Épisode : Alexius Ullrich
 :: Hueco Mundo :: Heilig :: Elysium

Messages : 88
Expérience : 268
Reiryoku : 0
Date d'inscription : 03/12/2018
Voir le profil de l'utilisateur
Narrateur
Lun 15 Avr - 22:46
Date : ... ??? ...
Lieu : ... sur les saintes hauteurs d'Elysium ...

En ce sixième jour de la semaine, tous les représentants des trois familles royales étaient attablés autour d'un même sujet de discussion, sur les hauteurs élitistes d'Elysium, tandis qu'en bas de la pyramide fourmillait des rumeurs inquiétantes. Et ce fut cette raison précise qui attisa autant les ardeurs des Ullrich, des Bismarck et des Hanfstaengl. La discussion était houleuse. Et pour cause, parmi cette prestigieuse assemblée, malgré le sang bleu-noir qui transitait dans ses veines, un traître jouait double jeu pour aider les Heide infidèles dans leur cause.

Alexius Ullrich bouscula soudain sa chaise en arrière.

— C'est inadmissible que vous soyez aussi peu aptes à la réflexion !
— Alexius, assis-toi, blâma un Halbgotter du poing sur la table.
— Si nous ne faisons rien, notre civilisation toute entière risque le trépas. Et nous venons de loin ! Rappelez-vous quand nous déambulions dans ce désert perpétuel, en quête d'un havre de paix. Rappelez-vous ! En vous bandant les yeux, vous menacez les fondations de la Sainte de s'écrouler.
— Tu parles en absolu.
— Je parle de bon droit ! Regarde autour de toi, et jure-moi que tu fais confiance à ces idiots aveugles.
— Alexius !
— L'un de nous transmet des informations aux Heide.

Las de tourner autour du pot, l'Engelritter lâcha sa bombe. Un hoquet de surprise s'imprima sur le visage de tous les Quincy présents à la conférence. Des oeillades commencèrent très vite à s'échanger d'un bout à l'autre de la table, chacun essayant de décrypter les méfaits de ses voisins pour s'assurer de leur fidélité au Kaiser. Mais la situation ne progressa pas pour autant. Au contraire, elle ne fit que s'envenimer.

— Et comme par hasard, le Sieger n'est pas là.
— Qu'insinues-tu, Alexius ?
— Ai-je besoin d'expliquer l’inexorable ?
— Va jusqu'au bout de tes paroles – et assume-les.
— C'est bien son genre de fomenter des rebellions, cracha l'héritier en promenant son regard sur ses confrères perplexes. Il est celui qui a soufflé des idées néfastes au Kaiser ! Il est facile de comprendre qu'il réplique son modus operandi. Nous n'aurions jamais connu cette déchéance séculaire sans ce traî-...

Alexius Ullrich se tut.

Sa dépouille calcinée s'écrasa nette contre le rebord de la table royale, d'un blanc jusqu'alors immaculé. Son écorce de cendres saupoudra la couverture de son Livre de Babel, posée là devant lui, comme à chacune de ses prestations. L'audience avait emboité son pas. Après la discussion tempétueuse, on n'entendit plus que le vent hurlant du Drangsal, au loin. Le respect naturellement imposé, le Kaiser se leva – accueillant l'arrivée de son plus fidèle bras droit, Beowulf Fridriech, sujet de cette esclandre.

— Sieger ? sortit enfin Fenrir de son mutisme.
— La rémanence est de retour.
Messages : 88
Expérience : 268
Reiryoku : 0
Date d'inscription : 03/12/2018
Voir le profil de l'utilisateur
Narrateur
Ven 19 Avr - 21:25
Si Alexius avait réussi à semer la discorde dans la tête de ses coreligionnaires, il était évident que la situation venait d’atteindre un seuil inattendu. Cette simple phrase du Sieger horrifia l’ensemble des royalistes de la Haute-Ville – du moins ceux qui avaient participé à la Première Guerre et aux affres que celle-ci avait engrangé. Le silence avait repris sa place de maître dans l’assemblée, tandis que la pression spirituelle de l’Empereur se répandait peu à peu dans la pièce, accablant l'audience d'un joug étouffant. Le Kaiser n’avait nul besoin de s’exprimer – la séance était levée.

Et ceux désirant rester allaient connaître le même sort que feu Alexius.

Il ne fallut qu’une poignée de seconde pour que la pièce soit vidée de toute âme. La véritable discussion pouvait enfin débuter. Et Beowulf n’eut pas besoin d’attendre l'aval du Seigneur pour débuter.

— Cette information est d’une véracité absolue. J’étais moi-même à sa traque. J’ai bien peur que...
— Père l’avait annihilé en sacrifiant sa vie, l'interrompit sèchement Fenrir.

La pression spirituelle de l'Avatar ne cessait de croître, cette dernière s’infusant dans l’ensemble d’Elysium. Le Drangsal s'engorgea d'une puissance incommensurable ; et pour cause, le hurlement de cette tempête mortifère répondait à l’appel de son Gardien. D'un simple ordre, les tribulations menaçaient de gronder, pour que les Fidèles rejoignent à jamais un Paradis à l’orée de la Vérité.

— Son pouvoir nous permettra de franchir les dimensions et bien plus encore. Nous nous devons de soumettre cette entité, Seigneur. Mais je crains que même nos Halbgotters ne puissent briser son aura.
— Les impies ne doivent en aucun cas mettre la main sur les compétences de cette incarnation...

Une phrase laissée en suspens le temps d’une seconde, qui en parut mille. Si l’information était vraie – et celle-ci l'était – alors les fondements même d’Heilig pouvaient s’écrouler face au poids de la Révélation.

— Les mystères nimbant cet autre monde pourraient être percés à jour... à l'instar de ceux des Reliques, conclut finalement Fenrir.

L’Empereur se leva de son trône. Sa pression spirituelle avait certainement plongé l’ensemble des sujets de l’Elysium dans un coma profond – ou pire encore. Seul son ancien maître d’armes se tenait debout face à lui, le visage marqué d'une expression grave. Le jeune Kaiser avança doucement en direction de l’un des vitraux de sa demeure, plongeant son regard sur la Basse-Ville. Tandis que la foudre frappa à sept fois les hauteurs de la Sainte, un sourire s’arqua au creux des lèvres du Guide.

— J’irai en personne cueillir le fruit défendu. Prépare le Vandenreich, Sieger.
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum

 :: Hueco Mundo :: Heilig :: Elysium
Épisode : Alexius Ullrich

Sauter vers: