Derniers sujets

Oui, c'est moi, Yasu ! [Terminé]
 :: Premiers Pas :: Présentation :: Validées

Alignement : Chaotique bon
Rang : C
Grade : Nittohei
Avatar : Howl, Miyazaki
Messages : 19
Expérience : 19
Reiryoku : 12050
Date d'inscription : 17/08/2019
Voir le profil de l'utilisateur
Satochi Yasu
Mer 21 Aoû - 1:17
IDENTITÉ
Complétez les champs de cette partie afin de présenter sommairement votre personnage.

Nom : Satochi
Prénom : Yasu
Genre : Masculin
Naissance : 590 – 160 ans
Rang : ben, C (C’est un piège pour savoir si j’ai lu les règles ?)
Grade : Nittōhei , tout juste sorti de l’école de formation ! (Majeur de promo, bien entendu.)
Alignement : Chaotique bon
Réputation : Jeune recrue prometteur et talentueux qui manque encore d’humilité et de discipline.
Signe particulier : Des bijoux.

PERSONNALITÉ
Choisissez au moins six adjectifs définissant au mieux la personnalité de votre personnage, et expliquez pourquoi en quelques lignes. L'avatar peut suffire à décrire physiquement votre personnage.



Mégalomane.

Je suis quelqu’un d’exceptionnel. Tout le monde pense qu’il est exceptionnel, il n’y a que les soumis et les hypocrites pour dire le contraire. C’est normal de penser qu’on est exceptionnel mais moi, je le suis vraiment. Il n’y a rien que je ne puisse faire, rien qui soit en dehors de ma portée. Je réussis tout ce que je fais, et souvent dès le premier coup. Après tout, je suis très intelligent et on n’a pas besoin de me montrer comment faire. Je suis un génie, vois-tu. Et tout ça, je ne le dois qu’à moi car j’ai cultivé ma force et mon intelligence, j’ai élevé toutes les qualités de l’âme au plus haut qu’il soit possible d’atteindre et j’ai bâti ma propre fortune à partir de rien ; oui : je suis quelqu’un de parfait, je sais. Merci.

J’aime me donner en spectacle. Il faut que les autres voient que je suis le meilleur, qu’ils le reconnaissent. Je sais faire des danses, des pirouettes, des chants et des sorts mortels, acclamez-moi !

Égoïste.

Oui, je suis égoïste. C’est normal d’être égoïste, tout le monde est égoïste. Mais au moins, je suis assez honnête pour le reconnaître ! Et si je ne pense pas à moi, ce n’est pas les autres qui vont le faire à ma place. Je ne peux compter que sur moi-même, et c’est pour ça que je ne me trahirai pas. Quand il y a une ressource à partager, je m’assure de me servir en premier pour être sûr d’avoir ma part. Quand il y a des honneurs à recevoir, je mettrai en avant ma contribution à juste titre. Quand quelqu’un m’offre quelque chose, je le prends, et il ne pourra rien me demander en retour.

Mais attention, ce n’est pas pour autant que je fais attention aux autres. Soigner ses relations sociales, c’est la clef pour avoir le droit d’être égoïste ! Garde un certain équilibre et personne ne pourra rien te reprocher. Ainsi, quand quelqu’un me fait part de ses problèmes, je l’écoute et, si je possède une solution simple qui ne me coûtera pas grand-chose, je l’aiderai. Si c’est un ami, je l’aiderai quoi qu’il en coûte, car je choisis bien mes amis. Eux, je sais qu’ils me rendront la pareille, un jour.

S’attaquer à mes amis, c’est s’attaquer à moi, et je n’aime pas qu’on s’attaque à moi.

Gentil.

Oh, vous ne vous y attendiez pas, n’est-ce pas ? Oui, je sais, je suis le meilleur. Et pour être le meilleur, il faut être gentil. Comment voulez-vous que les gens m’admirent si je ne suis pas gentil ? Acclamez-moi !

La gentillesse, c’est de rendre des services gratuitement, sans même qu’on ait besoin de demander, c’est de partager ses biens (mais seulement les biens superflus dont on n’a pas besoin, faut pas déconner) avec autrui parce que ça fait plaisir de partager et d’obtenir la reconnaissance des autres.

C’est de venir en aide dès qu’on peut (c’est-à-dire pas quand j’ai aqua-poney) et de propager le sourire. Si tout le monde est gentil avec tout le monde, c’est tout bénef, surtout pour moi. Je veux que les gens soient gentils avec moi et pour ça, il y n’y a pas trente-six solutions. Les tyranniser, mais c’est courir le risque de se faire poignarder dans le dos. Les flatter, mais la gentillesse hypocrite risque de me faire des ennemis. Les acheter voire les entretenir, mais ça coûte cher. Ne reste que le fait d’être sincèrement gentil ! C’est la meilleure solution.

Impitoyable.

Le saviez-vous ? Les grands esprits sont pleins de contradictions. La contradiction forme un nœud intérieur qui est le moteur de toute personnalité remarquable. Les gens qui n’ont pas de contradictions internes sont des gens plats et sans intérêt. Et moi, je suis bien sûr quelqu’un de singulier.

J’ai fait tant de choses pour toi, je t’ai donné sans recevoir, j’ai été gentil, je t’ai aidé maintes fois. Maintenant, c’est trop. Je refuse de me laisser exploiter et de faire que ma gentillesse serve ta médiocrité et ta fainéantise. Je n’ai rien contre toi : après tout, il faut bien qu’il y ait des déchets pour que les êtres de qualité sortent du lot. Mais si tu veux que je t’aide encore, tu peux crever que je ne lèverai pas le petit doigt.

Si tu menaces l’équilibre des âmes, moi-même ou mes alliés, tu es mon ennemi. Si tu t’attaques sans raison à un humain, tu es mon ennemi. Si tu perturbes la tranquillité des habitants du Rukongan, tu es mon ennemi. Si tu es mon ennemi, tu dois mourir. Si tu es un hollow, je dois te trancher. Bien ou mal, ça n’a pas d’importance. Je te tuerai, sens-en convaincu. Mais ne t’en fais pas. Tu seras réincarné et pourras te repentir de tes erreurs.

Susceptible.

Non, je ne suis pas un petit privilégié, j’ai mérité ma place ici comme tout le monde ! J’ai construit un village à partir de rien, j’ai vaincu des brigands pour mettre la main les trésors qu’ils avaient volés, j’ai établi un commerce basé sur le troc, j’ai fait prospéré toute une partie paumée et reculée du Rokongan comme jamais. Des tas de gens me doivent la vie et la prospérité, alors acclame-moi, respecte-moi ! Quoi, tu oses m’insulter, tu oses dire que la vie m’a tout donné ? Tu es simplement jaloux ! De moi qui ai fait tant de bonnes choses, moi à qui tant de personnes sont redevables ? Ah, je comprends : qui n’est pas jaloux de moi, après tout ? Quoi ? Répète un peu ? Comment peux-tu ne pas voir ma grandeur, ni être ébloui par ma seule présence ? Bats-toi si tu l’oses, et ne m’en veux pas si tu meures !

Comment ça je ne suis qu’un sous-fifre sans envergure ni importance ? Ne voyez-vous pas que je parle d’or et que la raison est de mon côté ? N’avez-vous donc pas la moindre once de jugeote ? Peu, je ne suis peut-être qu’un sous-fifre mais dans peu de temps, je serai capitaine, tu verras… TU VERRAS !

Discipliné.

Je vous ai déjà fait le coup de la contradiction, mais saviez-vous qu’on ne peut arriver nulle part sans une discipline intérieure ? Si j’ai pu faire tout ce chemin tout seul dans cet endroit sans pitié qui est le Rokongan, c’est parce que je me suis discipliné. Et comme je l’ai déjà expliqué, se plier aux règles de la société est indispensable pour qui veut être égoïste, le tout étant de trouver sa liberté au sein de ces foutues règles. Mais je suis un génie, alors pour moi c’est facile, tout est facile.

Cela dit, je suis investi d’une mission sacrée, celle que l’on m’a donnée le jour où ces nobles hommes en noirs m’ont accepté parmi eux. Ils ont fait de moi un shinigami, et ça prouve bien que je suis quelqu’un d’incroyable n’est-ce pas ? Comme je suis si incroyable, je dois mener à bien la plus belle et la plus importante des missions : veiller à l’équilibre des âmes. Et cette mission, je ne peux la mener à bien que si j’accepte de me plier un minimum à la discipline requise pour être shinigami. Je vaux mieux que ça, c’est vrai, mais il faut juste le temps de faire mes preuves. Dans quelques jours, ils auront tous compris à quel point je suis juste et droit, et ils me donneront plus de libertés et de responsabilité.

Investi, appliqué.

Je ne fais pas les choses à moitié. Si je ne donne pas le meilleur de moi-même à chaque fois, comment les autres peuvent-ils se rendre compte que je suis le meilleur ? Il n’est pas question de se contenter du minimum, non : tout ce que je fais doit être parfait, magnifique, sublime. Je n’hésite pas à donner de mon temps et de mon énergie sur chaque tâche, car après tout qu’est-ce que le temps ? On en a plein alors autant l’utiliser !

Mais attention, je ne suis pas stupide. Pour tous ceux qui voudraient se servir d’une de mes caractéristiques pour mieux m’exploiter, je vous renvoie à la case « impitoyable ».

Patient.

L’éternité est devant moi, il n’y a pas de raison de se presser. Je sais attendre et je suis compréhensif quand mes plans se voient ralentis de manière imprévue. De toute façon, il n’y a que les idiots qui ne savent pas quoi faire du temps qu’on leur donne.

Impulsif.

Je vous ai déjà fait le coup de la contradiction ? Hum ? Ah, vous savez : tout le monde ne comprend pas tout dès le premier coup alors je préfère répéter, on ne sait jamais.
Oui, je sais choisir vite et je suis prompt à me faire plaisir. Plutôt que de tergiverser cent cinq ans sur l’œuf ou la poule, j’en choisis un et je choisis le bon. Plutôt que de perdre des années en préparatifs inutiles, je choisis un plan et je l’exécute. La patience, elle n’est de mise que lorsque l’on attend que les fruits que l’on a plantés se mettent à pousser et mûrir. Mais si personne n’a jamais planté de fruit, il ne sert à rien d’attendre.

En fait, je déteste l’inaction et je ne connais pas l’ennui. Comme je l’ai déjà dit, seuls les imbéciles connaissent l’ennui. Pour les gens comme moi qui sommes supérieurs aux autres, ça n’arrive jamais. Alors oui, des fois je me laisse guider par mon cœur, je fais les choses à l’instinct et je coupe au plus court. C’est quelque chose que je fais très bien, couper. De toute façon, si je veux une chose, ça veut dire que la chose est bonne, n’est-ce pas ? Alors pas besoin de se creuser la tête bien longtemps : puisqu’elle est bonne, autant s’activer pour la prendre !

Réformateur.

Certains diraient que je suis un arriviste et que je veux tout faire à ma façon, mais le fait est que ça marche. Ça a marché, et il n’y a pas de raisons que ça ne marche pas à nouveau. Seuls les imbéciles ne changent jamais d’avis. On se fait une opinion à partir d’informations partielles ou de ce que les autres nous ont rapporté et l’intelligence, c’est aussi de savoir adapter cette opinion aux nouvelles données. Et moi, je suis une nouvelle donnée, alors écoutez-moi, j’ai beaucoup de choses à vous dire. En retour, je vous écouterai et j’apprendrai de vous. Apprendre et m’adapter, ce sont mes deux meilleures facultés, contrairement à ce qu’on pourrait penser.

PHILOSOPHIE
Répondez à chaque question de la manière que vous souhaitez. Nous vous demandons de vous attarder sur l'écriture de l'un des évènements marquants de votre personnage. Voici des pistes de réflexion : l'acquisition de la première libération, ou les souvenirs d'une ancienne incarnation.

Quel rapport votre personnage a avec l'esprit de son Zanpakutō, ou l'art du Kidō ?

L’art du Kido illustre la supériorité des shinigamis sur les autres. Son élégance, sa puissance et sa polyvalence, ainsi que sa difficulté de maîtrise, est la preuve indubitable de la supériorité intellectuelle de ses utilisateurs.

Mon Zanpakuto est quelqu’un d’étrange et d’amusant. Il est mystérieux et je ne le connais pas encore très bien, mais je sais qu’il sera à mes côtés pour le reste de l’éternité. C’est pourquoi je dois faire des efforts tout particuliers dans ma relation avec lui, je dois construire les bases d’une relation saine et durable. Je peux lui faire confiance et mettre ma vie entre ses mains, et j’ai hâte de faire plus ample connaissance avec lui. De plus, ses pouvoirs me semblent sans limites et nécessitent une grande intelligence pour être exploités. Je suis fier de mon Zanpakuto.

Que pense votre personnage de la hiérarchie de la Soul Society ? Et du Roi des âmes ?

La hiérarchie du Seireitei a tort de vouloir détruire le hueco mondo. Ce serait un désastre. Il vaut mieux le conquérir, le soumettre et le contrôler, afin de réguler à la source l’arrivée et les apparitions de hollows. Fort heureusement, je serai bientôt au sommet de la hiérarchie (je suis un génie, après tout) et, quand cela arrivera, ils n’auront pas de choix que de reconnaître que mon point de vue est le meilleur.

La hiérarchie du Seireitei a su reconnaître mon talent en faisant de moi un shinigami. Ce sont manifestement des gens intelligents qui savent reconnaître le bon du mauvais. Certes ils me traitent encore comme un sous-fifre mais j’aurais fait la même chose à leur place, je ne leur en veux pas. Il faut une hiérarchie, c'est indispensable que les meilleurs soient en haut et les moins méritants en bas. De toute façon, ils ne tarderont pas à se rendre compte que je vaux mieux que les corvées de nettoyage, et que ma place est ailleurs.

Le roi des âmes m’a donné lui-même la mission de veiller sur l’équilibre. C’est donc une mission divine qui montre à quel point je suis spécial et digne de confiance. Je ne le décevrai pas, parce que je suis parfait, après tout.

Que pense votre personnage des autres factions ? Que compte-t-il faire contre elles ?

Les quincy ne devraient pas être autorisés à utiliser leur pouvoir, sauf en cas de légitime défense avérée. Ceux qui vont à l’encontre de cette loi doivent être traqués et éliminés car ils menacent le fragile équilibre des âmes.

Les humains sont des êtres fascinants et intéressants. Ils méritent de vivre et d’être protégés. J’ai été humain, avant. Plusieurs fois. Mais les humains sont vains et destructeurs. Ils ne font pas assez attention à leur environnement et risquent de provoquer leur propre destruction. Ils ont besoin d’être supervisés pour qu’on leur inculque la vision du long terme, car la disparition des hommes serait une catastrophe indescriptible qui mettrait fin à l’équilibre des âmes.

Les hollows ne font que suivre leurs instincts, ils ne sont pas à blâmer. Ils participent à l’équilibre du monde et détruire de Hueco Mondo serait une terrible erreur qui pourrait provoquer la fin de toutes choses. Cependant, les hollows sont des âmes en peine et il est de mon devoir de les raccompagner vers leur prochaine vie, tous autant qu’ils sont.


Quelles sont les trois Aspirations qui pourraient définir votre personnage ?

1) Obtenir le respect et la considération, être adulé, acclamé, félicité, reconnu comme étant le meilleur, comme étant exceptionnel.

2) Protéger l’équilibre des âmes. (En particulier, tuer les hollows, convaincre les shinigamis de renoncer à la destruction du Hueco Mondo, interdire aux Quincy d’utiliser leurs pouvoirs, mettre le monde des humains sous la tutelle de la Soul Society pour les empêcher de détruire la terre et l’environnement.)

3) En apprendre plus sur Kyoi, l’esprit de mon Zanpakuto (je viens juste de le rencontrer) et devenir son ami, en faire mon âme sœur.

Bonus : Retrouver Laurenne, une personne que j’aurais connue dans une autre vie.


Racontez un évènement marquant de la vie de votre personnage.

— Hé, Yasu ?
— Quoi ?
— Rends-moi ma chaussette.
— Pourquoi ?
— C’est à mon tour de la porter.
— Non, c’est demain matin.
— On est déjà demain matin.
— Ah ?
— Oui, rends-moi ma chaussette.
— Bon, tiens.

Ça fait combien de temps qu’on est là ? Dix ans, vingt ans ? Je ne sais pas. Les jours se suivent et se ressemblent. Nous fouillons les forêts à la recherche de racines et de champignons. Nous tissons des paniers avec des feuilles, et parfois on peut les troquer contre du pain. Comment je me suis retrouvé là ? Je suis mort.

De mon ancienne vie, je n’ai que quelques bribes. J’étais quelqu’un de bien, c’est sûr. Un intellectuel. Je me souviens de la foule qui m’acclamait après l’une de mes conférences, et du plaisir que j’avais ressenti à ce moment-là. Je vivais bien. J’avais une femme dont je me souviens parfaitement du visage, et qui était délicieusement belle. Elle s’appelait Laurenne. En soit, j’avais tout, et maintenant je n’ai plus rien. Je ne me souviens plus de ma mort. J’en fais des rêves, parfois mais c’est à chaque fois un rêve différent.

En vingt ans, j’ai appris à concevoir le temps différemment. Rien ne presse, rien ne change. Ma seule préoccupation c’est d’avoir de quoi manger quotidiennement. Mais je vaux mieux que ça. Je me sortirai de là et je me referai une nouvelle vie. J’ai tout eu une fois, je peux tout avoir de nouveau.

Mon camarade de chaussette, c’est Buengavin, un homme abattu qui s’est résigné à sa situation. J’ai essayé de le secouer mais ça fait trois cent ans qu’il est là, d’après lui. Rien n’a changé. Aucun miracle n’est arrivé. Il déconne, comment on peut compter jusqu’à trois cent ans de toute façon ? Tu perds la tête bien avant. En attendant, on se partage ce tricot parce qu’on a froid aux pieds. Les pieds c’est la porte d’entrée du froid, il suffit de se balader pieds nus deux minutes pour s’en convaincre. Mais je vaux mieux que ça. Je n’attendrai pas trois cent ans. Dès qu’une occasion se présente, je me casse, et tant pis pour lui s’il ne veut pas venir. Et je n’attendrai pas que l’occasion soit passée pour me décider, ça c’est sûr.

Aujourd’hui, ce n’est pas un jour comme les autres parce qu’aujourd’hui, il y a un groupe de trois personnes qui se pointe dans notre cabanon ; ils n’avaient pas vu qu’il était habité. Ils ont un sac plein à craquer, et rien que de le voir ça a de quoi donner des gargouillis à l’estomac. C’est fou ça que l’on doive manger. Si on ne mange pas, notre énergie spirituelle se dissipe et puis plus rien, a plus, circulez, vous n’existez plus. C’est Buengavin qui m’a expliqué ça, quelle arnaque. Mais moi, depuis que je suis ici je n’ai jamais ressenti la faim. Je peux manger et sentir le goût des aliments mais si je passe une semaine, deux semaines sans manger ce n’est pas un problème. Je me demande combien de temps il faut jeûner pour mourir, peut-être un an, deux ans ? Mon ami me dit que je suis fou et qu’il ne peut pas rester trois jours sans manger… peut-être que j’ai quelque chose de spécial ?

Les intrus nous menacent avec une sorte d’épée. Ils veulent que l’on parte. Je n’ai pas le temps de le consulter que mon compagnon d’infortune a déjà pris la poudre d’escampette. Je vois sa tête surgir de derrière un buisson. Il me fait des signes, il me chuchote des trucs. Bof, moi ça ne me fait pas peur une épée. De toute façon on ne la fait pas, à moi : je suis un esprit, ce n’est pas un coup d’épée qui va me faire peur. Et au pire, je n’ai pas grand-chose à perdre vu que je suis déjà mort.

Je ne me suis jamais battu dans mon ancienne vie. Pas que je me souvienne en tous cas. Mais là, c’est presque trop facile. Mes coups le mettent à mal et les siens ne me font rien. J’ai vite fait de lui arracher son sabre et les deux autres prennent la fuite en me traitant de monstre. J’ouvre le sac. Mauvaise nouvelle : il n’y avait pas de la bouffe. Bonne nouvelle : l’occasion que j’attendais depuis plus de vingt ans s’est présentée. Des vêtements, des armes, des outils, du toc, tout ce dont on a toujours rêvé !

Buengavin a voulu que je partage. Mais franchement, il n’a rien mérité alors j’aurais dû ne rien lui donner. Mais comme on a quand même vécu si longtemps ensemble, je lui ai laissé less pépite de chocolat, de quoi se nourrir pendant un an ! Mais moi, je ne me contenterai pas de dilapider cette fortune en restant ici, non ! Je réfléchis déjà à tout ce que je peux faire avec ces outils.

Bizarrement, c’est maintenant que pleins de souvenirs de mon ancienne vie refont surface, et pas dans l’ordre : tous en même temps. Je me vois en train de visiter un musée sur un truc qu’on appelait la préhistoire. J’ai dans ma main une autre main et ça me rend heureux. Je me souviens de ce qu’on appelait une « émission » qui passait sur une boîte noire qui fait de la lumière. Ils expliquaient plein de trucs. Les trucs qui pourraient m’être utiles, maintenant.

J’ai des haches, des marteaux, des clous et une forêt. Que demande le peuple ? J’ai du fer, aussi. Avec ça, je pourrai construire tellement de choses ? Une maison, un village, des champs ! On pourra aller chasser des bêtes, pêcher des poissons ! Et ce qu’on aura en trop, on pourra le troquer contre ce dont on aura besoin ! Oui, avec ça il n’y a pas de soucis, un rêve est à la portée de mes mains : construire le premier village du Rokongan. Adieu la vie de misère, bonjour le confort.

Je m’arrête pas un retaper la cabane. Une fois que c’est fait, je pars à la recherche de gens. J’ai besoin de main d’œuvre. De gens pour semer et labourer, des gens pour élever les poules, des gens pour travailler le bois, et des gens pour partager leurs connaissances. En réunissant nos souvenirs de nos vie d’avant, on peut y arriver ! On peut le faire. Buengavin ne vient pas, il dit qu’il va veiller sur la maison et le chocolat. Il a peur. Qu’à cela ne tienne : je ne compterai que sur moi-même !

Le village est de plus en plus gros. C’est comme une boule de neige : plus il est gros, plus il grossit. Maintenant, il est assez autonome, et mon rêve s’est réalisé. Une trentaine de personne, toutes réunies, rassemblées par une seule et même chose : l’admiration et la reconnaissance sans borne qu’ils ont envers moi. Ah, y’a pas à dire c’est le pied. Mais il y aura d’autres villages. Je construirai un empire, une civilisation !

Je me suis perdu. J’ai erré trop longtemps à la recherche d’âmes en peine. De mes outils, il ne me reste plus que cette épée qui ne coupe pas, et que j’ai récupérée le jour où tout a commencé. Ça fait des mois que je n’ai rien mangé mais je n’ai toujours pas faim. Ici, tout se ressemble. Je me suis dit qu’en allant tout droit je pourrai rentrer au village en faisant demi-tour mais j’ai dû dévier légèrement de trajectoire, et maintenant je suis au milieu de nulle part. J’ai perdu tout ce que j’ai construit, mais ce n’est pas grave. Le village est encore là, quelque part. Ils ont tous besoin de moi et ma disparition sera une grande perte pour eux mais ils s’en remettront. Ils désigneront un nouveau chef et ils continueront à s’étendre en utilisant le savoir que je leur ai appris.

Ça fait combien de temps que je suis perdu, maintenant ? Un an, deux ans ? Je croise des gens, parfois, mais ils sont tellement grillés du cerveau qu’ils ne me remarquent pas. Des fois je croise des créatures douteuses, mais je les fais fuir en agitant mon épée et en faisant de grands cris. Cet endroit est flippant. Mais quoi qu’il arrive, je continue de marcher. Je n’abandonne pas. Au bout d’un moment, je finirai par arriver quelque part. Mais je ne trouve pas d’autre village. Je dois être vraiment le seul à en avoir construit un, sinon ce n’est pas possible. Tiens, j’entends du bruit. Des gens, ce sont des gens !

Ils portent un katana à la ceinture et un imposant kimono noir. Ils disent qu’ils sont de la troisième division. Ils me disent que je suis quelqu’un d’intéressant, et qu’un destin exceptionnel m’attend dans la société des âmes. Enfin ! On dirait que j’ai retrouvé mon chemin.

ALTER EGO
Répondez si vous le souhaitez aux questions de ce formulaire vous concernant. Si les champs Réincarnation et Double-Compte ne sont pas complétés, nous les considèrerons comme nuls.

Votre pseudo ? Yasu, ça ira, mais sur Discord je suis Anaël ;p.
Votre âge ? Plus jeune que toi.
Origine de votre avatar ? L’avatar comme la signature sont des œuvres de sakimichan. Il s’agit d’un personnage nommé Howl, issu de l’imaginaire de Miyazaki (Le château ambulant).
Sur quel appareil jouez-vous ? Un ordi.
Comment avez-vous connu le forum ? Top-sites.
Avez-vous un parrain ? Nope.
Est-ce une Réincarnation ? Nein.
Est-ce un Double-Compte ? Niet.
Connaissez-vous l'univers de Bleach ? Ouaip, mais mes souvenirs commencent à se faire vieux. Fort heureusement, il y a le fandom.
Est-ce votre premier forum RPG ? Non, c’est mon deuxième ^^
Une allergie particulière ? Poussière. Je n'aime pas tout ce qui est "gore". Bleach ça passe parce que c'est presque caricatural, comme Tarantino quoi XD. Mais Berserk ça ne passe pas par exemple. Du coup soyez pas trop violents dans vos textes :'(.
Q.L.F. ? Le Front de Libération Québécois.
Autre chose à ajouter ? Bleach est un univers sanglant et sérieux mais je ne suis pas contre un peu de comique, Shonen oblige ! Aussi je n’aime pas quand il y a trop de mots compliqués en japonais, à la fin je ne m’y retrouve plus >.<’.

_________________
Oui, c'est moi, Yasu ! [Terminé] Sans_t12
Alignement : Il parle pas chinois
Rang : C
Grade : Infeliz
Avatar : Ryûma (One Piece)
Messages : 57
Expérience : 526
Reiryoku : 17200
Date d'inscription : 31/07/2019
Voir le profil de l'utilisateur
Tokugawa
Mer 21 Aoû - 10:18
Une présentation bien intéressante que voilà qui contraste avec la plupart des Shinigami actuels. C’est rafraichissant !

Malheureusement, deux points sont à modifier. Les Vizards et Arrancars n’existent pas – ou du moins pas pour l’instant. Le Rukongai ne contient que des terres désolées sans aucune habitation. Enfin, un Shinigami étant un être spirituel, il n’est pas astreint à la faim et la soif.

Le contexte de RnS prend des largesses et s’écarte grandement de l’oeuvre originale. Il s’auto-suffit. Une fois que ce sera modifié, on procédera à ta validation !
Alignement : Chaotique bon
Rang : C
Grade : Nittohei
Avatar : Howl, Miyazaki
Messages : 19
Expérience : 19
Reiryoku : 12050
Date d'inscription : 17/08/2019
Voir le profil de l'utilisateur
Satochi Yasu
Mer 21 Aoû - 16:05
Plop !

Merci pour ton avis, c'est cool que ça te plaise. Bon, commençons pas le plus facile :

@Tokugawa a écrit:
Les Vizards et Arrancars n’existent pas

Pas de soucis, je supprime la mention, basta ! Du coup je ne pourrais pas avoir de point de vue contrasté sur les hollows mais c'est cohérent vu que je viens de devenir Shinigami en fait ^^'. Je pourrais faire évoluer mon point de vue au cours des RP x).

@Tokugawa a écrit:
un Shinigami étant un être spirituel, il n’est pas astreint à la faim et la soif

Ah oui c'est un postulat du manga assez surprenant mais cohérent que les esprits doivent toujours manger XD. Pour moi le plus simple c'est de mentionner que, contrairement à mon compagnon, je ne ressens pas la faim, point final. Comme je ne sais pas encore que je suis Shinigami je peux ne pas être au courant que je n'ai pas besoin de manger et le reste colle encore à peu près !

@Tokugawa a écrit:
Le Rukongai ne contient que des terres désolées sans aucune habitation

Aaargh ! C'est exact, j'ai confondu avec le manga ! Alors du coup pour moi il y a deux solutions, et avant de modifier le truc j'aimerais savoir ce que tu en penses, ça nous épargnera une nouvelle partie de ping-pong xD.
- Remplacer Rokongai par Kekkai, mais ça ne colle pas trop avec les racines et les champignons XD. Il faudra remplacer par une autre occupation de miséreux, est-ce que ça t'irait comme ça ? Qu'est-ce que tu préconises ?
- Placer l'action trèèèès loin dans le Rokongai, après tout ça peut être un endroit qui n'a pas encore été découvert. J'aurais rencontré la 3ème division au cours d'un de mes voyages, basta. Le problème c'est la place de l'argent. Il faudrait remplacer ça par autre chose, mais pour moi c'est plus de l'ordre du détail et ça ne m'empêche pas d'avoir des bijoux :P.

Voilà, merci : )

_________________
Oui, c'est moi, Yasu ! [Terminé] Sans_t12
Alignement : Il parle pas chinois
Rang : C
Grade : Infeliz
Avatar : Ryûma (One Piece)
Messages : 57
Expérience : 526
Reiryoku : 17200
Date d'inscription : 31/07/2019
Voir le profil de l'utilisateur
Tokugawa
Mer 21 Aoû - 16:15
Tu peux placer l'action assez loin dans le Rukongai et du coup garder le principe de champignons, racine et d'une cabane de miséreux. Partir du postulat que tu tombes sur des membres de la troisième division ne nous dérange pas, au contraire. Concernant l'argent, ce n'est qu'un détail comme tu le mentionnes si bien, et cela, ne t'empêchera pas d'avoir des bijoux !
Alignement : Chaotique bon
Rang : C
Grade : Nittohei
Avatar : Howl, Miyazaki
Messages : 19
Expérience : 19
Reiryoku : 12050
Date d'inscription : 17/08/2019
Voir le profil de l'utilisateur
Satochi Yasu
Mer 21 Aoû - 19:45
Yosh, voilà qui est fait.
Bon le village c'est juste trois maisons, un potager et un champ hein.

_________________
Oui, c'est moi, Yasu ! [Terminé] Sans_t12
Rang : A
Grade : Nitaicho, Ichibantai
Avatar : Satoru Gojo - Jujutsu Kaisen.
Messages : 234
Expérience : 932
Reiryoku : 65000
Date d'inscription : 29/03/2019
Voir le profil de l'utilisateur
Murazaki Tengoku
Mer 21 Aoû - 20:33
Félicitations !
Il semblerait que vous ayez été validé Nittohei au Rang C.

Un personnage assez amusant à lire, j'ai bien aimé ce côté "homme sauvage" quand il agite son sabre pour essayer de faire fuir tout ce qu'il croise dans le Rukongai. Je suis impatient de voir là où ses aventures le mèneront ! D'ailleurs, n'oublie pas de choisir une Division parmi la Ichibantai, Nibantai et Sanbantai, une fois tes accès obtenus tu pourras feuilleter rapidement dans les annexes Shinigamis pour faire ton choix. Tes accès te seront accordés sous peu et ta Fiche Technique sera générée dès que possible. Tu peux - en attendant - commencer par te rendre dans la Gestion du personnage afin de commencer ton carnet de bord mais aussi poster une demande de RP (si jamais tu n'as pas d'amis).

Bon jeu sur Reiryoku no Shigen !.

_________________
Oui, c'est moi, Yasu ! [Terminé] M5gb

People who can’t throw something important away, can never hope to change anything.
Contenu sponsorisé
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum

 :: Premiers Pas :: Présentation :: Validées
Oui, c'est moi, Yasu ! [Terminé]

Sauter vers: