[Officielle/Rang B] Signal de détresse
 :: Monde Humain :: Old World :: Quantum

Aller à la page : 1, 2  Suivant
Messages : 122
Expérience : 361
Reiryoku : 0
Date d'inscription : 03/12/2018
Voir le profil de l'utilisateur
Narrateur
Mar 9 Avr - 12:12
Date : ... au courant de l'Été 750 ...
Lieu : ... quelque part dans la cité d'Ark ...

Lorsqu'elle reçut le signal, Europe Helheim n'en revint pas des yeux. Après ses deux longues années de recherche, elle s'apprêtait à effleurer du bout des doigts son vœu de découvrir les secrets de l'Arbre-Monde – du moins, ceux qu'un certain prédécesseur avait su arracher au mutisme de Son écorce. Il ne lui fallu pas plus de temps pour réunir une équipe compétente, fidèle, ayant déjà fait ses preuves, et la rejoindre sur terrain pour enfin sortir des murs castrateurs d'Ark. Ainsi, elle demanda à son proche conseiller militaire, le Guardian Iouri Sakharov, de préparer l'expédition aussi vite que possible – et dans la discrétion si chère à Brotherhood – pour éclairer la vérité de sa lampe torche bien humaine.

Tandis que vous vous affairiez à votre quotidien de Soulmate, @Calliope Corleone et @Ragnar S. Lodbrok avez reçu la visite de ce même Iouri Sakharov, figure emblématique de votre ordre, ayant grimpé les échelons malgré sa seule condition d'humain, dénué de Fullbring ou de Doll. Depuis le siège de sa moto sportive, il vous lâcha une information concise : « The Awaken requiert votre aide. » ; et le ton pressé dans sa voix, pourtant si calme à son habitude, vous alerta quant à l'urgence de cette mission. Sans plus de précisions, le contact de sa bécane toujours allumé, il partit en direction d'une des bases militaires de la ville. Vous laissant de ce fait seuls, avec la convocation d'Europe Helheim.
Rang : A
Grade : Soulmate
Avatar : Rin Tohsaka
Messages : 143
Expérience : 659
Reiryoku : 56000
Date d'inscription : 31/03/2019
Voir le profil de l'utilisateur
Calliope Corleone
Mar 9 Avr - 21:06
Une visite imprévue qui avait un peu pris de court la Corleone. Alors qu’elle avait ouvert la porte de son appartement, elle ne s’était pas attendue à tomber nez à nez avec le Sakharov. Une phrase fut tout ce dont elle eut besoin pour comprendre l’importance de sa présence et ce pourquoi s’était-il déplacé jusqu’ici. Elle le remercia poliment, lui signifiant qu’ils ne tarderaient pas, avant de refermer la porte et retourner dans le salon où elle y avait abandonné Ragnar quelques instants plus tôt. Semblerait-il que le repos, ce ne serait pas pour aujourd’hui. Ce n’était pas comme si elle, elle y voyait un quelconque inconvénient, cependant, elle savait que ce n’était pas la même pour son partenaire.

- Europe Helheim requiert notre présence, elle a besoin de notre aide.

C’était tout ce qu’elle lui annonça avant de se diriger vers sa chambre pour enfiler une tenue adéquate, ne sachant pas encore ce qu’elle pouvait bien vouloir d’eux. Or, pour que le Guardian se déplace de lui-même, ce devait être important.

- C’était Sakharov à la porte.

Simple précision, pour ne pas l’entendre râler comme quoi on leur demandait à nouveau leur aide pour quelques choses que les Guardians auraient pu faire eux-même. Et puis, si l’ordre venait directement de l’Awaken, là aussi, ils pouvaient considérer que la raison était légitime. Enfilant ses gants et refermant ses doigts pour s’assurer d’être confortable, elle se tourna ensuite vers son partenaire pour s’assurer que lui aussi soit près. Mais, avant toute chose, elle s’approcha de lui, un léger sourire sur les lèvres, pour venir l’embrasser, comme à chaque fois où ils étaient appelés en mission. Un rituel qu’elle trouvait nécessaire, voir même vital pour leur relation et duquel elle ne comptait pas se séparer. Elle prononça ensuite contre ses lèvres quelques mots, ces mêmes qu’il entendait quotidiennement mais qui n’étaient pas moins emplis de sens, avant qu’elle ne lui fasse signe qu’ils étaient sur le départ.

Après tout, loin d’elle l’idée de faire attendre l’Awaken. Elle espérait seulement être prête à ce qui allait les attendre car, autre le peu qu’avait dit le Guardian, ils ne savaient rien de plus sur la raison de leur convocation. Ils savaient seulement qu’Europe avait besoin d’aide. De leur aide ? Quant au reste ? Sûrement en sauraient-ils plus une fois sur place, ce pour quoi venaient-ils de prendre la direction du Crucible.
Rang : A
Grade : Soulmate
Avatar : Gilgamesh, Fate
Messages : 110
Expérience : 569
Reiryoku : 67500
Date d'inscription : 31/03/2019
Voir le profil de l'utilisateur
Ragnar S. Lodbrok
Mer 10 Avr - 22:34




Ragnar & Calliope

« Signal de détresse. »

Tu étais du genre à sacraliser les jours de repos. D’abord parce que cela te permettait de ne rien faire et qu’en dehors des combats les plus passionnants, et bien, ne rien faire était probablement ton activité favorite. Mais, également parce que ces quartiers libres dont vous disposiez, Calliope et toi, vous permettaient de vous retrouver et de partager quelques instants plus intimes que ceux dont vous aviez l’habitude sur vos heures de boulot. Il fallait dire que la Corleone était une acharnée, ne lâchant jamais prise et ne se restreignant jamais sur la quantité de travail qu’elle pouvait fournir. C’était d’ailleurs ton rôle, au sein de votre couple, que celui de la canaliser et, parfois, de lui ordonner de relâcher un peu de lest afin que vous puissiez profiter d’un semblant de vie privée.  

« Europe ? Sakharov ? »

Tu avais prononcé les deux noms, comme pour t’assurer de ne pas avoir mal entendu. Si la plupart de vos importantes missions découlaient souvent d’Europe elle-même, il était plus rare que cette dernière face intervenir son homme de confiance, le seul Guardian à même de vous tenir tête à vous, Soulmates. Quoiqu’il en soit, pour une fois, tu n’avais pas rouspété, comprenant immédiatement l’ampleur de la tâche qui allait probablement devenir votre. Attrapant une tenue de combat que tu enfilas rapidement, tu laissas apparaître un tissu sombre te recouvrant, t’offrant une aise confortable et t’octroyant un minimum de discrétion.

« C’est inhabituel que Sakharov se déplace lui-même… Tu te sens en forme ? » Tu commenças à étirer tes bras, d’abord le gauche, le tirant doucement vers l’arrière, puis le droit, vers l’avant pour sa part. Tes yeux d’or rivés sur la brune, tu partageais se rituel qui était votre avant que la porte de votre appartement ne se ferme et que vous silhouettes ne disparaissent pour prendre la direction des quartiers les plus sécurisés de Brotherhood : The Crucible.

Arpentant le labyrinthe souterrain, Calliope et toi virevoltiez à grande vitesse, ce dédale aux solutions éparses et nombreuses, vous le connaissiez par cœur, depuis le temps. Aucune chance de vous égarer, néanmoins, la route jusqu’à la source des opérations de l’organisation requérait tout de même un peu de temps. Ton sourire s’était étiré au fur et à mesure que tu rapprochais de votre cible. Si ton enthousiasme laissait fortement à désirer lorsqu’il s’agissait de ronde ou d’interventions de routine, il en allait tout autrement lorsque les choses de complexifiaient un minimum et te promettait de te donner du fil à retordre. L’adversité, c’était ce qui animait ton âme. Dans cette situation, les rôles votre duo s’inversait et tu devenais celui incapable de tenir en place, celui qui ne souhaitait pas perdre la moindre seconde avant de se lancer à corps perdu dans cette quête qui était votre.

« Si les choses finissent par se corser, reste derrière. Tu as tendance à aller au front en ce moment, n’oublie pas que j’ai besoin de toi en pleine forme pour me réparer. »

Un petit rictus complice mêlé à un regard presque autoritaire. Car oui, la pièce maîtresse de votre duo demeurait Calliope et de ce fait, elle devait se préserver un maximum, te laissant subir autant que tu le pouvais.



Codée par EEli-Ls

Rang : A
Grade : Soulmate
Avatar : Rin Tohsaka
Messages : 143
Expérience : 659
Reiryoku : 56000
Date d'inscription : 31/03/2019
Voir le profil de l'utilisateur
Calliope Corleone
Mer 10 Avr - 23:19
Il y avait des missions plus intéressantes que d’autres. Du moins, pour la Corleone, peu importe ce qu’elles étaient et ce qu’elles pouvaient bien concerner, elle y mettait toujours la même application, toujours aussi diligente dans ce qu’elle faisait. Or, plus ces dernières étaient importantes et plus son partenaire se montrait motivé, ce qui lui arrachait un faible sourire alors qu’elle se déplaçait à ses côtés. Il était toujours plus agréable de travailler avec lui lorsqu’il se montrait de bonnes humeurs plutôt que lorsqu’il faisait la gueule parce que le défi n’était pas assez important pour monsieur toujours en soif de combats toujours plus dangereux les uns que les autres.

Ralentissant dans sa course, elle tourna la tête vers le blond, haussant un sourcil à sa remarque avant de souffler, presque amusée par ce qu’il disait.

- Je dois m’en insulter ou me sentir touchée que tu t’inquiètes ainsi pour moi ?

Après tout, d’un côté, elle pouvait comprendre qu’il veuille s’assurer de sa sécurité et elle savait que ce n’était pas tant que parce qu’il avait besoin d’elle pour la soigner. Il avait besoin d’elle dans sa vie sûrement tout autant qu’elle, elle avait besoin de lui. La raison pour laquelle elle tenait à pouvoir l’aider au meilleur de ses capacités lorsqu’il faisait l’idiot en sautant dans la mêlée sans prendre en compte les risques qu’il encourrait. Elle ne s’était jamais réellement demandée ce qu’elle ferait, si un jour elle devait faire équipe avec quelqu’un d’autre parce qu’il ne serait plus là pour l'accompagner. Et, honnêtement, elle préférait ne pas se pencher sur la question.

- Ne t’en fais pas.

Il savait qu’il pouvait lui faire confiance, qu’elle ne laisserait rien lui arriver. Poursuivant ainsi sa route au travers des couloirs qu’elle connaissait par coeur, ce dédale sous l’Arbre-Monde seulement fréquenté par ceux en qui Europe avait confiance, elle s’arrêta lorsqu’elle fut près du lieu de rendez-vous. C’était toujours le même, lorsque la convocation venait de l’Awaken elle-même.

S’avançant aux côtés du Lodbrok, elle salua la femme d’un signe de tête, son sourire s’étant effacé pour laisser place à une expression plus sérieuse. Plus stricte, surtout.

- Nous avons fait aussi rapidement que possible.

Cela faisait après tout quelques instants seulement que le Guardian avait quitté la porte de leur appartement. Il ne restait plus qu’à savoir pourquoi leur présence était requise et ce pour quoi elle avait besoin de leur aide. Ce n’était pas tant pour savoir s’ils allaient aider ou pas, après tout, la Corleone pourrait allait à l’autre bout du monde si Europe le demandait, mais bel et bien pour savoir ce à quoi ils devaient s’attendre. Il était toujours mieux d’être préparé, pour ainsi éviter les risques d’erreur en cours de route.

Citation :
Nous sommes donc devant Europe ! Merci d'avance pour la MJ.
Alignement : ???
Rang : ???
Grade : The Awaken
Avatar : Integra Hellsing (Hellsing)
Messages : 5
Expérience : 30
Reiryoku : 0
Date d'inscription : 11/04/2019
Voir le profil de l'utilisateur
Europe Helheim
Jeu 11 Avr - 0:09
Un moucheron appâté par sa lumière assommante. Voilà à quoi j'en suis réduit. Une position de faiblesse, à attendre que le destin me tende la main. Mais celui qui tire ses ficelles change tous les jours de masque.

Je ne peux pas me résoudre à laisser cette offrande filer entre mes doigts. « La fortune appartient aux audacieux » ; et c'est d'audace que je tiens les brides de cette expédition. À la fin de la journée, nous saurons – si les petits jeux de mon prédécesseur ont porté leurs fruits après tant de décennies de germe.

Un signal suraigu chatouille mon ouïe.

Ils sont là.

Je cingle mon paquetage et porte sa bandoulière à mon épaule. Il y a un cimetière, là-dedans. Mais l'inconnu n'épargne pas les imprudents. Entre instruments de mesure et outils de parfait cambrioleur, je serai la gentlewoman qui désacralisera le secret professionnel de la planque.

Et ces deux paires de bras ne sauront de trop pour m'épauler.

— Aide-moi donc, Sig.

J'impose mon sac à dos à ses bras tendus malgré eux.

— Nous avons à faire. Pas de question jusqu'au vaisseau.

J'extirpe un pochon à cigares de ma poche et son briquet de compagnie. J'attise son comburant instable du pouce ; la flammèche dévore les feuilles de tabac à en créer le spectre de leur torture. Je rejoins la porte du Creuset ; m'offre corps et âme au système de reconnaissance ; foule les couloirs du Labyrinthe comme une taupe longe sa galerie. Mais aujourd'hui, je n'aurai pas les yeux bandés.

Mes doigts saisissent mon futur cancer en étau.

— Iouri prépare notre carrosse. Ne le faisons pas attendre.

Un Guardian de seconde zone nous épie depuis un carrefour. Je passe devant lui sans le considérer. Odeur atroce de cendres en bouche ; je crache un nuage de fumée grisâtre dans mon sillage.
Rang : A
Grade : Soulmate
Avatar : Gilgamesh, Fate
Messages : 110
Expérience : 569
Reiryoku : 67500
Date d'inscription : 31/03/2019
Voir le profil de l'utilisateur
Ragnar S. Lodbrok
Jeu 11 Avr - 1:49




Ragnar & Calliope

« Signal de détresse. »

Elle n’avait ni à se sentir injuriée, ni flattée, à dire vrai, si l’on considérait le seul terrain du combat, le fait que Calliope reste dans ton sillage s’avérait être votre stratégie la plus équilibrée. Tu étais certes capable de frapper à distance et ainsi de te jouer de tes ennemis en même temps que ta belle ne les acculait au corps-à-corps, mais dans cette configuration, les risques pris par la Corleone étaient importants. Or, du fait de ses capacités médicales et utilitaires, ta moitié s’érigeait comme la dame à tout faire de votre binôme. Tu avais besoin d’elle, parce que tu avais tendance à trop en faire, tendance à te surmener et dans ces cas de figure, elle veillait sur toi et sur ce corps que tu flagellais sans cesse. Bien sûr, lorsque le champ sentimental entrait en ligne de mire, une ligne supplémentaire s’ajoutait au parchemin des justificatifs quant au fait de la laisser loin du danger… Bien évidemment, pour rien au monde tu ne souhaitais la perdre.

Vos pas ralentirent jusqu’à s’arrêter. Ta respiration s’était légèrement accélérée, tout comme ton rythme cardiaque, amenant une légère montée d’adrénaline. Il n’était jamais hasardeux de rencontrer l’Awaken et, en général, chacune de vos entrevues te menait sur les sentiers d’une aventure palpitante soldée par un combat dantesque. Alors pour quoi pas cette fois encore ? C’était ce en quoi tu croyais.

Contrairement à Calliope, ton naturel ne se perdait pas, même en présence de la plus haute instance de Brotherhood. Cet air insoucieux, ce regard transpirant la confiance en toi, ces gestes désinvoltes, tu faisais partie de ceux qui n’était pas écrasés par l’aura que dégageait la Helheim. Non pas que tu te permettais de ne pas la respecter, loin de là, le temps avait simplement fait son œuvre autant qu’Europe ne l’avait elle-même fait. Aujourd’hui, toi comme Calliope vous étiez affirmés comme des agents de choix aux yeux de la cheffe de l’organisation humaine. Si l’essence même de votre relation avec cette dernière demeurait professionnelle, il y avait ce supplément unique et que nombreux voyaient comme un véritable privilège : le fait de disposer de la confiance de l’Awaken. C’était ça, après tout, d’être Soulmates.

« Callie traîne toujours sur le fait de savoir comment attacher ses cheveux, mais tu connais les femmes. »

Un haussement d’épaules, un petit sourire taquin dirigé vers ta concubine et un regard détourné et amusé adressé à la blonde. Pour ceux qui en doutait encore, en voici la preuve : Europe était un membre comme une autre de cette famille qu’était Brotherhood.

Le bras derrière la tête, paumes apposées contre l’arrière de ta boite crânienne et doigts entremêlés les uns aux autres, tu suivis le sens de la marche, silencieusement. Le vaisseau n’était pas encore atteint et de ce fait, aucune voix de vint rompre ce silence ordonné. Peut-être l’Awaken cherchait-elle à rester discrète jusqu’à ce que vous ne vous retrouviez en comité restreint, ou peut-être avait-elle besoin de temps pour se préparer à la mission à venir… Finalement, les réponses à tes questions ne tarderaient pas à arriver, après tout, le départ se faisait imminent.



Codée par EEli-Ls

Rang : A
Grade : Soulmate
Avatar : Rin Tohsaka
Messages : 143
Expérience : 659
Reiryoku : 56000
Date d'inscription : 31/03/2019
Voir le profil de l'utilisateur
Calliope Corleone
Jeu 11 Avr - 2:54
Rapidement, presque par réflexe, le coude de la belle vint s’abattre dans les côtes du blond, lui imposant ainsi le silence après sa dernière pique. Toujours aussi sérieuse, beaucoup trop stricte que disaient certains, elle venait de poser un regard accusateur sur son partenaire, bien loin d’apprécier la touche d’humour qu’il venait d’avoir, sachant pertinemment qu’il était celui qui, d’eux deux, prenait le plus de temps à se préparer. Parce que rien n’était jamais assez important pour monsieur qui n’avait aucun soucis à traîner un peu des pieds. Et c’était encore pire lorsqu’il se considérait bien au-dessus de la mission sur laquelle il avait été demandé de procédé. La seule raison pour laquelle ils étaient arrivés aussi vite, c’était bien parce qu’il avait été motivé par cet appel de la part de l’Awaken.

Restant silencieuse, refusant systématiquement de descendre au niveau du Lodbrok, elle hocha simplement de la tête à l’ordre d’Europe. Pas de question jusqu’au vaisseau, ce qui demandait donc qu’elle reste silencieuse. Ce n’était pas tant parce que c’était Europe Helheim qui se tenait devant elle qu’elle se montrait aussi rigide, aussi peu portée à suivre les touches d’humour de son partenaire. Elle était ainsi avec tout le monde, supérieur comme subordonné, dès qu’il était question de travail. Son sérieux n’avait d’égal que ses compétences sur le terrain et les deux n’étaient plus secrets pour personne au sein de Brotherhood.

Suivant les pas de la blonde, elle retint une mine presque écoeurée face à l’odeur qui parvenait à ses narines. Le tabac, tout comme l’alcool, ne faisait pas parti de son quotidien. Elle avait une hygiène de vie plus que respectable, c’était presque à se demander si elle oubliait parfois que la vie méritait aussi d’être vécue. Une alimentation saine avec très peu d’excès, ayant prohibé de son quotidien tout ce qui pouvait nuire à ses aptitudes physiques et mentales… Laissant passer cela, préférant ne pas commenter, elle observa les couloirs qu’ils empruntaient, ceux qu’elle connaissait par coeur, ayant passé plus des vingt derrières années dans ce dédale qui suivait les racines de l’Arbre-Monde.

S’approchant du vaisseau, elle monta à bord de celui-ci en suivant le cheffe de Brotherhood, espérant silencieusement qu’elle écrase son cigare avant qu’ils ne soient tous enfermés à bord du véhicule.

- J’aurais surtout une question, pour commencer, qui englobe pas mal toutes les autres. Quelle est la raison de notre convocation ?

Elle désigna Ragnar du regard, puis elle-même. Quelle était la raison de leur présence à bord de ce vaisseau ? Qu’allait-il être attendu d’eux ? En somme, quelle serait leur mission ? Pour le moment, ils n’en savaient pas plus, si ce n’était qu’elle avait besoin de leur aide. Et donc, dépendamment de la réponse, sans doute aurait-elle d’autres questions pour la Helheim. Or, une chose à la fois, histoire de ne pas perdre de temps ou encore de s’embrouiller dans des questions qui, au final, ne seraient pas d’un quelconque intérêt.
Alignement : ???
Rang : ???
Grade : The Awaken
Avatar : Integra Hellsing (Hellsing)
Messages : 5
Expérience : 30
Reiryoku : 0
Date d'inscription : 11/04/2019
Voir le profil de l'utilisateur
Europe Helheim
Jeu 11 Avr - 10:45
Lieu : ... quelque part dans la taïga d'Old World ...

Les hélices des moteurs latéraux commencent à tourner. L'habitacle vrombit dans un concerto de lueur rouges provenant du cockpit. Iouri nous fait un signe « ok » du pouce et de l'index ; je dodeline de la tête, jette mon cigare vers l'aire d'atterissage, verrouille les portes du vaisseau.

Callie se jette sur le morceau de viande sans dire la bénédicité. Aussitôt installée dans son taxi aérien, elle désire connaître la raison de leur présence ; être en possession des détails de cette folle expédition pour ne pas livrer sa tête dans la gueule de l'inconnu. Mais une race à viande accepterait-elle de pénétrer le temple d'un abattoir si son maître lui en confiait tous les secrets ?

— M'accompagner.

Je rejoins l'autel au centre de l'habitacle, demande à Sig de m'envoyer la carte de données glissée dans la poche avant de son sac à dos. Graal en main, je la glisse dans la fente femelle du projecteur : l'hologramme topographique d'Old World surgit devant leur curiosité.

— Notre technologie a franchi un cap. Les vestiges du passé seront bientôt déterrés.

Je manipule la carte du Berceau de l'Humanité de deux doigts. Un voyant rouge dévoile notre position entre les montagnes de la taïga ; je fais défiler notre paysage jusqu'à l'orée d'un lac. D'une pression de l'index, un marqueur visuel, semblant propager des ondes, s'ajoute à la surface du bassin.

— Voici notre destination. L'une des maisons de vacances de ce bon vieux Sertorius.
Rang : A
Grade : Soulmate
Avatar : Gilgamesh, Fate
Messages : 110
Expérience : 569
Reiryoku : 67500
Date d'inscription : 31/03/2019
Voir le profil de l'utilisateur
Ragnar S. Lodbrok
Dim 14 Avr - 8:14




Ragnar & Calliope

« Signal de détresse. »

De ce calme qui te caractérise, tu avances vers l’héliport, perdant un peu de l’engouement que tu arborais précédemment. Non pas que tu changeais d’avis quant à cette mission qui vous étiez confié, simplement, la curiosité commençait à prendre le pas sur l’excitation. Après tout, hormis le fait de savoir qu’Europe nécessitait votre présence, vous ne saviez rien. Désinvolte et presque turbulent aux vues de la présence de votre supérieure hiérarchique, tu gambadais mains dans les poches, sifflotant un air d’une musique populaire qui trottait dans ton esprit.

Bientôt, tu te retrouvais face à l’imposante bête de métal, celle capable d’arpenter les cieux presque aussi bien que vous, détenteurs de pouvoirs surnaturels, étiez capables de le faire. Les moteurs s’enclenchèrent, les hélices s’activèrent et, petit à petit, vous grimpiez dans les airs en quête de ce Graal qui paraissait tant obséder la blonde au cigare.

Finalement, la plus à cheval sur les ordres précis de mission fut Calliope qui, sans attendre davantage, se heurta directement à la cheffe de Brotherhood dans le but d’acquérir plus d’informations sur la suite de l’opération. Toi, tu te prélassais, tête apposée contre la paume de ta main, coude sur la cuisse, courbé d’une manière très peu professionnelle. Alors qu’Europe se contentait du strict minimum, tu pouffas légèrement, laissant un rire s’envoler alors même que tu changeais ta position pour t’affaler contre le dossier de ton fauteuil.

« Y’aura de quoi se dégourdir les jambes, au moins ? »

Parce que oui, sans action, tu aurais mieux fait de rester à la maison à profiter d’une bonne sieste. Europe, Calliope, Dieu tout puissant ou qui que ce soit d’autre : si le but d’une convocation te concernant n’était pas d’amener à de l’action pure et dure, alors mieux valait ne pas te sonner, tout simplement.

Et voilà maintenant qu’une carte apparaissait ! Bien, c’était un bon début ! Tu pouvais espérer qu’il s’agisse là de la localisation des futurs ennemis ! Enfin, ça, c’était jusqu’à ce que la Helheim ne vous prenne pour des Indiana Jones en puissance… L’évocation des probables manœuvres archéologiques t’avait achevé. Tu t’étais donc déplacé pour des vestiges du passé, selon la blonde… Passionnant. Si ton embarras et le pieux que l’on venait de t’enfoncer dans le cœur se traduisaient clairement sur ton visage, tu ne pris toutefois pas la peine d’en faire part à haute voix. D’abord pour laisser l’occasion à ta compagne de poser ses propres questions, ensuite parce que tu demeurais ne serait-ce qu’un minimum professionnel malgré cette relation de confiance que tu entretenais avec la fumeuse.

« Eh bah, c’est cool d’être aux sommets. Môsieur se faisait plaisir. Tu sais, on est tes plus fidèles agents, tu pourrais bien nous offrir une villa… Ou, au moins, une augmentation. Je devrai être mieux payé que Callie. Je devrai être payé tout court, en fait. » Pas de provocations, du simple Ragnar comme tu avais l’habitude de le faire. Les deux femmes commençaient à être bercées par tes bêtises…



Codée par EEli-Ls

Rang : A
Grade : Soulmate
Avatar : Rin Tohsaka
Messages : 143
Expérience : 659
Reiryoku : 56000
Date d'inscription : 31/03/2019
Voir le profil de l'utilisateur
Calliope Corleone
Lun 15 Avr - 7:47
La réponse n’avait rien de satisfaisant, ce qui fit froncer les sourcils de la jeune demoiselle. L’accompagner ? Mais encore ? Les questions étaient nombreuses, encore plus maintenant qu’ils n’avaient eu que cette brève réponse comme seule information. Mais elle resta silencieuse, quelques instants, se demandant si elle n’ajouterait pas autre chose. Quant à ce qui suivit, au final, il était difficile d’en faire quoi que ce soit. S’étant assises aux côtés du Lodbrok, elle se tenait bien droite, contrairement à lui, ne manquant pas de lui lancer quelques regards exaspérés concernant sa façon de se comporter. Ce n’était pas tant pour l’image qu’il renvoyait mais seulement son cruel manque de sérieux qui avait ce don de l’énerver, et ce, encore aujourd’hui, malgré toutes les années qu’ils avaient passé ensemble.

Finalement, elle laissa entendre un soupir, à nouveau, face aux commentaires du blond. Elle porta donc ses prunelles claires vers lui, le fusillant du regard, l’expression sévère, comme il la connaissait si bien. C’était quotidien, entre eux, cette façon de se comporter.

- Sérieusement Ragnar, si tu n’as rien d’intéressant à dire, ferme-là. Ça fera plaisir à tout le monde.

Ou, tout du moins, surtout à elle. C’était dit, d’un ton tranchant qu’on lui reconnaissait, cette sévérité qui transpirait par tous les pores de sa peau. Il y avait des moments pour plaisanter et celui-ci n’en était pas un. Bien que, à bien y réfléchir, rares étaient les moments qu’elle considérait propice aux nombreux commentaires lancés sur un ton léger de la part de son partenaire. Oh, cela ne l’empêchait pas d’éprouver de sincères sentiments pour ce dernier et d’être convaincue qu’il était celui auprès de qui elle souhaitait vivre, cependant, il était tout simplement parfois un peu trop... Ragnar.

- T’accompagner pour se rendre à l’une des maisons de vacances de Sertorius, d’accord. Mais pour y faire quoi, exactement ?

Une question plus précise à laquelle elle espérait une réponse.

- Qu’est-ce qu’on peut s’attendre à déterrer ?

Elle pianota distraitement contre sa cuisse.

- À quoi doit-on se préparer ?

C’était surtout ça, la question importante. La Corleone avait horreur de se lancer tête première dans une aventure dont elle ne connaissait rien. C’était pour cette raison qu’elle avait cette fâcheuse manie de lire nombreux documents avant d’entreprendre une mission, d’éplucher toutes les informations qui pouvaient potentiellement être pertinentes à ce qu’elle allait faire. Ce n’était plus un secret pour personne, depuis le temps, qu’elle haïssait l’inconnu et se refusait d’entreprendre quoi que ce soit en étant pas préparée. Si cela ne semblait nullement embêter Ragnar, qui suivrait la vague sans se poser trop de question, pour sa part, cela ne pouvait que créer un léger stress chez elle qu’elle préférait éviter. Mieux valait rester calme et garder la tête froide, dans ce genre de situation, ce qui lui était difficile avec autant de variables inconnues.
Alignement : ???
Rang : ???
Grade : The Awaken
Avatar : Integra Hellsing (Hellsing)
Messages : 5
Expérience : 30
Reiryoku : 0
Date d'inscription : 11/04/2019
Voir le profil de l'utilisateur
Europe Helheim
Lun 15 Avr - 16:57
Le vaisseau s'approche de notre destination. Les caméras greffées aus parois du véhicule nous transmettent en temps réel les images de ce qui nous entoure via des écrans de contrôle. Plein ouest, l'horizon dévoile les premiers signes d'une grande étendue d'eau : nous nous approchons.

— Je veillerai à te donner un carnet de chèques vacances, avec le nouvel album de QLF. Ça te va, Sig ?

J'arbore un sourire complice. Mais Callie n'est pas d'humeur à plaisanter. Elle a refermé sa mâchoire sur mes explications et s'entête à ne plus les lâcher. « Donnez ne serait-ce qu'un doigt, et l'on vous prendra le bras jusqu'à l'épaule. ». Mais alors, dois-je y plonger corps et âme ? ; ou me détacher de ce piège à loup au prix de ma chair ? Petite colombe picore le verrou de sa cage dorée.

Je me rapproche de Callie, pose ma main sur son bras. Lunettes remontées, je scrute le fond de sa pensée. Mon sérieux se porte volontaire pour désamorcer la situation.

— Sakharov, beuglé-je un peu plus haut. Isole-nous.
— Tout de suite, cheffe.

D'une pression sur une commande celée parmi la myriade de voyants du cockpit, Iouri interdit toute transmission du vaisseau, ascendante comme descendante. Ses outils de repérage et de navigation se sacrifient pour nous offrir une bulle d'intimité. Seul l'hologramme topographique du lac n'a pas encore rendu l'âme, cloisonné au réseau interne de l'habitacle.

— Je n'en sais guère plus, Sisi. Et je ne souhaite vous apporter la moindre information infondée, ni de faux espoirs pouvant fustiger votre vision de l'avenir. Sertorius était un Éveillé, comme je le suis devenue. Mais nombre de ses secrets ne me sont pas parvenus. À l'instar du jeu du « téléphone arabe », des informations se sont perdues en cours de route. Des informations cruciales pour l'Humanité.

Je porte ma main vers ma boîte de cigares – machinalement. Les nerfs de Callie ont déjà été suffisament effilés ; je me contente de saisir un bâtonnet sans l'accompagner de mon Zippo fétiche. J'aurai toute l'occasion de museler ma nervosité une fois au sol.

— Le complexe vers lequel nous nous dirigeons a envoyé un signal à Arkadia, ce matin. Une procédure de maintenance vieille de cent-cinquante-ans. Par chance, Ark a été bâtie sur les cendres de l'Empire du Grand. Nos capteurs n'ont donc raté aucune miette du message – d'où ces coordonnées. J'ai aussitôt pensé à vous deux pour m'accompagner sur le terrain. Je sais que je peux vous faire confiance. Car ce n'est que dans l'Unité que l'Humanité pourra prospérer.
— Lac en vue, cheffe.
— Entendu, Sakharov. Pose la bête en douceur...

Notre carrosse se rapproche de la terre ferme. En face du vaisseau, le lac – et rien d'autre.  Enfermés dans l'habitacle, notre aura est préservée de la double-vue des parasites spirituels. Iouri désactive le module « Fantôme » : les écrans abandonnent leur fourmillement pour nous laisser scruter les environs à trois-cent-soixante degrés. Mais toujours rien à soumettre à nos œillades.

Je pose ma main sur la poignée de la porte latérale, et m'apprête à l'ouvrir en grand.

— Nous ne sommes pas Sertorius. Mais ce qu'il a déniché ne saurait être inutile...

HRP. Si vous êtes prêts, vous pouvez ouvrir les portes du vaisseau. Comme il est indiqué ci-dessus, vous êtes perdus dans une taïga quelconque, avec un lac conséquent devant le nez du vaisseau, à plusieurs mètres. Vous êtes isolés de tout. Et pourtant, le signal du complexe indiquait cette région précise. Je vous laisse le loisir d'évoluer dans ce contexte ; le prochain passage pourrait être celui du Narrateur.
Rang : A
Grade : Soulmate
Avatar : Gilgamesh, Fate
Messages : 110
Expérience : 569
Reiryoku : 67500
Date d'inscription : 31/03/2019
Voir le profil de l'utilisateur
Ragnar S. Lodbrok
Mar 16 Avr - 17:54




Ragnar & Calliope

« Signal de détresse. »

« Ah ! Tu payes mal, mais tes goûts musicaux sont irréprochables, c’est déjà ça. »

A ton tour, tu répondais à ce rictus qui émanait de ta supérieure. S’il y avait bien quelque chose d’appréciable à Brotherhood et plus particulièrement pour ce qui était de ta position personnelle et de celles des autres Soulmates, c’était cette proximité qui existait entre vous et la Helheim. Europe était une cheffe forte, à n’en pas douter. Elle menait d’une main de maître l’organisation humaine et, même pour toi qui demeurait relativement réticent face à l’autorité d’autrui, le charisme de la blonde s’imposait comme étant indéniable. Pourtant et malgré ces faits qui auraient éventuellement pu l’amener à se détacher de ses troupes et en faire une leadeur complètement indépendante, loin de ses hommes, la finalité était complètement autre : la fumeuse était une amie, si tant est que l’on puisse aller jusque-là. Il fallait dire que tu étais difficile à cerner affectueusement parlant, mais il était indéniable qu’Europe était, avec Calliope, l’une des seules personnes de ce monde disposant de ta pleine confiance.

Enfin, évidemment, il avait fallu que la rabat-joie de service ne vienne te fermer ton clapet, toujours munie de son humeur exécrable. Décidément, la vie aux côtés de la brune ne se dessinait pas comme un long fleuve tranquille, loin de là. Tant pour toi que pour elle, vos personnalités étaient si différentes que ce genre de petits clashs étaient devenus réguliers. Mais c’était également vos différences qui vous permettaient d’être si complémentaires.

À la suite des assauts oraux de la Corleone, Europe se résigna, s’abandonnant à l’idée de vous livrer davantage d’informations une fois que vous fûtes complètement isolés. Enfin, en théorie. Dans les faits, vous ne ressortiez pas plus avancés de ce bref interlude puisque, aussi surprenant que cela pouvait te paraître être, l’Éveillée elle-même n’était pas certaine de ses connaissances.

La part d’ombre résidait sur le fait de ce message destiné à Arkadia, ce nom et cette cité n’existant plus depuis bien longtemps. Pour autant, Europe avait été sans équivoque : les données à disposition étaient maigres. Inutile donc, à ton sens, de l’envahir avec plus de questions. Puis, pour ta part, la déclaration de la blonde avait fait son petit effet. Tes yeux s’étaient réanimés de cette lueur d’exaltation, ta posture avait retrouvé cette rigidité symbolique de professionnalisme selon Calliope… Tout d’à coup, tu dégageais bien plus de ce que l’on pouvait attendre d’un membre d’élite de Brotherhood.

« Je passe devant. »

La porte du vaisseau s’était descellée sous l’effet des gestes de la Helheim. Par habitude, curiosité et sécurité, tu avais pris la tête de l’expédition, pointant le premier le bout de ton nez dans ce biome somme toute assez banal. Tes pieds restèrent ancrés au sol malgré l’évidence du fait qu’une prise de hauteur vous aurait certainement été bénéfique. Un immense lac vous bordait tandis que la verdure environnante obstruait une plus large prise de vue du terrain.

« J’imagine que même pour les plus hauts élus de l’humanité, vivre sous l’eau est contraignant… Je suppose donc qu’on va devoir ratisser la forêt ? » Tu haussas les épaules, presque illuminé par une idée venant de fleurir dans ton esprit. « A moins que vous ne soyez adeptes des bases secrètes comme dans les films, un truc sous-marin caché des yeux de tous ! » Tu vins frotter ton menton du bout de tes doigts, te retournant vers les deux femmes dans ton dos. « L’un ou l’autre, je vous aurais bien proposé de tout raser pour faciliter notre enquête, mais j’ai bien peur que la pauvre maison de vacances de Sertorius ne résiste pas à la puissance de Ragnar le Destructeur. »

Quoique… Tu pouvais bien tenter de fendre le lac en deux dans le cas d’une base secrète… Après tout, cela pouvait être intéressant de tester si les fortifications datant du siècle dernier faisaient toujours le poids. Enfin, les idées sensées, de toute façon, étaient réservées à Calliope. Tu lui laissais donc la main.  



Codée par EEli-Ls

Rang : A
Grade : Soulmate
Avatar : Rin Tohsaka
Messages : 143
Expérience : 659
Reiryoku : 56000
Date d'inscription : 31/03/2019
Voir le profil de l'utilisateur
Calliope Corleone
Mer 17 Avr - 13:19
Un soupir s’échappa à nouveau de ses lèvres, à croire que c’était devenue sa façon principale de communiquer. Faire taire Ragnar était une chose, demander la même d’Europe en était une autre. Disons simplement qu’elle tolérait un peu plus de l’Awaken, sans doute par son titre qui inspirait le respect. Et puis, autant y avait-il cette relation de confiance mutuelle entre elles deux, la Corleone gardait cette même distance qu’elle s’imposait avec tous ses collègues. Elle n’avait donc pas la même familiarité avec l’Helheim qu’elle pouvoir avoir envers celui qui partageait sa vie et son quotidien depuis quelques années déjà. Tout comme elle n’avait pas cette façon qu’avait Ragnar de s’adresser aux autres.

Concentrée, elle écouta donc les réponses de la blonde, sans toutefois que ces dernières soient satisfaisantes. C’était sans doute mieux que rien, même si, pour le coup, la situation ne lui plaisait pas. Ils n’avaient aucune information, ou presque, sur ce qu’ils allaient faire exactement là-bas, si ce n’était que… Chercher quelque chose ? Quoi exactement ? Des informations ? Sous quelles formes ? Ils verraient sans doute en temps et en heure. Pour le moment, l’heure était à autre chose, comme quitter ce vaisseau dans lequel ils se trouvaient pour regagner la terre ferme, quittant ainsi l’habitacle pour retrouver une taïga quelconque qui s’étendait autour d’eux.

- Oh tiens, je suis surprise.

Elle avait suivi son Soulmate comme elle le faisait toujours, restant presque dans son ombre, s’assurant ainsi d’être à ses côtés si quelque chose devait lui arriver.

- Je ne te croyais pas si motivé à l’idée d’une recherche archéologique dans une vieille maison de vacances. C’est la mention d’une maintenance qui t’a plu ?

Posant son regard sur le Lodbrok, elle faisait clairement référence au fait qu’il n’était pas quelqu’un de particulièrement passif, préférant de loin les combats auxquels il pouvait (et espérant) s’adonner. Elle s’arrêta à ses côtés, observant le lac sans se soucier de ses commentaires qui n’apportaient pas d’idées concrètes si ce n’étaient que quelques observations farfelues. Pivotant légèrement, elle leva son regard à la couleur du lac vers Europe.

- Avons-nous les coordonnées exactes ou cette position-ci est tout ce que nous avons ?

Si le signal était venu de la maison de ce cher Sertorius, alors il y avait espoir qu’ils aient quelque chose de plus précis que la position qu’ils occupaient actuellement. Après tout, avec la technologie dont pouvait profiter Brotherhood, sans doute avaient-ils obtenu plus. Et puis, à regarder autour d’eux, l’endroit où ils se trouvaient semblait surtout être le seul endroit possible pour faire atterrir le vaisseau qui les avait amené jusqu’ici. Elle attendait donc patiemment de savoir ce qu’il en retournait, quant à savoir s’ils allaient devoir ratisser cette taïga ou s’ils avaient une idée dans quelle direction se diriger. Après tout, une maison de vacances, ce ne devait pas être si difficile à trouver, si ?
Messages : 122
Expérience : 361
Reiryoku : 0
Date d'inscription : 03/12/2018
Voir le profil de l'utilisateur
Narrateur
Mer 17 Avr - 13:55
Suite aux explications très vagues de l'Éveillée, vous descendez enfin du vaisseau de Iouri Sakharov, le proche – mais à quel point ? – Guardian d'Europe Helheim, et rejoignez ainsi la taïga d'Old World sans que vous puissiez renconnaître l'endroit. Devant vous, un lac. Autour de vous, des montagnes et la forêt. Votre Reiryoku, ce sixième sens propre à toutes les entités spirituelles, ne remarque hélas rien d'autre.
Aucune technique de détection.

L'Éveillée quitte le vaisseau et vous rejoins, après avoir fermé la porte latérale. Elle vous confirme que le signal vient bel et bien de l'endroit, mais qu'il n'est pas assez précis pour déterminer la localisation exact de l'entrée de "la maison de vacance de Sertorius". Serait-elle immergée en plein lac ? Ou peut-être est-elle... enterrée sous vos pieds ? Après tout, en cent-cinquante ans, l'herbe a eu le temps de repousser.
À vous de prendre en main l'expédition.

Pendant ce temps, les capteurs du vaisseau analysent les environs pour ne pas vous faire surprendre. S'il y a le moindre danger qui apparait, vous en serez les premiers avertis. Mais ayez en tête une chose : plus votre énergie spirituelle se balade à l'air libre, plus elle est susceptible d'attirer des sangsues.
Aucune technique de camouflage.
Rang : A
Grade : Soulmate
Avatar : Gilgamesh, Fate
Messages : 110
Expérience : 569
Reiryoku : 67500
Date d'inscription : 31/03/2019
Voir le profil de l'utilisateur
Ragnar S. Lodbrok
Jeu 18 Avr - 12:47




Ragnar & Calliope

« Signal de détresse. »

Tes yeux toujours guettant l’horizon, tu devais avouer ne pas avoir grand-chose à te mettre sous la dent et ce, malgré l’entrain que tu avais mis dans ta prise d’initiative. Une volonté animée que Calliope n’avait pas manqué de remarquer, d’ailleurs. Il fallait dire que ce genre de choses sautaient aux yeux, surtout pour deux amants se fréquentant depuis déjà tant de temps. Avançant de quelques pas pour prendre un peu de distance avec le vaisseau et tenter de desceller ne serait-ce qu’un infime indice, tu penchas la tête faiblement, faisant entrer la silhouette de ta partenaire dans ton champ de vision.

« C’est pas le cas. C’est juste que si un signal est apparu après tout ce temps, peut-être que quelqu’un est derrière tout ça ? Et peut-être que ce quelqu’un vaut la peine d’être combattu ? J’essaye de me consoler comme je peux. »

Tu pivotas un peu plus, faisant désormais complètement face à celle qui était jusqu’alors dans ton dos, marchant à reculons vers tu ne savais où. Un petit sourire complice s’échangea, rompant complètement avec cette tension ambiante qui régnait lors de votre voyage aérien. Il fallait dire que ce schéma représentait parfaitement votre duo, vous étiez comme chien et chat et pourtant, votre complémentarité était difficilement égalée. C’était peut-être ce qui amenait votre paire à un taux de réussite si élevé. Ou peut-être cela était simplement dû au fait que tu étais incroyablement incroyable. L’un ou l’autre.

Apparemment, vous étiez nus face à cette situation. Pas plus d’informations quant à l’emplacement de votre cible, pas de pistes évidentes se démarquant pour vous aiguillez vers une direction précise… Vous alliez devoir vous débrouiller par vous-même. D’un bond, tu t’élevas à quelques mètres du sol, marchant sur l’air comme peu d’humains étaient capables de le faire. Les yeux abaissés vers les deux femmes, tu soupiras avant de venir examiner le lac.

« Bon, je m’occupe du lac. J’vous fais signe si j’y trouve quelque chose. »

Ce regard d’or qui était le tien fut subitement animé par une leur bleutée gage que ton énergie spirituelle se répandait à travers ton système oculaire. Grâce à cela, tu gagnais la possibilité de détecter toutes traces d’énergie spirituelle sur une courte distance, chose qui, vu la taille de l’étendue aqueuse face à toi, ne paraissait pas beaucoup t’avancer dans ta quête.

Heureusement, tu savais parfois te montrer plus malin que ce dont tu avais l’air. Alors que tu t’étais transformé en un véritable sonar humain, tu déchargeas ton énergie spirituelle dans ton dos afin de te propulser vers l’avant et ce, en couvrant une importante distance. Ton envolée avait débuté au-dessus des deux femmes de Brotherhood et s’achevait alors que tu surplombais la paisible eau endormie du lac. Si ta technique initiale ne fonctionnait pas sur une vaste zone, tu avais tenté de combler cette lacune en avançant alors même que ta détection demeurait, tentant, durant ta projection, de repérer la moindre chose pouvant vous permettre d’avancer…   


Spoiler:
 



Codée par EEli-Ls

Rang : A
Grade : Soulmate
Avatar : Rin Tohsaka
Messages : 143
Expérience : 659
Reiryoku : 56000
Date d'inscription : 31/03/2019
Voir le profil de l'utilisateur
Calliope Corleone
Jeu 18 Avr - 13:15
Peu importe les raisons, au final, elle n’avait fait que le taquiner. Après tout, elle le préférait ainsi motivé plutôt que de le voir botter dans un caillou car rapidement ennuyé par la situation. Elle esquissa donc un sourire à son intention avant de porter son regard tout autour d’eux. Ils n’avaient donc pas d’indication plus précise que ce terrain plat au centre de cette taïga, aux côtés d’un lac qui s’étendait devant eux. C’était dommage, cela rendait donc l’expédition un tantinet plus difficile, ne serait-ce parce qu’ils ne savaient donc pas par où commencer.

C’était sans doute une bonne chose qu’il prenne le lac, sûrement parce qu’il était en mesure de voir des choses qu’elle-même ne pouvait pas. Peut-être alors serait-il effectivement en mesure de sentir la présence d’énergie sous la surface de l’eau.

- J’imagine qu’on va devoir tenter de couvrir le plus de terrain et ce, le plus rapidement possible.

Sur le sol à ses côtés se manifesta donc sa doll, Medusa, qui observa rapidement le trio ici présent avant d’étendre ses ailes. Depuis le temps, il n’était même plus nécessaire d’utiliser de mots, entre elles deux. Après tout, l’une était une part de l’autre et elles pouvaient donc ainsi aisément se comprendre dans ce silence qu’affectionnait tout particulièrement la Corleone. Et alors que la Wyvern prenait son envol, la demoiselle en fit de même, se hissant dans les airs pour ainsi avoir une meilleure vue sur ce qu’il se trouvait tout autour d’eux, dans l’espoir que si la maison était quelque part perdue entre tous ces arbres, il leur serait possible d’en voir la silhouette au travers les feuilles.

Faisant un rapide signe à Medusa, cette dernière passa donc au-dessus de la zone sur sa droite tandis que Calliope s’occupait de la gauche, toutes deux s’avançant prudemment dans les airs pour ne pas être prises par surprise. Après tout, nul ne savait ce qui pouvait se cacher dans les environs et quelle menace les attendait et donc, de ce fait, il leur fallait être vigilantes. Que ce soit la doll ou alors la bount, toutes les deux observaient avec attention chaque mouvement des feuilles et écoutaient silencieusement chaque bruissement de ces dernières alors que le vent soufflait doucement.

Spoiler:
 
Messages : 122
Expérience : 361
Reiryoku : 0
Date d'inscription : 03/12/2018
Voir le profil de l'utilisateur
Narrateur
Sam 20 Avr - 13:18
Grâce à ton plan ingénieux, tu arrives au bout de plusieurs minutes de recherches, @Ragnar S. Lodbrok, à détecter un objet non-identifié enfoui sous les eaux. Mais à défaut d'être tombé sur son énergie spirituelle, c'est justement son absence de tout Reishi – pourtant contenu dans toute chose – qui a alerté ton sonar. En quel matériau ont pu avoir été faits les murs de cet étrange complexe sous-marin ?
« Maison de vacance de Sertorius » détectée.

Pendant ce temps, @Calliope Corleone, tu as décidé d'invoquer ta Doll « Medusa » afin de parcourir les cieux avec une plus grande aisance, dans l'espoir de dénicher une forme anormale entre deux arbres parmi cette gigantesque et séculaire forêt. Même si tu n'es pas encore au courant de la trouvaille de ton Soulmate, un détail étrange s'offre à ta vue : un mouvement depuis les cimes des arbres, qui se rapproche dans votre direction. Rapidement, la communication de Iouri Sakharov – hélas trop hachée pour que tu y comprennes le sens entier, Ragnar – confirme la présence de cet invité surprise.
Une étrange présence se rapproche du vaisseau.
Rang : A
Grade : Soulmate
Avatar : Rin Tohsaka
Messages : 143
Expérience : 659
Reiryoku : 56000
Date d'inscription : 31/03/2019
Voir le profil de l'utilisateur
Calliope Corleone
Lun 22 Avr - 12:37
Scrutant les alentours, quelque chose attira son attention. Un mouvement qui la força à s’immobiliser, se tenant toujours dans les airs. Elle était toutefois incapable de savoir si ce qui s’approchait était hostile ou pas. Elle ne croyait pas trop à la possibilité qu’il puisse s’agir d’un quelconque allié, cependant, peut-être aussi que ce qui s’approchait ne souhaitait pas se lancer dans un combat inutile. Elle recula donc, prudemment, descendant aussi légèrement. À défaut de pouvoir cacher son énergie spirituelle, qui était toute aussi imposante que celle de son partenaire, elle pouvait tout de même tenter d’être moins visible, sans pour autant le lâcher des yeux.

Medusa aussi s’était arrêtée, se retournant vers Calliope, percevant à son tour les mouvements qui se rapprochaient d’elles. Battant des ailes, elle se rapprocha donc, cherchant à se trouver au-dessus de ce qui s’approchait, pour ainsi avoir une meilleure idée de ce que cela pouvait être. La Soulmate en profita pour s’éloigner davantage, souhaitant ainsi se rapprocher de Ragnar et d’Europe. Non pas était-elle effrayée, après tout, elle avait confiance en ses propres capacités, son regard se portant même quelques instants sur les gants qu’elle portait. Elle était simplement prudente, ne souhaitant pas non plus se lancer dans un combat qui ne ferait sans doute qu’attirer plus de menaces dans les environs. Ils étaient à la recherche de quelque chose dans le but de déterrer des informations pouvant sans doute être importantes pour Brotherhood (autrement Europe ne les aurait pas fait venir ici) et mieux valait donc éviter que quoi que ce soit puisse venir mettre à mal ce qu’ils faisaient ici.

Elle leva sa main pour approcher sa main de son oreille, appuyant sur l’oreillette qu’elle portait pour pouvoir ainsi communiquer avec son partenaire resté près du vaisseau, se trouvant sans doute toujours au-dessus du lac.

- Inconnu en approche.

Elle ne pouvait pas parler de menace, ne sachant pas exactement ce dont il s’agissait, mais elle se devait tout de même de les prévenir. Elle indiqua aussi rapidement la position, ou, tout du moins, la direction de cet inconnu, toujours partiellement couverte par les arbres, sans jamais lâcher des yeux la forme qu’elle avait aperçu à peine quelques instants plus tôt. Elle se tenait prête à toute éventualité, notamment à celle où il s’agissait d’un ennemi souhaitant s’en prendre à elle, tandis que Medusa battait toujours des ailes dans les cieux. Si elle pouvait attirer l’attention, peut-être ainsi pourrait-elle savoir quelles étaient les intentions de cet invité inopiné, et ainsi pouvoir réagir en conséquence.

Citation :
Calliope envoie Medusa voler en direction de la forme qui s'approche tandis qu'elle essaie de se faire moins visible. Elle tente de communiquer avec Ragnar pour indiqué la venue d'une potentielle menace ainsi que sa direction. Elle se tient prête à toute éventualité, notamment celle d'un combat si ce qui s'approche s'avère être hostile.
Rang : A
Grade : Soulmate
Avatar : Gilgamesh, Fate
Messages : 110
Expérience : 569
Reiryoku : 67500
Date d'inscription : 31/03/2019
Voir le profil de l'utilisateur
Ragnar S. Lodbrok
Ven 10 Mai - 18:03




Ragnar & Calliope

« Signal de détresse. »

Propulsé au-dessus du lac, ton passage marqua l’étendue aqueuse de troubles à sa surface. Les premières ondulations vinrent briser la quiétude de l’eau encore endormie qui, en son sein, camouflait bien des secrets. Des secrets que tu ne tardais à pas percer. En effet, dans ton sillage, tes capacités avait fait effet. Ta propulsion laissait émaner des ondes destinées à repérer la moindre trace d’énergie spirituelle étrangère et, par chance d’une part et efficacité d’autre part, tu récoltais les fruits de ce plan rondement mené que tu venais d’exécuter. Ton corps s’était immobilisé brusquement, soudainement, sans qu’aucune raison apparente ne vienne justifier ce choix. Autour de toi, rien n’avait changé, le paysage restait le même, à peine troublé par les faibles bourrasques initiées par ta charge. Cependant, tes sens s’étendaient au-delà de ton simple champ de vision et, en ce monde, toute chose était composée de Reishi, un Reishi que, curieusement, tu ne parvenais pas à déceler dans cette zone installée dans les profondeurs du lac sous tes pieds.

Précautionneusement, tu te laissas tomber et ce, jusqu’à ce que tu sois en mesure de passer le bout de tes doigts sur le liquide azuré qui s’étendait à perte de vue. Tes ondes s’intensifiaient de manière plus précise sur l’endroit, mais toujours rien. Pas de retours, que des mystères. Il semblait que votre recherche allait s’avérer plus rapide que prévu car, indéniablement, tu venais de tomber sur quelque chose d’intéressant et qui méritait votre plus profond intérêt. Sans perdre plus de temps, tu portas ton index à cette oreillette te reliant au reste du groupe. Alors même que tu t’apprêtais à entamer la communication, d’incompréhensibles grésillements vinrent parasiter ton ouïe de manière désagréable, t’arrachant une grimace exagérée.  

« Sakharov, j’ai quelque chose ici, préviens les demoiselles. »

Une tentative hasardeuse qui resta sans réponse. Un soupire s’échappa de tes lèvres entrouvertes, décidément, même lorsque tu parvenais à gagner du temps sur les choses chiantes, les deux femmes animant ta vie trouvaient le moyen de rendre ça laborieux. Tes mains derrière la tête, tu déambulas tranquillement, comme si rien ne pressait, car après tout, rien ne pressait. De ton point de vue, tout roulait parfaitement, même bien mieux que prévu. Pourtant, à travers ces crépitements inaudibles, la voix de Calliope s’était distinguée. Tu n’avais pas pu appréhender le sens du message transmis, faute de la qualité des sons, mais puisque la zone était désormais quadrillée, mieux valait ne prendre aucun risque et te rediriger vers la position initiale du groupe. Europe et ta belle devaient probablement agir ensembles, chose qui t’aidait à ne pas trop t’en faire.

Quoiqu’il en soit, avec l’objet sous-marin non-identifié de repérer et sa position bien en tête, tu te contentais désormais de rejoindre le reste des troupes au pas de course, conscient que votre manque d’informations sur toute cette situation favorisait un travail d’équipe encore plus poussé qu’à l’accoutumée.

Spoiler:
 


Codée par EEli-Ls

Messages : 122
Expérience : 361
Reiryoku : 0
Date d'inscription : 03/12/2018
Voir le profil de l'utilisateur
Narrateur
Mer 15 Mai - 12:27
@Calliope Corleone | Définitivement, quelque chose se déplace depuis les arbres pour se diriger vers le vaisseau. Perchée sur Medusa, tu peux voir une masse importante se dessiner parfois entre deux feuillages, trahissant le niveau de l'invité surprise. Il s'agit certainement d'un Gillian – rien de bien dangereux vu votre niveau. Mais sa force de frappe doit être suffisant pour briser votre vaisseau en deux, donc le moyen de rapporter vos éventuelles trouvailles à la maison. Alors qu'il est sur le point de débarquer dans la clairière, une vive lueur rouge émane de sa position. L'entité charge un Cero.
Le Cero doit être considéré comme une technique Puissance de rang B.

@Ragnar S. Lodbrok | Tu n'as effectivement aucune réponse de tes compagnons, mais tu te doutes qu'ils sont capables de s'en sortir seuls. Fier de ta trouvaille, tu remontes donc lentement vers la surface, sans user d'artifice particulier pour accélérer ton retour à la terre ferme. Tu ne pourras donc pas agir à temps pour intercepter l'attaque du Gillian. Mais l'eau est bonne, au moins.
Ragnar remonte tranquillement à la surface.

Sakharov, ayant repéré la silhouette ennemi grâce à ses instruments de mesure spirituelle, prend le contrôle de la sulfateuse du vaisseau, situé à l'avant de celui-ci. Il met alors le Hollow en joue, et s'apprête à cribler l'entité de calibre .65. Hélas, ça ne suffira pas pour contrer le rayon d'énergie brute.
Sakharov dirige sa sulfateuse vers le Gillian.
Rang : A
Grade : Soulmate
Avatar : Rin Tohsaka
Messages : 143
Expérience : 659
Reiryoku : 56000
Date d'inscription : 31/03/2019
Voir le profil de l'utilisateur
Calliope Corleone
Jeu 16 Mai - 18:15
Pas de réponse de son partenaire ni d’Europe. La demoiselle pesta donc, se retenant d’arracher son moyen de communication pour le jeter au sol. Oh, ce serait parfaitement inutile mais sans doute que cela lui permettrait de canaliser la colère passagère qu’elle sentait monter en elle. Finalement, elle resta calme, son attention rivée sur ce qui s’approchait. Une fois ayant un bon angle de vue sur ce dernier, elle n’hésita pas un seul instant avant de s’approcher. Si la présence d’un Hollow n’avait rien de rassurant (elle ne pouvait pas exclure l’idée qu’il ne soit pas seul), ce n’était rien qu’elle ne pouvait pas gérer par elle-même. Et si jamais d’autres débarquaient, elle avait confiance en Ragnar et Europe.

Se trouvant entre la clairière et le Hollow, ce fut lorsqu’elle vit une lumière rouge provenir de lui qu’elle passa à l’offensive. Sautant dans le vide pour se rapprocher de lui, elle fit signe à sa doll d’en faire de même pour se positionner de sorte à encaisser l’attaque. Si c’était risqué ce qu’elle faisait, son expérience des Hollows lui avait permis d’avoir une bonne idée de ce dont ils étaient capables. La Wyvern se plaça donc sur sa trajectoir, étirant ses ailes de sorte à ce que le Cero ne parvienne pas au vaisseau, se prenant ainsi l’attaque de plein fouet, faisant tout de même attention à ce que cela ne lui soit pas fatal. Ainsi projeté vers l’arrière, la Wyvern s’écrasa non loin du vaisseau avant de tout simplement disparaître.

Concentrant son énergie ailleurs, voilà que sa longue chevelure foncée pâlissait à vue d’oeil, prenant cette teinte dorée. Pour ceux connaissant la Soulmate, c’était-là l’activation de sa Coalescence. Le regard perçant, ayant adopté cette teinte rougeoyante était rivée sur son adversaire. Les poings fermés recouverts de ses gants étant devenue armure s’étendant sur tout son corps, voilà qu’elle abattait un premier coup diriger à la tête de l’Hollow, prête à le désintégrer avant que le second poing ne vienne frapper sa trachée dans l’espoir de lui arracher la tête. Sa seule envie était d’expédier ce combat avant que du renfort débarque.


Spoiler:
 
Rang : A
Grade : Soulmate
Avatar : Gilgamesh, Fate
Messages : 110
Expérience : 569
Reiryoku : 67500
Date d'inscription : 31/03/2019
Voir le profil de l'utilisateur
Ragnar S. Lodbrok
Lun 20 Mai - 19:33




Ragnar & Calliope

« Signal de détresse. »

Les semblants d’informations que tu avais reçu à l’oreille avaient de quoi t’inquiéter, pourtant, tu restais stoïque, traversant ce lac comme un prophète marchant sur la surface limpide de l’eau. Étrange, à n’en pas douter. La plupart des individus, humains d’autant plus, se seraient affoler à l’idée de voir une personne aussi importante qu’Europe mise en danger et, de manière bien plus personnelle, à l’idée de voir la femme aimée dans une position délicate. Pourtant, ce n’était pas ton cas. Tes pas se faisaient lents, désinvoltes, presque détachés de la réalité. Pourquoi ? Parce qu’il s’agisse de Calliope ou d’Europe, chacun des deux étaient parfaitement capable de se défendre seule, d’assurer sa survie, de construire sa victoire. Tu n’avais aucune raison de t’inquiéter, parce que cette relation de confiance que tu avais avec les deux femmes s’étaient tissée au fil des années, au fil des nombreuses rencontres, des innombrables entrevues, pas une seule seconde tu avais sourcillé, pas un seul instant tu avais flanché dans la foi que tu leur accordais.

Le vaisseau se redessinait enfin devant toi, alors tu comblais la distance toujours aussi tranquillement, un choc résonna dans les environs, l’impact d’un objet lourd ayant heurté le sol, de quoi aller jusqu’à le faire vibrer. Mains dans les bouches et sifflements de sortie, tu t’abaissas légèrement pour contourner l’appareil de vol et tenter de repérer ta belle qui, de toute évidence, paraissait avoir engagé le combat. D’un petit signe de la main, tu désignas ton appareil de communication, adressant un regard curieux à Sakharov comme pour lui signifier que vos accessoires ne fonctionnaient pas de la façon dont ils le devraient.

Elle était blonde, signe qu’elle avait activé Coalescence. Malheureusement, les stades d’évolution de ta partenaire ne te permettaient que trop rarement de juger de la puissance d’un adversaire, puisque cette apparence plus angélique lui octroyait purement et simplement la faculté de combattre efficacement, que son opposant soit extrêmement fort ou à peine passable, cela n’y changeait rien. Enfin bref, bon jour, tu avais décidé de laisser sa proie à ta paire, restant quelques pas en arrière et n’intervenant d’aucune façon.

« Oy, j’ai trouvé un truc bizarre dans le lac, t’as vu Europe ? » Tu scrutas les environs, tentant de trouver des yeux ta supérieure. « Et arrête de faire joujou avec les ordures. » Par ce hollow ne valait rien. Il n’était qu’un déchet qui ne méritait pas la moindre attention. Tu ne comprenais d’ailleurs toujours pas pourquoi il n’avait pas été annihilé, mais ta dulcinée avait toujours eu un cœur un peu plus tendre que le tien. Tu activas de nouveau ton oreillette pour tenter de communique avec Europe.

« Europe, j’ai repéré quelque chose. Je transmets les coordonnées à Sakharov, rejoins-nous. »

L’idéal était de se retrouver au niveau de votre vaisseau, et si la Helheim mettait trop de temps, alors elle n’avait qu’à directement se rendre au milieu du lac, au point même vers lequel tu avais identifié la bâtisse sous-marine.

Spoiler:
 


Codée par EEli-Ls

Alignement : ???
Rang : ???
Grade : The Awaken
Avatar : Integra Hellsing (Hellsing)
Messages : 5
Expérience : 30
Reiryoku : 0
Date d'inscription : 11/04/2019
Voir le profil de l'utilisateur
Europe Helheim
Jeu 23 Mai - 14:42
Ma petite balade champêtre n'a pas porté ses fruits. À défaut de dénicher une menace, c'est la menace qui nous a dénichés – sous la forme d'un Gillian suicidaire aux veines déjà tranchées. Les messages de Sig nous parviennent enfin. D'une pression sur mon appareil de communication, je lui réponds.

— J'arrive.

Sisi trône au-dessus du cadavre de notre invité surprise. Sa colombe a parait-il encaissé de plein fouet la bave du crapaud, mais je doute que sous les eaux nous ayons de nouveau besoin d'elle. Les complexes immergés ont tendance à être avares en surface habitable. Les ailes d'un bestiau de cette taille ne passeront pas les portes coupe-feu du dédale. Ses talents d'apprenti Frankestein auront davantage d'intérêt en espace réduit. Et, dans le pire des cas, Sig brillera à sa place. Comme à son habitude.

— Désolée pour l'absence. J'ai fait chou blanc.

Je déloge un cigare de son étui et viens l'embraser de son Zippo fétiche.

— Sakharov, prépare le vaisseau.
— Tout de suite, cheffe.

Je tire une bouffée de tabac, recrache la fumée sur le côté.

— Tous à bord.

J'entre dans l'habitacle du vaisseau. Sakharov a déjà les mains sur les commandes, prêt à transfigurer notre arche en un véhicule aéro-maritime. J'attends mes Soulmates emboiter mon pas ; puis scelle la porte latérale derrière eux pour prévenir toute fuite d'eau. Le moteur vrombit. L'apesanteur déroute nos sens ; nous décollons. Les caméras de l'appareil enchainent les paysages que nous traversons, de la clairière à la forêt, de la forêt au lac. Enfin, nous plongeons. Les coordonnées transmis par Sig portent leurs fruits. Nous atteignons le bâtiment immergé du premier jet. Sakharov active les projecteurs avant du vaisseau ; de gigantesques portes ouvertes se dévoilent à mon esprit avide de réponses.

— Ce doit être un sas, cheffe.

Accoudée à Sakharov, plissant les yeux pour discerner ce que les caméras avant daignent nous offrir, je dodeline de la tête. Mon œil capte un point d'intérêt ; j'agresse l'écran de mon index pour le signaler à mon pilote. Une lueur rouge. Le bâtiment est certainement sous alimentation de secours. J'espère seulement que la puissance électrique suffira à clore les portes et évacuer l'eau du sas. Sinon...

— Sig, je te laisse descendre activer le mécanisme. Il se pourrait que la pièce ait besoin d'un massage cardiaque. Au moindre problème, remonte dans le sas du vaisseau.

Mais il n'y aura pas de problème.

Sig s'exécute ; Sakharov dirige l'énergie de sa boîte de conserve dans ses instruments de mesure. Enfouis aussi profondément dans les eaux, nous circulons au nez et à la barbe de tous les créatures terrestres. Et, selon le compte-rendu des capteurs, aucune présence maritime ne rôde dans les parages.

* * *

Un mécanisme lourd fait vibrer la carrosserie du vaisseau. Les caméras illustrent ce qu'il se passe : l'eau est en train d'être évacuée du sas de sécurité. Sig est toujours visible – en bonne intégrité physique.

J'ai hâte de le rejoindre sur le terrain.

Très vite, plus aucune goutte d'eau ne souille le plancher du sas. Le système d'évacuation et de ventilation du repaire secret surpasse toutes mes espérances. Une technologie de pointe, transcendant celle de l'époque, doit avoir été oubliée ici. En compagnie de secrets mis sous silence.

— Sakharov, déverrouille les portes.

Notre Guardian active l'un des innombrables boutons de son panel. Un jet de pression est relâché ; la porte latérale nous rend ses commandes. Je l'ouvre sans tarder.

— Après toi, Sisi.

Une vive lumière rouge décore la pièce d'envergure. Sur tout le plafond, des veilleuses, éclipsant les véritables projecteurs manquant hélas d'énergie. Si nous voulons avancer, il nous faudra certainement trouver la chambre d'alimentation. Mais en attendant...

— Sakharov, reste en contact permanent avec nous. Un message toutes les minutes.
— Entendu, cheffe.

J'envoie une lampe torche à Sisi, en cloche. Et aussitôt, une deuxième à Sig.

— Interdiction de se séparer.

HRP — J'ai sauté une étape pour accélérer la mission. Vous êtes donc directement arrivés au complexe immergé. Devant vous, une porte fermée. Ragnar S. Lodbrok, tu peux l'ouvrir sans aucun problème, comme tu l'as fait InRP pour le mécanisme du sas (w/ Technologie et/ou Potentiel). Considérez qu'il s'agit d'un laboratoire abandonné, sans aucune trace de lutte ou de sang... du moins, à l'entrée.
Rang : A
Grade : Soulmate
Avatar : Gilgamesh, Fate
Messages : 110
Expérience : 569
Reiryoku : 67500
Date d'inscription : 31/03/2019
Voir le profil de l'utilisateur
Ragnar S. Lodbrok
Sam 25 Mai - 5:35




Ragnar & Calliope

« Signal de détresse. »

« Peu importe, on a localisé l’objectif. C’est massif et… »

Il te fallut un temps de réflexion afin de conceptualiser le mieux possible ce que tu t’apprêtais à dire. Après tout, c’était un cas assez particulier, un cas auquel tu n’étais pas souvent confronté et les informations que tu allais révéler pouvait trahir certaines caractéristiques importantes que la Helheim ne laisserait pas lui échapper.

« Ça n’émet rien. C’est comme un trou béant au milieu du lac, un endroit de vide complet. Aucune trace d’énergie spirituelle. »

L’hypothèse la plus probable étant probablement celle de matériaux capables d’isoler à la perfection toutes les traces de reishi, mais là encore, tu n’avais jamais fait face à une telle technologie.

Au final, cela importait peu, les deux femmes à tes côtés parviendraient bien plus vite que toi à des conclusions construites et réfléchies. Tu étais fait pour l’action, bien plus que pour les brainstormings analytiques d’informations qui ne te parlaient que trop peu. Replaçant l’une des tes mèches tombantes, tu adressas un regard entendu à ta partenaire de toujours, celle même qui venait de terrasser le hollow menaçant votre appareil. Sa Doll disparaissait au profit de l’apparition d’une tignasse blonde, significative des choses sérieuses qui débutaient enfin.

Pénétrant une nouvelle fois à l’intérieur de l’engin mécanique, tu laissais les libres commandes au pilote personnel d’Europe, Sakharov. A l’arrière, votre petit trio restait silencieux, pensif. Après tout, les choses commençaient progressivement à se goupiller, tout allait bientôt prendre sens. Tu n’en doutais pas un seul instant. L’importait demeurait simplement d’être prêts, sur vos gardes, dès l’instant où toute la situation se clarifierait et que les choses se corseraient. Parce qu’évidemment, tu ne t’attendais pas à ce tout soit aussi simple qu’avec ce Hollow bas de gamme, Europe ne vous aurait pas missionné si tel avait été le cas.

Finalement, ce fut après quelques légères péripéties que tu te retrouvas à l’extérieur de votre monture technologique. Ton rôle : déverrouiller le sas qui vous bloquait actuellement l’accès à ce séculaire édifice secret. Pour cela, tu avais dû affronter les fraiches températures sous-marines et surtout, la désagréable sensation d’être mouillé, mais bon, tu écartas rapidement ces détails pour te reconcentrer sur ta quête principale. Si tu avais été désigné, c’était probablement parce que tu étais le plus qualifié pour œuvrer face à l’ancienne technologie mise en place par les propriétaires de l’endroit. Pour ça, ou parce que mesdames ne raffolaient pas de l’idées d’avoir à refaire leur brushing, allez savoir.

« Tch. »

Un soupire d’agacement tandis que tu laissais se manifester faiblement ton énergie spirituelle pour te sécher. Les deux demoiselles te rejoignirent, toutes deux immaculées et parfaitement motivées pour la suite, évidemment. Tu avais beau savoir être immergé sous les eaux, l’air sec qui régnait en maître sur le complexe te décontenançait. Acquiesçant à l’ordre que venait d’émettre Europe, tu pressas le pas et ce, en direction de cette nouvelle porte qui te fermait l’accès à la suite du complexe. Avec un bon usage de la lampe torche que venait de t’envoyer la Helheim ainsi que la faible luminosité apportée par les veilleuses de secours, tu scrutas le mécanisme ancien qui vous contenait et vous bloquait à l’entée du bâtiment. Heureusement, l’étude de la technologie humaine actuelle paraissait être suffisante pour passer les rudimentaires sécurités des premières défenses.

Les deux amas vous retenant se descellèrent difficilement l’un de l’autre, comme si une telle manœuvre n’avait plus été reproduite depuis bien des années. Comme un réflexe, tu te retournas de nouveau vers tes deux camarades, ouvrant la marche et pénétrant au sein de ce couloir qui venait de se dévoiler face à vous et cela, avec une certaine prudence aux vues de l’éclairage toujours aussi léger et de l’inconnu dans lequel vous plongiez.

« Et maintenant ? On cherche quoi ? »

Parce que oui, si votre supérieure hiérarchique avait confirmé ne pas avoir plus d’informations à vous fournir et que tu ne doutais nullement d’elle, maintenant que vous entriez dans la gueule du loup, il vous fallait une idée de la chose que vous comptiez sortir de cet antre du passé. Vous n’étiez clairement pas venu pour repartir les mains vides.    

Spoiler:
 


Codée par EEli-Ls

Rang : A
Grade : Soulmate
Avatar : Rin Tohsaka
Messages : 143
Expérience : 659
Reiryoku : 56000
Date d'inscription : 31/03/2019
Voir le profil de l'utilisateur
Calliope Corleone
Mer 29 Mai - 0:04
Elle avait appris, depuis le temps, à lui faire confiance et, surtout, à ne pas s’inquiéter lorsqu’il s’avançait dans l’inconnu. Tout cet endroit pouvait être un piège, cependant, elle savait que si quoi que ce soit devait lui arriver, il saurait gérer. C’était pour cela qu’elle se contenta d’attendre tranquillement qu’ils puissent entrer dans ce lieu trouvé sous les eaux, appuyée contre le dossier de sa siège, à réfléchir à ce qu’ils allaient bien pouvoir y trouver. Une fois le vaisseau s’étant arrêté et que l’eau avait quitté la grande pièce dans laquelle les deux femmes se trouvaient, elle quitta l’habitacle dans lequel elle se trouvait, précédent ainsi l’Awaken suite à sa demande.

Observant les alentours, elle se rapprocha de la grande porte qui semblait demander un peu d’aide extérieur pour s’ouvrir. Elle tenait dans sa main l’une des lampes données par Europe, un brin embêtée de ne pas avoir ses deux mains libres. En espérant qu’ils trouvent rapidement de quoi allumer les lumières qu’elle pouvait voir au plafond. Et puis, si la porte refusait de s’ouvrir grâce aux connaissances de l’homme qui s’affairait à la tâche, sans doute qu’elle ne résisterait pas bien longtemps à un coup bien placé. Heureusement, pas besoin de trop remuer d’air, voilà qu’elle s’ouvrait finalement.

- La chambre d’alimentation, j’imagine ?

La belle, lampe à la main, entreprit d’ouvrir la marche, éclairant ainsi le chemin devant elle. Elle n’avait aucune idée de la taille de l’endroit où ils se trouvaient actuellement et si elle comprenait l’intérêt de ne pas se séparer, il n’en restait pas moins qu’ils auraient ainsi pu couvrir plus de terrain et ce, plus rapidement.

- Puis, sûrement là où Sertorius cachait ses secrets. Du moins, s’il y en a effectivement ici.

Autrement dit, ils cherchaient une aiguille dans une botte de foin. Pire, ils ne savaient même pas ce qu’ils cherchaient, exactement. Sauf si Europe en savait un peu plus que ce qu’elle leur avait partagé jusqu’à maintenant ? Cela ne lui semblait pas être le cas, elle ne voyait pas pourquoi est-ce qu’Europe l’aurait fait, et puis, voilà bien longtemps qu’elle avait cessé de douter d’elle. Peut-être au départ, n’appréciant pas spécialement le changement, cependant, elle s’y était fait et puis elle ne pouvait qu’estimer sa supérieure hiérarchique.
Contenu sponsorisé
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum

 :: Monde Humain :: Old World :: Quantum
[Officielle/Rang B] Signal de détresse

Sauter vers: