Derniers sujets

Atticisme(s)
 :: Premiers Pas :: Présentation :: Validées

Alignement : Neutre
Rang : C
Grade : Sicario
Avatar : Nu13, Blazblue
Messages : 3
Expérience : 12
Reiryoku : 12000
Date d'inscription : 01/07/2019
Palladion
Palladion
Ven 5 Juil - 1:31
IDENTITÉ


Nom : Palladion.
Prénom : /
Genre : Approximativement féminin.
Naissance : 400.
Rang : C
Grade : Sicaria, con Golosinas.
Alignement : www True Neutral
Réputation : Bizarrerie baroque et dépassée.
Signe particulier : Un enchevêtrement d'ailes battantes et de tuyauteries organiques la traversent comme une infinité de veines vides.

PERSONNALITÉ


Imperturbable

Palladion n'éclate jamais. Ne se vexe pas. Ne réagit qu'avec calme. Les insultes, les cris, les coups, et les menaces ne lui arrachent pas plus de rictus que de véritable réprobation. Elle se tient droite et sans yeux avec une tranquillité presque architecturale, comme sculptée dans un bloc de pierre grise. Dans un monde où exister relève du miracle guerrier que l'on se taille à la force de la mâchoire, on la taxe de faiblesse, d'inconséquence, de lâcheté, d'abominable inaction. Ces accusations ne sont ni vraies, ni fausses ; elle les attribuerait à la relativité des points de vue, et défendrait peut-être ses procureurs improvisés en prenant leur parti au détour d'un réquisitoire cryptique qui les ferait probablement fuir. La majorité des Hollows se tient éloignée de Palladion et de l'angoisse existentielle qu'inspire son brasier éteint, visiblement inconcevable face à l'urgence de la faim et de la marche perpétuelle imposée par l'impératif de l'évolution forcée. Comment donc a-t-elle bien pu survivre jusqu'à présent alors qu'elle ne se bat pas, ni n'affiche aucune velléité d'agression ? Si l'on ne peut tirer d'elle aucune réponse exploitable, tous ceux qui ont cru jusqu'à présent pouvoir profiter de son apparente affabilité pour la dévorer se sont cassé les crocs à l'assaut d'un château trop bien protégé pour eux.

Sinistre

Si le comportement inattendu de Palladion tend à perturber presque invariablement ses semblables, l'image qu'elle reflète à la fois d'eux-mêmes et du monde qui les entoure fait généralement consensus chez les plus évolués des habitants du Hueco Mundo : quelque chose de dérangeant qu'aucun ne parvient à élucider. L'humanité tout à fait frappante de ses façons coutumières provoque une sorte de gêne qu'elle n'essaie ni de dissiper, ni d'effacer, ni de recomposer. Les autres créatures conscientes qui l'ont rencontrée, fussent-elles humaines ou bien autre chose, ressentent aussi bien que les Hollows le malaise, l'inquiétante étrangeté que sa silhouette convoque. Lugubre comme une cathédrale vertigineuse, Palladion se tient droite et inamovible, insensible aux pensées nuisibles dont elle est la cause, et peut-être aussi la réponse, si l'on se penche plus avant vers les formules qu'elle consent à donner et à organiser comme des injonctions à la sagesse et la réflexion. Alors que la guerre est au centre de toutes les préoccupations, des quartiers généraux aux périphéries quotidiennes, d'aucun se demande pourquoi elle est encore là, balafrant visiblement l'ordre des mondes, se traînant comme une relique ancienne, antique, désagréable, incompréhensible, dont les secrets immergés sous des tonnes de sable n'attendent que la découverte par les mains patientes d'un archéologue consciencieux.

Bienséante

Bien que le tumulte de l'Inferno se gorge souvent de cris, de grognements, et de borborygmes indéfinissables, Palladion s'astreint à une courtoisie remarquable, mesurée en toutes circonstances ; rare sont les individus qui peuplent l'empire de Dios avec lesquels on peut converser aussi calmement qu'avec elle, et avec une civilité si scrupuleusement observée. La surprenante douceur de ses manières se double d'un langage recherché, savant, volontiers poétique, que la situation l'exige ou non -il s'agit là d'ailleurs de la seule entorse qu'elle daigne faire au code de politesse qu'elle semble s'être fixé, et auquel en aucun autre cas elle n'accepte de déroger. S'il est extraordinairement difficile de la faire sortir de ses gonds, l'étrange douceur chevaleresque qui la caractérise semble lui tenir d'autant plus à cœur, s'il se peut pour un être de son espèce, que le calme autour duquel la moindre de ses actions semble pourtant pivoter. Cette constance à la limite de la règle absolue semble trahir quelque chose d'un secret dont on n'a jusqu'à présent pas idée, et qu'elle garde précieusement avec la fidélité d'un cerbère. Elle luttera jusqu'avec son for intérieur, de toutes les forces qu'elle peut convoquer, pourvu qu'elle retienne la larme, le souffle, ou la moue qui la trahirait. Les tenants de cette dévotion demeurant inaccessibles, son comportement incongru ne fait que renforcer son isolement, et l'incompréhension que ses semblables ressentent à son égard ; elle choisit, envers et contre son sang, envers et contre les injonctions au rassemblement, de se dissocier visiblement de ses compagnons d'armes, quitte à susciter des rejets ouverts qu'elle s'oblige à régler si le conflit ne peut être évité.

Opiniâtre

Si la majeure partie de la personnalité de Palladion la différencie radicalement des autres Hollow, elle partage au moins avec eux une indifférence essentielle quant à la pression d'autrui et à la préservation de l'ordre social ; elle tente bien effectivement d'imposer autour d'elle un calme qui ne sied pas naturellement au Hueco Mundo, mais pas pour préserver sa stabilité, ni pour en cimenter l'organisation. Tant que la volonté de Dios n'entre pas en conflit avec ses intérêts personnels, elle ne fera rien pour saper l'influence de la hiérarchie en place : voilà tout ce qu'il faut savoir de ses intentions. Le reste lui appartient, et l'on ne tirera jamais d'elle le moindre compromis quant à ce qu'elle entreprend d'achever, fut-ce par la menace ou la force. Si ses motivations divergent de ceux du groupe dans lequel elle se fond, alors qu'il en soit ainsi : elle continuera simplement à mener sa quête en silence. Le reste est question subsidiaire, ce qui l'indiffère absolument.

Cryptique

Bien que Palladion demeure remarquablement discrète quant aux ambitions qu'elle paraît poursuivre, elle se fait cependant experte des aphorismes et des développements intellectuels complexes : tantôt laconique, tantôt très attique, son apparente obsession réflexive est au centre du sel de sa conversation. Chaque mot, chaque expression se teinte d'une diversité de sens et de possibilités d'interprétation qu'elle semble avoir travaillé minutieusement : si certains écrivent comme ils parlent, alors nous dirons à l'inverse qu'elle s'exprime en tous points comme un livre. Un quincy qui l'aurait croisée au détour d'une colline blanche, une fois de retour à la cité des siens, rapporte à qui veut bien l'entendre qu'il a buté sur son chemin dans une sorte de base de donnée antique, délivrant un discours mécanique composé de sagesses anciennes et de philosophie perdue. Il se souvient qu'elle l'intrigua tant qu'il ne tenta même pas de la supprimer : il aurait eu l'impression, selon lui, d'effacer de la face du monde les restes d'une civilisation oubliée devenue illisible, incompréhensible, qui méritait de n'être pas effacée tout à fait. Palladion, visiblement, ne fait pas le choix conscient de ne pas être comprise par le plus grand nombre : elle agit comme la dépositaire d'un savoir dépassé que ses contemporains sont incapables d'appréhender, non par manque de possibilités intellectuelles, mais parce que les références qu'elle emploie se sont dissoutes dans la trame du temps et sont devenues absconses ; alors, toujours plus inaccessible, enfermée dans la cellule du contemporain, elle contemple les barreaux de sa prison silencieuse, à jamais otage de l'effondrement de sa propre langue.

Déconcertante

Difficile de savoir avec elle sur quel pied danser ; elle est une Hollow, certes, indéniablement, mais son visage empeste l'humain. Puissante, sans l'ombre d'un doute un jour, probablement,, et pourtant personne ne l'a vue manger. Un mot peut en désigner un autre ; un appel au calme signifier l'agression la plus outrancière. Son allégeance est acquise à Dios, et son hostilité apparente. Palladion, au sein du Hueco Mundo, s'impose comme une énigme irrésolue, délicate, complexe, et élégante : une beauté inattendue plantée sur les flancs délavés des plaines blanches qui noient les murs d'Inferno. Elle représente plus exactement que quiconque l'irrémédiable question de l'évolution de sa race : comment des êtres bestiaux, visiblement vides de tout, ont-ils pu de leur néant faire fleurir une pensée à nulle autre pareille, et déchaîner une campagne qu'aucune civilisation sans intelligence n'aurait pu ne serait-ce que théoriser ? En agissant comme une perpétuelle question, avare de sa propre réponse, farouche gardien du trésor qu'elle conserve en son propre sein, la elle personnifie le décalage inhérent au temps de la guerre totale entre les factions en puissance, toutes reliées les unes aux autres, mais incapables de se comprendre et de se considérer. Alors elle sème la déroute, égrène les conseils absurdes, avançant pion après pion et face après face, implacable, déterminée, vers une destination secrète.
Texte.

PHILOSOPHIE


Quel rapport votre personnage a avec sa nature hollow, son pouvoir, et sa faim éternelle ?

Palladion n'a jamais mangé en public ; pourtant, avant la fondation d'Inferno, elle était déjà présente. Un Hollow ne peut atteindre ce stade sans avoir consommé ses semblables en grandes quantités ; on en déduit donc qu'elle se cache pour les dévorer, ou bien qu'elle ne ne se défend qu'entre quatre yeux. Sa faim, cependant, ne lui pose aucun problème ; elle l'aborde avec liberté, ne se défend pas non plus d'avoir déjà mangé, et ne s'impose aucune règle de jeûne à l'heure où les âmes deviennent accessibles à tous. Si l'on pourrait s'attendre de sa part à de longues dissertations autour de la loi du plus fort, elle ne semble pas s'attarder sur la remise en question de l'ordre du Hueco Mundo ; peut-être s'y trouve-t-elle plus à son aise que son apparence ne le laisserait croire, et que ses allures pacifiques ne l'empêchent pas d'y trouver son compte en définitive.
De fait, bien que ne ne suscitant pas la crainte de ceux qu'elle afflige de ses incessantes diatribes, les vicissitudes supposées par sa race suffisent à séparer le bon grain de l'ivraie et éloigne les prétentions des moins ambitieux ; les autres se risquent à l'affronter en combat singulier, sûrs de pouvoir arracher la victoire et à se hisser plus haut sur l'échelle guerrière, et ne reviennent jamais du combat qu'ils ont engagée. Le ne la provoquent pas ; sans la considérer comme plus forte qu'eux, ils en savent suffisamment d'elle pour au moins supposer que sa différence tient davantage du théâtre que de la véritable faiblesse.

Que pense votre personnage de l'émergence de l'Inferno ? Comment y évolue-t-il ?

Palladion accepte l'ordre imposé par Dios sans vraiment adhérer à sa politique ; tout ce qu'il entreprend la laisse parfaitement de marbre. Elle ne le remettra jamais en cause en public, sinon par un regard interloqué ou quelques mots sans grande animosité. Tant qu'elle ne sent aucune incompatibilité entre la volonté de ses supérieurs et la sienne, alors elle ne fera rien. Si quelque chose la dérange, elle avance sur sa propre route, sans euphémiser son opposition. La conquête des mondes préparée par les siens ne lui arrache pas l'ombre d'une réaction ; du reste, la concentration des âmes offertes à ceux de son sang ne lui paraît pas dévaster l'ordre des choses. Elle se mêle pas à la horde disparate des Infeliz, qu'elle abandonne simplement à leur sort solitaire -tentée d'agir avant tout comme une spectatrice, scrutant avec le calme d'un prédateur patient les événements dont elle est témoin, prête à surgir depuis l'ombre quand le moment sera bon.

Que pense votre personnage des autres factions ? Que compte-t-il faire contre elles ?

On serait tenté de répondre : rien. Cependant, cela serait réduire Palladion à une apathie radicale qui ne lui correspond pas ; il serait plus juste de dire qu'elle les considère en quelque sorte comme des semblables, dont la condition n'est pas si éloignée de celle qu'elle subit qu'on le pourrait croire. Du reste, ses rares rencontres avec les émules des autres factions ne se soldent par une bataille qu'en de très singulières occasions, souvent presque accidentelles : tant que celles-ci se font de son propre chef, elle ne tuera pas son vis-à-vis pourvu qu'il existe une issue qui n'implique pas qu'elle y soit forcée. En revanche, s'ils la poussent dans ses retranchements et refusent les pourparlers sans autre forme de procès, alors elle les éliminera promptement : ne pas rechercher la mort des autres ne signifie pas désirer la sienne.

Quelles sont les trois Aspirations qui pourraient définir votre personnage ?

Penser
Parce qu'il s'agit là de son seul plaisir, de ce qu'elle sait faire de mieux, et avec le plus de passion : théoriser, organiser, réorganiser, supposer, répondre par l'aporie, puis recommencer. Si chaque habitant du Hueco Mundo devait s'en tenir à un rôle précis, alors elle serait la stratège, ou bien la philosophe-reine : au sommet de la tour sociale, celle qui l'a en premier lieu construite.

Guider
Parce que ses discours baroques ne sont pas sans but, parce que le secret qu'elle garde ne la destine pas à l'indifférence ou à l'inaction, parce qu'elle se meut sous l'impulsion d'une volonté puissante : conserver, développer, expliquer, éduquer, mener, puis recommencer. Si chaque habitant du Hueco Mundo devait s'en tenir à un rôle précis, alors elle serait la stratège, ou bien la philosophe-reine : au sommet de la tour sociale, accepter la mission d'organiser les siens.

Juger
Parce que la théorie n'est pas suffisante, que la gardienne d'un secret ne peut laisser partir celui qui l'a découvert, parce que le plus grand des professeurs se doit d'être coercitif si la situation l'exige : évaluer, écouter, croiser, confronter, empêcher, punir, puis recommencer. Si chaque habitant du Hueco Mundo devait s'en tenir à un rôle précis, alors elle serait la stratège, ou bien la philosophe-reine : au sommet de la tour sociale, à préserver l'ordre de la cité.


Racontez un événement marquant de la vie de votre personnage.

Il est certains d'entre nous qui naissent à l'envers.
Palladion, perchée sur un promontoire décoloré, s'est éveillée en sachant déjà quelque chose. Elle ne révéla jamais quoi ; pas même à ceux qui l'ont suivie dans sa quête, auxquels elle distillait quelque réconfort en égrénant les formules fermées, seules véritables issues qu'ils avaient à leur condition de prédateurs forcés. À rebours de sa propre nature, elle était venue au monde pourvue d'un visage de femme, dénuée de crocs et de mâchoires imbriquées : probablement la forme la plus monstrueuse qu'un individu de son espèce put prendre. Elle pensait, réfléchissait, questionnait avec une intarissable prolixité, comme indifférente au néant que sa malédiction aurait du imposer.
Alors, quand le monde se mit à tourner dans le sens inverse des aiguilles d'une montre, quand Ahriman s'empara du titre de Dieu, elle ne sembla pas surprise. Les autres Hollows qui s'étaient attachés à elle malgré son humanité d'épouvante tentèrent de la questionner, surpris par le lourd silence qu'elle leur avait imposé face à l'érection d'une cité des leurs par la main d'un être unique : elle ne leur répondit pas. Et pourquoi l'aurait-elle fait ?
Elle les perdit un à un, sans broncher ni les regretter. Au contraire, elle les rejoignit bien vite au sein d'Inferno, où elle se plia à la loi du plus fort. Sans éclat, sans bruit.
L'inconcevable fluidité de sa résistible ascension n'avait aucun sens.
Aucun sens accessible à un autre qu'elle.
Palladion n'était pourtant pas si vieille : son antiquité ne s'expliquait pas, et elle n'en délivrait pas les clés non plus.
Ne restait que ce sentiment d'étrangeté, ce regard insupportable, intolérable, qui donnait à toutes les races la sensation d'une inconcevable incompatibilité dont elle ne souciait pas, ne rougissait pas, ne pleurait pas, qu'elle se contentait de vivre dans la plus parfaite distance, et de renforcer contre le gré de tous en s'astreignant aux sévices de la paix alors qu'elle devait manger ou être mangée.

Était-ce effectivement la paix, ou bien préparer la guerre ?

On l'envisageait comme une anomalie, un anachronisme incompréhensible, un temple dorien intact planté dans un décor mécanique, sans aucune articulation pour l'y intégrer, sans rappel pour le justifier.

Une Hollow qui ne mangeait pas. Une entité pacifique qui bannit injures et menaces.

Mais alors, pourquoi ? Pourquoi les brumes de son secret ne se dissipaient-elles pas ?

Palladion est la preuve criante que les choses n'ont de cesse de recommencer. Que l'on n'échappe pas au cycle de la nature : que l'on en revient toujours au même point. Que les Shinigami ne sont que des hommes armés, les Quincy des exécuteurs renvoyés, et les Hollows leurs mues délaissées, les restes animés des caveaux de leurs morts, ou bien leurs enfants morts-nés. Des semblables, tous intolérablement, irrémédiablement semblables, mus par un désir de prévalence qui les déconnecte de leurs racines communes, de leur nature identique, de leur impossible fraternité. Les rouages d'un macrosystème infiniment plus grand qu'eux, à leurs yeux inacceptable, régi par un système symbolique qu'ils refusent d'interpréter, à l'inverse de Palladion, abominable Palladion, ce vieux trésor poussiéreux, ce coffre rempli de pièces abrité par un chapiteau brisé, cette relique inaltérée, consacrée, indispensable, inutile, insensée, amorphe et pourtant horriblement fixe.

Les légions de l'Enfer blanc se sont organisées, tenus par la main de Dios fermée sur la bride. Les uns et les autres affirment que le monde a tremblé, et que s'il ne l'a pas encore fait, alors il tremblera, c'est sûr, il tremblera, et puis il s'écroulera, ou bien subsistera à l'issue d'une bataille sans commune mesure. Ses murs, pourtant, ne se sont pas mus d'un centimètres : ils sont toujours les mêmes qu'alors, plantés à leur juste place, inamovibles, sans pivot, arrimés à leurs fondations. Comment pourrait-il en être autrement ? S'ils tombent, alors tout tombe, et personne ne gagne : pas de de roi, pas de royaume, pas de sujets, même pas de vide.

Palladion n'a pas répondu parce qu'il n'y avait rien à répondre. Dios n'est pas différent des empereurs d'alors, ni des bouleutes et des oligarques, des archontes, gouverneurs, consuls, préteurs et administrateurs. C'est un interprète, tout au plus, qui s'est saisi d'une admirable partition dont il n'est ni l'auteur, ni le destinataire -est-il meilleur, ou bien pire que les archanges déments qui se déchaînent contre des monstres qu'ils ne comprennent pas, que les hommes fuyant leurs propres reflets, ou les guides égarés dans les marécages de la démesure. S'il existait des livres que les Hollows puissent lire, ils apprendraient peut-être du passé des autres espèces et connaîtraient le destin des leurs ; en l'absence d'une littérature lisible, Palladion occupe le poste vacant de dépositaire du savoir des anciens, qu'elle accumule mot par mot, phrase par phrase, et vers par vers, avec une minutie d'horloger, et la dévotion d'un serviteur mécanique, dont on aurait remplacé le cœur par les artères enchevêtrés d'une machinerie vertigineuse.


ALTER EGO


Votre pseudo ? /
Votre âge ? 22
Origine de votre avatar ? une illu de nu13 de blazblue en pleine création, avant qu'elle ne devienne un gundam miniature et embarrassant
Sur quel appareil jouez-vous ? hein ?
Comment avez-vous connu le forum ? un top site, je crois
Avez-vous un parrain ? non
Est-ce une Réincarnation ? non
Est-ce un Double-Compte ? non plus
Connaissez-vous l'univers de Bleach ? plutôt à distance, disons
Est-ce votre premier forum RPG ? du tout
Une allergie particulière ? pas mal de médicaments, si vous voulez tout savoir
Q.L.F. ? vous me prenez pour qui, vous
Autre chose à ajouter ? pourquoi ?
Alignement : Loyal Neutre
Rang : B
Grade : Ittōhei, Ichibantai
Avatar : Tobirama, Naruto
Messages : 197
Expérience : 7
Reiryoku : 27500
Date d'inscription : 23/04/2019
Tokugawa Eien
Tokugawa Eien
Ven 5 Juil - 3:42
Bonjour et bienvenue du coté des rouges !

Une présentation bien particulière pour "une" Hollow, c'est ce qui fait son charme. Hâte de découvrir ce fameux secret in-rp. Avant de pouvoir procéder à ta validation, je vais devoir te demander quelques modifications.

Premièrement, un rang C ne peut être un Vasto Lorde, ni même un Fraccion. Ensuite la partie "texte" de ton évènement marquant doit être supprimée.
Pour finir, malheureusement, ton avatar n'est pas envisageable. En effet, un Hollow ne peut ressembler parfaitement à un humain. Bien que certains Hollows s'humanisent en acquérant de la puissance, ces derniers restent toujours un minimum monstrueux dans leurs apparences (cf : Reiha, Majun etc).
Pour résumer : un humanoide, oui, mais assez monstrueux pour ne pas faire de doute quant à son appartenance.

Bon courage, si tu as la moindre question n'hésite pas à passer sur le Discord.
Alignement : Neutre
Rang : C
Grade : Sicario
Avatar : Nu13, Blazblue
Messages : 3
Expérience : 12
Reiryoku : 12000
Date d'inscription : 01/07/2019
Palladion
Palladion
Ven 5 Juil - 4:12
Expert du hors-sujet que je suis (et pas grand connaisseur de Bleach, je l'avoue, je vais poncer le wiki comme une vieille table en bois mité)

Ceci étant dit, je crois que les corrections sont faites. Signalez moi s'il reste une coquille quelque part !
Alignement : Loyal Neutre
Rang : B
Grade : Ittōhei, Ichibantai
Avatar : Tobirama, Naruto
Messages : 197
Expérience : 7
Reiryoku : 27500
Date d'inscription : 23/04/2019
Tokugawa Eien
Tokugawa Eien
Ven 5 Juil - 4:41
Félicitations !
Il semblerait que vous ayez été validé Sicaria de Golosinas au rang C.

Rp en vers et sous la forme d'alexandrins obligatoire pour toi. Une pépite à lire, un peu de mystère, tu viens de d'attirer mon attention (et celle de mes PNJ SSS). Tes accès te seront accordés sous peu et ta Fiche Technique sera générée dès que possible. Tu peux – en attendant – commencer par te rendre dans la Gestion du personnage afin de commencer ton carnet de bord mais aussi poster une demande de RP (si jamais tu n'as pas d'amis).

Bon courage !
Contenu sponsorisé
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum

 :: Premiers Pas :: Présentation :: Validées
Atticisme(s)

Sauter vers: