la boutade amicale pour les motiver à réussir. Il faut dire que ça faisait un moment qu'ils partageaient leurs pensées et que leur partenaire à chacun était en résonance. La seule chose déplaisante étant désormais qu'à cause de son arrogance, ou son manque de finesse peut-être, Tengoku aurait désormais une épée de Damoclès au-dessus de la tête jusqu'à la fin de son existence. Lame sur l'épaule, Hikaru observait donc avec attention ses deux collègues tenter d'atteindre le même stade de puissance qu'elle. Elle ne s'inquiétait pas, elle savait qu'ils réussiraient, sachant mieux que quiconque à quel point ils étaient doués. C'était la dernière ligne droite avant de rejoindre le champ de batailles.
Contenu sponsorisé
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum

 :: Odyssée :: Péripéties :: Épopées :: Rémanence :: Seireitei :: Phase 1
Groupe 5 ▬ Porter son roi

Sauter vers: