Derniers sujets

Que faire de tous ces deniers ? [Quête B ft. Ragnar S. Lodbrok]
 :: Monde Humain :: Old World

Rang : A
Grade : Soulmate
Avatar : Rin Tohsaka
Messages : 143
Expérience : 659
Reiryoku : 56000
Date d'inscription : 31/03/2019
Voir le profil de l'utilisateur
Calliope Corleone
Mar 9 Avr - 2:41
Ils étaient encore à bonne distance de la ville lorsqu’elle s’immobilisa, posant sa main contre le bras de l’homme qui l’accompagnait pour qu’il s’arrête lui aussi. Un soupir s’échappa de ses lèvres avant qu’elle ne lève ses prunelles vers ce dernier pour croiser son regard.

- En toute discrétion, hein.

Son ton venait de se faire presque accusateur, bien qu’elle fut trahi par le faible sourire qui venait flotter sur ses lèvres. Elle avait appris à le connaître, depuis le temps, assez pour savoir que la discrétion, ce n’était pas vraiment son point fort. Par habitude, elle tira sur ses gants, comme pour s’assurer qu’ils étaient en place, et ce, quand bien même pouvait-elle les sentir alors qu’elle serrait légèrement ses poings. C’était un geste qui, chez elle, trahissait une certaine nervosité, et ce, quand bien même était-elle parfaitement confiante en ses capacités. Et en celles de Ragnar. Elle savait simplement que… La subtilité n’était sans doute pas ce pour quoi leur équipe avait pu s’illustrer jusqu’à maintenant.

- On va attendre encore un moment que le soleil se soit couché, avant d’entrer dans la ville. Normalement, ça ne devrait pas trop nous prendre de temps, pour atteindre la cause des lectures anormales.

Elle s’étira légèrement, laissant ses prunelles claires passer sur l’horizon tandis que le soleil disparaissait graduellement. Mieux valait entrer dans la ville au moment où l’activité serait à son minimum, pour ainsi éviter de se faire surprendre. Elle marqua une pause, quelques secondes, avant de reporter son regard sur son partenaire.

- Une idée d’histoire quelconque, si quelqu’un nous tombe dessus ?

Quitte à devoir tuer un peu de temps, autant le faire de façon utile. Dans tous les cas, ils ne devaient tout simplement pas être identifiés comme étant des agents de Brotherhood. Or, tant ses gants que les bracelets de Ragnar avaient de quoi les trahir, tous les deux possédant ces objets liés à leurs pouvoirs. Cependant, elle ne se voyait pas non plus s’en débarrasser, et ce, quand bien même savait-elle qu’elle pouvait compter sur Medusa. Déjà parce qu’elle n’était pas à l’aise sans. Ensuite, parce qu’elle savait qu’il n’y avait pas que ses gants ou encore ses bracelets. Leur énergie était suffisante pour les trahir s’ils ne faisaient pas attention.
Rang : A
Grade : Soulmate
Avatar : Gilgamesh, Fate
Messages : 110
Expérience : 569
Reiryoku : 67500
Date d'inscription : 31/03/2019
Voir le profil de l'utilisateur
Ragnar S. Lodbrok
Mer 10 Avr - 23:24




Ragnar & Calliope

« Que faire de tous ces derniers. »

Une tenue légère et sombre, digne des plus grands films d’espionnage qu’il t’avait été donné de regarder. A dire vrai, ces combinaisons offertes par Brotherhood offraient un confort incomparable et surtout, avaient la caractéristique de résister à vos pouvoirs personnels tout en vous offrant la discrétion minimale. Cela tombait bien, puisque ta course fut arrêtée par la main de ta belle, te rappelant les conditions de réussite de votre tâche du jour.

« Je sais, je sais… »

Tu soufflais presque nerveusement, non pas parce que tu ressentais le besoin d’évacuer une quelconque appréhension, mais bien plus parce que cette condition ne te seyait pas. Calliope en était consciente, tu étais loin d’être un as de l’infiltration, ton caractère étant bien plus porté sur la destruction pure et simple des ennemis qui pouvaient se dresser face à vous.

Peu importait, tu amenas une main délicate sur le sommet du crâne de la demoiselle à tes côtés, abaissant ton regard vers le sien et répondant à ce sourire dont elle te gratifiait. A deux, vous étiez capables de tout, alors tu ne t’inquiétais de rien. La Corleone laissa quant à elle apparaître quelques signes de nervosité, chose que tu ne loupas pas et que tu ne manquas de venir effacer. Relevant son visage vers tes perles oculaires dorées, tu laissas apparaître une confiance infinie en votre binôme. La façon par laquelle vous deviez mener cette mission relevait de l’ordre du détail, tu allais te montrer digne et à la hauteur, elle n’avait pas à en douter, elle ne pouvait en douter après cet échange.

« On devrait commencer à camoufler nos énergies spirituelles, on sait jamais jusqu’à quel point ils peuvent être équipés. »

Petit à petit, l’intensité de ton Reiryoku commença à chuter. Mine de rien, vous vous imposiez, au sein de Brotherhood, comme deux Soulmates expérimentés et n’ayant d’ores et déjà plus à faire leur preuve. Votre niveau n’était plus à démontrer et foncer vers votre cible sans prendre la peine d’abaisser vos niveaux respectifs revenait à vous jeter purement et simplement dans la gueule du loup.

« Je sais pas. On va avancer prudemment, la nuit va être longue. On profite du début de soirée pour mettre en place nos repérages. On sait jamais, avec un peu de chance, ils seront mal organisés et prévisibles. L’idéal serait d’en capturer un avant de se lancer, on adaptera nos alibis à partir de ça. »

La lune éclairait désormais l’Old World de sa lueur blanchâtre, toi, tu te redressais, t’époussetant ci et là, prêt à prendre le départ. L’heure était à l’accomplissement de cette mission. Dans un léger craquement de nuque, ta voix s’éleva de nouveau, annonçant le début du courroux de Brotherhood.

« On y va ? »



Codée par EEli-Ls

Rang : A
Grade : Soulmate
Avatar : Rin Tohsaka
Messages : 143
Expérience : 659
Reiryoku : 56000
Date d'inscription : 31/03/2019
Voir le profil de l'utilisateur
Calliope Corleone
Jeu 11 Avr - 1:57
Il la connaissait par coeur, que ce soit ses sourires ou son regard ou encore les quelques signes légers, discrètes, qui indiquaient qu’elle n’était pas en pleine confiance à l’heure actuelle. Un doute substistait, la peur de l’échec, quelque chose qu’elle ne pardonnait pas, ou très peu, tant chez elle que chez les autres. Elle craignait l’erreur, se refusant de trébucher, n’acceptant pas de ne pas avoir les résultats que l’on s’attendait d’elle. Ou, tout du moins, ceux qu’elle s’attendait d’elle-même. Et elle se devait d’admettre que la subtilité, ce n’était pas là où ils excellaient, sachant que, même pour elle, c’était bien dans les combats qu’elle se sentait le plus à l’aise.

Or, alors que son regard croisait celui de Ragnar, ses doutes se firent moins présents, plus silencieux. En seule réponse à cette tentative (réussie) de la rassurer, elle esquissa un sourire à son encontre et hocha doucement de la tête. Il ne servait à rien de douter. Tant et aussi longtemps qu’il était à ses côtés, elle n’avait pas besoin de douter. Ils allaient s’en sortir.

Graduellement, son énergie spirituelle se fit plus discrète, presque imperceptible. Il était sans doute judicieux de ne pas se présenter là-bas en brandissant les armes. La ville se montrait hostile à Ark, ou, tout du moins, aux tentatives d’unification de Gilgamesh Helheim et il valait donc mieux se montrer discret et ne pas montrer quelconque appartenance envers la capitale, s’ils souhaitaient éviter d’être directement étiquetés comme ennemis.

- Uhm…

Elle fit mine de réfléchir, son regard semblant sonder l’horizon.

- Je ne suis pas certaine qu’enlever quelqu’un soit une bonne idée. Il y a trop de variables. Trop d’inconnus. Qui devrait-on capturé ? On ne sait pas. La manoeuvre pourrait s’avérer inutile. Elle pourrait aussi nous mettre en danger.

La brune laissa passer entre ses lèvres un faible soupir. Elle n’aimait pas l’inconnu. C’était pour cette raison qu’elle passait généralement les quelques heures précédents une mission à étudier tout ce qu’elle pouvait apprendre concernant tout ce qui pourrait lui être utile. Et donc, dans ce cas-ci, elle avait une bonne idée de la configuration de la ville, qu’elle avait tenté de remémorer au meilleur de ses capacités, ou, tout du moins, le peu qu’ils avaient réussi à savoir sur le sujet. Après tout, rares étaient ceux qui s’éloignaient d’Ark, encore plus pour rejoindre ces villes qui s’entêtaient à préserver leur indépendance.

- Si l’on pouvait tomber sur personne, j’imagine que ce serait mieux.

Bien qu’à ce niveau-là, elle ne se faisait pas trop d’espoir. Elle poursuivit donc sa route aux côtés de Ragnar pour en arriver là où les arbres laissaient place à un terrain plat menant vers la ville un peu plus loin.

- Mais tu as raison, on verra en fonction de ce qu’il se passe.

C’était rare de sa part, d’accepter de faire les choses sans tout avoir préparer d’avance. Or, en territoire ennemi, il était difficile de faire différemment. Il ne leur manquait plus que de s’infiltrer dans la ville et de trouver la source du signal qu’ils avaient perçu. Observant rapidement les données qu’elle avait sur le sujet, elle fit part de ce qu’elle avait constaté à ce sujet.

- Oh, et pour précision, le signal semblait provenir de sous la ville.

Quelques informations qu’ils avaient obtenu avant qu’ils quittent Ark pour aller vers Bakelcity.
Rang : A
Grade : Soulmate
Avatar : Gilgamesh, Fate
Messages : 110
Expérience : 569
Reiryoku : 67500
Date d'inscription : 31/03/2019
Voir le profil de l'utilisateur
Ragnar S. Lodbrok
Mar 21 Mai - 0:37




Ragnar & Calliope

« Que faire de tous ces derniers. »

La notion de risque. C’était à la fois l’un des problèmes de votre duo et son plus grand équilibre. Calliope faisait partie de cette catégorie de personne qui, avant de se lancer, analysait toutes les possibilités, tous les scénarios possibles et imaginables, elle était de ceux qui tentaient au maximum d’atteindre le risque zéro. Toi, tu étais son opposé. Son extrême opposé, même. Peu importe le danger, peu importe à quel point le taux de réussite était bas, tant qu’une infime chance de parvenir à atteindre ton but existait, tu fonçais. La toile était un peu caricaturale, difficile de dire que tu plongeais bêtement dans chacun des pièges qui t’étaient tendus, mais dans l’idée, tu n’étais pas du genre à refréner tes pulsions, ni à tenter de réduire au maximum la possibilité d’échec.

Tu étais orgueilleux et bien trop confiant en toi, persuadé que tu n’étais pas capable de ne pas réussir, c’était là aussi un problème. Mais dans les faits, tu étais doué. Tu étais fort. Tu étais pragmatique et, pour ton grand bonheur, grâce à cette bonne étoile qui veillait sur toi, jamais tu n’avais eu à essuyer un cuisant échec jusqu’alors. Peut-être était-ce simplement de la chance, ou peut-être était-ce du talent. Peut-être un mélange des deux. Haussant les épaules, tu dévisageas la Corleone, toujours analytique, sachant pertinemment que tu ne pouvais te lancer avant la pleine nuit.

« On avisera sur le terrain, quelqu’un sortira bien du lot. On a besoin d’informations. Et puis, je ne ressens aucune énergie capable de nous tenir tête, tout ira bien. »

Tu étais optimiste, mais conscient que la possibilité qu’un être hors du commun camoufle ses capacités et vous mette des bâtons dans les roues plus tard existe. Néanmoins, tant que l’obstacle ne se dressait pas sur ta route, nul besoin de chercher à l’éviter.

« Sous la ville, hein... »

La nuit était enfin tombée. L’heure du départ était arrivée. Te redressant et époussetant tes vêtements, tu jetas un petit regard vers ta belle, l’incitant à te suivre. En une fraction de seconde, d’un clignement de paupières, vous aviez disparu de votre position initiale pour réapparaître à des lieux de là, vous rapprochant dangereusement de la ville ennemie qui était votre cible. Il allait falloir y pénétrer et ce, sans attirer l’attention. Dans l’enceinte de ces murs, les lois ne semblaient pas être celles que vous connaissiez. L’endroit ne ployait pas le genou face à l’imposante dominance d’Ark et vous familiariser avec les us et coutumes du coin n’allait probablement pas être une partie de plaisir. D’autant plus que l’infiltration était loin d’être ta spécialité.

« Alors, qu’est-ce qu’on fait ? Tu veux tenter une percée directement vers un passage souterrain ? Ou on tente l’infiltration totale ? On peut toujours en capturer un, tenter de comprendre leur but et les schémas de leur organisation, puis on l’élimine. Ça limitera les risques. »



Codée par EEli-Ls

Rang : A
Grade : Soulmate
Avatar : Rin Tohsaka
Messages : 143
Expérience : 659
Reiryoku : 56000
Date d'inscription : 31/03/2019
Voir le profil de l'utilisateur
Calliope Corleone
Mer 22 Mai - 17:10
Il était possible de le remarquer, à la façon dont elle jouait avec ses gants, qu’elle n’était pas particulièrement à l’aise. Trop d’inconnus. Trop de choses qui pouvaient mal se passer. Trop d’incertitudes qu’elle détestait. C’était bien pour cela, au final, que Ragnar et elle formaient une excellente équipe. Parce que si elle avait d’ordinaire le contrôle sur tout et n’importe quoi, lui savait agir lorsque ce n’était pas le cas. Soupirant à nouveau, elle hocha de la tête, n’ayant rien de plus à ajouter à ce sujet. Ne manquait plus qu’à attendre que le soleil soit couché pour pouvoir enfin passer à l’action.

Suivant son coéquipier, voilà que tous les deux se fondaient dans la nuit, s’approchant de la ville au sein de laquelle ils n’étaient clairement pas les bienvenue. Suite à sa question, elle s’arrêta pour réfléchir quelques secondes, observant les alentours.

- La façon la plus rapide de se retrouver sous la ville, c’est de passer par les égouts.

Sa voix se faisait basse, très basse, mais elle était convaincue que Ragnar saurait l’entendre.

- Normalement, les égouts doivent avoir une sortie à l’extérieur de la ville. Autant faire le tour ?

Il n’était pas impossible qu’ils puissent ainsi entrer dans la ville sans devoir signifier leur présence. Bon, il n’était pas non plus impossible que certains patrouillent les couloirs souterrains, ne serait-ce que parce que le signal venait de là-bas, mais cela leur permettrait de ne pas avoir à passer outre les murs et alerter elle ne savait trop qui. Levant un bras, elle s’étira un peu avant de ne pas trop laisser le choix à son partenaire. Après tout, elle était la tête pensante du duo, lui allait se montrer d’autant plus utile si un combat éclatait. Bien que, à ce niveau-là…

- Il faudra faire attention, lorsque l’on se trouvera sous la ville.

Elle restait attentive, s’étant éloignée du mur pour chercher quoi que ce soit qui leur indiquerait qu’ils pourraient entrer dans la ville par les égouts. Tomber sur un cours d’eau pourrait leur faciliter la tâche.

- On ne voudrait tout de même pas que la ville s’écroule sur notre tête.

Autrement dit, il n’était pas question qu’une attaque vienne dévaster la zone où ils se trouvaient, au risque de se retrouver avec une ville effondrée. Elle ne doutait pas de leur capacité d’y survivre, après tout, ils sauraient se frayer un chemin au travers des débris, cependant, Calliope ne tenait pas à faire de victimes, ou, tout du moins, pas plus que ceux qu’elle serait forcée d’abattre de sa main. Elle avait rejoint Brotherhood pour protéger l’Humanité, et cela concernait aussi ceux se trouvant loin d’Ark.
Rang : A
Grade : Soulmate
Avatar : Gilgamesh, Fate
Messages : 110
Expérience : 569
Reiryoku : 67500
Date d'inscription : 31/03/2019
Voir le profil de l'utilisateur
Ragnar S. Lodbrok
Jeu 23 Mai - 1:02




Ragnar & Calliope

« Que faire de tous ces derniers. »

Il leur fallait donc trouver un moyen de rejoindre les souterrains de la ville et ce, le plus rapidement et discrètement possible. L’idée de Calliope semblait parfaite, se faufiler via les égouts paraissait être la stratégie la plus sûre et probablement celle qui vous amènerait le plus proche des clés du mystère qui entourait cet endroit. Mais les choses allaient-elles être aussi simples ? Après tout, il y avait fort à parier ce si quelque chose de compromettant était caché sous terre, les différentes entrées pouvant éventuellement vous y amener allaient être fortement sécurisées. Enfin, encore une fois, il n’y avait pas grand intérêt à se prendre la tête dès maintenant, pour l’heure, rien de nous empêchait de tenter votre chance.

Sans même pénétrer Bakelcity, vous rodiez au-delà des murs, à la recherche du moindre indice qui pourrait vous amener vers les fameux égouts. Les recherches n’avaient rien de très compliquées à dire vrai, le seul problème étant que, puisque vous étiez en pleine infiltration, il vous était complètement impossible d’utiliser vos pleines capacités. Impossible de prendre de la hauteur, impossible d’utiliser trop grossièrement vos reiatsu sous peine d’être potentiellement repérés.

Contourner la ville à pied, c’était donc la chose à faire. Ce fut donc ce qui fut fait. Après quelques instants d’un galop contrôlé, vous aviez enfin trouvé ce dont vous étiez en quête : un rejet aqueux qui devait probablement être utilisé pour évacuer les eaux usées.

« Là. Mais… »

Parce qu’il y avait évidemment un mais. Comme prévu, il aurait été trop aisé de s’infiltrer aussi facilement à l’intérieur d’un endroit supposément hôte d’une force, d’un objet ou d’un individu caché d’Ark et de Brotherhood. A ce stade, difficile de confirmer l’hypothèse d’un groupe paramilitaire rebelle, mais la thèse s’étayait et elle devenait de plus en plus difficile à exclure.

« Ils ne dégagent pas d’énergie particulière, ils sont faibles. »

Armés de fusils d’assauts, certes, mais pas de quoi effrayer les deux surhommes que vous étiez Calliope et toi. D’un geste de la main, tu indiquas à ta Soulmate l’un des deux hommes, puis tu disparus en un clin d’œil te retrouvant dans le dos de l’un des deux gardes en place, brisant sa nuque sur le coup, ne lui laissant pas l’occasion d’émettre le moindre son. Puis tes pupilles se détournèrent vers son acolyte, acolyte appréhendé par la femme t’accompagnant qui, elle, n’avait pas ôter la vie de la pauvre proie, mais se contentait de la maîtriser sans lui laisser l’occasion d’alerter quiconque.

« On fait bon flic méchant flic pour l’interrogatoire, ou tu révèles tout d’un coup sans qu’on ne perde plus de temps ? »

La Corleone était plus douée pour poser les questions, toi, tu te satisferais de l’arrache d’ongles et autres tortures si monsieur ne daignait pas partager ses utiles connaissances. Dans le pire des cas, vous aviez trouvé votre accès, ce qui était déjà une bonne chose.



Codée par EEli-Ls

Rang : A
Grade : Soulmate
Avatar : Rin Tohsaka
Messages : 143
Expérience : 659
Reiryoku : 56000
Date d'inscription : 31/03/2019
Voir le profil de l'utilisateur
Calliope Corleone
Jeu 23 Mai - 1:47
Elle s’était arrêtée dès lors que la voix de son partenaire s’était fait entendre. Suivant donc son regard, elle n’eut aucun mal à discerner les deux silhouettes se trouvant à l’extérieur des murs et semblant se tenir face à l’entrée qu’ils cherchaient. Quelques instants où tout semblait immobile tandis qu’elle observait les environs, à la recherche de potentiels renforts, or, rien de tout cela ne semblait présent. Puis, comme le mentionnait Ragnar, ils étaient faibles. Ou, tout du moins, c’était ce qu’ils percevaient de leur part.

Ne perdant pas plus de temps, elle fondit sur l’une des deux hommes, l’immobilisant sans grande difficulté, une main au niveau de sa mâchoire. La Corleone n’avait pas pour habitude de faire dans la délicatesse.

- Un mot et je te broie la mâchoire.

Des paroles prononcées presque silencieusement tandis que Ragnar s’occupait de l’autre homme, l’abattant sans sommation. Celui qu’elle tenait eut l’amabilité de rester silencieux, sûrement grâce à la menace proférer. Aussi petite pouvait-elle sembler, Calliope possédait une force insoupçonnée dont il faisait actuellement les frais. Elle attendit ainsi quelques secondes à peine que son Soulmate se retourne vers elle et s’adresse à celui qu’elle tenait fermement.

L’homme semblait apeuré, ce qui pouvait être compréhensible. Sa voix se faisant presque doucereuse, elle semblait presque chercher à le rassurer.

- Il n’y a pas beaucoup d’options pour toi. La vie ou la mort. Et cela dépend simplement des informations que tu es prêt à nous donner.

Déglutissant péniblement, il accepta finalement de parler, sûrement animé par un instinct de survie que l’on trouvait généralement chez les humains. Presque précipitamment, il leur fit part qu’il ne savait pas grand chose, qu’il avait simplement été employé pour garder cet endroit et s’assurer que personne n’entre à l’intérieur. Pourquoi personne ne devait entrer ? Ça, il ne savait pas. La seule chose dont il était certain, c’était que quelque chose se passait dans ces égouts et que plusieurs autres hommes protégeait l’endroit.

Un soupir s’échappant de ses lèvres, sa prise sur l’homme se fit plus légère, le relâchant quelques secondes.

- Ça n’aura pas été d’une grande utilité.

Impitoyable, la belle vint attraper sa tête et, d’un coup, la fit tourner de sorte à lui briser la nuque. L’homme tomba au sol, inerte, tandis qu’elle replaçait machinalement ses gants en reportant son regard sur l’entrée qu’ils allaient devoir emprunté. Elle n’avait jamais eu l’intention de le laisser en vie, après tout, c’était la réussite de leur mission qui pouvait en dépendre.

- Il faut se débarrasser des corps, on pourra entrer par la suite.

Laissant ce sale travail à Ragnar, elle s’approcha de l’entrée des égouts et y fit quelques pas, vigilante, observant le couloir sombre à la recherche de quoi que ce soit pouvant les menaces. Tout semblait être tranquille pour le moment, sans doute qu’ils verraient ces autres hommes un peu plus loin, lorsqu’ils seraient enfin au sein de Bakelcity.
Rang : A
Grade : Soulmate
Avatar : Gilgamesh, Fate
Messages : 110
Expérience : 569
Reiryoku : 67500
Date d'inscription : 31/03/2019
Voir le profil de l'utilisateur
Ragnar S. Lodbrok
Jeu 23 Mai - 2:07




Ragnar & Calliope

« Que faire de tous ces derniers. »

Du blabla, rien que du blabla, c’était un problème récurrent avec les prises en otage : elles n’apportaient que très rarement les réponses escomptées. A dire vraie, pour qu’elles s’avèrent efficaces, il fallait le plus souvent s’en prendre directement aux gros bonnets, ce qui, en l’occurrence, était loin d’être le cas cette fois. Vous étiez parvenus à lui soutirer quelques mots, ce faciès ne mentait pas, l’homme était pétrifié à l’idée d’une mort imminente, pourtant, à l’inverse de lui, tu étais déjà pleinement conscient du sort qui l’attendait. Les conditions vous étaient favorables, le prisonnier ne mentait pas, malheureusement pour lui, ses mots ne vous apprenaient rien. Rien que vous ne sachiez pas déjà. L’endroit était gardé ? Merci. Ce qui vous intéressait, vous membres de Brotherhood, c’était bel et bien de savoir pourquoi il l’était.

Sa dépouille s’écrasa dans l’eau croupie qui traçait sa route à quelques centimètres de vos pieds. En réponse à l’instruction de Calliope, tu décrochas l’une de tes propres armes trônant à l’intérieur de son étui, pointant le canon en direction des deux cadavres, tu pris soin de laisser Calliope vérifier le périmètre avant de presser la détente et de décharger une quantité d’énergie pure tout juste assez puissante pour désintégrer les deux corps, n’y laissant que poussière.

La Corleone était plus apte pour ce genre de chose, ses capacités lui permettant de ne laisser aucune trace. Mais ces pouvoirs nécessitant l’activation de sa Coalescence, vous aviez rapidement écarter cette possibilité. Ta propre manœuvre avait de quoi affoler d’éventuels détecteurs d’énergie spirituelle, mais ton arme en elle-même, en dehors de tout autre tir, ne dégageait rien. Mieux valait un pic mystérieux qui disparaissait presque immédiatement après être apparu, plutôt que la présence continuelle et résiduelle de l’énergie de ta partenaire s’étalant du fait de sa libération. De la sorte, vous pouviez continuer de camoufler vos énergies pour poursuivre votre investigation.

Activant ta capacité sensorielle afin de repérer les différentes sources de reiatsu environnantes, tu progressas méticuleusement avec ta dulcinée, évitant un autre contact inutile avec l’ennemi et contournant les autres gardes. Moins vous vous faisiez remarquer, mieux c’était. Et puis, ta technique te permettait de localiser l’amas le plus conséquent d’énergie, endroit supposé être la source du signal inconnu. Vous y rendre était la priorité absolue et même la seule et unique condition de réussite de votre mission. Vous n’aviez pas besoin de victimes supplémentaires, pas besoin d’ébranler les fondations de cette ville, une chose importait : la découverte de cette émission secrète.

Cela tombait bien puisqu’en constatant la vitesse à laquelle vous vous déplaciez au sein de ce dédale souterrain qu’étaient ces égouts, vous ne tarderiez plus vraiment à atteindre votre objectif. Jusqu’ici, vous n’aviez fait face qu’à de la chair à canon, des « professionnels » qui ne l’étaient qu’en apparence, incapables de rivaliser avec vos capacités supérieures au genre humain basique. Toutefois, tout allait-il continuer d’être aussi simple ? Rien n’était moins sûr.

« Shht. On est proches… »



Codée par EEli-Ls

Messages : 125
Expérience : 370
Reiryoku : 0
Date d'inscription : 03/12/2018
Voir le profil de l'utilisateur
Narrateur
Ven 24 Mai - 8:36
Les deux amants de l’illustre Brotherhood s’enfoncèrent dans la noirceur du souterrain. Leurs foulées dépassaient l’entendement de la simple perception humaine. Les gardes troglodytes ne pouvaient rien face à leur professionnalisme à toute épreuve. Les secondes devinrent rapidement des minutes. Plus il s’avançait et plus le couple pouvait remarquer, avec une certaine aisance, un chiffre décroissant de sentinelle.
Vous arrivez à vous enfoncer sans encombre dans les égouts

Une pulsation apparue dans les parois. L’infrastructure vibrait au gré de ce cycle sempiternel.

Tel le Minotaure, quelqu’un ou quelque chose trônait au plus profond du dédale. La concentration de Reiryoku des environs s’affolait brusquement. Une énergie reconnaissable entre mille, pour les habitués de la cité-continent. Leurs conditions de guerriers expérimentés jouaient en leurs faveurs. Sans ça, la situation aurait été différente. Des efforts inattendus devaient toutefois être utilisés pour continuer cette descente.
Tapis dans l’ombre, plus d’un millier d’âmes vous guette

Étaient-ils préparés à cette vision ?

Les concubins se retrouvèrent soudainement face à un décor fleuris, rappelant les alentours de l’Eden. Une bouffée d’oxygène qui apporta une mystérieuse ataraxie à leurs âmes esseulées. Cette crainte insidieuse tout comme cet effort omniprésent se volatilisaient déjà. D’innombrables interstices tapissaient le sol fangeux. Quelque chose de surpuissant s’était dégagé de ses fers. Le détecteur du binôme libéra une nuée de bips sonores. Leur objectif se mouvait, tout doucement, à quelques mètres d’eux.
La création se met en mouvement, vous êtes repérés

Le sol s’ouvrit à leurs pieds. Quelque chose cherchait à s’en extirper. Et avant même qu’ils n’eurent le temps d’agir, une racine se libéra de son carcan bétonneux. Tout était lié. Pulsation, disparition de sentinelle, concentration folle de Reiryoku. Ils avaient devant eux...

... Un arbre qui couvrait une forêt ?

La merveille séculaire prenait place. Sans aucune considération pour ses deux invités, l’incarnation d’un autre temps entama sa besogne. Fragmentant le Reishi environnant, les particules spirituelles étaient tractées de force. La branche absorba cette divine denrée et prit en ampleur.
Une petite racine apparait à vos pieds, l’objectif est proche
Rang : A
Grade : Soulmate
Avatar : Rin Tohsaka
Messages : 143
Expérience : 659
Reiryoku : 56000
Date d'inscription : 31/03/2019
Voir le profil de l'utilisateur
Calliope Corleone
Mer 29 Mai - 0:23
Ils avaient avancé rapidement et, surtout, silencieusement. Du peu de gardes qu’ils avaient croisé, ils n’étaient pas restés debout bien longtemps, juste assez pour tenter d’en apprendre un peu plus quant à ce qu’il se trouvait plus loin. Il y avait cependant un sentiment qu’elle n’arrivait pas à chasser, plus ils s’approchaient de là où le signal avait été repéré, à savoir celle d’être observée. Et puis, cette énergie qu’elle sentait tout autour d’elle, elle ne pouvait l’associer qu’à une seule autre chose qu’elle avait connu : l’Arbre-Monde. Un brin confuse, surprise aussi, elle jeta un regard en coin à son partenaire sans toutefois dire quoi que ce soit. Elle n’avait pas besoin, de toute façon, sûrement qu’il avait senti la même chose qu’elle.

S’était-elle attendue à être témoin de tant de puissance ici ? Tant d’énergie ? Non, pas spécialement. Et ce qui lui semblait être une banale mission d’infiltration venait de prendre une tournure un peu différente. Intéressante, certes, mais peut-être moins aisée qu’elle l’aurait cru aux premiers abords. Continuant d’avancer dans ce dédale souterrain, elle fut d’autant plus surprise de voir des fleurs se dessiner devant elle. Elle s’arrêta donc en bordure du jardin privé de toute lumière naturelle, observant autour d’elle à la recherche de quelque chose. Quoi ? Elle ne savait pas trop, en réalité. Et puis, si ce calme pouvait être agréable, cela ne faisait que lui signifier davantage qu’il y avait bel et bien quelque chose qui clochait. Après tout, jamais s’était-elle sentie réellement tranquille face à l’inconnu.

- Un arbre…?

Elle s’était attendue à bien des choses, toutes bien différentes les unes des autres mais certainement pas à ça. Elle recula d’un pas en voyant une racine sortir du sol, celle qui semblait prendre de l’ampleur sous son regard curieux.

Que devaient-ils faire maintenant ? S’ils avaient eu comme ordre de régler la situation du mieux qu’ils le pouvaient, elle se demandait s’il s’agissait réellement d’une situation qu’ils pouvaient régler ? Après tout, la théorie la plus vraisemblable avait été un groupe s’opposant à Ark, cependant, face à cet arbre, elle se demandait bien ce qu’ils se devaient de faire. L’arracher ? En était-ce seulement possible ? Pour avoir aperçu les murs pulser dans les couloirs, elle n’en était pas trop certaine. Faisant finalement un pas vers l’avant, elle fixa la racine puis l’homme qui se tenait à ses côtés avant d’attraper l’une des dagues qu’elle portait à sa ceinture.

- Je ne suis pas certaine de ce qu’il va se passer mais…

D’un mouvement rapide, la belle tendit le bras pour venir agripper la racine dans sa main. L’objectif ? En couper un morceau, pour ainsi pouvoir l’étudier aux laboratoires de Brotherhood. Elle n’avait aucun doute quant au fait que Ridley se ferait un plaisir d’étudier le spécimen.

Spoiler:
 
Rang : A
Grade : Soulmate
Avatar : Gilgamesh, Fate
Messages : 110
Expérience : 569
Reiryoku : 67500
Date d'inscription : 31/03/2019
Voir le profil de l'utilisateur
Ragnar S. Lodbrok
Ven 31 Mai - 8:45




Ragnar & Calliope

« Que faire de tous ces derniers. »

Décidément, il fallait croire que toutes les aventures dans lesquelles vous vous embarquiez Calliope et toi ne manquaient ni de mordant, ni de surprise. Ce qui, à la base, n’avait été censée être qu’une banale mission d’infiltration, voire tout au plus une mission d’extermination de la menace, se révélait être quelque chose de bien plus grandiose. Le problème étant que, d’un point de vue analytique, tu n’avais rien d’un grand romantique pour ce qui était des quêtes qui t’incombaient. Pour toi, le raffinement et la douceur n’avait rien à faire dans une tâche que l’on TE confiait, à toi, personnellement. Tu étais un combattant, un destructeur et malheureusement, ce spectacle qui se jouait sous vos yeux ne présageait rien de dantesque en matière de combats. Ou peut-être que…

Calliope s’était rapidement focalisée sur cette racine sortante qui était apparue à vos pieds. De ton côté, tu ne t’étais pas posé beaucoup de questions, d’abord parce que tu ne trouvais pas étonnant que l’Arbre-Monde étende son influence jusqu’ici, mais aussi parce qu’après tout, qu’est-ce que cela signifiait réellement ? S’il était certain que vous aviez encore bien des secrets de l’Yggdrasil à percer, tu savais également que tu n’étais pas celui qui serait derrière la révélation de ces secrets. Perdu dans ce jardin apaisant qui vous entourait, tu abandonnas la Corleone à sa récolte sans pour autant trop t’éloigner d’elle. Ce sous-terrain abritait quelque chose, quelque chose qui t’intéressait et ce n’était pas cette racine.

Non, outre le fait d’avoir cette désagréable impression d’être épié par une entité… ou plusieurs entités ? Il y avait un phénomène qui surpassait tout cela. Tu doutais encore du fait que le signal inconnu soit ces pulsations émises par le végétal, mais l’hypothèse n’était pas à écarter. Toutefois, si tant est qu’un groupe rebelle ait tenté de s’approprier les bienfaits et la puissance de l’arbre millénaire, auraient-ils laissé la chose sous une aussi faible surveillance ? Sans réelle sécurité ? Bien sûr que non. Pourtant, cette chose qui s’était éveillée et que vos capteurs avaient sondé sans pouvoir vraiment l’identifier paraissait être bien plus grande que les individus qui parcouraient jusqu’alors ces égouts. Un être qui transcendait leurs pouvoirs et l’éventuelle mainmise qu’ils pouvaient exercer.

Votre matériel avait beau être performant, tu préférais encore te fier à toi-même, surtout lorsque votre propre sécurité à Calliope et toi en dépendait. De plus, avec tes propres aptitudes, tu allais te faire une idée bien plus précise de la menace planant sur la zone. Après tout, si un combat intéressant t’étais promis… Peut-être n’allais-tu pas lui tourner le dos.

Profitant des tes capacités surhumaines, tu laissas ton énergie spirituelle s’épandre dans la zone, traquant efficacement le sujet qui venait d’être sorti de sa torpeur. Une analyse poussée qui allait te permettre à la fois de prendre l’information sur sa position, mais également sur son niveau d’énergie spirituelle puisque ta technique te permettait de repérer toute chose sur le fondement de cette source de pouvoir. Ainsi, plus la chose abritait en elle un grand pouvoir, plus il t’était théoriquement possible de la suivre à la trace. D’une pierre deux coups.  

« Reste sur tes gardes. »

Spoiler:
 
   


Codée par EEli-Ls

Messages : 125
Expérience : 370
Reiryoku : 0
Date d'inscription : 03/12/2018
Voir le profil de l'utilisateur
Narrateur
Dim 2 Juin - 17:14
En ouvrant ton sixième sens à ce qui t'entoure, Ragnar S. Lodbrok, tu te fais une meilleure idée de ce qu'il se passe ici. Cette sensation d'omniprésence, de supériorité numérique, de menace, ne peut venir que d'un seul endroit : l'étrange racine venant d'émerger de son terreau. Alors que tu ouvres ton âme au Reiryoku afin de le sonder efficacement, une voix aux mille timbres s'immisce dans ta tête. Nimbée d'écho, d'un spectre saturé de fréquences diverses, cette intrusion te semble limpide : « Rentre à Arkadia. ». Le lien télépathique, tout comme ta technique de détection s'achève aussitôt.
Ragnar S. Lodbrok entend une voix lui parler.

En dégainant ta dague pour l'approcher de la racine et espérer en extraire un morceau, Calliope Corleone, un mauvais pressentiment te frappe le corps, hérissant tes poils et te glaçant l'échine. Tu n'as pas le temps de reculer que le Reiryoku contenu dans ta dague commence à être absorbé par l'excroissance boisé. La lame de ton arme a déjà disparu ; et bientôt, ce sera le tour du manche – que tu es actuellement en train de saisir. Tu ne sais pas ce qui pourrait advenir de ton intégrité spirituelle si tu maintenais le contact, mais le risque vaut-il vraiment l'opportunité de le découvrir ?
Le Reiryoku contenu dans la dague est absorbé.
Rang : A
Grade : Soulmate
Avatar : Rin Tohsaka
Messages : 143
Expérience : 659
Reiryoku : 56000
Date d'inscription : 31/03/2019
Voir le profil de l'utilisateur
Calliope Corleone
Mar 4 Juin - 6:45
Elle n’avait aucune idée de ce qui se trouvait devant elle. Est-ce que les racines de l’Arbre-Monde s’étendaient aussi loin ? S’agissait-il réellement d’une partie de cet arbre se trouvant au centre d’Ark ? Elle n’en savait rien et c’était pour cela qu’elle comptait en ramener un échantillon, passer sa lame au travers la racine pour pouvoir l’étudier dans les laboratoires de Brotherhood. Du moins, cela avait été l’idée initiale. Elle avait entendu Ragnar à ses côtés et s’était contentée d’hocher de la tête. Même qu’elle esquissa un sourire. Après tout, il savait tout aussi bien qu’elle que, d’ordinaire, c’était lui qui manquait de prudence.

Elle vit la lame de sa dague disparaître, l’énergie absorbée par peu importe ce qui se trouve devant elle. Elle n’a pas spécialement le temps de réfléchir ni de poser le pour et le contre de ses idées. Il s’agit d’une situation dans laquelle sa décision se doit d’être prise immédiatement, au risque de ne rien pouvoir faire.

Tenant alors fermement son arme, un pic d’énergie spirituelle se fit ressentir de son côté. Peut-être était-ce une mauvaise idée compte tenu que ce qui se trouvait devant elle semblait absorber l’énergie de toute chose. Cependant, elle préférait ne pas reculer, au risque de ne pas avoir de seconde chance d’être aussi près de l’excroissance. De sa main libre, elle serra son poing avant de tenter de l’abattre sur ce qui se trouvait devant elle. L’idée était simple. Elle souhaitait tout simplement séparer une partie de la racine du reste qui s’étendait jusqu’à l’arbre. Forcée les cellules de cette plante à se dégénérer à un endroit précis pour pouvoir se saisir de l’extrémité.

Peut-être qu’elle aurait agit différemment, si elle avait eu vent de ce que Ragnar avait ressenti et, surtout, entendu, en cherchant à comprendre l’énergie qui se trouvait tout autour d’eux. Cependant, dans l’empressement du moment, tenter de déconnecter l’extrémité de la racine pour éviter que plus de son arme soit absorbée (voir pire, sa propre énergie) lui avait semblé comme le bon choix à faire.

Spoiler:
 
Rang : A
Grade : Soulmate
Avatar : Gilgamesh, Fate
Messages : 110
Expérience : 569
Reiryoku : 67500
Date d'inscription : 31/03/2019
Voir le profil de l'utilisateur
Ragnar S. Lodbrok
Mer 5 Juin - 10:13




Ragnar & Calliope

« Que faire de tous ces derniers. »

Alors que ton analyse des signatures spirituelles en présence débuta, tu sentis bien vite une sensation étrange s’emparer de l’ensemble de ton être. Tu avais utilisé cette technique maintes et maintes fois et pourtant, jamais tu n’avais été confronté à quelque chose de similaire. Les frissons te parcourant furent sans pareil, à dire vrai, tu ne détectais rien. Ou plutôt, tu détectais bien trop de choses ? Tu n’en savais rien. Tu étais face à un non-sens, la zone avait beau être parsemée de cette énergie si singulière que tu associais sans mal à l’Arbre-Monde, quelque chose de plus singulier encore perturbait ton sixième sens. Combien étiez-vous là-dessous ? Seulement deux ? Trois ? Quatre en comptant cette racine ? Des centaines ou bien même des milliers ? Tu ne parvenais à le dire clairement, parce que tes yeux, ton ouïe, ton odorat et ton sonar ne te donnaient absolument pas les mêmes informations.

Perdu dans tes songes, tu fus ramené vers la réalité lorsque quelque chose de totalement étranger et de malvenu s’incorpora à ton esprit. Une voix, une voix unique, mais en même temps la voix de milliers d’autres. C’était à ne plus rien y comprendre. Un écho malaisant qui aurait dû te broyer tant le brouhaha aurait dû être inaudible et pourtant, rien ne fut. Ce timbre s’avéra presque harmonieux ou, à défaut, parfaitement compréhensif. Il fallait dire que cette chose, cette parole n’avait pas cherché à passer par quatre chemins : l’ordre était clair, vous deviez rentrer.

Tu n’en étais pas certain, pas totalement, cependant, de nombreux doutes commençaient à faire pencher la balance dans le sens d’une thèse que tu ne savais pas réellement si tu devais apprécier ou craindre. Cette entité réunissait tous les attributs d’une chose bien plus grande, d’une chose à laquelle tu ne pouvais t’opposer ni même te confronter. Si l’Arbre-Monde était la source de votre pouvoir à vous, humains, alors cette créature aux mille tonalités était également votre salut, l’égide de votre race. Le Gatekeeper, l’avatar d’Yggdrasil, la conscience même de votre emblème salvateur.

« Calliope, arrête. »

Ta voix avait été tranchante et téméraire, celle que la Corleone savait écouter. Te retournant légèrement pour croiser le regard de ta partenaire, tu lui fis comprendre de ne pas insister davantage concernant la racine, pas pour l’instant. Le risque ne valait pas la peine d’être pris, pas en présence de cette créature. La question qui demeurait désormais était celle de savoir si la présence de votre gardien était alliée ou ennemie et autant dire qu’à l’heure actuelle, tu n’avais pas la moindre idée de la bonne réponse à cette interrogation. Avançant d’un pas, puis de quelques autres vers l’avant, tu t’enfonças quelque peu dans l’obscurité dominante, cherchant à réduire la distance te séparant de l’esprit séculaire.

« Nous sommes envoyés par The Awaken. Pourquoi est-ce que la conscience de l’Arbre-Monde se trouve aussi loin d’Eden ? Y-a-t ’il quelque chose à protéger, ici ? »

Un discours parsemé de questions qui était entaché d’un but double : d’une part, s’approprier un maximum d’information sur le pourquoi de la présence du Gatekeeper en ces terres, d’autre part, informer un maximum Calliope des renseignements recueillis et la mettre au courant de la situation relativement subtilement.


Spoiler:
 
   


Codée par EEli-Ls

Alignement : ???
Rang : ???
Grade : Golosinas
Avatar : O.C
Messages : 3
Expérience : 15
Reiryoku : 0
Date d'inscription : 05/06/2019
Voir le profil de l'utilisateur
Nephilim
Mer 5 Juin - 14:28
L’entité, depuis un autre plan de l’existence, étudiait le comportement des deux généraux de l’Éveillée. Voilà bien longtemps qu’elle suivait leur péripétie dans l’objectif de s’accaparer l’âme de toute chose. Le monde humain n’avait aucun secret pour elle, même les plus cachés. Certes, l’interjection du Lodbrok stoppa son âme soeur en plein mouvement. Le lien psychique s’était toutefois établit. Cette vision d’horreur marqua à jamais la Corleone. Sans même quitter les souterrains de Bakel-City, elle se retrouvait face à un gigantesque palais de cristal. Elle était attirée inexorablement vers un trône surplomber par un million d’âmes. Toutes les âmes criaient, pleuraient, souffraient. La mort était un châtiment bien plus doux. Sur le trône siégeait une puissance folle, impossible pour l’humaine de la discernée. Un regard démoniaque s’ouvrit sur la proie. La marque était apposée.

Un flux jaunâtre vint nimbé Calliope, brisant cette prison spirituelle. Elle était de retour. Pour elle cette rencontre dura plusieurs jours. En réalité ce ne fut que le temps d’une poignée de secondes, tout au plus. Une brulure s’anima au niveau de son plexus solaire, un sigle représentant l’arbre prit place. L’écho de cette rencontre tétanisa de peur la protégée d’Europe. Impossible pour elle de réfléchir, d’agir ou même de mettre des mots sur ce qu’elle avait vu. Sans cet ange gardien providentiel son âme aurai été aspirée. Heureusement qu’elle n’avait pas touché cette invocation boisée. Le cauchemar n’était pourtant pas terminé. Le cri rutilant des âmes esseulées résonnaient au fond de sa psyché.  

Le Champion de Brotherhood s’enfonça dans l’obscurité. Si la lumière l’avait lové, il aurai perçu l’inconcevable. La paroi originellement faite de béton n’était qu’une myriade de ramification organiques. L’ataraxie disparaissait peu à peu, Nephilim reprenait le contrôle sur son jouet. La descente du guerrier l’emmena face à une gigantesque strate souterraine. Celle-ci se trouvait éclairer par une faible lueur perçant la voûte. Face à lui se trouvait un trou béant. Sur les côtés se devinait les restes de l’infrastructure de la cité. Le Reishi était déconstruit et acheminer directement dans l’abîme. Les segments boisés étaient partout, en  mouvement constant. Le radar répéta ce que l’humain percevait ; objectif trouvé.  

L’énergie de l’Arbre-Monde se ressentait partout à la fois. L’arrivée de l’humain cessa tout mouvement de la part des sbires de la Succube. Brotherhood allait être l’exemple de l’écho dAhriman. À quelques mètres de lui, des racines apparurent puis se lièrent entre elles. Un corps asexué et protéiforme s’assembla en quelques secondes. L’avatar de celle qui avait réussi à faire plier l’être éternel l’invita à le rejoindre, une main lui fut tendue.
Rang : A
Grade : Soulmate
Avatar : Rin Tohsaka
Messages : 143
Expérience : 659
Reiryoku : 56000
Date d'inscription : 31/03/2019
Voir le profil de l'utilisateur
Calliope Corleone
Ven 7 Juin - 21:20
Où était-elle ? Elle cligna des yeux à plusieurs reprises, levant ses mains pour venir recouvrir ses oreilles, pour se soustraire à ces cris qui résonnaient en elle, à cette douleur qui faisait écho dans son esprit. Elle semblait ses jambes trembler et ses genoux faillir, immobile dans une pièce qu’elle ne connaissait pas, faisant ainsi face à une force qu’elle n’était pas en mesure d’identifier. Si elle s’était sentir presque rassurée, lorsqu’elle avait ressenti l’énergie de l’Arbre-Monde autour d’elle, ce qui lui faisait face n’avait plus rien de rassurant. La panique la prit à la gorge, semblant lui couper la respiration, alors qu’elle assistait, impuissante, à un bien triste spectacle.

Des âmes torturés qui semblaient appeler à l’aide sans pour autant parvenir à l’obtenir. Et elle, petite humaine au sein de cet immense palais, ne pouvait rien faire pour eux. Elle ne pouvait rien faire pour eux tout comme elle ne pouvait rien faire pour elle-même. Elle était paralysée, tétanisée par la peur que lui inspirait cet endroit, immobilisée par cette souffrance qui venait lui serrer le coeur et lui tordre l’estomac. Et elle avait mal. Sans même savoir pourquoi, son corps toujours intact, elle avait mal, comme si quelque chose la consumait de l’intérieur, comme si cette douleur hurlée tout autour d’elle était désormais la sienne.

Était-ce la sienne ? Et ces hurlements, étaient-ce les siens ? Elle n’en savait rien. Le corps immobilisé, se tenant toujours aussi droite, incapable même de tomber vers l’avant et de s’écraser sur ses genoux, elle n’entendait plus rien si ce n’était que ces hurlements et l’écho des siens. Si l’objectif de la mission était d’être discret, ce n’était plus le cas alors que sa voix se répercutait dans les couloirs, un hurlement tant de détresse que de douleur, quelque chose que ceux qui la connaissaient n’avait sans doute jamais entendu, venant d’elle.

Mais elle, elle n’était pas là-bas. Elle n’était plus là-bas. Depuis combien de temps ? Où s’était-elle trouvée ? Elle ne savait plus. Elle ne savait rien. Il n’y avait rien d’autre que ces âmes torturées, que cette puissance qui l’écrasait. Qui l’étouffait. Une main portée à sa gorge, comme si cela allait pouvoir changer quelque chose, chasser cette pression qui l’empêchait de respirer convenablement. Parce qu’elle avait l’impression de manquer d’air. Ce fut finalement une brûlure qui la tira de ce cauchemar éveillé. Avait-elle rêvé tout cela ? Elle était convaincue que non. Où s’était-elle retrouvée ? Combien de temps s’était-elle retrouvée à n’être que spectatrice impuissante de ce qui s’était déroulé sous ses yeux, toujours aussi incapable de se l’expliquer ? Quant à Ragnar…

Ragnar.
Où était Ragnar ?

Toujours immobile, la peur ne semblant pas vouloir quitter son esprit, tout comme elle ne semblait toujours pas avoir contrôle de son corps, elle ne put faire un pas vers l’avant, pas plus fut-elle en mesure de l’appeler. Son regard dès lors paniqué (tant soit peu qu’elle soit en mesure d’être plus paniquée qu’elle ne l’avait été), elle semblait rechercher désespérément la présence rassurante de son Soulmate. À défaut de pouvoir expliquer ce qu’il s’était passé ou alors d’être en mesure de faire taire ces voix qui résonnaient encore dans son esprit, elle savait qu’il serait en mesure d’apaiser ses tourments.
Rang : A
Grade : Soulmate
Avatar : Gilgamesh, Fate
Messages : 110
Expérience : 569
Reiryoku : 67500
Date d'inscription : 31/03/2019
Voir le profil de l'utilisateur
Ragnar S. Lodbrok
Jeu 13 Juin - 12:04




Ragnar & Calliope

« Que faire de tous ces derniers. »


OST Grosse patate sa mère.


Sans te soucier de rien, tu t’étais avancé à travers ce sombre couloir qui semblait s’étendre à l’infini face à toi. Qu’allais-tu trouver au bout de ce dernier ? Tu n’en savais rien. Pourtant, tes doutes étaient forts et nombreux, cette énergie, cette signature spirituelle, tu jurais la connaître, tu te sentais capable de l’identifier parmi des centaines d’autres. Ici-bas, la seule chose pouvant te guider s’était avérée être ton sixième sens, puisque toute la zone n’était que ténèbres que ta vision ne parvenait à percer et ce, même après y avoir été bercé plusieurs longues minutes. Rien à y faire, tu ne parvenais à t’adapter.

Ton corps n’était guidé que par ton instinct et à dire vrai, tu t’étais bien trop focalisé sur l’énergie ambiance pour réellement enregistrer le chemin parcouru. Combien de pas avais-tu fais exactement ? Pas la moindre idée ? Par où t’étais-tu dirigé ? Tu ne savais plus. Alors certes, tu n’avais pas que suivre cette ligne que t’avais semblé droite, mais tes sens s’étaient emmêlés. Avais-tu tourné ne serait-ce qu’une fois ? Etais-tu descendu ? Monter ? Tout était devenu flou pour ton cerveau, mais là ne résidait l’important, quelque chose de grand se jouait et du bout des doigts, tu t’apprêtais à l’atteindre.

Enfin, les premiers éclats lumineux réapparurent pour venir illuminer tes perles oculaires. Un clignement, c’est ce qu’il te fallut pour reprendre parfaitement conscience de ton voyage. Où était Calliope ? Depuis combien de temps l’avais-tu laissé en arrière ? Si l’un de tes sens avait effectivement refait surface, tu n’en restais pas moins embrumé… Heureusement, la confiance que tu portais à ta Soulmate te permettait d’aller de l’avant et ce, sans te morfondre sur ce qu’il pouvait bien lui arriver. Elle était forte, capable de s’assumer seule, tu n’en doutais pas. La clé de votre mission ne devait plus être loin et elle était sans le moindre doute capable de t’attendre quelques minutes, seule, tout juste le temps que tu ne règles tout ça.

Il y avait beaucoup à dire, trop à dire même. Vis-à-vis de ce décor funeste, de ce trou béant, de cette décomposition de reishi, de ce signal qui s’amplifiait jusqu’à te confirmer que l’objectif était atteint… Beaucoup de données à prendre en compte, mais la formation du Gatekeeper face à toi changea la donne. Ébahi, immobile, voilà comment tu réagissais face à l’émergence de l’être suprême. Cette main qu’il te tendait, tu ne pouvais la refuser. Il était votre gardien, l’incarnation même de l’Arbre-Monde et toi, tu en étais le défenseur. Ton bras s’actionna mécaniquement, tandis que tu amenas ta propre vers celle de l’être non-genré, prêt à nouer tes doigts aux siens… Tu en fus si proche, si proche de l’atteindre, de le toucher…

Mais ce hurlement, ce cri de détresse de la Corleone vint changer toute la donne. Tu étais prêt à tout pour la cause, à tous les sacrifices pour Brotherhood, prêt à mourir pour l’Arbre-Monde, pour l’évolution de l’humanité. Néanmoins, Calliope représentait l’anomalie qui complexifiait ce schéma. Rien n’était si simple, parce qu’elle était là, parce qu’elle existait, parce que tu l’aimais. Cet appel à l’aide crispa chacun des muscles de ton corps et si d’ordinaire tu n’étais pas réputé pour être celui qui réfléchissait le plus dans votre duo, alors cette fois-ci c’était encore pire. Gatekeeper ou pas, une seule image te revint en tête : celle de ta belle s’apprêtant à toucher cette racine émergente. Peu importe qui avait osé lui faire du mal, peu importe la raison, le pourquoi du comment…

Ce qui initialement devait être une poigne échangée se transforma en un échange de coup. Un seul coup. Par pur réflexe, tu avais armé ton poing et déchargé ta pleine puissance sur tout ce qui te faisait face, tout ce qui était susceptible de te ralentir dans ta course pour rejoindre ta dulcinée. Ta peau n’était entrée en contact avec la silhouette qui te faisait face, pourtant, une seconde à peine après que ton mouvement ne soit réalisé, un bang sonore éclata dans le souterrain.

Le Gatekeeper avait-il été atteint ? Peu importe. Les galeries menaçaient-elles de s’effondrer sur elles-mêmes ? Peu importe. Les représailles seraient-elles lourdes de conséquences ? Peu importe. Tu t’étais déjà propulsé en arrière, rebroussant chemin, guidé par le seul écho de la voix de ta moitié : elle n’était pas loin. Tu ne savais pas quels étaient les maux qui l’avaient frappé, mais ça aussi n’importait pas. Arrivé à son niveau, tu te contentas de l’attraper et l’enfermer dans tes bras, la soulevant du sol pour continuer ta retraite. Le but était d’abord de s’assurer de l’état de Calliope, puis de s’évader de ses égouts fragilisés par ton assaut… Pour ce qui était de la suite, tu y réfléchirais plus tard.  



   


Codée par EEli-Ls

Alignement : ???
Rang : ???
Grade : Golosinas
Avatar : O.C
Messages : 3
Expérience : 15
Reiryoku : 0
Date d'inscription : 05/06/2019
Voir le profil de l'utilisateur
Nephilim
Ven 21 Juin - 5:39
Les pas du Lodbrok le menèrent vers le pantin dénué de toute personnalité. La main qui fut tendue ne reçu que désapprobation et inimité de la part de cet être inférieur. Bien que le coup semblait surpuissant, il n’en fut rien. L’assaut spirituelle était avalé avec aisance. D’innombrables racines naissèrent. La marionnettiste devint bien plus puissante. Le sous-être fuyait déjà. Entourer par les ramifications organiques, Golosinas pouvait récolter leurs âmes à tout moment. La veuve noire préférait pourtant s’amuser avec les cobayes. La cité était sur le point de s’écrouler, pourtant, les racines continuaient de retarder l’échéance.  

La colère n’était pas un péché qui souillait l’âme viciée de la succube.

Le damoiseau retrouva sa moitié et entama sa fuite des lieux. Une perte de temps supplémentaire. Un corps protéiforme, identique à celui précédent, leur coupa la route. Le coeur du Champion se contracta tandis que son regard se déposa sur la marionnette. Ragnar tomba au sol, inanimé. Le souffle de la vie l’avait quitté, du moins c’était ce que la situation laissait présager. Lymphatique et sans aucune animosité, le Gatekeeper restait à son chevet. Calliope pouvait ressentir une brulure au niveau de son plexus solaire qui ne cessait de devenir de plus en plus pesante.

— Cal...pe... Fu...is... Ra...nar

L’entité boisée cherchait à communiquer avec celle qu’il avait jadis former à atteindre le deuxième seuil de son potentiel. Luttant de toutes ses – maigres – forces, il cherchait à s’avancer vers sa protégée.

Quant à lui, le Champion de l’Éveillée ouvrait les yeux sur un trône fait de cristal. Le vortex infini qui l’entourer venait tout juste d’entrer dans une stase absolue. Face à lui se dressait une ombre aux courbes féminines, il était impossible pour l’humain de pouvoir discerner son visage – si ce n’était deux pupilles opalines.

— Ragnar. Ta compagne est sur le point de mourir, dans votre monde.

La succube descendit peu à peu les marches qui la séparait de son nouveau jouet. Le voile qui l’entourait disparu, une femme à la beauté sans égale se dressait face à lui. L’arrogant pouvait le ressentir, son âme se corrompait peu à peu. Elle était irrémédiablement attirée par la créature face à lui, comme si elle était à l’origine de toute chose.  

— Paye le tribut et elle vivra, tout comme toi. Ou sinon, rejète ma proposition et elle deviendra l’une de mes jouets que tu devras éliminer.  

Plus Nephilim avançait vers lui et plus ses forces l’abandonnaient. Face à elle, il n’était plus qu’en mesure de parler. À moins d’un miracle, il était bloqué sur ce choix. La vie de sa compagne reposait sur ses épaules. La Reine des Âmes jubilait.
Rang : A
Grade : Soulmate
Avatar : Gilgamesh, Fate
Messages : 110
Expérience : 569
Reiryoku : 67500
Date d'inscription : 31/03/2019
Voir le profil de l'utilisateur
Ragnar S. Lodbrok
Ven 21 Juin - 15:07




Ragnar & Calliope

« Que faire de tous ces derniers. »

Cette frappe qui était tienne avait une réputation à la hauteur de force destructrice. Un coup capable d’annihiler chaque menace se dressant face à toi, un coup capable de résoudre bien des situations périlleuses, un coup en lequel tu avais une confiance infinie. Néanmoins, cette fois, il n’en fut rien. Cette capacité de légende s’initia comme à l’accoutumée pour malheureusement finir par ne produire aucun effet. Pour ne nullement faire avancer la situation, pire, cet échec t’avait amené à comprendre que l’opposition face à toi était probablement d’un tout autre niveau. Une entité capable d’absorber, comme si de rien n’était, une frappe aussi ravageuse, cela ne laissait rien présager de bon. Pourtant, ton esprit était encore tout embrumé par cette scène qui se jouait. Des questions, il y en avait des dizaines qui habitaient tes pensées et aucune ne trouvaient de véritables réponses.

Alors tu t’étais contenté de fuir, quelque chose que tu méprisais et haïssais par-dessus tout, mais qui parfois s’avérait nécessaire voire primordial. Dans l’absolu, c’était l’état de Calliope qui te préoccupait le plus. Rebrousser chemin pour la retrouver, pour la protéger, pour s’assurer qu’elle allait bien, c’était ton seul et unique objectif, parce que malgré l’intensité que tu mettais dans chaque mission, rien n’importait plus que celle qui avait pris cette place indéboulonnable dans ta vie.

Ta belle dans tes bras, ta retraite forcée fut complètement retenue par l’apparition, une fois encore, d’une entité parfaitement similaire au Gatekeeper. Une entité qui, en plus de lui ressembler, possédait la même signature énergétique. Une entité qui, depuis toujours, vous avait protégé, et qui aujourd’hui se dressait sur ton chemin dans un but tout autre. Pourquoi ? Fuir ? C’était là le projet, y avait-il une autre solution ? Combattre, peut-être. Tenter le tout pour le tout, faire face à la menace et l’anéantir, comme tu l’avais toujours fait. Malheureusement, Calliope n’était pas en état et tu n’avais aucune idée de la nature des maux qui la rongeait, il était inconcevable de prendre davantage de risques, pas lorsque cela impliquait son intégrité physique.

La réflexion s’estompa en un instant, disparaissant aussi vite que cette douleur au niveau de ta poitrine était apparue. Tu avais senti ton corps tomber, chuter lourdement vers le sol, mais à l’instant même de l’impact, tes paupières s’étaient rouvertes sur un paysage complètement différent. Ton visage pivota légèrement, mais chaque mouvement était une purge, une consommation d’énergie qui semblait être si conséquente qu’elle pouvait t’amener à rechuter à tout moment. Où étais-tu et comment étais-tu arrivé là ?

L’ombre descendit vers toi, vers ce toi impuissant et inerte. Le souffle court, les muscles crispés, la seule chose habitant ton corps qui possédait encore une once d’énergie, c’était bien ton cœur qui battait la chamade. Cependant, l’organe clé de voûte de tout ton métabolisme rata un battement à la suite des paroles de la silhouette. Calliope, mourir ?

« … Comment ? »

Comment la sauver, comment mettre fin à tout ça, comment l’avait-elle amené ici, comment avait-elle pu toucher à ta moitié. Un flux de questions infini.

L’art des négociations. L’art de la tromperie. Tu ne savais pas réellement à quoi tu faisais face, ni même ce que cette entité avait contre vous pour ainsi vous prendre pour cible. Mais le résultat était là. Vos existences ne paraissaient même pas reposer sur le même plan d’existence et concernant vos puissances, il en était de même. La rébellion était complètement inconcevable, encore moins depuis ton corps était devenu complètement amorphe sitôt la succube s’était approchée… Pour la forme, tu aurais pu lui demander de te le promettre, pour la forme, tu aurais pu le demander quel sacrifice t’attendait. Mais au fond de toi, tes sens mêmes paraissaient s’être affutés pour répondre à ces questions. D’instinct tu en connaissais les issues. Cette femme ne semblait pas mentir, et puis, qui gagnerait-elle à le faire ? Après tout, vos vies n’étaient qu’un fil qu’elle était en mesure de scinder à souhait. Elle te manipulait, à n’en pas douter, mais existait-il une voie par laquelle tu pouvais te permettre de t’échapper ? Pas sans que cela n’implique d’abandonner Calliope ce qui, évidemment, était hors de question.

Parler des heures n’y changerait rien, tu le sentais. Tout n’était qu’abandon et résignation.

« Prends tout ce que tu as à prendre. »

C’était la seule solution.

Spoiler:
 

   


Codée par EEli-Ls

Rang : A
Grade : Soulmate
Avatar : Rin Tohsaka
Messages : 143
Expérience : 659
Reiryoku : 56000
Date d'inscription : 31/03/2019
Voir le profil de l'utilisateur
Calliope Corleone
Ven 21 Juin - 16:03
Il était là. Elle le voyait, qui revenait vers elle, cette présence rassurante qu’elle avait silencieusement imploré. Elle se sentit plus calme, dans ses bras, son corps contre le sien. Un faible sourire vint étirer ses lèvres, traversant les larmes qui avaient inonder son visage pâle. Elle avait sentit ses pieds quittés le sol, son frêle corps soulevé par celui qui cherchait sans doute à fuir cette place. Ils étaient donc encore et toujours dans les souterrains de cette ville de malheur. Depuis combien de temps ? L’avait-il réellement attendu tout ce temps ? Que s’était-il passé, depuis que son esprit avait été attiré elle ne savait trop où, se retrouvant témoin d’une souffrance qui faisait encore écho dans son corps et dans sa tête ?

Elle n’avait plus envie de se poser de question. Plus envie de réfléchir à rien. Elle avait fermé les yeux, tentant de se soustraire aux horreurs qui défilaient encore sous ses paupières, espérant seulement qu’elle n’aurait pas à y retourner, qu’elle pourrait quitter ces lieux pour ne plus jamais avoir à y repenser.

C’était jusqu’à ce qu’elle soit forcée de reposer un pied au sol, regardant, impuissante, le corps de l’homme qu’elle aimait s’effondrer sur le sol. Ses prunelles se dirigèrent alors sur la forme qui s’était dressée sur leur chemin. Cela aurait dû avoir quelque chose de rassurant et, pourtant, elle n’y arrivait pas. Son corps s’emballa alors qu’elle reculait d’un pas puis de deux. Cette énergie aurait dû la rassurer, aurait dû lui signifier qu’il était là, qu’ils seraient protégés. Et, pourtant, elle revoyait cette racine qui avait menacé de la consumer, celle qui s’était saisie de son âme, celle qui l’avait forcé à faire face à ce douloureux spectacle.

Mais, plus que la peur, il y eu la douleur. Par réflexe, sa main se posa à sa poitrine, cette brûlure qui l’étouffait presque. Elle avait donc baissé les yeux pour finalement que son regard ne s’arrête sur cette silhouette qu’elle connaissait que trop bien, ce corps désormais inerte sur le sol.

Était-ce ce qui lui avait permis de sortir de cette torpeur dans laquelle elle avait été plongée ? Peut-être bien. Cette détresse qui avait été la sienne faisait écho à celle qui s’éveillait désormais en elle, tandis que ce n’était nul autre que Ragnar qui se retrouvait contre ce sol froid. Et il y avait cette voix hachurée qui semblait vouloir la mettre en garde, ces quelques syllabes qui peinaient à faire du sens dans son esprit. Peut-être parce qu’elle ne l’écoutait pas. Peut-être parce que plus rien de ce qu’il se passait autour d’elle n’avait réellement d’importance, dans l’immédiat.

Elle s’était laissée tombée à genou aux côtés de celui qu’elle aimait, se sentant presque vaciller tandis que son monde lui semblait désormais être menacé. Activant son Growth, n’en ayant que faire de l’énergie dégagée, du signal que cela pouvait envoyé, ses mains s’étaient posées contre la peau de l’homme, comme si cela pouvait changer quelque chose. Elle ne voyait pas de blessure visible. Il s’était tout simplement… Effondré. Or, elle ne pouvait rester là sans rien faire. Alors elle s’essayait, elle soignait ce qu’elle ne voyait pas, s’il y avait quelque chose à soigner, tout ça pour entendre son coeur ou peut-être alors un souffle. Quelque chose pour lui signifier qu’il était encore là. Qu’il était encore avec elle. Qu’il n’était pas parti.

- Pourquoi ?

C’est un regard larmoyant qu’elle venait de lever devant elle, s’adressant à celui qui s’était faiblement adressé à elle. Pourquoi s’en était-il pris à elle ? À lui ? Parce qu’à ses yeux, à ses yeux de simple humaine qui ignorait encore beaucoup de ce qui l’entourait, il n’y avait que lui qui s’était trouvé là, avec eux. Lui qui s’était dressé sur leur chemin. Qui les avait empêché de fuir…

Fuir.
Était-ce bien ce qu’il lui avait dit ?

Dans une tentative animée par le désespoir que cette situation faisait naître en elle, elle avait attrapé le corps de celui qu’elle ne cessait de chercher à soigner, usant de son énergie pour entendre peu importe quoi de sa part. Fuir. Ils devaient partir. Elle ignorait par où allait-elle fuir ou encore comment, les racines semblant avoir pris possession de l’endroit.

- Comment partir d'ici ?

Elle sentait encore cette pression sur sa poitrine, cette douleur inconfortable qu’elle ne parvenait pas à chasser. Mais il ne s’agissait-là que de l’ordre du détail, elle avait plus important à faire pour le moment. Sa tête était douloureuse, tout comme sa poitrine et tout son corps lui semblait encore presque engourdi, son esprit harcelé de ce qui allait la hanter encore un moment. Or, rien de tout cela n’aurait encore d’importance si elle ne parvenait pas à l’amener en sûreté. Si quelque chose devait lui arriver.

S’il ne se réveillait pas.
Alignement : ???
Rang : ???
Grade : Golosinas
Avatar : O.C
Messages : 3
Expérience : 15
Reiryoku : 0
Date d'inscription : 05/06/2019
Voir le profil de l'utilisateur
Nephilim
Jeu 27 Juin - 19:41
Le gatekeeper s’approche une nouvelle fois de son ouaille. Une main herbue se pause sur l’une de ses épaules. La douleur qui accablait, il y a peu, la jeune Corleone vient de se volatiliser. Plus aucuns cris d’âmes torturées ne la hantent, la marque a disparu, la brulure se résorbe sur elle-même. La voila délivrée de l’emprise de l’être cosmique.

— M...di... R...gn... Fui... Vi...

Le boisé n’arrive toujours pas à s’exprimer normalement, comme si quelqu’un ou quelque chose l’en empêcher.
Le cycle se répète.
Un sourire se dessine sur le visage de la Reine. Son petit jeu de dupes avait atteint sa proie.

— Si faible, je n’en attendais pas moins d’un serviteur de Gilgamesh.

Nephilim appose un doigt sur la cage thoracique qui se comprime sur elle-même. Les os du Champion se brisent, ses cottes ressortent les unes après les autres – empalant par la même occasion ses organes. Les iris insolentes du Lodbrok pleurent des litres de sangs, comme l’ensemble de ses orifices. La poitrine s’ouvre et laisse son précieux trésor à découvert. Le tambour battant est saisi puis retirer sans scrupule. Le corps de Ragnar tombe au sol, inanimé. Corrompu par la Succube, l’organe vitale se transforme en masse éthérée. L’âme translucide virevolte pour finir sa route dans le vortex contenant des millions d’âmes. La marionnettiste a trouvé un nouveau jouet.

Ragnar renaît, sans aucune séquelles apparentes. Les stigmates de cette destination onirique sont restés dans cette dimension perdue entre le temps et l’espace. Toutefois, la douleur ne peut être ignorée si facilement. Le Gatekeeper semble également reprendre contrôle de son corps. Un halo jaunâtre vient faire imploser le cerceuil feuillu qui l’accablait. Les racines encerclant la ville reviennent toutes directement vers lui.

La situation est étrange.
Rang : A
Grade : Soulmate
Avatar : Gilgamesh, Fate
Messages : 110
Expérience : 569
Reiryoku : 67500
Date d'inscription : 31/03/2019
Voir le profil de l'utilisateur
Ragnar S. Lodbrok
Dim 4 Aoû - 19:21




Ragnar & Calliope

« Que faire de tous ces derniers. »

Obéissance, loyauté, fidélité, asservissement… Qui avais-tu choisi de servir jusqu’ici ? Europe Helheim ? Brotherhood ? L’Humanité toute entière ? Au sein de cette dimension inconnue, tout paraissait être biaisé. Tes sens, ta réalité, tes choix… Tout cela t’appartenait et pourtant, tu étais dans cette position, celle d’un homme qui ne pouvait décider de la suite. Tu avais jusqu’ici emprunté cette voie nacrée, ce sentier tracé qui représentait ta vie. Chaque dilemme t’avait amené face à un carrefour de possibilités et toujours, tu avais assumé tes choix. Pourtant, aujourd’hui, à cet instant précis, tu t’érigeais une nouvelle fois au milieu de cette route qu’était ton existence.

Une impasse, c’était ce face à quoi tu étais. Impossible de la contourner, impossible de trouver un accès alternatif, impossible de surmonter ce mur qui se dressait, tu étais coincé. Coincé jusqu’à ce que tout ne se volatilise. Car elle était là, la reine de toute chose, ou, à minima, ta reine à toi. Calliope ? Nephilim ? Tu n’en savais plus trop rien. Tout était devenu trop flou. La Corleone avait toujours été la régente de ton cœur, mais pour la sauver, tu avais dû t’abandonner à une autre.

Ton regard s’était vidé durant un bref instant, loin de toi toutes ces pensées évasives. Tu étais de retour face à cette femme, cette démone, cette déesse.

« Je ne sers pas Gilga-… »

Impossible de poursuivre, ton souffle s’était fait trop court. Tes yeux avaient à peine eu le temps de filer au sein de tes globes oculaires et ce, pour te révéler se doigt apposé contre ton torse. En une fraction de seconde, tu pus te sentir partir. Disparaître. C’était donc ça, la mort, la vraie. C’était pourtant quelque chose que tu avais maintes fois croisé, Calliope se faisant toujours un plaisir de te ramener parmi les tiens… Mais tout était différent cette fois. Tu étais impuissant comme jamais tu ne l’avais été. Et ton corps qui se brisait, ce n’était pas ça la plus atroce des douleurs, non. Tu étais faible et tu le comprenais et cela faisait bien plus mal.

Ton cœur arraché, tu tombas sur le sol ou dans l’oubli, à la convenance de chacun. Tu n’étais plus rien et en même temps, tu étais sien à tout jamais. C’était peut-être là l’explication de cette sensation de vide. Plus rien ne t’appartenait.

Et pourtant, tu es de nouveau vivant. A moitié, en tout cas. La douleur était toujours présente, bien présente même, te forçant à t’abaisser pour mener une main au sol et y trouver un appui solide. De ces yeux qui pleuraient précédemment tu sang, tu allas admirer ta belle : tout semblait être en ordre la concernant. Un soupire de soulagement passa tes lèvres, tandis qu’un regard plus appuyé se reporta sur le Gatekeeper. Tu n’étais pas encore en mesure de réellement te mouvoir, mais qu’en était-il de lui ?

« Callie ! » Un avertissement vis-à-vis du corrompu. Ou peut-être était-ce une façon de la prévenir que tu étais peut-être toi-même devenu un danger ? Tu n’en savais rien, après tout. Comme si ton corps ne répondait plus à ton esprit, tu te relevas difficilement, titubant jusqu’au boisé pour déposer la paume de ta main contre sa poitrine. Un geste dénué de sens pour quiconque. Peut-être tentais-tu de l’éloigner de ta chère et tendre ? Peut-être cherchais inconsciemment une aide auprès de lui ? Peut-être souhaitais-tu des réponses, tout simplement ? Tu étais perdu. Vivant, mais bel et bien perdu.

   


Codée par EEli-Ls

Rang : A
Grade : Soulmate
Avatar : Rin Tohsaka
Messages : 143
Expérience : 659
Reiryoku : 56000
Date d'inscription : 31/03/2019
Voir le profil de l'utilisateur
Calliope Corleone
Mar 6 Aoû - 23:29
Presque craintive, elle avait fait un mouvement de recul tandis que le corps de celui qui était sans doute le Gatekeeper mais qui dégageait cette même énergie qui l’avait menacé. Elle ne savait pas ce qu’elle devait croire ou même penser, un chaos évident habitant son esprit tandis que ses pensées étaient tournées sur ce corps immobile de l’homme qu’elle aimait. Sa respiration devint rapidement plus calme, plus naturelle, la sensation de brûlure disparaissant avec celle d’étouffement. Le silence revint aussi, tant autour d’elle que dans son esprit, ne laissant finalement qu’un puissant sentiment de vide et de désespoir tandis que Ragnar était toujours allongé sur le sol, les yeux fermés.

Il lui disait de fuir et elle ne savait pas trop ce qu’elle devait faire. Soulevant le corps du blond, était-ce ce qu’elle devait faire ? L’amener loin d’ici ? Aucune solution ne lui semblait être une bonne solution alors elle se contenta d’écouter celui qu’elle respectait autant qu’il la terrifiait, incapable d’expliquer ce qu’il s’était passé quelques instants plus tôt. Et alors qu’elle faisait un pas vers l’avant, un mouvement attira son attention, l’amenant vers le sol avec lui, son regard cherchant immédiatement celui rougeoyant de l’homme.

Sans qu’elle ne puisse le contrôler, des larmes vinrent embuer son regard, roulant sur ses joues pâles. Il semblait en vie. Et si elle n’était pas trop certaine de ce qu’il s’était passé, si son esprit était tout aussi harcelé que le sien avait pu l’être, physiquement, tout semblait être en ordre. Elle sursauta toutefois à la prononciation de son nom, à l’urgence s’entendant aisément. Le laissant s’avancer vers la figure aux membres feuillus, elle se redressa pour attraper délicatement le bras de son Soulmate, le tirant légèrement vers l’avant, essuyant son visage de son autre main pour chasser les larmes avaient tracé leur chemin sur sa peau.

- Tout va bien…

Qui tentait-elle de convaincre ? Lui ou elle. Surement un peu des deux.

- On doit y aller.

La fuite était-elle toujours aussi pressante maintenant qu’il était revenu ou… Était-ce trop tard ? Son regard inquiet cherchait quelque chose dans celui de son amant, une indication d’une quelconque changement. Après tout… Elle avait eu l’impression d’y passer des heures, des jours mêmes, face à ces hurlements déchirés. Qu’avait-il vu, les quelques instants où il s’était retrouvé allongé sur le sol ? Que s’était-il passé ? Le mal était-il déjà fait ?

- On va faire part à Europe de ce qu’on a vu…

Qu’avaient-ils vu exactement ? Serait-elle en mesure d’expliquer ce dont elle avait été témoin ? Est-ce qu’Europe allait la croire ? Ou peut-être alors allait-elle douter de sa santé mentale ?

- On pourrait peut-être ramener quelques feuilles ?

Était-ce une bonne idée ? Avait-elle réellement envie de reposer une main sur quoi que ce soit issu de l’arbre ? Ses prunelles se tournèrent alors vers celui qu’elle assumait être le Gatekeeper, une question silencieuse lui était adressée. Pouvaient-ils repartir avec quelques feuilles ? Après tout, la présence de l’Arbre-Monde ici était presque surprenant. Si réellement il s’agissait de l’Arbre-Monde.
Messages : 125
Expérience : 370
Reiryoku : 0
Date d'inscription : 03/12/2018
Voir le profil de l'utilisateur
Narrateur
Jeu 15 Aoû - 8:33
Libérée de ses fers, l'entité éternelle redevient maîtresse de ses fonctions primaires. Toutefois, son œil perçoit l'invisible ; Ragnar n'est plus celui qu'il était auparavant. Lui aussi partage le sort d'esclave de la Reine des Âmes. Ne pouvant laisser une telle aberration vivre, c'est un déluge surpuissant de racines qui s'attaquent à Ragnar de toutes parts. Étrangement, la Corleone n'est aucunement visée par l'assaut. Le Gatekeeper fait une fixette sur celui qui a vendu son âme au diable.
Le Gatekeeper accable Ragnar d'une technique Puissance de rang S

L'offensive du Gatekeeper est si puissante qu'elle impacte directement les structures de Bakel-City. De base rongée par sa présence, la ville s'écroule sur elle-même, scellant ainsi le destin de millier d'âmes. Cette fois-ci, c'est sur votre binôme que retombent les pots cassés du Lodbrok.
L'effondrement de la ville est considéré comme une technique Maitrise de rang A

La présence spirituelle du Gardien a disparu, la voix de la Succube aussi. Les deux humains sont laissés seuls dans les souterrains délabrés. La fuite est la seule porte de sortie, qu'en sera-t-il des gardes qui stationnaient à quelques centaines de mètres d'eux ?
Aucune traces du Gatekepeer ou de sa maitresse ne subsiste dans les environs

Dans sa main, Calliope peut ressentir trois pétales, provenant directement de l'arbre. Son vœu fut exaucé. Il faut désormais quitter au plus vite les lieux, une destruction d'une ville de cette ampleur ne laissera pas les Nations du Monde sans réponse...
Rang : A
Grade : Soulmate
Avatar : Rin Tohsaka
Messages : 143
Expérience : 659
Reiryoku : 56000
Date d'inscription : 31/03/2019
Voir le profil de l'utilisateur
Calliope Corleone
Ven 16 Aoû - 20:36
Elle ne comprend pas pourquoi est-ce que celui l’ayant protégé s’en prend ainsi à l’homme qui l’accompagnait et elle ne chercha pas non plus à savoir ce qu’il se passait. Ce fut son instinct qui se fit plus fort que sa raison, sa main se saisissant du bras de son amant pour le protéger comme elle savait si bien le faire, tout son corps se solidifiant pour ainsi pouvoir survivre à cet assaut d’envergure. Ce même assaut qui fit trembler le sol, les murs et le plafond autour d’eux, toute la ville désormais menacée de cette puissance dont il avait fait preuve. Sans perdre de temps, la plus rapide du binôme attira l’homme vers elle avant d’entamer une fuite, quittant sa position pour les amener en bordure de la ville, et ce, en quelques secondes à peine.

Pour celle en mesure d’affronter des Hollows faisant près de dix fois sa taille, capable d’arrêter leurs assauts à la seule force de ses bras (avec l’aide de son énergie spirituelle), ce n’était pas portée le Lodbrok sur une certaine distance, le forçant ainsi dans sa fuite, ne souhaitant pas l’abandonner derrière, qui allait réellement lui poser soucis. Et puis, elle ne lui avait pas demandé son avis, elle avait simplement voulu éviter que le plafond leur tombe sur la tête, empruntant le tunnel qui les avait mené jusqu’à où ils se trouvaient pour regagner leur précédente position. Celle à la sortie des égouts, un peu plus loin, lorsqu’ils étaient entrés dans la ville, il y avait de cela pas si longtemps. Tout s’était déroulé vite, sans doute trop vite. Et la seule chose qui lui restait de cette altercation, c’était ces trois pétales qu’elle tenait fermement dans sa main.

Ça et cette ville détruite, s’écroulant sous leurs yeux.

- Ça va ?

Elle observa rapidement Ragnar, lui demandant brièvement s’il avait besoin de quoi que ce soit de sa part. Était-il blessé ? Devait-elle le soigner ? Ils n’avaient pas réellement eu l’occasion d’échanger quelques mots, entre le moment où il s’était réveillé et celui où le Gatekeeper, si réellement il s’agissait de lui, avant attenté à sa vie.

- On doit y aller.

C’était impératif, parce que, autrement, elle n’avait pas envie de s’imaginer tous ceux qui allaient leur tomber dessus. Pour le moment, nul ne savait qui s’étaient trouvés dans ces sous-sols. Nul n’avait vu leur visage. Puis, ils auraient sans doute l’occasion de s’expliquer avec Europe, pour ce que ça valait. Dans tous les cas, la belle était prête à partir, à bondir loin d’ici et à retrouver Ark. Cela lui faisait mal que de voir cette ville détruite, en partie par leur faute… Mais en même temps, comment auraient-ils pu savoir ce qui les attendait là-bas ? Comment aurait-elle pu prévoir cette horrible torture qu’on lui avait imposé ? Ces lamentations et cris de douleurs qui allaient la hanter pour encore un bon moment, elle le savait.

D’un geste doux, elle déposa sa main sur la joue de l’homme qu’elle aimait, comme pour se rassurer qu’il était bel et bien là, à côté d’elle, en vie. Parce que, même si elle ne disait rien, son regard reflétait cette peur qui l’avait habité. La peur de le perdre. Et si le plus important était de partir, elle n’avait pas pu s’empêcher de se rassurer, quelques instants, la temps d’une petite seconde.
Contenu sponsorisé
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum

 :: Monde Humain :: Old World
Que faire de tous ces deniers ? [Quête B ft. Ragnar S. Lodbrok]

Sauter vers: