Une curiosité toute simple [FT - Sayano Shinosuke]
 :: Monde Humain :: Old World

Rang : B
Grade : Sicario, Muerte
Avatar : Leshen, The Witcher
Messages : 15
Expérience : 67
Reiryoku : 24000
Date d'inscription : 07/04/2019
Voir le profil de l'utilisateur
Su Venra
Mer 10 Avr - 15:30
Un regard peut intrigué n'importe qui
Ft – Sayano Shinosuke

Sa respiration était calme et poser, son souffle était visible quelques fois à l'oeil nu tandis que le hollow restait positionner au même endroit. Le temps était clair, le ciel était bleu et la chaleur, agréable. Cela pouvait être qu'une simple journée d'été comme les autres pour les êtres de ce monde, mais pour Venra, c'était une vision qui le fascinait toujours. Loin de la violence et de la barbarie, loin de la nuit éternelle, loin du désert de sable blanc et d'ossements de ses compères, loin de ce plan sans aucune vide et vaste, loin de cette solitude et de cette oppression qu’exerçait ce monde où se battre était monnaie courante pour survivre...

Ici, il n'y avait rien de tout ça, seulement la sérénité et le calme plat. L'artiste était assis, le dos droit contre un tronc, une écorce d'arbre suffisamment grande pour la tenir d'une main et assez résistante pour ne pas se briser après avoir exercer une simple pression de ses doigts. Les volatiles chantaient à leur façon, pendant que son regard vide de globe oculaire, se fixa pour observer les environs.
Su appréciait ce nouveau moment de quiétude dans  le monde des mortels, pouvant le laisser libre court à ses tentatives d'exprimer ses pensées, ses mots, en œuvre, afin de poursuivre encore et toujours les réponses à ses questions.

Le vent souffla de nouveau, les cimes se balançaient au grès de ce dernier, tandis que les feuilles développait une douce et éphémère mélodie. Appréciant ce coup de pouce de la nature, Venra traça de nouveau quelques traits sur sa planche de fortune, profitant de ce moment d'épiphanie inespérée.
Ses doigts fait de bois, traçaient doucement le matériel de fortune avec une grande délicatesse. Chose étrange pour quelqu’un de sa race, après tout, rare étaient les hollows capable d’avoir un sens de finesse en général, vu qu’ils avaient plus un comportement sanglant et bagarreur.

Cependant, le vieux tronc se démarquait de ses compères. Il était plus calme, avait un meilleur sang-froid et savait réfléchir correctement lorsqu’un problème se présentait devant lui.
Bon, il n’est pas non plus le plus intelligent de son espèce et n’est pas le premier de la classe, néanmoins, ceux qui ne le connaissaient pas pourrait être surpris de sa capacité à coopéré, de suivre un plan et d’exprimer ses opinions.

Un écureuil s’avança d’arbre en arbre, sauta de branche en branche pour récolter sa nourriture. La petite créature ne voyait pas Su, elle ne le pouvait pas, car les hollows étaient des entités faite d’énergie spirituel, et que peu de créature (doué de conscience ou non) pouvaient apercevoir ces monstres digne d’un film d’épouvante.
Le petit être récupéra son dû et descendit de son piédestal, courant dans l’herbe et passant juste à côté de l’anomalie de la nature.

Venra le laissa partir au loin, posant une ultime fois ses « yeux » sur cette chose si fragile, qu’il ne lui faudrait qu’une légère pression spirituel pour qu’elle rende l’âme. Pourtant, le hollow ne le voulait pas, plus intrigué par ses actions.

- Pourquoi dois-je continuer à souffrir après tout ce temps ?

Une certaine mélancolie se dégagea du monstre, une mélancolie avec un air de peine et de solitude. Il ne savait pas pourquoi, mais cette question le mettait d’une humeur morose à l’instant même où elle lui effleura l’esprit.
Pourquoi suis-je comme ça ? Pourquoi dois-je vivre de cette manière ? Pourquoi suis-je si différent ?…

Pourquoi malgré le temps qui passe, je me sens si vide ?
Rang : B
Grade : Soulmate
Avatar : Osaka Behime (fate series)
Messages : 20
Expérience : 73
Reiryoku : 24000
Date d'inscription : 04/04/2019
Voir le profil de l'utilisateur
Sayano Shinosuke
Mer 10 Avr - 21:39
Voilà qui était une belle journée pour faire un tour dehors. Je venais de passer plusieurs jours enfermée dans mon atelier souterrain, à concevoir les plans d’une nouvelle machine, il devenait donc fort urgent de prendre l’air ! Mais au lieu de passer du temps à l’Eden comme il m’arrivait régulièrement de le faire, une autre idée m’était venue à l’esprit. Tous ces combats qui faisaient rage laissaient des résidus d’énergie spirituelle un peu partout dans l’ancien monde, qui contenaient assurément beaucoup de données sans doute très intéressantes pour mes recherches.

C’était donc comme cela que je m’étais retrouvée à monter dans un véhicule volant, afin de quitter l’enceinte protectrice des murs d’Ark, à la recherche de résidus à récolter. Ce n’était pas la première fois que je faisais ainsi, alors j’avais déjà une idée des endroits très chargés, mais cela signifiait aussi qu’il s’agissait d’endroits très dangereux. Il me fallut donc plusieurs heures pour trouver un endroit convenable, qui ne présentait pas de signes d’ennemis et dont la récolte serait profitable.

Une fois descendue du véhicule, je fus alors assaillie d’une sensation rare… celle de l’air frais, l’odeur de la nature sauvage, loin de la civilisation qui l’allourdit en gaz chimiques. Oh, je ne me plaignais pas de la civilisation, bien au contraire ! Mais il fallait admettre que l’air pur n’était pas désagréable, alors je pris quelques minutes pour en profiter, assise contre le vaisseau, fermant les yeux pour mieux entendre les animaux qui vivaient leur vie, loin de tous nos problèmes.

Mais parmi ces informations, deux d’entre elles éveillèrent son attention. La première était un bruit, quelque chose qui grattait légèrement, et irrégulièrement, sur du bois. L’autre était… un sixième sens, un sentiment lourd et familier. Un Hollow… J’avais pourtant fait bien attention en atterrissant, alors comment?

Curieuse, je m’approchais discrètement de là où il semblait être, essayant tant bien que mal de ne pas faire de bruit avec ma canne et ma jambe qui boitait. Puis je le vis, là, planté comme un arbre avec lesquels il avait visiblement beaucoup de traits en commun… Mais quelque chose n’allait pas. Cachée derrière un tronc, je l’observais quelques minutes, n’en revenant pas mes yeux.

Il est en train… de dessiner...sur de l’écorce?

Alors ça, c’était original ! D’habitude, les hollow n’étaient que des bêtes assoiffées d’âmes, qui se contentent de se diriger vers notre Arbre-monde en dévorant tout sur leur passage, tels des insectes devant une flamme. Mais celui-ci n’avait rien de tout ça. Il semblait en harmonie avec la nature, profitant de l’instant présent et du soleil d’été comme je le faisais il n’y avait pas cinq minutes, j’avais même l’impression qu’il appréciait la compagnie des animaux et le chant des oiseaux…

Tout m’indiquait que je devais partir d’ici, déguerpir avant qu’il ne me repère, et trouver un autre endroit, mais… une telle espèce était rare. Ma curiosité prit le pas, et je décidais de l’observer, allumant discrètement ma tablette pour le filmer afin d’en conserver un enregistrement… Pour la Science, après tout !
Enfin, j'espérais tout de même au fond de moi qu’il ne détecte pas ma présence...
Rang : B
Grade : Sicario, Muerte
Avatar : Leshen, The Witcher
Messages : 15
Expérience : 67
Reiryoku : 24000
Date d'inscription : 07/04/2019
Voir le profil de l'utilisateur
Su Venra
Jeu 11 Avr - 17:06
Observatrice
Ft – Sayano Shinosuke

L'humeur de l'artiste était au plus bas, si on pouvait le dire ainsi. Cela lui arrivait souvent lorsqu'il se perdait dans ses pensées, remettant en surface ces sensations désagréables qui faisait frisonner son être. Ce n'est pas comme si ce dernier les ravivaient volontairement, c'était un acte instinctif venant de son esprit qui ne supportait pas ce brouillard permanent qui encombrait son existence.
Su se sentait seul, creux, et cela le rongeait, comme s'il s'était réveiller d'un long rêve, mais qu'en regardant autour de lui, chaque personne à ses côtés restaient endormie.

Un rêve qui se prolongeait pendant des jours, même des années, cependant, quand il ouvrir les yeux, tout ceci disparu sans laisser de trace, comme si ça n'avait jamais exister, comme si tout cela n'était qu'une illusion, un fantasme, condamné à ne jamais connaître la vérité.
Au final, il était comme un arbre sans racines, flottant au grès du vent sans jamais réellement pouvoir prendre "racine".

Son air solitaire se fit plus palpable au fur et à mesure, ses yeux restèrent fixé sur son oeuvre achevé, enfantin, mais qui le rendait fier. Détournant son regard, il le leva vers le ciel, observant les quelques nuages à l'horizon, se demandant si eux aussi, pouvaient être comme lui, un être qui n'était pas capable de comprend qui était-il.

La température chuta peu à peu, autour de lui, de la rosé se forma sur l'herbe et les plantes des environs. Quelques mots se dessinèrent devant lui, ces mêmes lettres qui allaient et venaient en certaines occasions. Venra ne comprenait pas leurs significations, pourtant, il savait qu'elles possédaient une profonde signification, comme si elles étaient liés à lui.

- Pour quelle raison pleure-tu, oh ciel bleu ?

Sa voix était grave, rocailleuse, comme si elle venait d'une créature ayant vécu suffisamment longtemps pour voir bâtir pays, jusqu'à ce qu'il retourne à la poussière. Résonnante et calme, elle pouvait instauré une certaine quiétude à ses auditeurs s'ils se donnaient la peine de l'écouter.

Inspirant l'air une nouvelle fois, son souffle forma un léger brouillard devant lui, s'élevant vers le ciel.
Baissant son crâne vers le bas, il observa le sol de nouveau, légèrement cristallin depuis sa "petite perte de contrôle". Faisant l'effort de reprendre ses moyens, la froideur qui se dégageait de son corps se dissipa, néanmoins, les alentours devraient garder cette aspect hivernal pendant un temps.

- Hm ?


Ayant la sensation qu'on l'épié à son égard, Venra tourna la tête instinctivement vers l'individu qui gênait sa méditation.
Quel n'était pas sa surprise, quand il vit que c'était un être de chaire et de sang qui l'observait. Eux qui, d'habitude fuyaient en courant ou sortaient d'étranges mécanismes pour l'attaquer, cette dernière resta planté sur le sol, tel un piquet.

Quelque part, il était interloqué, d'une autre, il se demandait si cette dernière n'était pas comme les autres. Pourtant, comme la plupart du temps, il ne leva pas le petit pouce pour agir, préférant la laisser partir au lieu de sortir les crocs pour se défendre. Cependant, il était prêt à combattre ou à fuir en cas de pétrin. Après tout, le vieux tronc avait appris à rester prudent au cours de ses années de survis au Hueco Mundo.

Rang : B
Grade : Soulmate
Avatar : Osaka Behime (fate series)
Messages : 20
Expérience : 73
Reiryoku : 24000
Date d'inscription : 04/04/2019
Voir le profil de l'utilisateur
Sayano Shinosuke
Ven 12 Avr - 7:18
Essayez d’imaginer un arbre avec des bras peindre tel les grands artistes du passé. C’était la vision qui arrivait à mes yeux à l’heure actuelle, un étrange spectacle à la fois mystérieux et effrayant, une sorte d’oeuvre d’art en soi. Cette intrigante scène me fit perdre le fil de mes pensées l’espace de quelques instants, si bien que je ne remarquais qu’après coup que la température avait brutalement chuté, quand mes doigts commencèrent à trembler. Il fallait dire que ce n’était pas exactement la météo face à laquelle je m’étais préparée…

N’en pouvant plus, je finis par poser ma tablette et me frotter les bras, tout en me recroquevillant dans mon manteau. Je n’en croyais pas mes yeux. C’était comme si l’hiver ‘était abattu d’un coup sur la portion de forêt, sans crier gare. Mais alors que la température semblait avoir cessé de décroître, je me risquais de nouveau à observer la créature… qui me rendit son regard.

J’eus un léger sursaut en prenant conscience qu’il pouvait me voir, et l’espace d’un instant l’envie de fuir fût très forte. Est-ce que ce froid soudain n’avait pas été un avertissement?... On ne sait jamais, avec les hollow. Pourtant, il resta planté là, ne montrant aucun signe d'agressivité. Est-ce que ça pouvait seulement bouger?...

Bon, puisqu’il n’était plus nécessaire de se cacher, je me redressais, mettant ma tablette en mode “enregistrement” afin de garder une trace de ce qui allait peut-être être une conversation inter-espèce… Enfin, je ne me faisais pas trop d’illusion !

“Bon...jour?”
tentais-je, ignorant néanmoins s’il parlait notre langue.

“Je m’appelle Sayano, et… et vous… vous êtes un hollow, c’est bien ça? Veuillez m’excuser si cette question vous paraît déplacée, mais je n’ai jamais entendu parler d’un hollow...”

Je m’arrêtais quelques secondes, cherchant mes mots:

“...Calme? Vous semblez plus serein que vos confrères…”

Tout en parlant, je gardais bien mes distances, n’ayant pas bougé de derrière mon arbre. Bien entendu, il m’était impossible de courir, mais quelque chose me disait, avec cette apparence, qu’il n’aurait pas pour autant la vitesse de me rattraper si jamais il me prenait pour son repas.
...J’espérais, en tout cas.
Rang : B
Grade : Sicario, Muerte
Avatar : Leshen, The Witcher
Messages : 15
Expérience : 67
Reiryoku : 24000
Date d'inscription : 07/04/2019
Voir le profil de l'utilisateur
Su Venra
Sam 13 Avr - 19:09
Différent ?
Ft – Sayano Shinosuke

La femelle ne bougeait pas de sa place, comme si ses jambes étaient cloués au sol.
Venra ne trouvait cette scène étonnante sur le moment, après tout, cette situation s'est répétée plusieurs fois tout au long de sa vie de hollow et les fins, n'étaient pas réellement des plus belle à voir. Certaines se finissaient dans "le calme" (si courir le plus loin possible après avoir hurler, peut être considéré comme calme), d'autres avaient des terminaisons plus sanglante. Su était un hollow après tout, il n'était pas rare que celui-ci tue pour se nourrir afin de compenser sa faim, malgré l'apport d'âme installer par Nephilim au Hueco Mundo.

Cependant, le vieux tronc était calme et sa faim restait sous contrôle, ne trouvant pas l'intérêt à traquer cette femelle, il préférait la laisser partir. Allant retourner à ses occupations, le monstre alla récupéré une nouvelle planche improviser, mais fut surpris par les paroles de la jeune âme.

Elle n’avait pas fui en courant comme si la mort était à ses trousses, elle n’avait pas sortir les armes comme si son pire ennemi était devant ses yeux. Non, la mortelle restait là, au même endroit, entrain de se tenir avec l’un des arbres du coin et de lui poser des questions. Était-elle courageuse ? Ou complètement folle, stupide ou inconsciente de sa situation ? Si un passant serait entrain d’observer la scène en ce moment, il ne choisirait sûrement pas un mot pour décrire la bravoure de l’humaine.

Le monstre resta de coi sur le moment, ne comprenant pas l'intention de cette petite chose.
Lui qui avait vécu en solitaire depuis des siècles, avait très peu communiquer avec les autres et encore moins avec une autre espèce que la sienne, en faite, on pouvait dire que son niveau social était l'équivalent d'un ermite dans sa montagne, ruminant ses idées tout seul, sans savoir si quelqu’un était dans les parages pour l’entendre.

- Calme ? Différent ?


Sa voix grave et profonde retentissait dans les environs, brisant le silence installer dans ce bois perdu. Que voulait-elle dire par là ? Certes, il se sentait à part, moins nerveux, moins sanguinaire, mais l'était-il réellement ? Sa faim était une sensation éternelle le prenant en tenaille à chaque instant, lui demandant de se nourrir à chaque occasion pour la satisfaire... mais elle revenait toujours, tel un parasite que Su ne pouvait enlever.

- Que veux-tu dire, petit être ?

Intrigué, il se laissa prendre au jeu. Après tout, peut être que cette échange l'aiderait à voir plus clair en lui-même...

Rang : B
Grade : Soulmate
Avatar : Osaka Behime (fate series)
Messages : 20
Expérience : 73
Reiryoku : 24000
Date d'inscription : 04/04/2019
Voir le profil de l'utilisateur
Sayano Shinosuke
Lun 15 Avr - 15:41
Était-ce une bonne idée? Non, évidemment. Cette créature était un hollow, un monstre mangeur d’âme pour qui je n’étais, très probablement, qu’un repas ambulant… Mais quelque chose n’allait pas. Il ne m’avait pas attaquée, ne semblait pas se cacher pour tendre une embuscade, et ne s’était pas montré agressif devant mes paroles. Ce spécimen était si intriguant qu’il me fallait en savoir plus, et plus je pouvais apprendre d’informations, mieux ce serait.

Il me répondit donc, capable de parole, me questionnant sur mes précédentes phrases:

“Eh bien… d’habitude, ceux de votre espèce se dirigent vers notre ville, et cherchent à dévorer les humains autour d’eux. Vous, vous restez là, sans animosité externe, à attendre. Ce n’est pas habituel, je me demandais donc simplement si vous étiez comme vos confrères.”



C’était quand même peu courant de devoir expliquer à un hollow ce que faisaient les hollow… mais peut-être que j’étais dans l’erreur? Peut-être que cette race n’était pas profondément belliqueuse, et que les bêtes sauvages habituels étaient en fait les cas particuliers? Je n’y croyais pas vraiment, mais aucune théorie ne pouvait être rejetée pour l’instant.

Maintenant, je gardais tout de même mes distances, restant immobile afin qu’il n’apprenne pas pour mon handicap. Son comportement avait beau sortir des normes connues, un loup restait un loup. Et je ne me sentais pas de prendre le risque d’être vue comme une proie facile.

“Que faîtes-vous là, au juste?”




Rang : B
Grade : Sicario, Muerte
Avatar : Leshen, The Witcher
Messages : 15
Expérience : 67
Reiryoku : 24000
Date d'inscription : 07/04/2019
Voir le profil de l'utilisateur
Su Venra
Mer 17 Avr - 21:57
Dessins
Ft – Sayano Shinosuke

Toujours cacher derrière son arbre, l’humaine le regardait, lui, la monstruosité assise sur l’herbe, en apparence calme à l’extérieur. Venra avait faim, toujours faim, si faim que parfois, mélanger avec sa frustration constante, il pouvait piquer d’énormes crises de nerfs, libérant une quantité effroyable de reiatsu frigorifiant, mêlé avec des hurlements pouvant durée pendant aisément quelques heures.
Cette situation pouvait être insoutenable pour quelqu’un à l’esprit fragile, même Su, a dut enduré cette cacophonie dans son esprit plusieurs dizaines de fois, avant de réussir à trouver un faible échappatoire avec ce qu’il tenait entre ses mains.
C’était plus qu’un loisir, c’était ce qui pouvait répondre à ses constantes questions, c’était son but, son salut.

La femelle expliqua son point de vue, non sans être sur ses gardes. Expliquant qu’elle pensait que le vieux tronc était comme ses confrères, se laissant à l’ectasie de vouloir dévorer l’arbre spirituel siégeant dans leur place forte. Lui-même possède cette envie instinctif de se rué vers ce plat si délicieux, pouvant peut être mettre à terme à son éternelle gloutonnerie. Pourtant, il n’y allait pas. Par crainte de la mort certes, malgré ses bas instincts, il ne voulait pas mourir, mais aussi car venir dans cette endroit lui fait bien plus de bien que de mal, lui permettant de sortir du quotidien oppressant du Hueco Mundo.

L’appel du vent, le son de la verdure, l’eau du ruisseau qui coulait un peu plus loin, le soleil illuminant la contrée… Tout ceci fascinait l’artiste, l’ayant laisser de coi pendant plusieurs heures la première fois qu’il avait observer la scène, après avoir « ouvert les yeux ».
D’une certaine façon, la quiétude et la beauté du lieu lui permettait de nourrir ses fantasmes et tenter de nouvelles choses avec ses planches de fortune.

Reprenant de nouveau la parole, la jeune inconsciente lui demanda ce que le monstre faisait là, seul, entouré non pas de corps manquant d’âme, mais par la nature en elle-même sans aucune trace de sang dans les environs. Penchant sa tête sur le côté, il ne comprenait pas la curiosité de la jeune humaine, mais Su sentait une envie soudaine de lui répondre. Lui même ne savait pas pourquoi, après tout, rare était les moments où il pouvait avoir une « conversation » avec un être pensant.

Posant ses yeux sur ce qu’il avait dans sa main, il avança quelques pas vers la jeune humaine. Puis, ouvrant ses branches faisant office de doigts, Venra laissa la curieuse examiner sa planche.
Elle était faite d’un bois simple, les traits effectuer via ses traces de doigts étaient bruts et simple. Ce n’était pas du grand art, mais un œil expert pouvait comprendre qu’il manquait quelque chose sur sa fresque, même si elle égalait celle d’un jeune enfant, cette chose manquait cette étincelle simple, mais qui pourtant, ne pouvait pas être agripper par son dessinateur.

- Hmmm…

Attendant sa réponse, il se tut, laissant ses sentiments se déchaîner en lui. Ne comprenant pas le pourquoi, Venra sentit une sorte d’impatience lui monter à la tête, donnant une attention particulière aux prochains mots de l’humaine.
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum

 :: Monde Humain :: Old World
Une curiosité toute simple [FT - Sayano Shinosuke]

Sauter vers: