Visite de goujaterie (Tokugawa Eien)
 :: Soul Society :: Seireitei :: Kyuutei

Aller à la page : 1, 2  Suivant
Alignement : Chaotique Bon
Rang : C
Grade : Nittōhei, Ichibantai
Avatar : Miyamoto Musashi, Fate
Messages : 29
Expérience : 142
Reiryoku : 12500
Date d'inscription : 03/05/2019
Voir le profil de l'utilisateur
Ousuke Reiha
Ven 10 Mai - 22:23

Reiha, douce Reiha, à quoi t'affaires-tu aujourd'hui ? Cette journée n'était-elle pas censée être banale ? Aucune mission, aucune tâche, rien. La Shinigami aurait pu passer une journée entière à flâner ou même à s'entraîner si elle le souhaitait, mais elle a favorisé une voie plus ou moins inattendue ; celle du remontage de bretelles. Mais qu'a fait cette pauvre Nittohei pour mériter des remontrances ? Oh ! Vous vous méprenez. Elle est celle sur le point de dispenser les remontrances dont il est question. La question appropriée serait donc : qui a mérité de se faire disputer par une pauvre sous-gradée qui ne sait pas tenir sa langue ? La cible du jour n'est autre qu'un Shinigami de la même division que Reiha. Rien n'est censé les différencier, ce qui est censé rendre la chose plus facile... non ? Tokugawa Eien, Nittohei. Il est réputé pour son comportement... fort léger. Cette attitude, bien qu'amusante, a toujours titillé le semblant de professionalisme de la jeune Shinigami. Aujourd'hui, elle a décidé de s'insurger contre ce comportement. Abra va s'en prendre à Kadabra dans un combat au sommet. Ou dans une joute verbale cinglante, tout du moins.

Après avoir passé un bon moment à se préparer – ah les femmes, je vous jure – Reiha quitta ses quartiers privés pour se rendre directement au Kyuutei, là où elle était à peu près sûre de pouvoir trouver son collègue. À moins qu'il ne soit parti en quête de demoiselles à Kekkai ! La jeune femme eût un instant de doute. N'aurait-il pas été plus judicieux d'aller fouiller là-bas en premier lieu ? Dommage, c'était déjà trop tard. À peine Reiha eût-elle le temps d'hésiter qu'elle se retrouvait déjà dans les quartiers de sa division, à balayer les couloirs et pièces qu'elle traversait de ses yeux azurés. Elle prit le temps de saluer humblement les supérieurs qu'elle croisait au cours de son périple mais ne leur adressa pas le moindre mot, bien trop obnubilée par sa tâche du jour. Sérieux ! Elle était même en train de penser aux punchlines qu'elle pourrait balancer à la figure de Eien, ce qui lui arrachait régulièrement un sourire satisfait. Mais avant d'y penser, peut-être faudrait-il le trouver. Or, ça ne semblait pas gagné ! Heureusement, le témoignage d'un collègue lui confirma que la chère mascotte aux passe-temps frivoles était bien ici. Quelle aubaine, puisqu'on lui indiqua même la pièce dans laquelle il résidait actuellement.

S'encombrant du juste minimum de formalités, Reiha s'empressa de s'y rendre et s'arrêta derrière la porte coulissante pour annoncer son arrivée. D'une fois claire et assurée, elle se présenta et attendit qu'on lui donne l'autorisation d'entrer. Si elle était là pour remonter les bretelles d'un camarade, il fallait au moins qu'elle parvienne à lui pour atteindre son but. Fort heureusement, sa simple condition de femme devrait au moins l'autoriser à rentrer sans trop de problèmes.

« Ousuke Reiha, Nittohei, Ichibantai. Ce n'est pas une visite officielle, je viens à vous par pure courtoisie. J'aimerais cependant que vous m'accordiez un peu de votre temps pour que nous puissions discuter de quelques sujets qui m'inquiètent. Si vous permettez... »

Même si elle n'avait pas encore été autorisée à rentrer, Reiha plaça ses deux mains en avant et fit doucement glisser la porte sur le côté. Elle jeta un bref coup d'oeil à l'intérieur de la pièce pour apercevoir la silhouette de celui qu'elle recherchait mais n'alla pas plus que ça. Ouvrir la porte avant d'avoir reçu une réponse était déjà une erreur de protocole ; en commettre une de plus serait difficilement pardonnable. Mais... on parlait ici du clown, du Don Juan de la division, de celui qui était le plus susceptible de s'asseoir sur des règles insignifiantes pour les beaux yeux d'une demoiselle. C'est ce qui procura cette assurance à Reiha, cette impudence nécessaire pour commettre une légère infraction au protocole.

« Puis-je rentrer ou dois-je subir la honte de m'être faite refuser aussi rapidement ? lâcha-t-elle pour dissiper un peu cette ambiance pesante et beaucoup trop formelle. Oui, les sous-entendus étaient laissés volontairement pour capter l'attention de son interlocuteur. Vile Reiha. Peut-être que je suis aussi passée au mauvais moment. Vous n'êtes pas occupé avec quelqu'un d'autre, n'est-ce pas ? »
Alignement : Loyal Neutre
Rang : B
Grade : Ittōhei, Ichibantai
Avatar : Tobirama, Naruto
Messages : 68
Expérience : 247
Reiryoku : 25000
Date d'inscription : 23/04/2019
Voir le profil de l'utilisateur
Tokugawa Eien
Sam 11 Mai - 19:18


Et voilà une journée atypique pour le meilleur des hommes. Toi, bien sûr. On t’avais refilé moult paperasse à tamponner histoire de facilité les différentes transactions du puits de science. Héhé. Autant dire que tu y allais en mode freestyle. Bah oui. Logique. Tu n’allais quand même pas bosser pour de vrai.

Coup de tampon à gauche. Coup de tampon à droite. L’éclate.

« Orh. Quel est l’emmerdeur qui vient encore me déranger. Les Shinigami j’vous jure. Dégagez, j’ai du travail moi. J’ai un Goteisantai a faire tourner. »

Tu n’avais même pas écouter les propos de la personne. Et puis quoi encore ? Comme si quelqu’un allait t’empêcher de flâner.

La porte s’ouvrit très légèrement, le drame fut évité de peu. Un peu plus et le sceau d’eau que tu avais placé au dessus allait tomber. Comment ça c’était une gaminerie ? Tu tenais à ton titre de maître trublion hihi. Ton regard perçu la Nittōhei, une collègue.

« Boarf. T’es pas folle, mais tu restes plus plaisantes à voir qu’Hikaru. Vas-y rentre, par contre j’ai pas ton temps. »

Direct, comme à ton habitude, tu ne savais même pas pourquoi elle venait à toi. Quoi que. Ta réputation t’avais permis d’acquérir bon nombre de conquêtes supplémentaire. Certaines se plaignaient, certes. Mais elles étaient d’une laideur inouïe. Donc bon... Tu n’étais pas la croix-rouge. Tu ne pouvais rien pour elles, si ce n’est leur rire au nez.

« Nan c’est bon. T’inquiète. La dernière est partie il y a quelques minutes maintenant. J’ai de gros bes... Ouais nan oublie. Lol. »

Les expressions humaines. Sah quel plaisir. Inutile d’en dire plus concernant la demoiselle qui était là il y a peu.

Elle avait la permission pour entrer. Le sceau d’eau allait, tu l’espérais, s’emparer de sa proie. La mouillée comme jamain – les humains étaient un bijoux, eux et leurs phrasés.

Bénis fut le Rap. Héhé.

Alignement : Chaotique Bon
Rang : C
Grade : Nittōhei, Ichibantai
Avatar : Miyamoto Musashi, Fate
Messages : 29
Expérience : 142
Reiryoku : 12500
Date d'inscription : 03/05/2019
Voir le profil de l'utilisateur
Ousuke Reiha
Sam 11 Mai - 21:38

Quel accueil ! Du peu qu'elle connaissait de son collègue, jamais elle ne se serait attendu à quelque chose d'aussi froid de sa part. Mais d'un côté, ça la rassurait. Tout le monde a ses mauvais jours ou pique des petites crises, et voir un tel fanfaron dans un état pseudo stressé laissa germer l'idée que, peut-être, celui qu'on appelait mascotte était plus rationnel qu'il ne le laissait croire. Enfin... ça, c'est ce qu'elle pensait ! De mon point de vue omniscient, je n'avais qu'une seule envie ; qu'elle se mange le seau d'eau en pleine poire et qu'elle pique une crise. Allez Reiha, ouvre cette porte, plus vite !

« Je préfère oublier cette dernière partie, effectivement. Bien, si vous permettez. »

Oui, oui ! Pousse cette foutue porte ! Encore quelques centimètres, on y est presque. La barrière continue de coulisser sur son seuil tandis que le seau danse maladroitement au dessus de la tête de Reiha. La Shinigami va finalement jusqu'au bout des choses et fait un pas à l'intérieur une fois la porte totalement ouverte ; c'est le pas de trop. Le seau, maintenant en chute libre, commence à se retourner. L'eau en découle naturellement. Reiha parvient cependant à percevoir les claquements métalliques du sol et lève les yeux au dernier moment. Malheureusement, ses réflexes ne sont pas encore assez développés pour lui permettre d'éviter la catastrophe. L'eau vient tremper le sommet de son crâne jusqu'à son kosode. Heureusement que celui-ci était noir, comme le veut le protocole, sinon une bien trop belle vue aurait pu être offerte au Shinigami fanfaron.

« Qu'est-ce que c'est ce bor-... »

Une seconde. Tais-toi Reiha. Laisse d'abord le seau vide s'écraser sur ta tête pour ensuite rebondir et rouler devant tes pieds. Voilà ! Quel magnifique tableau.

« Tokugawa-san... Puis-je faire de ce seau votre déjeuner ? J'en ai très envie, d'un coup. »

Hmm... C'est peut-être un peu trop direct, ma petite. Tu dois encore travailler tes compétences sociales ! Mais bon. Il faut dire qu'à la base, la petite Shinigami n'était pas là pour sympathiser mais plutôt pour balancer les quatre vérités à son aîné. Maintenant, elle n'avait plus aucune raison de se retenir. En même temps que son self-control, c'est son ego qui a été blessé par cette farce. Comment a-t-elle pu se faire avoir par quelque chose d'aussi basique ? Elle en serrait les poings et ressentait vraiment le besoin de faire passer ce seau dans la gorge de Eien. Mais pour le moment, elle n'ajoute pas un mot et se contente de faire coulisser la porte dans le sens inverse pour la refermer. C'est trop calme, bien trop calme. Que cache-t-elle ?

« C'est justement à cause de ce genre de comportement que je voulais vous parler, lâche-t-elle tout en s'approchant doucement du bureau, jusqu'à ce qu'elle puisse poser les poings dessus pour s'y pencher avec plus d'aisance, pendant que ses cheveux et son uniforme gouttent sur le bois et parfois sur quelques papiers. Pourquoi agissez-vous de cette façon ? Je ne comprends pas. Cela vous attire la sympathie de certains mais l'animosité d'autres. Qui plus est, de nouvelles recrues pourraient vous prendre pour modèle. Ce serait désastreux ! Imaginez un peu une génération d'idiots manquant de discipline. Qu'adviendra-t-il de l'honneur et de l'image de notre division ? Bref, vous êtes un idiot fini, Tokugawa-san. »

Ca sent la censure, ça. Oh douce Reiha, pourquoi n'es-tu pas allée plus loin dans l'expression de tes sentiments ? Je sais, je sais. Sans doute pour ne provoquer trop de grabuge et attirer d'autres collègues dès la première minute. Cependant, ce n'est pas bien de se retenir de crier, même si le ton et le timbre employés ici sont quand même pas mal élevés. Une visite de courtoisie, hein ? Belle façade. C'est tout le contraire !

« Puis il y a cette plaisanterie. Non mais... quel âge avez-vous ? C'est difficile à croire que vous parvenez à séduire avec un comportement aussi immature. Vos conquêtes n'ont-elles aucune résolution ? Ou êtes-vous du genre à vous créer une personnalité juste pour elles ? Dans les deux cas, j'ai de la peine pour vous. »

Sur ces mots, elle s'éloigne du bureau, non pas dans le but de quitter la pièce mais pour au moins éviter de mouiller la paperasse. Dans un même temps, Reiha a déjà pensé à quelque chose pour se venger de cet affront. Non, ça n'implique pas de lui faire manger le seau, je le promets ! C'est bien plus soft. La Shinigami s'assoit alors devant le seau vide et renversé, le redresse et retire la broche qui maintenait jusque là ses cheveux en ordre. Ceux-ci lui tombent alors sur les épaules, mais elle finit par les rattraper mèche par mèche pour les essorer au dessus du seau. Elle en fait ensuite de même pour le col, les épaules et les manches de son kosode, parvenant ainsi à en extraire une quantité modérée d'eau. Ce n'était certainement pas assez pour remplir ne serait-ce qu'un tiers du récipient, mais ça l'était au moins assez pour sa revanche enfantile. Reiha se lève alors, seau entre les mains, et s'approche de nouveau du bureau en contemplant le fond d'eau qu'elle a réussi à récupérer.

« Regardez ça. Dire que ce n'est qu'une infime partie de ce que j'ai reçu de votre faute. Qu'est-ce que je vais bien pouvoir en faire ? Hmpf, quelle question. »

Dans la seconde, ses bras s'activent, penchent légèrement le seau et en jettent le contenu à la figure du fanfaron dans un mouvement de balancier. Reiha rancunière ? Noooooon voyons... Ce n'est que justice ! Ca l'est dans sa tête, tout du moins.

« J'espère ne pas être la seule à vous avoir rendu la pareille. »
Alignement : Loyal Neutre
Rang : B
Grade : Ittōhei, Ichibantai
Avatar : Tobirama, Naruto
Messages : 68
Expérience : 247
Reiryoku : 25000
Date d'inscription : 23/04/2019
Voir le profil de l'utilisateur
Tokugawa Eien
Dim 12 Mai - 12:08


Tu levais les yeux au ciel, pouffant légèrement. La blanche chevalière cherchait à te faire changer, une prise de conscience, devenir plus sérieux et tout le tintamarre. Sah quel plaisir. Ce n’était ni la première, ni la dernière. Que pensaient-ils tous, à croire que tu avais une once de considération pour leur propos. Tourner en dérision la demoiselle se voulait obligatoire. Sortant une petite bouteille de Saké de ton bureau, tu commençais à t’abreuvoir de ce nectar.

C’est qu’elle parlait beaucoup la petiote, tu faisais un tri auditif entre ce qui t’intéressais et... le reste.  

« Comme dirai une expression humaine qui me fais souvent sourire, « j’entends pas les rageux, mort de rire ». Mais si ta démarche est de faire en sorte que je me reforme d’une quelconque façon. Haha. Autant aller voir le Rei-Ō pour devenir le futur Sotaicho. »

En l’occurence cela ne pouvait arriver.

La proposition de manger le sceau te fis sourire. Tu en avais une toi aussi, de proposition, mais il était encore trop tôt. La nuit n’était pas encore tombée. Le plus drôle restait le fait que ce soit une Nittōhei, tout comme toi, qui cherchait à vouloir argumenter avec toi, hihi.

« Ce fut fort amusant que de te voir te faire avoir par une farce aussi basique. Tu devrais revoir tes capacités de combattante, c’pas fameux. Et pour les femmes ne t’en fais pas. J’ai quelque atout en stock que tu ne saurais comprendre. »

Tes yeux pétillaient en voyant les nuées d’eau tomber sur le bois de ton bureau. S’imprégnant de la paperasse, tout cela était un motif pour cesser de bosser aujourd’hui.

La plaisanterie était accueillis, de ta part, fort agréablement. Malgré tes railleries évidentes, une part de vraie s’y mêlait. Ce manque de réaction entrainait la mort en mission. Quel plaisir d’être le plus faible shinigami de l’Histoire et de donner des leçons à d’autres, bien portant.  

« Parfait ! C’est justement ce que j’attendais, je vais pouvoir en profiter pour ne plus travailler. Merci Raiki... Reihoi... Merci héhé. »

Comment s’appelait-elle déjà ? Oups.

L’eau sur ton corps ne te dérangeait aucunement. Bien au contraire, cette poussée de malice de la part de ta consoeur venait mettre un terme à ton travail. Pfiouh, tu n’attendais que ça depuis ce matin. Tu laisses les goutes d’eau provenant de ton corps déferlaient sur le bureau. Mince alors, les papiers pour Chiebukuro allaient attendre.      

Tu quittais d’ores et déjà ton bureau.

« Bon machin, vu que t’es venue me saouler pour rien, j’imagine que t’as rien à faire. J’vais au resto moi, ramène toi. T’auras tout le loisir de m’faire la morale. »


Alignement : Chaotique Bon
Rang : C
Grade : Nittōhei, Ichibantai
Avatar : Miyamoto Musashi, Fate
Messages : 29
Expérience : 142
Reiryoku : 12500
Date d'inscription : 03/05/2019
Voir le profil de l'utilisateur
Ousuke Reiha
Dim 12 Mai - 13:43

Toujours aussi léger, l'interlocuteur de la jeune bleue ne semblait pas prendre la moindre remarque au sérieux. Il devait avoir l'habitude, après tout ! À moins que les Shinigami soient tous plus irrationnels que ce que Reiha a pu imaginer. Non, impossible. Elle ne devait pas être la première à réprimander ce clown ; ou tout du moins, elle voulait s'en convaincre pour que ses premiers échecs ne soient pas trop lourds à encaisser. Heureusement pour elle, elle n'eût aucun mal à parvenir à cette conclusion. Ce fut aussi facile que de grincer doucement des dents suite à la remarque sur ses aptitudes martiales. Oh que non ! On ne l'attaque pas sur ce terrain. Même si elle n'était effectivement pas la plus douée, Reiha fournissait quotidiennement de sacrés efforts pour améliorer sa condition. Sa dignité ne lui permettait pas d'accepter une telle pique sans broncher.

« Fait est que je ne devrais pas à être sur mes gardes dans les quartiers de notre division. Je fais confiance à mon prochain, et j'aimerais pouvoir vous faire confiance à vous aussi. C'est votre comportement qui pose problème, Tokugawa-san. »

La Nittohei n'était cependant pas au bout de ses surprises, ça non ! En plus de ne pas être prise au sérieux, son arrivée et ses quelques actions avaient servi de prétexte à Eien pour ne plus avoir à travailler. S'investissait-il au moins réellement dans sa tâche ? Reiha émit un doute, un très fort doute qu'elle ne parvenait pas à dissiper. Après tout, c'est comme si elle venait d'envoyer une balle à un enfant déjà énormément dissipé par nature. Quoique, après réflexion, elle trouvait cette comparaison méchante pour l'enfant. Au moins, lui, il serait parvenu à retenir un simple prénom. Enfin... la plupart des enfants en seraient capables, mais Reiha s'était convaincue qu'ils en étaient tous en mesure afin de continuer à dresser un mauvais portrait de son interlocuteur. C'est mesquin, ma petite.

« Reiha. Je ne vois pas ce qu'il y a de si compliqué dans mon prénom. Mais effectivement, aucune tâche ne m'a été assignée aujourd'hui. J'ai bien assez de temps pour accepter l'invitation. Ne comptez cependant pas sur moi pour payer quoi que ce soit. On va dire qu'un bon repas compensera les trois autres litres d'eau que je n'ai pas pu vous jeter à la figure. »

Un sourire naît sur ses lèvres mais se déforme dans la seconde d'après, alors qu'elle vient tout juste de réaliser quelque chose. Un autre détail la fait tiquer ; cette informalité. Alors qu'elle s'embêtait à être polie et formelle, lui n'y prêtait même pas attention et l'appelait - ou essayait de l'appeler, tout du moins - par son prénom, comme un intime. En voilà des manières ! De mon temps, ça ne se passait pas comme ça. Ok, j'arrête. Mon personnage est beaucoup plus âgé que je ne le suis. Sale ridée. Elle a bien le caractère qui va avec, d'ailleurs. Écoutez-la se plaindre, sérieux !

« Je pense que ça fait partie de vos habitudes, mais cette familiarité me dérange. D'ordinaire, on fait au moins connaissance avant d'utiliser le prénom d'autrui. Je vous jure, j'ai l'impression de parler à un enfant... »

Enfant ou pas, elle se contente tout de même de le suivre. C'était une bonne opportunité de manger à l'oeil, après tout. Ce n'est pas sa paie à elle qui allait en subir les frais, autant en profiter.

« Par contre, je ne peux pas m'empêcher de penser que vous êtes un peu trop gentil. Si j'étais à votre place, je ne vous aurais pas proposé de manger avec moi mais me serais contentée d'une remarque cinglante et d'une invitation à foutre le camp. Je ne vous comprends vraiment pas et ça m'angoisse. Et si je ne vous comprends pas, je ne peux pas vous faire confiance. Comprenez que c'est dérangeant, en tant que collègues. Vous m'inspirez plus un désir de vous en coller une qu'autre chose. No offense, hein, mais j'ai vraiment envie de vous claquer. »

Et elle lâche ça, l'air de rien, en marchant non loin de lui. Elle manque franchement de tact, cette petite, et peut-être aussi de discrétion puisque les quelques Shinigami à proximité d'eux sur l'instant ont eu le privilège d'entendre cette partie de la conversation. Et c'est ainsi que naquît la fable de la weirdo et du coureur de jupons, un conte sans queue ni tête qui sera passé de bouche à oreille lorsque les Shinigami n'auront rien de mieux à faire que d'écouter cette histoire.

« M'enfin. J'espère que vous connaissez un restaurant qui ne sert pas que des menus enfant, monsieur le fanfaron.
Alignement : Loyal Neutre
Rang : B
Grade : Ittōhei, Ichibantai
Avatar : Tobirama, Naruto
Messages : 68
Expérience : 247
Reiryoku : 25000
Date d'inscription : 23/04/2019
Voir le profil de l'utilisateur
Tokugawa Eien
Dim 12 Mai - 19:07


Wow, wow, wow. C’est qu’elle piaillait énormément la gosse. Elle cherchait quoi ? Les femmes avaient déjà le droit de vote, il fallait commencer à se calmer un peu. Quel calvaire. Heureusement que tu n’écoutais qu’un mot sur 7, c’était soit ça, soit retourner bosser. Le choix était vite vu.

« Bla bla bla. Que des excuses, mort de rire. Faut assumer le fait d’être faible. »

Tu t’esclaffais comme un petit fou. Un vrai gamin, c’était vrai. En même temps, chercher des excuses pour se dédouaner c’était vraiment une méthode de faible. Que vouliez vous, c’était une femme. On ne pouvait pas trop lui en demander, la pauvre.

« Très marrant ça Rihoa. Tu vois sur mon visage mon sourire ? Normal, t’es pas drôle. Si tu n’as pas d’argent bah tu mangeras ta main et gardera l’autre pour demain, hihi. »

Pfiouh. Par contre elle et l’humour, elle n’était clairement pas faite pour ça. Tu croyais apercevoir ce fameux humoriste décrié ; Kav Ofams, Kiv Edoms, une connerie du genre. Si elle comptait manger à l’oeil, c’était pas demain la veille que ça allait arriver. Elle pouvait même proposer son corps, la nourriture était sacrée voyons.

« Pauvre jeune fille. J’vais pas t’appeler madame, manquerai plus que ça. Ce n’est que de l’esbroufe. »

Alalalah, cet attachement pour des titres et autres formes de politesses. Tu croyais entendre Sôo. Sah, les frères, doucement. Inutile de faire les fous car vous aviez un peu d’autorité. À quoi bon vouloir se passer de cette familiarité hihi.

« Oh pour te dire, moi si je veux t’en coller une – et c’est pas une gifle. Ahah. Confiance ou pas, ça va pas m’aider, fais comme tu veux. Tu seras pas la première ni même la dernière. »

Ah ça pour la claquer, héhé. Tu devais calmer tes pulsions. Voyons, on avait dit pas de loli. Le contraste entre Eien le trublion et Sôjôbô l’assassin était joué à la perfection. Qui pouvait remonter jusqu’à lui face à un jeu d’acteur à en faire pâlir les Oscars.

« C’est que Rihae est une comique. Alalah sacré Shinigami, vous ne cesserez de me surprendre, sah. »

Pfouah. Malaise tv/20.

Vous vous dirigiez vers un Ichiraku-like comme dans ce fameux animé nommer Nurato ou quelque chose du genre – tu avais du mal avec les noms de choses sans valeurs. Tu continuais calmement à boire ta petite gourde emplit de saké. Quel plaisir de pouvoir amasser de l’expérience de cette manière !

Alignement : Chaotique Bon
Rang : C
Grade : Nittōhei, Ichibantai
Avatar : Miyamoto Musashi, Fate
Messages : 29
Expérience : 142
Reiryoku : 12500
Date d'inscription : 03/05/2019
Voir le profil de l'utilisateur
Ousuke Reiha
Lun 13 Mai - 1:23

Non. Une claque c'était bien trop peu, en fin de compte. À chacune des réponses de Eien, Reiha passait à un stade supérieur de l'irritation. Et même si elle ne le cachait pas, elle ne pouvait pas non plus s'emporter et lui porter préjudice pour "si peu". Mais admettons qu'elle soit autorisée à le faire, y parviendrait-elle au moins ? La demoiselle est persuadée que oui, ce ne sera qu'un jeu d'enfant. Après tout, le fanfaron n'était qu'un Nittohei lui aussi, et il ne semblait pas si fort que ça. Mais du point de vue du narrateur... Ouh la la Reiha, tu prendras cher. Et pas dans le sens le plus sympathique du terme. C'en est hilarant. Mais ne lui dites rien s'il-vous-plaît ! Laissez-la être naïve, il faut bien qu'elle apprenne à quel point la vie peut être dure par moments.

« Évidemment. Ce serait trop vous demander de faire preuve de bon sens. Ou même de galanterie, apparemment. »

Ce n'est pas contre toi ma petite Reiha mais... t'es peut-être un peu trop lourde pour mériter ça. Du coup, si, c'est totalement contre toi. M'enfin ! Comme toujours, son interlocuteur ne semble pas défaillir à la moindre remarque. Soit il se fichait littéralement de tout, soit il avait effectivement l'habitude d'être harcelé par d'autres random et leur morale à deux sous. Un peu comme maintenant, en somme. Pourtant, ce n'était pas suffisant pour que Reiha lâche l'affaire. Au contraire, elle voyait ça comme un challenge. Un challenge fort débile et sans queue ni tête, certes, mais un challenge malgré tout. Sa volonté était autant mise à l'épreuve que celle qu'elle essayait de convaincre, et abandonner si tôt reviendrait à se soumettre à l'autre. Or, c'était bien la dernière chose qu'elle voulait en ce moment.

« Vous en faites exprès, ce n'est pas possible d'être aussi nul avec les prénoms. Votre capacité de jugement semble tout aussi défaillante. Je ne suis pas une jeune fille mais une adulte, et même si je l'étais, je serais toujours plus mature que vous. Dans ces conditions, j'ai bien peur que vous ne me collerez jamais rien. Cessez de divaguer. »

Et puis quoi encore ? Ce n'est pas parce qu'il sortait du lot qu'il pouvait tout se permettre, pensa-t-elle. Une belle gueule ne suffit pas toujours à rattraper tout un tas de défauts. Défauts que Reiha se serait amusée à énumérer si la délicieuse odeur de ramen et de soupe miso n'était pas venue titiller ses narines. Elle posa une main sur son ventre en anticipation mais garda l'autre près d'une poche interne à son kosode, visiblement pas très friande à l'idée de payer sa part.

« Puis je vous ferais dire que je peux être drôle, moi aussi. C'est juste que je ne suis pas là pour vous faire rire ! »

Ah oui ? Qui est l'enfant, maintenant ? Il ne lui manquait plus que la mine boudeuse pour paraître plus jeune qu'elle ne l'était réellement. Heureusement, Reiha se priva d'une telle réaction et se contenta d'un unique soupir, ayant bien évidemment anticipé le fait que Eien allait voir ça comme une excuse, comme il l'a fait pour le coup du seau d'eau non-évité. Comme c'est frustrant ! Qu'il le pense réellement ou non, c'était perçu comme un genre d'insulte par la Shinigami. Et, encore une fois, si cette douce odeur ne l'avait pas distraite, alors elle lui aurait sans doute répondu de quelques jurons. N'étant plus dans l'enceinte même du Kyuutei, elle s'estimait autorisée à lui répondre de façon un peu plus crue si besoin est.

« Dire que vous n'êtes même pas encore totalement torché. J'ai hâte de voir à quoi vous ressemblez une fois défoncé, car j'ai des difficultés à imaginer quelque chose de pire que l'état permanent dans lequel vous êtes. »

Une fois à l'intérieur du petit restaurant, elle salua respectueusement le tenancier et partit s'installer sans plus de cérémonie. Son regard put alors se poser sur son collègue fanfaron alors que des questions la taraudaient dans un même temps. Elle ne se priva d'ailleurs pas pour en transmettre une oralement.

« Je demande bien pourquoi ai-je accepté l'invitation. Vous convaincre semble aussi difficile que d'avoir une conversation avec un mur. Et encore, le mur ne peut pas manquer de respect. »

Nouveau soupir alors qu'elle s'accoude sur la petite table de bois.

« Ne pouvons-nous pas au moins parier pour que j'aie une chance de vous faire payer ma part ? J'y tiens vraiment, à ce dédommagement. »
Alignement : Loyal Neutre
Rang : B
Grade : Ittōhei, Ichibantai
Avatar : Tobirama, Naruto
Messages : 68
Expérience : 247
Reiryoku : 25000
Date d'inscription : 23/04/2019
Voir le profil de l'utilisateur
Tokugawa Eien
Lun 13 Mai - 18:05


Oulah, bon d’un sens c’était déjà plus interessant de côtoyer cette pimbêche plutôt que l’autre Hikaru qui faisait la folle à tout va. Mais les amis, les amis... Franchement Rei-Truc, c’était une sommité dans l’art du forcing. Tu commençais presque qu’à croire qu’elle n’avait pas d’ami – tout comme toi. Peut-être le caractère ? Si tu avais eu le plaisir d’entre son prénom, nul doute que tu en saurais plus sur elle.

Mince alors. Elle te l’avais déjà dit non ? Tant pis.

« Tu veux que je sois galant ? Dans quel intérêt ? Tu me suis déjà. »

Tu reconnaissais. Être galant, si elle ne voulait pas finir dans ton lit celle-là, tu ne t’appelais pas Eien. Mais bon doucement, tu n’étais pas attiré les avatars de loli, il ne manquerai plus que ça.

« Dans ses conditions ? Je vois que tu ne dis pas non haha. T’en fais pas Rihoa, ça va bien s’passer. Blablabla plus mature blablabla. Une vraie gosse, Seigneur. »

L’oracle avait parlé. Elle voulait vraiment te connaître en profondeur. Fort heureusement, tu n’étais pas un homme facile. Tu ne comptais pas céder a ses avances aussi facilement voyons. Ta réputation allait être ternie si tu t’occupais des cas désespérés.

« Ah ? Fais moi rire et on verra pour le « dessert ». »

Enfin du défi. Elle avait presque réussis à attirer ta curiosité ! Comment une personne de son acabit pouvait-elle réussir à te faire rire ? En disant qu’elle était belle, brillante, intelligente et le tutti quanti ? Totalement. C’était d’ailleurs l’un des seuls cas possible ahah.

« Mais voyons Rlehu, l’alcool c’est de l’eau. J’ai cet état de fier étalon pernament. »

Tu terminas ta bouteille cul-sec, tel le warrior que tu représentais. Ce fut à ton tour d’entrer. Derrière elle – bien sûr – pour avoir une vue interessante. Un vrai gentleman cet Eien.

« Oh tu sais, elles disent toute ça et ensuite... Haha. Je pense que c’est justement car tu n’as pas trop d’ami, alalalah les jeune enfants shinigami j’vous jure. »

Inutile de mentir. À partir du moment où elle t’avait emboité le pas, tu sus qu’elle n’avait pas beaucoup d’ami à ses côtés. Qui suivait un inconnu sous prétexte qu’il était de la même division et branche ? Clairement pas toi. Après, tu n’étais pas le meilleur exemple. Tu ne suivais personne hihi.

« C’est plutôt toi qui devrais payer ma part en signe de dédommagement. Mais si tu y tiens tant que ça, on peut toujours s’arranger autrement pour la nourriture, si tu vois ce que je veux dire. »

Quelle malotrue.

Tu t’assaillais à ton tour, laissant ton regard se perdre sur les différentes courbes féminines présentes dans le petit restaurant. Bien entendu, Rei-Machin n’eut pas le droit à ne serait-ce qu’une moitié d’iris de ta part.

Alignement : Chaotique Bon
Rang : C
Grade : Nittōhei, Ichibantai
Avatar : Miyamoto Musashi, Fate
Messages : 29
Expérience : 142
Reiryoku : 12500
Date d'inscription : 03/05/2019
Voir le profil de l'utilisateur
Ousuke Reiha
Lun 13 Mai - 19:52

Il en faisait exprès. Oui, il n'y a pas d'autres possibilités. Il devait la provoquer ! Et pourtant, même si c'était effectivement le cas, Reiha continuait de courir dedans comme une idiote. Même si elle n'était pas si stupide, elle manquait énormément d'empathie et facultés à déceler le vrai du faux dans ce que les autres disaient, ce qui la rendait certainement stupide tout en étant intelligente. Pauvre Reiha. Si elle savait à quel point son collègue se payait sa tronche alors qu'elle essayait sérieusement de le raisonner...

« Que je ne dis pas non à quoi ? fit-elle l'erreur de lui demander avant de s'en rendre compte par elle-même, puis de reprendre en haussant la voix. Bien sûr que si ! Je dis non ! Je ne suis pas venue pour ça. »

Dire que j'aurais bien aimé la qualifier de tsundere... Malheureusement, ce n'était pas le cas. Elle n'avait réellement eu aucune arrière pensée jusque là. Cependant, elle ne pouvait plus échapper à ces idées vicieuses maintenant que son interlocuteur venait de lui en faire part. Ces petites graines maléfiques semèrent rapidement la discorde dans le raisonnement de la Shinigami qui, à défaut de pouvoir s'expliquer correctement, décida de l'ignorer. Franchement... On ne dirait plus une conversation mais un concours visant à déterminer qui sera le plus immature des deux.

« Pfeh. Mon humour est bien trop spirituel pour monsieur ! Comment est-ce que quelqu'un comme vous, qui êtes incapable de reconnaître une adulte quand vous en voyez une, serait capable de rire à la plus subtile des boutades ? »

Si spirituel que même ton narrateur n'en saisit pas les subtilités, ma chère. Regarde, écoute. Même ton zanpakuto te murmure actuellement un "mais oui, tu es hilarante Reiha, ne l'écoute pas". Et dieu sait que Shokkou ment comme elle respire. Conscience de ce fait, Reiha tapote brièvement la garde de son arme avant de la caler sommairement contre le mur en guise de pénitence, l'air de dire "toi ne me fais pas chier maintenant". Une fois cette nuisance temporairement écartée, la Nittohei recentre son attention sur son collègue au regard distrait. Loin d'être jalouse, Reiha ne peut cependant pas s'empêcher de se sentir vexée, l'ayant vraissemblablement pris comme une insulte directe à son physique. Elle se retient néanmoins de l'exprimer clairement, de peur que son interlocuteur interprète cela de la mauvaise façon. À contrario, elle ne parvient pas à se retenir et lui lancer immédiatement une pique.

« C'est bon, j'ai saisi maintenant. Tout le sang qui est censé irriguer votre cerveau s'occupe de gorger l'organe qui lui sert de substitut. Hors de question que je paie votre part ou même qu'on négocie... de cette façon ! »

Un long frisson la parcourt à ce moment précis. Même si adulte, Reiha n'en reste pas moins innocente et étrangère à tout cet univers de chair et de stupre. En plus d'être impolie, une telle invitation ne pouvait donc que faire naître une certaine crainte en elle. Si elle s'insurgeait un peu moins, cela dit en passant, ça aurait pu être mignon. À peu de choses près, je vous assure. Mais là, c'est raté. Avant même de paraître adorable, il lui fallait gâcher ça avec sa morale de centenaire.

« Et l'amour, dans tout ça ? Je suppose que vous vous en fichez, mais j'aimerais bien savoir. Il n'est pas impossible que certaines aient développé des sentiments pour vous. Et même si je les plains, je ne peux m'empêcher de me demander si vous êtes suffisamment cruel pour marcher sur tout ça. »

C'est bien beau tout ça, Reiha, mais la vie amoureuse et/ou sexuelle n'est pas définie par une princesse attendant son preux chevalier. Sors de ton conte de fées, arrête d'idéaliser tout ça pour palier à ton manque d'expérience. Sérieusement, même moi je comprends pourquoi on peut te croire plus jeune que tu ne l'es, cela malgré ta physionomie de jeune femme. Quoi, elle ne m'entend pas ? Je sais, mais ça m'empêche pas de vouloir lui remettre les idées en place, à défaut de vouloir lui dire d'abandonner ce qu'elle entreprenait actuellement. C'était beaucoup trop marrant, voyons. Allez, continue de t'acharner en vain, Reiha !

« Puis je ne comprends toujours pas comment elles peuvent succomber face à vous. Elles sont trop faciles. »
Alignement : Loyal Neutre
Rang : B
Grade : Ittōhei, Ichibantai
Avatar : Tobirama, Naruto
Messages : 68
Expérience : 247
Reiryoku : 25000
Date d'inscription : 23/04/2019
Voir le profil de l'utilisateur
Tokugawa Eien
Lun 13 Mai - 20:32


Parfait. Le jeu de dupes s’imposait au fil du temps. À défaut de penser réellement tes propos – qui sait ? –, tu en riais. La lolita avait encore beaucoup à apprendre de la vie. L’académie ne faisait pas tout. Tu avais presque l’envie de la prendre sous ton aile. Pour ça, il fallait lui révéler le vrai « Eien ». Elle pouvait toujours courir.

« Oui, oui. Tu n’es pas venue pour ça. CETTE FOIS-CI. Rien ne dit que tu repartira en un seul morceau hihi. »

Un régale. Se jouer d’une naïve de la sorte était un somptueux et délicieux mets. Tu comptais bien faire en sorte de la faire sortir de ses gonds ou à défaut, la mettre dans un état de malaise ++++.

Comme toi lorsque tu entendais ses blagues.

« Sérieusement ? Spirituel ? Un humour spirituel ? C’est bien un argument de mec pas drôle ça. Encore une fois, j’entends que des excuses. »

Tu riais à gorge déployée. Sah quel plaisir. Tu en avais entendu des douilles du futur, mais celle-ci. C’était la pireeeeeeee. Même Vito - Tengo - était meilleur et Dieu sait qu’il était claqué.

« Oh ? Tu préfères proposer tes services sans contrepartie ? C’est parfait ça. Par contre tu m’as l’air bien au courant pour une gamine de ton âge. Alalalalah, tout s’explique. Bon sinon, y’a toujours les toilettes de disponible. Ce ne sera pas la première fois »

Un petit clin d’oeil. Aucun autre mot ou acte ne fut ajouté.

« Lol. C’est bien un propos d’une jeunette ça. Elles peuvent être amoureuses de moi, je les comprendrai totalement. Je butine à droite à gauche, tant qu’elles n’ont rien contre. Bah... haha. »

En gros. Ça ne changeait rien pour toi. Amoureuse ou pas, tant que le job était fait, tout allait pour le mieux. Et sinon... Rip. Quel idée de tomber amoureux du plus grand charo que la Soul Society avait vu grandir. La légende disait que ses compétences martiales avaient été remplacer par une dextérité sans faille du corps féminin, mais ça ce n’était que des rumeurs. Ou pas hihi.

« « Trop Facile ». Généralement, c’est les moches qui jalouses les autres qui ont ce mot à la bouche. Voyons Rei-Truc, ne m’oblige pas à te classer dans cette catégorie de sainte nitouche ! Crois moi, tu le découvriras bien assez tôt. »

Tu agitais la main en direction de la cuisinière. Vous vous connaissiez bien, pour ne pas en dire plus. Tu fis un signe "deux" avec tes doigts. L’air de dire que tu commandais deux bols. Deux bols u-ni-que-ment pour toi. Bien sûr. Comme disait un célèbre humain « À chaque jour suffit sa peine ». C’était à elle de payer sa propre part.

Alignement : Chaotique Bon
Rang : C
Grade : Nittōhei, Ichibantai
Avatar : Miyamoto Musashi, Fate
Messages : 29
Expérience : 142
Reiryoku : 12500
Date d'inscription : 03/05/2019
Voir le profil de l'utilisateur
Ousuke Reiha
Lun 13 Mai - 21:23

Un nouveau frisson s'empare d'elle. Encore un sous-entendu, un énième. À force, Reiha n'arrivait même plus à déterminer quand est-ce que Eien disait la vérité et quand est-ce qu'il se jouait simplement d'elle. Ce genre de choses est bien trop dur à deviner ! Heureusement, s'il y avait bien une chose qui était certaine, c'est que l'homme venait de rire. Bon, je vous l'accorde, ce n'était certainement pas le rire que cherchait Reiha. Elle aurait préféré qu'il soit honnête plutôt moqueur. Mais au moins, elle avait réussi !

« Hmpf. Peu importe ! C'est la finalité qui compte, et vous venez de rire. »

Mais alors qu'un semblant de fierté l'envahit, la Nittohei fut rapidement contrainte de se résigner de nouveau face aux propos de son interlocuteur. C'était gênant, très gênant. C'est notamment dans ce genre de situation que son hyperactivité lui joue des tours. À défaut de lui donner envie de bouger en permanence, c'est son cerveau qui était mis à genoux par une pléthore d'idées saugrenues et de scénarios improbables. En l'occurrence, lui donner un lieu avait suffi à ce qu'elle s'imagine les éventualités les plus tordues, au point où rougir lui fut inévitable. Elle hausse de nouveau la voix, maintenant à 100% sur la défensive, et rassemble difficilement ses mots pour contester.

« Ca suffit ! Arrêtez d'émettre ce genre de proposition, ça n'arrivera pas ! Et pour la centième fois, je ne suis pas une gamine. C'est un fait établi ! »

Que ma peine est profonde. Quand comprendras-tu qu'il se joue de toi ? Je tends à croire qu'on en a encore pour quelques mois... Quelle éternelle pénitence pour la Shinigami inconsciente qui allait continuer de sauter à pieds joints dans les pièges qu'on lui tendait. D'ailleurs, la dernière remarque du fanfaron avait également eu son petit effet. Si Reiha n'avait que ses propres critères pour juger de la beauté de quelqu'un, jamais elle ne s'était considérée comme moche. Mais que quelqu'un évoque cette possibilité fit naître une étincelle de superficialité en elle. Girls' matters, you know.

« Ce n'est pas moi, je ne suis pas comme ça, marmonne-t-elle pendant qu'il passe commande. Deux bols ? L'espace d'un instant, elle reprit espoir. Comment pourrais-je être jalouse ? Et... moche. Arrêtez d'essayer de me retourner le cerveau. C'est malhonnête ! »

Ah oui ? C'est donc comme ça que tu vois les choses, ma chère ? Soit. Je suppose que c'est mieux de s'imaginer être le centre du monde plutôt qu'une poussière insignifiante. Attention à la grosse tête, par contre. Même si elle était encore loin de la prendre, Reiha commençait à croire que son collègue ne cherchait qu'à lui faire dire des choses qu'elle ne souhaitait pas exprimer. Que ce soit vrai ou faux, cela ne fit qu'accentuer la méfiance qu'elle ressentait à son égard. Eien lui paraissait indéchiffrable, et ça lui faisait peur. Elle détestait ne pas comprendre les gens. Autant dire que cette situation la mettait dans le mal, et cela sur tous les plans émotionnels possibles.

« Puis qu'est-ce qu'il a de si compliqué, mon prénom ? Je n'ai quand même pas besoin de vous l'écrire, si ? J'ai du mal à croire que quelqu'un qui parvienne à séduire plus vite que son nombre bloque devant un simple nom. Vous savez parler. »
Alignement : Loyal Neutre
Rang : B
Grade : Ittōhei, Ichibantai
Avatar : Tobirama, Naruto
Messages : 68
Expérience : 247
Reiryoku : 25000
Date d'inscription : 23/04/2019
Voir le profil de l'utilisateur
Tokugawa Eien
Mar 14 Mai - 14:31


Comment dire ?

C’était assez honteux, d’être fier qu’une personne se moque de sois. Il fallait avoir peu d’estime ou aucune once d’honneur. Ton regard se voulait méprisant, pour les raisons énumérées.

Regard porteur d’innombrables jugements – auf course.

« Si tu te contentes d’un rire moqueur qui n’est même pas lié à ton humour. Hmpf. Tu es encore plus nulle que je ne l’espérai ! »

L’une de tes mains se balada sur le corps de la Nittōhei. Tu accentuais délibérément ce mal-être. Quel plaisir de la pousser dans ses derniers retranchement ; encore plus avec les mots qui suivirent.

« Je t’ai vu rougir héhé. Alors comme ça on imagine des situations cocasses dans sa petite tête ? Prouve que tu n’es pas une gamine alors. En passant sous la table, par exemple ? »

Retour à la réalité.

Il fallait appeler un chat, un chat. Avec son corps de loli et ses cheveux rouges ou rose, tu t’en fichais un peu, la yachiru eco+ n’était pas un modèle de beauté. Le genre de moche que les jeunes géraient pour « se faire la main ».

« Bah moche c’est assez simple à comprendre, suffit d’un miroir. Jalouse car tu aimerais être à leur place. J’ai un côté Rocky Balboa tu sais ? On a le même surnom lui et moi. »

Tu achevais cette discussion par un constat accablant. Q U E L E N N U I. Tu en regrettais presque le boulot. Elle piaffait pire qu’un chat en chaleur, et pour en avoir une à la maison, c’était un calvaire.

Heureusement. La serveuse. Hinora de son petit nom et ses formes protubérantes arrivait d’ici peu.

« Béééh. Je retiens difficilement les informations non interessantes. Et vu que pour l’instant tu as le charisme d’une huitre, c’est compliquer quoi. »

La serveuse venait poser tes deux bols sur la table, comme d’habitude. L’une de tes mains enlaçaient déjà sa hanche tandis qu’un délicat baiser y était déposé. Hinora connaissait le sort qui lui était réservé. Tu glissas dans un murmure le fameux « Ce soir, comme d’habitude ? » avant de la laisser s’échapper, rougeoyante de honte.

« Oublie pas de commander ta part gamine. »

Tu gardais tes deux bols pour toi, tel l’immense crevard que tu étais.

Alignement : Chaotique Bon
Rang : C
Grade : Nittōhei, Ichibantai
Avatar : Miyamoto Musashi, Fate
Messages : 29
Expérience : 142
Reiryoku : 12500
Date d'inscription : 03/05/2019
Voir le profil de l'utilisateur
Ousuke Reiha
Mar 14 Mai - 15:49

Elle commençait à regretter de s'être lancée dans cette aventure. Elle ne comptait pas abandonner maintenant qu'elle avait commencé, mais Reiha ne pouvait plus s'empêcher de penser que ça avait été une mauvaise décision de s'en prendre à lui. Heureusement pour elle, la fragilité émotionnelle ne la décrivait pas. Les plus sensibles auraient pu éclater en sanglots à force de se faire humilier de la sorte. Mais Reiha, elle, s'accrochait du mieux qu'elle le pouvait. Elle n'avait même pas besoin de raison pour ça, têtue comme elle était. Et même si la situation lui échappait parfois, ce n'est pas pour autant que la jeune femme se résignait.

« Il fallait être plus malin. Vous m'avez juste demandé de vous faire rire sans rien préciser d'autre. C'est vous qui avez fixé les paramètres avant de perdre. Vous avez demandé à rire et vous avez ri, c'est tout. »

Son air sérieux fut cependant perturbé par une action qu'elle n'aurait pas soupçonné. Une main. Juste une main un peu trop baladeuse avait suffi pour qu'elle recule sa chaise d'un élan sec, les joues bien rougies, et qu'elle se mette à bégailler des mots inintelligibles. Aussi triste que ce soit, cette main avait été le contact le plus entreprenant qu'elle n'a jamais subi. Il faut dire qu'elle n'était pas très expérimentée avec la gent masculine, notamment à cause de son manque d'intérêt pour la chose. Ce désintérêt allait-il disparaître après un peu de forcing ? Qui sait. Pour l'heure, Reiha était plus gênée qu'autre chose. Répondre correctement lui était devenu difficile.

« L..la faute à qui ? Ce n'est pas moi qui tourne toute la conversation de façon tordue ! Ce n'est certainement pas comme ça que je vais avoir envie de... de... la table... Rah ! Vous m'énervez ! »

Respire Reiha, allez. Si ton interlocuteur n'a plus assez de sang pour lui irriguer le cerveau - au profit de son anatomie masculine - toi, au contraire, tu en as beaucoup trop. Eh oui. Le reste de son corps semble pâlir alors que ses joues, elles, prennent une teinte toujours plus éclarlate. Ses mains tremblent, ses genoux en claquent presque. Quel étrange mélange de colère et de gêne. Et le pire dans tout ça, c'est que le fanfaron en rajoute toujours plus. Pauvre Reiha qui n'avait jamais eu la moindre raison de se sentir moche jusque là. La voilà aujourd'hui en train de se demander s'il se moquait d'elle ou s'il était sérieux à propos de ça. C'est terriblement angoissant, si bien qu'elle ne le regarde même plus en face. Au lieu de ça, ses yeux se perdent sur ce qu'elle n'a pas, à savoir une opulente poitrine. Alors c'était ça ? Il est vrai que la Nittohei manque clairement de formes par rapport à certaines, mais de là à se faire traiter de gamine pour ça... Elle n'en revenait toujours pas. Son corps était pourtant bien adulte ! Sa psyché par contre... ça dépend vraiment des moments. On ne peut pas dire qu'elle soit actuellement plus mature que son interlocuteur, à s'offusquer pour tout et rien. D'ailleurs, Eien lui a donné une raison de plus pour ça à l'instant même. Le deuxième bol... n'était pas pour elle. Évidemment. Elle a vu la vierge au pied de son lit, je vous jure.

« Si j'avais réellement été une gamine, vous auriez dû me payer ma part. Je suis censée n'avoir que de l'argent de poche, après tout. »

La voilà qui revient sur ce sujet. Cherche pas, Reiha ! Il va continuer de te voir comme la mineure que tu n'es pas. Expliquer les choses de façon logique ne t'apportera rien. Enfin, pas avec lui en tout cas. Je vous jure. Elle devrait au moins abandonner cette bataille-ci, car c'est celle qui semble la plus perdue d'avance. Mais non ! Elle refuse de capituler. Pourquoi l'ai-je conçue si bornée, déjà ? Oui je l'accorde, c'est pour les situations dans ce genre-là, et je n'en suis pas déçu. Souffre de tes défauts, ma chère création, souffre ! Continue de te battre contre une force que tu ne maîtrises pas, qui t'échappe.

« Mais j'ai compris, très bien. C'est comme ça que vous vous comportez avec celles qui refusent vos avances. C'est lâche. »

Woowie, quelle bachelière mention psychologie du bled. Que ce soit ça ou autre chose, à vrai dire, Reiha en a peur. Elle ne le comprend pas et a l'impression de creuser pour rien, et même de se perdre dans un tunnel encore plus sombre et profond plutôt que d'en voir le bout lumineux. Ce type est une énigme ambulante. Pour quelqu'un qui n'aime pas les casses-tête de ce type, la Shinigami ne pouvait être que dans l'inconfort, fusse-t-il  physique ou psychologique. Heureusement, elle décida finalement de laisser un de ses dilemmes derrière elle. Il était temps, bordel !

« C'est bon, c'est bon. Je vais payer ma part. Qu'on m'apporte aussi un bol. »
Alignement : Loyal Neutre
Rang : B
Grade : Ittōhei, Ichibantai
Avatar : Tobirama, Naruto
Messages : 68
Expérience : 247
Reiryoku : 25000
Date d'inscription : 23/04/2019
Voir le profil de l'utilisateur
Tokugawa Eien
Mar 14 Mai - 17:19


Le luron que tu étais n’en pouvais plus. Le sketch continuait toujours au plus grand dam de vos spectateurs. Médusés. Plus les secondes défilaient et plus la caricature devenait plus forte, plus intense.  

« Oh je vois. C’est à moi de venir te montrer ma masculinité et mes prouesses. Pas de problème, c’est assez drôle. »

Ton corps se décala pour la rejoindre.

Face à elle, un sourire carnassier au visage, tu passais tes mains sur ta propre tunique. Comme si tu comptais montrer tes atouts devant tout le monde.

Tu allais beaucoup trop loin, mais quel infini plaisir que de passer pour un rolliste chelou prétextant tel ou tel excuse afin de laisser parler ses lubies dantesques – pour ne rien dire d’autre. [J’vous rassure, je reste certifié Halal, parole d’Amine ! (Hihi)]

« Je rigole voyons, pas ici devant tout le monde. Cesse de jacasser, et soit contente d’avoir autre chose qui t’attends, gamine. »

Tu te rasseyais calmement. Il était évident qu’un oeil attentif avait pu cerner une forme étrange. Pour ces gens là, il était temps de se calmer. Ce n’était que ton Zanpakuto... Tu n’allais quand même pas faire ce genre de pitrerie... Hihi.

Tu te jouais, toujours plus, de la Nittōhei. Ton éthique légendaire n’était plus à prouvée. Tu rebondissais sur l’ensemble des actions ou réaction de la jeune pour toujours plus la faire sombrer dans la gêne et l’humiliation gratuite.

Eien était un cishet. Un fait bien connu de tous.

« Refuser qu’elle avance ? N’imagine pas te considerer dans ce cas là. Tu crieras bientôt hihi. »

Ça en devenait presque lassant.

Oui. oui.

Rei-Machin était trop malléable, trop candide. Pas assez aware. Si son cas s’avérait interessant. Elle allait devenir une arme. Former par tes soins.

« Allez, tiens. Prends mon bol. Avec tout ce que je vais te faire ce soir, tu le mérite Rei-Tchoin. »

Tu soupiras.

La situation ne cessait de déboussoler la demoiselle pour ton plus grand plaisir. Malheureusement, « toutes les bonnes choses ont une fin » n’est-ce pas ? C’est un profond sérieux qui s’ancra dans ton faciès. La situation évoluait quelque peu. On nageait en plein délire. Indéchiffrable. Ton maître mot.

« Au sein de la Première Division, qu’elle branche t’intéresse, Ousuke Reiha ? »

Vous passiez dans la partie sérieuse de votre rencontre. Tu en étais presque oppressant. Aucun Reiryoku, ni même expression ne se dégageaient de toi. Tel un serpent, tu attendais que la proie fasse le premier pas.

Alignement : Chaotique Bon
Rang : C
Grade : Nittōhei, Ichibantai
Avatar : Miyamoto Musashi, Fate
Messages : 29
Expérience : 142
Reiryoku : 12500
Date d'inscription : 03/05/2019
Voir le profil de l'utilisateur
Ousuke Reiha
Mar 14 Mai - 18:49

Qu'est-ce que..? Elle ne parvenait littéralement plus à penser. Son cerveau s'était arrêté au moment où Eien s'approcha d'elle avec un air douteux de prédateur sexuel. Reiha était intimidée ; il n'y avait pas de meilleur mot pour décrire son état actuel. Elle ne fut libérée de cette nouvelle pression que lorsque le fanfaron admit se jouer d'elle. Mais tout de même ! Elle en restait gênée et aura désormais du mal à entreprendre le moins contact – aussi formel puisse-t-il être – avec lui. Ce serait bien trop embarrassant !

« De toute manière, je serais morte d'embarras avant que vous ne puissiez faire quoi que ce soit. Ce n'est franchement pas agréable à vivre mais ça me préserve. »

Pourtant, cela ne l'empêchait pas de continuer. Au contraire, l'homme semblait prendre un malin plaisir à embarrasser sa cadette, toujours avec plus de sous-entendus. C'est d'ailleurs le dernier qui avait retenu l'attention de Reiha. Crier ? Elle avait déjà envie de le faire, oh que oui, mais sans doute pas pour les mêmes raisons que celles son aîné imaginait. Peut-être que, dans un univers alternatif, cette lubrique prophétie s'est réalisée. Mais dans celui-ci, la Nittohei continuait de refuser tout ce qu'il pouvait éventuellement proposer, quitte à se priver de quelque chose qui aurait pu lui retirer le balai qu'elle a dans le derrière. Heureusement, toute cette gêne instaurée en si peu de temps commençait à être balayée au fur et à mesure que la conversation semblait devenir un plus normale. Enfin... normale ou pas, le choc n'en fut que plus terrible à encaisser pour Reiha. Qui est-il ? Qu'avez-vous fait du vrai Tokugawa Eien ? Elle se l'était réellement demandé dès qu'il lui a finalement offert un bol. Si le Don Juan n'avait pas ponctué sa phrase d'un surnom humiliant, jamais Reiha ne l'aurait reconnu, pour sûr.

« Vous ne savez pas ce que vous voulez. Mais je ferais mieux de me taire avant que vous ne changiez de nouveau d'avis ou que vous ne proposiez quelque chose d'encore plus déplacé. »

Elle tend finalement les mains et se saisit du bol qu'on lui offre pour le ramener doucement de son côté. Un air sceptique modèle son expression alors que son regard oscille régulièrement entre le contenu du bol et le soudain bénéfacteur. Reiha ne pouvait s'empêcher de trouver ça suspect, au point où elle se demande maintenant si consomer ces ramens reviendrait à accepter de passer une nuit avec Eien. Brr ! Cette simple pensée la fit longuement hésiter avant qu'elle ne se décide finalement à entamer le bol. Quelle erreur, mais oh la la quelle erreur ! Si seulement elle avait su que, dans la seconde qui suit, Eien la choquerait encore plus. C'est dramatique. Le soudain changement d'ambiance fit pousser les gros yeux à la jeune femme. C'est encore pire qu'avant ! Maintenant qu'elle s'était accoutumée à un clown à l'attitude légère et volage, faire face à quelqu'un de sérieux lui paraissait être une expérience tout droit sortie d'une autre dimension, encore plus si ce quelqu'un n'était autre que ce coureur de jupons. C'en est effrayant. Et le pire dans tout ça, c'est qu'il avait réussi à prononcer le nom complet de la Nittohei abasourdie, lui qui faisait mine de ne même pas avoir retenu le prénom depuis tout ce temps. Top 10 anime emotional moments, je vous dis.

« Hm... Actuellement, je pense pouvoir m'épanouir plus aisément dans la brigade Senshi qu'ailleurs bien que rien ne soit encore décidé. Plutôt que de suivre mes caprices, je préférerais aller là où mes aptitudes me guideront. C'est peut-être fataliste dit ainsi mais mieux vaut une lame forgée par un professionnel cruel qu'une lame forgée par un inapte aimant. Bref, j'irai là où je serai la plus utile à tout le monde. »

Bien que toujours aussi honnête envers elle-même et les autres, Reiha reste malgré tout sur ses gardes, de peur que son interlocuteur redevienne frivole d'une seconde à l'autre. Elle devait cependant avouer que ce changement soudain d'ambiance, au delà d'être fort perturbant, était aussi reposant pour son pauvre cerveau en ébullition qui pouvait enfin arrêter de pervertir sa malheureuse propriétaire.

« Pardonnez-moi mais pourquoi cet intérêt soudain ? Non pas que ça me déplaise, mais comprenez ma surprise. Vous agissiez comme le plus déluré des hommes il y a une minute encore, et voilà que vous faites maintenant tout le contraire. Laquelle de ces personnalités vous représente vraiment ? »
Alignement : Loyal Neutre
Rang : B
Grade : Ittōhei, Ichibantai
Avatar : Tobirama, Naruto
Messages : 68
Expérience : 247
Reiryoku : 25000
Date d'inscription : 23/04/2019
Voir le profil de l'utilisateur
Tokugawa Eien
Mar 14 Mai - 19:42


Tu ne pris même pas la peine de surenchérir. Les dialogues ouverts antérieurement était balayé d’un simple mouvement de main.

Tu incarnais l’ombre dans son plus simple apparat. Qui pouvait penser que l’illustre Sôjôbô se trouvait en ce lieu ? Tu n’avais rien du luron d’il y a peu. Deux êtres fondamentalement opposés. Deux masques, plutôt. À la manière d’un Aizen zélé, la Soul Society était tienne. Du moins, tu connaissais quiconque en son sein – Jin’ei oblige.

Tu étais déçu des réponses de la jeune Nittōhei. Elle restait dans un carcan, carcan qui n’allait lui apporter que mort et ignominie en ce bas monde.

Malheureusement, Reiha était dans ta toile.

« Je ne vois que faiblesses derrière ce genre de paroles. Te cantonner aux tâches ingrates, c’est vraiment ce que tu recherches ? »

Bien que tu la jugeais, comme à ton habitude. Tes paroles se voulaient bien plus rudes.

T’étais-tu trompé en voulant faire d’elle l’une de tes apprentis ?

Un soupire se libérait. Tes iris s’apposèrent sur la Shinigami. L’envie de batifoler avec elle n’était, bien sûr, pas présente. Tu avais cet air ailleurs et froid tel tout bon edgylord qui se respecte.

« Ta bouche émet beaucoup de questions futiles. Cesse d’être une victime, comporte toi comme quelqu’un digne du Goteisantai. »

L’envie de quitter les lieux était présente. Celle d’ôter sa vie encore plus. Tu te retenais. Non pas par crainte d’être aperçu mais uniquement car ne n’était qu’une enfant après tout.

Tu abhorrais le genre de personne qui s’assimilait, un tant soit peu, à la mascarade qu’entrainer ton rôle. Toutes les personnes qui lui ressemblais, n’avait rien à faire auprès du Roi des Âmes. Impérial et véhément.

Elle ne s’avait, pas encore, dans quoi elle venait de s’embarquer. C’était pire qu’une menace SSS.

« Parle moi des branches qui composent notre charmante division et ce que tu en penses. Tu n’auras pas d’autre chance. »


Tout ceci n’avait ni queue, ni tête. Pourquoi autant d’intérêt pour Reiha ? Peut-être parce qu’il était le seul à rp sur ce forum ?

Ton visage s’arqua, laissant place à un fin sourire.

Alignement : Chaotique Bon
Rang : C
Grade : Nittōhei, Ichibantai
Avatar : Miyamoto Musashi, Fate
Messages : 29
Expérience : 142
Reiryoku : 12500
Date d'inscription : 03/05/2019
Voir le profil de l'utilisateur
Ousuke Reiha
Mar 14 Mai - 23:11

Elle allait décidemment de surprise en surprise, certaines étant bonnes et d'autres mauvaises. En l'occurrence, la dernière appartenait bien plus à cette seconde catégorie. De quoi voulait-il bien parler ? Pourquoi se mettait-il si soudainement à la juger, et plus encore, à lui mettre tant de pression sur les épaules ? Reiha ne comprenait pas mais essayait de se sortir de ce nouveau brouillard. Si comprendre les gens était relativement difficile pour elle, déchiffrer une situation lui paraissait cependant bien plus simple. Au moins, elle ne s'attaquait cette fois-ci pas à un problème indéchiffrable mais bien à une énigme qu'elle pourrait affectionner.

« Ce n'est pas si grave. Mieux vaut que l'ennemi me pense plus faible que je ne le suis. De cette façon, il me sera plus simple de l'abattre. Et puis je n'aime pas vanter mes aptitudes. Il serait dommage que tout le monde sache de quoi je suis capable. C'est le meilleur moyen de perdre une bataille. La menace n'est pas qu'extérieure à la Soul Society, je préfère prendre des gants. »

Sur ces mots, elle adresse un regard complice ainsi qu'un petit sourire à son zanpakuto laissé près du mur. Il est vrai ; même si Reiha n'est pas la plus expérimentée ou puissante des Shinigami, personne ne savait de quoi elle était réellement capable. Elle ne s'est jamais entraînée avec personne et n'a jusque là pas été poussée dans ses derniers retranchements. Ainsi, ses pouvoirs et ses affinités demeuraient effectivement secrets. Conscience de l'avantage que cela procurait, Reiha préférait le conserver au moins jusqu'à ce qu'elle estime la Soul Society purgée des quelques injustes machinations qui avaient lieu dans l'ombre.

« Par contre, ça me paraît déplacé pour vous de dire ça. Vous êtes celui qui jouez le plus avec votre personnalité ici. Pourquoi ne pourrais-je pas en faire de même, à une échelle plus petite qui plus est ? »

Quelle question rhétorique, vilaine. Après tout, Reiha ne jouait pas. Elle restait simplement décontenancée d'un changement si soudain d'ambiance mais commençait à s'y accommoder. Et même si cette situation restait dérangeante, cela ne changeait rien au fait qu'elle la préférait à la précédente, même si elle avait la mauvaise impression d'être testée, que quelque chose était attendu de sa part. Et si ce n'était pas qu'une simple impression ? Ce doute fut confirmé dès l'instant où Eien fit la mention d'une "autre chance". Il attendait effectivement quelque chose de la Nittohei qui venait à l'instant de le réaliser. Mais quoi ? Il lui restait encore à découvrir ceci. Mais pour l'heure, une autre épreuve l'attendait.

« Iryoku, Jin'ei et Senshi. Ce que j'en pense ? Ne regrettez pas cette question une fois que j'aurais terminé d'enfoncer nos camarades. Je n'irai pas par quatre chemins. L'air de rien, elle prend le temps de poursuivre son repas entre deux répliques. Les Iryoku sont pourris gâtés. On leur offre tout ce qu'il y a de mieux mais ils sont actuellement les plus inutiles. Quel est l'intérêt de s'occuper des menaces extérieures si les plus dangereuses sont à l'intérieur ? On leur refile une panacée pour guérir le rhume pendant que ceux qui se chargent du cancer n'ont que des antibiotiques à disposition. C'est ridicule. En conséquence, je les pense plus enclins à se reposer sur leurs acquis et à devenir un poids pour tout le monde. Et, une fois qu'on aura réellement besoin d'eux, ils ne seront plus d'aucune utilité. »

Un petit soupir après cette balle gratuite mais réelle. Elle reprend également une bouchée de nouilles et la fait descendre avec quelques gorgées de soupe. Ah ! Quelle douce saveur, quel plaisir. Un véritable petit moment de bonheur avant la prochaine tirade.

« Pour les Jin'ei, je ne sais évidemment pas qui s'y trouve et ne peux ainsi que parler de leur rôle. C'est une structure malheureusement nécessaire. Comme je l'ai dit plus tôt, la menace à l'intérieur de nos propres murs n'est pas à ignorer. Je suppose que traquer ces menaces et les mettre à mort est de leur ressort. Et au delà de tout exécution, le rassemblement d'informations est tout aussi crucial. Le savoir est sans nul doute ce qui permettra à notre organisation de se purger de toute atteinte à sa noblesse d'origine. M'enfin. J'espère tout de même que le processus de sélection y est aussi rigoureux que les rumeurs le disent. Laisser les informations sensibles dans les mains de n'importe qui serait définitivement catastrophique pour nous tous. En bref, cette brigade est toute aussi utile qu'elle peut être dangereuse. »

Fiou ! Presque fini. Que ce soit son ressenti vis-à-vis des brigades ou tout simplement son bol de ramen, les deux sont quasiment terminés. Reiha prend le temps de marquer de nouveau une pause avant d'attaquer le dernier morceau du lot. Et même si celui-ci était son morceau favori, il lui fallait être objective.

« Et les Senshi, comment dire ça gentiment ? Pour faire simple, je vais me contenter de les appeler "les sous Jin'ei". Ils sont utiles, oui, mais soyons objectif deux minutes. Arrêter les menaces internes à Soul Society, ça a le même impact que de les exécuter dans l'ombre, la seule différence étant l'échelle. Les Senshi se contentent simplement de mettre devant la justice tous ceux qui ont fauté mais qui ne méritent pas pour autant la mort. En plus de ça, ils ne savent rien quant à ce qui se trame réellement ici. Bref, c'est comme s'ils n'étaient que les gendarmes pendant que le Jin'ei est le FBI. »

Et voilà ! La dernière bouchée est prise juste avec cette troisième et dernière tirade. Reiha ne sait pas si ses paroles ont convaincu son interlocuteur, quels que soient ses réels desseins, mais elle est au moins fière de son honnêteté. Dire que si elle disait tout ça à la mauvaise personne, ell s'attirerait problablement quelques ennuis. Mais tant pis. On récolte ce qu'on sème, et la Shinigami ne comptait pas abandonner ses convictions juste pour plaire à quelqu'un d'autre. Elle ne pouvait cependant pas s'empêcher de se demander si son "épreuve" était réussie ou non. Ses yeux se posent sur Eien avant qu'il ne réponde, sans doute dans l'espoir de déchiffrer quelque chose en plus. Autant dire que ça n'avait été qu'un cuisant échec. Pourquoi ne pas aller droit au but, dans ce cas ?

« Sinon, vous me réservez encore combien d'épreuves ? lui demanda-t-elle, l'air de rien, alors qu'un sourire joueur étire ses lèvres. Je n'ai aucun problème avec ça et en passerai autant qu'il le faudra. C'est juste pour déterminer ce que vous attendez de moi. Après tout, ce n'est pas le genre de questions qu'on pose à quelqu'un qu'on ne connait que depuis trente minutes. Chercheriez-vous à me rallier à votre cause ? »
Alignement : Loyal Neutre
Rang : B
Grade : Ittōhei, Ichibantai
Avatar : Tobirama, Naruto
Messages : 68
Expérience : 247
Reiryoku : 25000
Date d'inscription : 23/04/2019
Voir le profil de l'utilisateur
Tokugawa Eien
Mer 15 Mai - 12:08


Ton visage d’un sérieux absolu se mua soudainement en un rictus béat. Tu l’avais douillé comme jaja diront certains. Toi qui te retenais de rire depuis le début. Tu implosas. Tu en riais à en pleurer. Elle n’y avait vu que du feu. Tu te roulais presque sur le sol, un fou rire moqueur absolu.

Au-dessus, c’était le soleil.

« Tu t’es fais pranké. T’es vraiment nulle. »

Tu tapais ton bol tel le male alpha que tu étais, tandis que tes larmes de rires perlaient en discontinu. Tu n’avais jamais ris autant.

« Je t’écoutais même pas mdrrrrrr. Ta vraiment cru que j’voulais savoir ce que tu me disais ? Et gnagnani et gnagnana. Et j’raconte ma vie par ci, et j’raconte ma vie par là. T r o p n a ï v e. »

Le sombre enfoiré que tu étais venait de faire, dans le jargon, une masterclass.

Alignement : Chaotique Bon
Rang : C
Grade : Nittōhei, Ichibantai
Avatar : Miyamoto Musashi, Fate
Messages : 29
Expérience : 142
Reiryoku : 12500
Date d'inscription : 03/05/2019
Voir le profil de l'utilisateur
Ousuke Reiha
Mer 15 Mai - 13:45

Hein ? Qu'est-ce que, quoi ? Sumimasen, nani the fuck ? Reiha cligne une fois des yeux, puis deux trois, puis trois fois, incertaine de ce qu'elle devait comprendre à la situation. La voilà roulée, encore une fois. C'est ça d'être trop honnête, ma grande. Tu cours tout droit dans les pièges sans même y penser à deux fois. C'est à cause de ça que la Nittohei se retrouve de nouveau rouge d'embarras, mais d'une toute autre sorte d'embarras. La paranoïa s'empare ensuite d'elle pendant un court instant. Et si quelqu'un d'autre avait entendu la conversation ? Il ne suffisait que d'un espion un peu trop bavard pour que cette histoire se répande au travers de la cour entière comme une trainée de poudre.

« Je... je vous déteste. Elle serre les poings, comme si elle était prête à le frapper à tout moment, mais s'abtient d'avoir recours à de tels moyens. Au lieu de ça, elle baisse la tête pour ne pas que sa mine blessée soit visible de son interlocuteur. Oh non. Les douloureux souvenirs remontent. Si le mensonge n'existait pas, la naïveté ne serait même pas un défaut. »

Mais non, stop. Par pitié Reiha, n'y pense plus. C'est pas le moment de virer du côté drama de la force, j'ai vraiment pas env-... et trop tard. Fait chier. Les souvenirs reviennent beaucoup trop facilement. Comment je gère ça, moi ? Je suis beaucoup trop joyeux pour pouvoir la décrire en train de se morfondre. Heureusement, elle n'est est pas aux larmes (psst, ça se joue à pas grand chose). Mais autant dire que sa mine attristée et ses dents en train de compresser sa langue étaient des signes plutôt équivoques. Raaah, stop. Si tu continues comme ça, tu vas finir par te ridiculiser. Mais bon. Il faut dire que s'il y a bien une chose qui l'affecte tout particulièrement, c'est le mensonge. Mauvais vécu avec, va-t-on dire.

« Je ne vois pas ce qui vous faire rire. C'est vraiment blessant. »

Et encore ! Dans son cas, ces mots sont plutôt doux dans leur emploi, de véritables euphémismes à plein temps. Cependant, même si les émotions la submergeaient actuelle, Reiha se devait de garder une certaine contenance. Elle n'était pas seule, après tout. Mais comment rattraper un tel instant de faiblesse ? Oh, rien de bien sorcier. Eien lui avait donné la solution, après tout.

« C'est une blague, lui dit-elle en feignant un sourire après avoir relevé la tête. Ahah. Hilarant ça. Et très crédible, surtout. Comment aurais-je pu reprendre espoir en un cas aussi désespéré que vous, de toute manière ? Je m'y attendais. C'était même inévitable. »

Ahah ! Tu deviens ce que tu détestes, ma chère Reiha. Tu mens ! Oui bon, ok. C'était un mensonge à but purement défensif, cette fois-ci. Mais c'était nécessaire. Elle avait maintenant la certitude que, si elle continuait à exposer ses faiblesses ainsi, cet homme allait prendre un malin plaisir à les exploiter sans se préoccuper du mal qu'il pouvait causer. Se créer une carapace, au moins contre lui, était donc devenu nécessaire pour Reiha. Mais comme toujours, c'est beaucoup plus facile à dire qu'à faire. Y parviendra-t-elle réellement ? En plus de détester le mensonge, Reiha n'était certainement pas la personne la plus compétente pour dissimuler la vérité, surtout une fois sous le joug des émotions.

« Mais bon. Au moins j'aurais eu la preuve que vous n'êtes capable de rien si ce n'est batifoler et vous moquer. J'ai de la peine. »
Alignement : Loyal Neutre
Rang : B
Grade : Ittōhei, Ichibantai
Avatar : Tobirama, Naruto
Messages : 68
Expérience : 247
Reiryoku : 25000
Date d'inscription : 23/04/2019
Voir le profil de l'utilisateur
Tokugawa Eien
Jeu 16 Mai - 11:52


Bla bla bla bla.

« Je suis pas nulle ». « Hihi c’était une blague ». « C’est pas gentil Eien ».

Bla bla bla

« Je raconte ma vie mais personne ne lit ». « Je me fais bully ». « Trop beau gosse ce Eien ».

À l’ensemble de ses paroles tu ne ne répondais que par deux adages fortement connus et répandus dans la fachosphère : « parle à ma main » & « çc – ça craint ». Tes punchlines étaient aussi fatales qu’un Bazooka. Quel jeu de mot. Pfouah. Quel homme. Pfouah. Un génie ce type.

Tu riais au visage de la gamine au cheveux rose. Que pensait-elle ? Montrer un signe de faiblesse, tomber dans le panneau puis dire que tout ceci n’était qu’une blague ?

Il n’y avait pas écrit Seconde voir Troisième division sur ton front.

« Tu penses vraiment m’avoir avec le "nn ze rigol c 1 blag" ? Ce n’est pas au vieux singe que l’on apprend a faire la grimace, hihi. »

Tu buvais ses larmes salées. Tel cishet mettant une pls stratosphérique à une SJW se définissant sexuellement comme un arbre. Oui, oui. Heureusement que tu étais un Shinigami car supporter twitter. Looooool.

« J’ai hâte que nos supérieurs entendent cette confession. Que dis-je cette félonie. Si tu es capable de penser ça de la 1ère... Quid de la 2e et 3e. Ça me dégoute, cracher dans la soupe. »

On ne changeait pas une équipe qui gagne.

Lui arrachait des pleurs allait être ton plus grand plaisir de la journée.

Alignement : Chaotique Bon
Rang : C
Grade : Nittōhei, Ichibantai
Avatar : Miyamoto Musashi, Fate
Messages : 29
Expérience : 142
Reiryoku : 12500
Date d'inscription : 03/05/2019
Voir le profil de l'utilisateur
Ousuke Reiha
Jeu 16 Mai - 13:28

Par moment, Reiha se demandait pourquoi elle continuait de lui répondre alors que lui, de son côté, ne faisait que la rabaisser ou l'ignorer. C'est vrai ça, pourquoi réponds-tu, Reiha ? Tu peux pas vraiment m'entendre, je le sais. C'est un peu ennuyant ; ça me pousse à écrire son introspection. Fait est que cette demoiselle, en plus d'être une quiche en terme de compétences sociales, est aussi têtue qu'une mule. Une fois qu'une idée s'est logée dans son crâne, vous pouvez toujours courir pour la déloger. Elle va jusqu'au bout des choses quitte à se brûler sur le chemin. Enfin... à ce compte-là, ses blessures ne sont plus que des simples brûlures. Mais bon, passons. Elle a choisi, elle assume.

« Peu importe. Même si vous y aviez cru, vous vous en seriez juste royalement foutu. Comme d'habitude, quoi. Je me demande bien ce que vous cherchez à accomplir en vous comportant ainsi. »

Encore une fois, elle ne comprenait pas. Quel était le but dissimulé derrière une attitude pareille ? Faire rire la galerie ? Faire le mal ? Se sentir supérieur ? (Non, on sait tous que c'est pour gagner de l'xp. Mais stop le meta !) Ne voyant les choses qu'au travers de son prisme social étriqué, la Nittohei ne pouvait comprendre ni même cautionner un tel comportement. De son point de vue, c'était inadmissible. Son désir de réformer cette attitude n'était que grandissant, bien qu'elle continuait de voir cette tâche comme quasiment impossible. Heureusement, sa détermination s'embrasa dès l'instant où Eien osa la menacer quant à sa pseudo félonie. Oh que non ! On ne l'attaque pas sur ce terrain là, car c'était certainement celui où elle ne se laissera jamais marcher dessus. Ses convictions lui sont si chères qu'elles paraissent plus puissantes que n'importe quelle peur.

Reiha cligne frénétiquement des yeux pour chasser les larmes naissantes, redresse son buste de tout son long et jette un regard empreint de la flamme de sa résolution à son interlocuteur, tentant de lui faire comprendre par le langage corporelle qu'elle ne l'autorisera pas à la défier sur ce terrain. Quelle sacrée lunatique.

« Faites ce que vous voulez. Même si ces questions avaient été posées par notre capitaine, j'y aurais répondu en toute franchise pour le bien de notre faction. Je reste fidèle à mes convictions et vos menaces ne sauront faire défaillir ma dévotion pour le Gotei. M'accuser de trahison est honteux, et je suis prête à répondre à vos accusations par un duel si cela s'avère nécessaire. »

Reiha appuie ses propos en se relevant. Elle se saisit de son zanpakuto et le replace à sa ceinture avant de frapper la table du poing. Elle aurait pu tout tolérer, tout sauf un affront pareil à sa raison d'être. Son sang ne fait qu'un tour, son coeur bat comme jamais alors qu'elle a rarement été aussi prête à en découdre. Quel soudain changement d'ambiance... Dire qu'ele était au bord des larmes il y a même pas vingt secondes.
Alignement : Loyal Neutre
Rang : B
Grade : Ittōhei, Ichibantai
Avatar : Tobirama, Naruto
Messages : 68
Expérience : 247
Reiryoku : 25000
Date d'inscription : 23/04/2019
Voir le profil de l'utilisateur
Tokugawa Eien
Jeu 16 Mai - 14:17


Pfiouh. Tu l’utilisais tel un objet, satisfaisant ainsi tes plus sombres désirs. Quelle sotte. Elle était là à faire la feminazi avec toi. Quelle erreeeeur.

Quel plaisir d’ignorer 3/4 du texte d’un joueur sous seul prétexte que son personnage n’écoutait pas l’autre. Bon le seul problème était le fait de meubler, vous l’auriez compris. Quoi qu’en y repensant bien, ce n’était pas le plus dure.

D’ailleurs, le saviez-vous ? Lorsque vous embrassez quelqu’un pendant à peine 10 secondes, vous échangez environ 80 000 000 de bactéries. Donc les mecs qui jouent à ce défi stupide, de demander à des filles de les embrasser dans la rue, sont carrément devenus des bactéries géantes. Le trafic de cocaine rapporte dans le monde environ 100 000 000 $. Il faut savoir que Microsoft, Kellogg’s, et MacDonald’s génèrent environ 80 000 000$ par an, donc c’est 20 000 000$ de plus que ces trois monstres de l’industrie réunis.

C’est fou n’est-ce pas ? Reprenons.

« Flemme. T’es pas assez forte haha. Par contre... »

Une main venait se poser sur son buste. Depuis tout à l’heure tu te posais la question concernant la fermeté de ses « pectoraux ». Difficile de s’attendre à un tel attouchement. Et qui sait, un simple contact l’avait rendu rouge de honte. Que dire de ça ?

Tu sirotais ton bol, l’air de rien. Après tout, ce n’allait pas être pire que la déception consécutive d’end game et de game of throne. D’un simple signe de main, tu fis comprendre à la felon d’arreter son tintamarre et de se rasseoir.

Alignement : Chaotique Bon
Rang : C
Grade : Nittōhei, Ichibantai
Avatar : Miyamoto Musashi, Fate
Messages : 29
Expérience : 142
Reiryoku : 12500
Date d'inscription : 03/05/2019
Voir le profil de l'utilisateur
Ousuke Reiha
Ven 17 Mai - 7:33

Une nouvelle fois, on se moquait d'elle. Pas assez forte, hein ? D'un point de vue extérieur et omniscient à la situation, oh que oui. Mais du point de vue de Reiha, c'était inconcevable. Comment pouvait-elle être plus faible qu'un individu pareil ? Elle ne pouvait même pas l'imaginer ne serait-ce qu'une seule seconde. Pour elle, Eien était le plus faible. Il ne dégageait pas la moindre impression de puissance et n'intimidait personne avec une présence pareille. Peut-être cela était-il dû à son comportement. Mais qu'on se le dise, même dans l'oeuvre originale, on a tous pensé que Chad allait vaincre Kyoraku pour les mêmes raisons. Enfin... Dans le cas présent, notre Chad a énormément perdu en carrure, là où le Kyoraku a gagné en vice. Mais la situation était quasiment la même, non ?


« Je peux vous prouver le contraire ici et maintenant. Ne vous défilez pa-AAAAAH ! »

Quel est ce cri soudain ? J'ai failli renverser mon café, tu fais chier Reiha. Bon. Observons la situation. Comme à son habitude, le monsieur n'a pas écouté. Mais cette fois-ci, il s'est permis d'entamer un contact encore plus entreprenant, tatant sans gêne la poitrine de la Nittohei. Sans gêne, c'était tout le contraire de la victime puisque cette dernière entreprend de reculer rapidement et de virer la main du harceleur – qui ne pourra pas finir sur le hashtag #balancetonporc pour des raisons évidentes – d'une rapide tape dessus.

« J-je... je vous ai pas autorisé à faire ça ! piaille-t-elle en protestation, car pour le coup, elle avait tout de même bien assez de formes pour avoir senti un certain inconfort. M-meurs ! »

Wahoo, quelle menace. Un petit "chien de la casse" aurait été à rajouter, mais tant pis. Ce n'est pas son genre. Notez cependant que la gêne de la Shinigami est telle qu'elle n'est même plus parvenue à le vouvoyer sur cette dernière injonction. Rouge comme jamais, confuse comme pas deux, elle ne sait même plus quoi dire. Même en essayant, elle n'arriverait à rien de constructif puisqu'elle ne pensait plus qu'à ce dernier contact, au fait que sa féminité ait ainsi été souillée. Bon... c'est exagéré, je l'accorde. Mais eh, c'est réellement comme ça qu'elle voit les choses, la pauvre ! S'en remettra-t-elle un jour ? Elle ne pourra plus offrir ce premier contact à son prince charmant. Bleh. Elle n'avait qu'à pas adhérer à un tel conte de fées en premier lieu. Men only want one thing and it's fucking disgusting, dit le meme. Et les memes disent toujours la vérité ! ... à quelques choses près.

« Malotru ! Pervers ! Gourgandin ! Crevard ! Oie ! Maraud ! Persiffleur ! Crapule ! Pleutre ! »

Eh oh, on se calme sur les jurons d'une autre époque, miss. Tu pourrais au moins utiliser des termes plus modernes histoire d'atteindre ton public. Non ? Tant pis. C'est ton problème si on se moque de toi. Moi je suis juste là pour observer et raconter tes malheurs. Enfin bref. Elle croise maintenant les bras pour couvrir sa poitrine. Non, son kosode n'était pas retiré ; heureusement ! Mais après une telle action de la part de son pitre de collègue, elle ne pouvait que se sentir à nue. Quelle sensation effrayante. Actuellement, Reiha en a presque l'impression que le regard vicelard de Eien est capable de voir à travers les fibres. Étrangement, ça ne la surprendrait même pas que son zanpakuto lui offre une telle capacité.

« N-non je ne m'assieds pas ! Pas pour être à portée de.. de tes mains balladeuses. »
Alignement : Loyal Neutre
Rang : B
Grade : Ittōhei, Ichibantai
Avatar : Tobirama, Naruto
Messages : 68
Expérience : 247
Reiryoku : 25000
Date d'inscription : 23/04/2019
Voir le profil de l'utilisateur
Tokugawa Eien
Lun 20 Mai - 17:35


Tu riais à gorge déployer. Elle avait bel et bien raison, il y avait de la matière sous cette tunique mouillée. Tu ne pouvais t’empêcher de la traumatiser tel le white cis hetero male que tu étais. Un adage bien connu ne disait-il pan justement « Men are trash » ?

« Tu me tutoies maintenant ? Eh bien eh bien. Si tu savais tout ce que ne pouvais faire de plus avec une main. Hihi. »

Tu laissais un petit sourire chelou apparaitre sur ton visage. Ta main continuait à mimer le mouvement de molestation dans le vide. Un cliché typique de tout manga visant à la rendre encore plus mal. Tu te régalais. Bientôt l’enfant hihi.

« Bla bla bla. On sait tous que tu as apprécié. Cesse tes jérémiades maintenant. Tu t’affiches pour rien. »

Tu passas ta main dans ton koso quelque chose afin d’y ressortir un paquet. Oups, tu venais de sortir celui contenant tes « protections » lors de tes nombreux ébats. Ah sacré destin. Mais ce n’était pas le bon paquet, pas celui que tu cherchais. Continuant ton entreprise, tu sortis finalement un paquet de carte estampiller par un Uno jaune. Et avec un rajout contenant la particule « Ny ».

« Une partie de Nyuno ? J’ai toujours un paquet sur moi. Je t’explique les règles jeune demoiselle plantureuse ? »

À défaut de farmer l’xp pour le prochain event qui va faire reroll tout le forum, autant accumuler cette denrée multipliée par deux lors d’un jeu de carte.

Et puis ce n’était pas comme si tu n’avais pas d’idées sur quoi écrire haha. Quel staff de qualité.

Alignement : Chaotique Bon
Rang : C
Grade : Nittōhei, Ichibantai
Avatar : Miyamoto Musashi, Fate
Messages : 29
Expérience : 142
Reiryoku : 12500
Date d'inscription : 03/05/2019
Voir le profil de l'utilisateur
Ousuke Reiha
Lun 20 Mai - 19:09

Il continue, encore et encore, au plus grand déplaisir de ma pauvre petite qui ne sait plus où donner de la tête. Son cerveau entier est déjà tout retourné par les émotions. Et maintenant, même ce tutoiement soudain et incontrôlé se retourne contre elle. Toute rouge, elle se racle la gorge et essaye de se rattraper, voulant reformuler sa dernière réplique mais en vouvoyant son interlocuteur. Mais ça, fallait le faire plus vite, ma belle. Regarde la main de Eien en train de s'agiter dans les airs, maintenant. Ce geste te parle, n'est-ce pas ? Oh que oui. Regarde-le bien ! Laisse-le te mettre encore plus la hon- Eh ! Arrête de cacher ton visage dans tes mains, j'ai même pas terminé de te provoquer à mon tour ! M'enfin... C'est pas comme si elle m'entendait, de toute façon.

« C-comment j'aurais pu.. apprécier ça ? C'est ridicule ! Je ne suis pas comme celles que vous avez charmé ainsi ! »

C'est vrai ça ! Consentement il n'y a pas. Attention au #MeToo, il fait des ravages chaque jour dans le monde entier. Mais bref. L'apprécier était difficile, avec toute cette gêne. Plus qu'enjouée par ce contact, Reiha en est avant tout gênée. Que son interlocuteur continue de persister avec ça ne pouvait donc que la mettre davantage dans l'embarras. Pauvre petite. Fort heureusement, c'est cette gêne qui la préserva d'un malheur encore plus grand ; en se dissimulant derrière ses mains, Reiha n'a pas pu voir le premier paquet sorti par son collègue. Eh eh ! Comme quoi, ça sauve des vies de jouer à Booette. Je n'imagine même pas sa réaction si elle avait vu le paquet de préservatifs. Ô rage, Ô désespoir ! Elle se serait fait tellement d'idées à la seconde qu'elle aurait été obligée de s'asseoir et de respirer un grand coup pour assimiler un tel choc. Mais la princesse est sauvée. Sa pseudo pureté demeure intacte et se focalise sur le paquet de Nyuno une fois que l'homme la rappelle à l'ordre par une invitation à jouer.

« La jeune demoiselle plantu-.. Elle a un nom. Mais allez-y, expliquez-moi. »

Elle respire un grand coup, acceptant finalement de capituler et de se rasseoir. Contrairement à la dernière fois, Reiha garde cependant son zanpakuto un peu plus proche d'elle, au cas où Eien tenterait une nouvelle approche. Elle ne comptait pas le dégainer ici mais espérait qu'un coup de pommeau sur le crâne serait suffisant pour le rappeler à l'ordre au cas où il divaguait. Aura-t-elle besoin d'y avoir recours ? Seul l'avenir le lui dira. En attendant, elle posa ses coudes sur la table, joint ses mains et entremêle ses doigts pour y poser doucement son menton. Depuis cette posture classique, elle observe son interlocuteur et attend les instructions avec impatience, ayant la ferme intention de les comprendre du premier goût pour écraser son adversaire. Peut-être.

_________________
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum

 :: Soul Society :: Seireitei :: Kyuutei
Visite de goujaterie (Tokugawa Eien)

Sauter vers: