[Flashback] Qu'est ce qu'un choix?
 :: Monde Humain :: Ark :: The Labyrinth

Rang : B
Grade : Soulmate
Avatar : Osaka Behime (fate series)
Messages : 20
Expérience : 73
Reiryoku : 24000
Date d'inscription : 04/04/2019
Voir le profil de l'utilisateur
Sayano Shinosuke
Dim 7 Avr - 18:42
28 jours. Cela faisait exactement 28 jours que j’avais enfin pu sortir des centres médicaux, après qu’ils m'aient demandés une énième fois si j’étais certaine de ma décision quant à ma jambe. Bien sûr que cela devait être difficile à comprendre, mais j’avais eu bien le temps d’y réfléchir, et ne regrettais nullement ce choix. Ah, cela m’avait valu une petite pause le temps de récupérer… un mois d’arrêt, qui touchait bientôt à sa fin.

Il faut bien admettre que ce repos avait été très appréciable ! Je devais prendre le temps de m’habituer à beaucoup de choses maintenant, l’absence de ma Doll, la perte de ma mobilité, … et certainement la sacré coup que ma réputation dû prendre. Mais ce dernier point n’était pas très grave, à vrai dire il n’a jamais été rare que l’on me regarde étrangement ou que des rumeurs circulent à mon égard et je ne m’en souciais déjà pas auparavant.

Donc, ces derniers jours m’avaient aidée à prendre du recul sur tout cela. Réfléchir à ce qu’il allait advenir par la suite ! Je parvenais certes à marcher de nouveau, mais courir n’était pas pensable, encore moins faire des sauts ou des acrobaties. Ah, l’action n’avait jamais été mon meilleur point fort de toute façon.


Je profitais donc de la fin de cette période de repos pour me rendre régulièrement à l’Eden, buller en observant la majesté d’Yggdrasil sortir de terre pour venir frotter les cieux. C’était donc l’une de ses journées, où j’avais passé l’après-midi dans le calme du parc, avant de me diriger vers mes quartiers lorsque le soleil toucha l’horizon, pour y passer la soirée, . Les souterrains du Labyrinthe me paraissaient toujours plus grands qu’avant… enfin, tout paraît plus long quand on se déplace plus lentement, c’est plutôt logique.
Il devait donc déjà faire nuit à la surface lorsque j’atteignis l’étage de mes appartements… et non loin de ceux-ci, se trouvaient déjà une collègue que je ne m’attendais pas vraiment à voir.

Un peu surprise, mais contente de croiser quelqu’un, je fis un grand sourire en abordant la conversation:

“Oh, bonsoir chère collègue ! Qu’est ce qui vous amène par ici?”
Rang : A
Grade : Soulmate
Avatar : Rin Tohsaka
Messages : 135
Expérience : 609
Reiryoku : 56000
Date d'inscription : 31/03/2019
Voir le profil de l'utilisateur
Calliope Corleone
Dim 7 Avr - 20:05
On l’avait prévenu que les médecins du Brotherhood pourraient avoir besoin de son aide pour un cas particulier. Une Soulmate avait été gravement blessée lors d’une expérience qui s’était mal terminée et dont les séquelles étaient irréversibles selon la médecine actuelle. Or, ses compétences étaient connues et reconnues, sujettes à de nombreuses questions mais aussi parfois un peu d’admiration tandis qu’un corps ne restait jamais blessé entre ses mains, les conséquences d’un combat éprouvant étaient rapidement balayés d’un contact de ses fines mains gantées. De ce fait, son aide était requise pour ce cas particulier, pour qu’elle puisse régénérer ce que la médecine ne pouvait pas soigner, rétablir les connexions rompues au sein même d’un corps.

Puis, elle avait reçu un message surprenant, comme quoi ils n’avaient plus besoin de son aide, pour la simple et bonne raison que la patiente refusait le traitement. C’était quelque chose qui avait agacé la Corleone, sans même qu’elle ne s’explique pourquoi. Ou, enfin, elle savait, pourquoi. Il s’agissait d’une Soulmate, elle faisait donc partie de l’élite de Brotherhood. De ce fait, elle ne pouvait ainsi pas se permettre de ne pas être au top de sa forme, de ne pas être un top de ses capacités. Autrement, elle était sujette à l’erreur, à l’échec, un mot qui n’existait pas dans le vocabulaire de la brune.

Tard le soir, alors qu’elle rentrait d’une longue journée d’entraînement, elle avait laissé Ragnar prendre les devant, déposant un léger baiser sur sa joue en lui signifiant qu’elle ne rentrerait pas trop tard et elle avait poursuivi sa route jusqu’à l’adresse où elle savait vivre Sayano, celle qu’elle aurait dû traiter. Quelques coups à sa porte lui signifia qu’elle n’était pas là, ce qui l’amena à pousser un soupir agacé, se demandant vaguement si elle devait l’attendre (il se faisait tard après tout) ou rentrer et réessayer une autre journée. S’apprêtant à repartir, la silhouette de la demoiselle apparut dans son champ de vision, cette dernière s’avançant… À l’aide d’une canne.

- Bonsoir. C’est vous que je cherchais, à vrai dire.

Elle se montrait polie, courtoise, et, pourtant, il y avait cette froideur dans son regard et cette absence d’expression sur ses traits qui pouvaient potentiellement mettre mal à l’aise son interlocutrice. Elle n’avait pas pour habitude d’être douce, ne prenait pas la peine de bien dire les choses pour éviter de brusquer. Une perte de temps dont elle n’avait pas besoin de s’embarrasser à son avis.

- Pourquoi avoir refusé les soins si c’est pour ne même plus être en mesure de marcher sans aide ?

Croisant les bras sous sa poitrine, elle dévisageait de son regard clair la demoiselle qui lui faisait face. Il y avait des reproches, dans ce qu’elle disait, une critique non dissimulée dans les mots qu’elle avait choisi. De l’incompréhension aussi, venant de celle qui ne comprenait pas l’idée de garder des séquelles, pas alors qu’elle n’en était pas obligée. Pas alors qu’elle avait la possibilité d’en revenir à ses capacités d’avant l’accident.
Rang : B
Grade : Soulmate
Avatar : Osaka Behime (fate series)
Messages : 20
Expérience : 73
Reiryoku : 24000
Date d'inscription : 04/04/2019
Voir le profil de l'utilisateur
Sayano Shinosuke
Lun 8 Avr - 7:20
La demoiselle me jugeait d’un regard froid, impitoyable, et plein de torts. Lui avais-je fait quelque chose de mal? Ses yeux se portèrent sur ma canne, et à ses premiers mots je craignais déjà de savoir de quoi il s’agissait. Cela ne tarda pas, quand ma collègue attaqua directement avec ce qu’elle avait sur le coeur. Des mots tranchants et sans détours, en plein dans le mille, cohérents avec la réputation de celle qui avait été chargée de me soigner.

J’hochais calmement la tête suite à ses paroles, cherchant à lui transmettre que j’avais bien compris ses reproches, mais ne me laisserai pas abattre par son attitude, avant d’afficher un sourire désolé et de répondre:

“Ah, c’est donc ça…”

Suite à cela je me dirigeais tranquillement vers ma porte, la déverrouillant avant de me retourner vers mon interlocutrice:

“Venez donc à l’intérieur. Nous y serons plus tranquilles.”

Je l’invitai donc dans mes quartiers, qui représentaient fidèlement leur locatrice: Remplis d’ordinateurs, d’écrans, d’appareils électroniques faisaient bip et flash… pour ceux en bon état du moins, car les pièces détachées débordaient de mon atelier personnel, quand elles ne jonchaient pas simplement le sol, accompagnant les quelques magazines et mangas que je n’avais pas encore rangés, et que je rangerai peut-être un jour. Les murs étaient recouverts de poster représentant nombre d’oeuvres “pop” japonaises, allant de l’animation au jeu vidéo, en passant par quelques films dont j’étais friante. Le tout drappé dans une lumière artificielle automatisée, changeant automatiquement selon l’heure de la journée. Actuellement, elle était tamisée, comme un léger coucher de soleil, reposant.

Je lui montrai donc une table de salon portant encore un paquet de chips et un verre contenant un fond de lait:

“Asseyez-vous, n’hésitez pas. Oh, et désolée pour l’état de l’endroit… je ne m’attendais pas vraiment à de la visite !”


Après avoir servi deux grands verres de soda, que je posais sur la table, je répondis enfin à sa question:

“Eh bien, je conçois que cette décision devait être surprenante pour vous… et pour quelques personnes sans doute, mais il en est ainsi. J’ai fait une terrible erreur de calcul qui aurait pu me coûter bien plus qu’une jambe et ma Doll. Dîtes-moi, ne vous est-il jamais arrivé de réitérer une erreur parce que vous aviez oublié les conséquences de celle-ci?”
Rang : A
Grade : Soulmate
Avatar : Rin Tohsaka
Messages : 135
Expérience : 609
Reiryoku : 56000
Date d'inscription : 31/03/2019
Voir le profil de l'utilisateur
Calliope Corleone
Mar 9 Avr - 4:16
La Corleone était fidèle à sa réputation. Si elle pouvait se montrer aimable avec quelques personnes, au final, ce n’était pas la première chose qui se racontait sur elle. Droite et fière, la demoiselle, sans prendre de haut autrui, pouvait se montrer froide et insensible vis-à-vis des autres. Ce n’était pas tant parce qu’elle avait l’intention de se montrer blessante, mais bel et bien parce qu’elle n’avait pas pour habitude (et était bien incapable) de se mettre à la place des autres. Elle ne prenait pas la peine d’envelopper la vérité pour qu’elle soit plus facile à recevoir, se contentant de dire les choses comme elles l’étaient. Et puis, l’intransigeante demoiselle avait fait trembler plus d’un Soulmate lorsqu’elle avait posé sur ce dernier son regard empli de reproche, sans doute même accompagné d’un peu de déception, suivant l’échec d’une mission. Non pas y était-elle immunisée, cependant, que ce soit d’elle-même ou des autres, elle s’attendait toujours au même résultat : la réussite.

Hochant la tête, elle entra dans le logement, se faisant violence pour ne passer aucun commentaire. Le désordre environnant aurait eu de quoi la rendre folle depuis un bon moment déjà, elle qui ne supportait pas de vivre si tout n’était pas parfaitement en ordre et bien rangé. C’était ce qu’on pouvait s’attendre d’une jeune femme aussi rigide qu’elle, dont sa définition d’amusement ne correspondait pas tout à fait à celle de la majorité des humains. Pour sa part, elle trouvait les entraînements particulièrement divertissants et avait une certaine satisfaction suite aux missions bien faites. Elle n’aimait tout simplement pas perdre son temps avec ce qu’elle considérait des futilités, la seule exception étant le temps qu’elle passait avec Ragnar. Mais ça, elle l’expliquait aisément : il n’était pas une futilité à sa vie.

Prenant finalement place face à la demoiselle, elle attendit calmement, et patiemment, sa réponse, se demandant ce qu’elle pourrait bien lui dire pour expliquer souhaiter garder cette blessure.

- Non.

La réponse était tombée, sans appel de la part de la cadette, qui avait ce même regard dénué de chaleur, ne semblant même pas vouloir compatir avec sa situation actuelle. Calliope n’avait, hélas, pas pour habitude de faire dans les sentiments.

- Vous êtes adulte, Soulmate depuis un moment déjà. Je pense donc que vous êtes assez mature et responsable pour éviter de refaire deux fois la même erreur, et ce, sans vous nuire au quotidien.

Sa réponse était calme, exprimant tout simplement le fond de sa pensée sur le sujet. C’était ce qu’elle pensait de toute cette histoire. Comment elle, elle voyait les choses. Déjà tolérait-elle déjà mal de faire une erreur, alors elle ne se le pardonnerait pas de la faire deux fois en connaissance de cause.

- Sans compter que ce n’est pas que vous que cela impact, autrement, je vous dirais bien de faire comme bien vous semble. Vous êtes une Soulmate, agente de Brotherhood donc, avec des choses à accomplir et des missions à remplir. C’est toute une organisation qui pourrait écoper de votre désir égoïste de quoi exactement ? Vous souvenir que vous avez fait une erreur ?

Elle semblait presque ne pas comprendre ce qui motivait la femme qui lui faisait face.

- N’est-ce pas assez d’y avoir sacrifier votre Doll ?

La Bount savait de ce qu’elle parlait, Medusa étant une manifestation physique de qui elle était, de son pouvoir et de tout ce qu’elle avait été. Elle n’était pas qu’une coéquipière, pas qu’une arme qu’elle pouvait utiliser, elle était avant toute chose une partie d’elle-même. Elle ne savait même pas ce qu’elle ferait, si un jour celle-ci lui était arrachée.
Rang : B
Grade : Soulmate
Avatar : Osaka Behime (fate series)
Messages : 20
Expérience : 73
Reiryoku : 24000
Date d'inscription : 04/04/2019
Voir le profil de l'utilisateur
Sayano Shinosuke
Mar 9 Avr - 13:35
Un refus, froid et implacable. Calliope semblait simplement refuser de comprendre mon point de vue, ou en tout cas c’est ce qu’elle montrait. Je la devinais intransigeante, fermée à toute justification ne découlant pas d’une logique froide et algorithmique. C’en était à se demander laquelle de nous deux était la plus proche des machines !

Mais soit, je pouvais comprendre qu’à ses yeux, mon comportement devait être cryptique. Voire enfantin. Peut-être même qu’elle n’avait pas complètement tort, certes, mais cela ne changeait rien à ma décision.

“Hm-mh, je comprend votre énervement… Mais même si ma jambe était guérie, ça ne ramènerait pas Aktenvogel, quoi qu’il en soit.  Ne serait-ce pas un peu facile de reprendre les activités comme si de rien était? En oubliant qu’elle n’est plus là, et que je ne peux donc plus faire les même choses qu’avant?”

Bien sûr, elle me rappela ma fonction et mon grade, et les responsabilités qui en découlent. Mais l’organisation allait-elle vraiment tant souffrir de ce changement?

“Allons, allons, l’arbre ne va pas tomber parce qu’on entaille une seule de ses racines. Ma nouvelle condition va certainement m’orienter vers des missions plus spécialisées, voilà tout. Je suis avant tout une ingénieure, ne l’oubliez pas.”


Je cherchais avant tout à rassurer cette femme qui semblait beaucoup m’en vouloir. Pas me justifier ou m’excuser, non, car ce choix me regardait seule. Mais je n’avais pas coeur à être en conflit avec une collègue pour une telle chose, d’autant que la cohésion dans cette organisation était très importante. Le nombre et la force des dangers au delà était déjà bien trop élevés pour que l’on se tire dans les pattes…

“Voyez-y de l’égoïsme, je ne le prendrais pas mal. Mais j’ai à coeur le bien-être de l’humanité, et c’est ma manière d’apporter ma pierre à l’édifice. Nombre de scientifiques ont perdu quelque chose en tentant d’atteindre l’impossible, et ces cicatrices nous rappellent que les humains doivent être traités avec attention, un garde-fou permanent pour nos propres limites, que les lois naturelles avec lesquelles nous jouons ne s’embêtent pas à respecter.”

Sirotant tranquillement ma boisson, je repris, essayant de calmer un peu la tension qui s’était installée:

“Vous devriez vous détendre un petit peu, si l’on m’autorise à reprendre, c’est que j’en suis encore capable, non?”
Rang : A
Grade : Soulmate
Avatar : Rin Tohsaka
Messages : 135
Expérience : 609
Reiryoku : 56000
Date d'inscription : 31/03/2019
Voir le profil de l'utilisateur
Calliope Corleone
Mar 9 Avr - 21:46
Si elle était énervée ? Pas tout à fait. Calliope n’avait pas pour habitude de laisser ses émotions prendre le contrôle d’elle. De ce fait, elle n’était pas énervée. Agacée, sans doute. Mais surtout confuse face à sa la réponse qu’elle lui avait donné, ne comprenant pas ce qui avait pu mener à un tel résultat. C’était sans doute ça qui l’agaçait le plus, plus que la réponse en elle-même. Pourquoi refusait-elle d’être soignée alors qu’il y avait mille et une raisons qui soutenaient l’idée que retrouver l’usage normal de sa jambe était la meilleure chose à faire ?

Calliope préférait les choix rationnels qui pouvaient se montrer utiles. Pas question de sentiments lorsqu’il s’agissait de sa carrière. De ce fait, si c’était le côté plus émotionnel de la Soulmate qui s’exprimait, celui qui souhaitait garder cette blessure pour se rappeler ses fautes, la Corleone ne pouvait que balayer cela d’un vague geste de la main, l’air de dire qu’il n’était pas nécessaire de s’embarrasser de telles choses. Elle n’avait, hélas, pas hérité de la bonté et de l’oreille attentive de sa mère.

- Non, mais il ne faut pas non plus négliger la racine blessée. C’est comme ça que l’arbre se fait infecter.

Autrement dit, si elle n’était qu’une parmis tant d’autres au sein de Brotherhood, au final, tous se devaient d’être à leur meilleur pour le bon fonctionnement de l’organisation. Elle ne disait pas cela parce qu’elle se souciait personnellement de chacun d’entre eux, mais surtout parce qu’elle voyait la grande image de ce que représentait Brotherhood.

Laissant finalement entendre un faible soupir, elle vint croiser son regard de ses prunelles claires.

- Et vous, vous sentez-vous prêtes à reprendre, après tout ça ?

S’inquiétait-elle pour elle ? À sa façon et peut-être pas pour les meilleures raisons qui soient. Or, si l’organisation lui permettait de reprendre du service, est-ce qu’elle-même se sentait apte à franchir le pas ? À reprendre là où elle s’était arrêtée, faute d’une expérience qui avait mal tourné ? Elle était aussi tentée d’insister davantage, concernant sa jambe, simplement parce qu’elle ne parvenait pas à comprendre son point de vue. Cependant, mieux valait sûrement laisser tomber le sujet pour le moment, voir ce qu’elle avait à répondre à sa question et mieux juger ce qu’elle pourrait dire par la suite.
Rang : B
Grade : Soulmate
Avatar : Osaka Behime (fate series)
Messages : 20
Expérience : 73
Reiryoku : 24000
Date d'inscription : 04/04/2019
Voir le profil de l'utilisateur
Sayano Shinosuke
Mer 10 Avr - 12:14
Me sentais-je prête à reprendre? En voilà une bonne question. Il était vrai que l’on m’avait imposé ce temps de repos, que l’on pourrait qualifier de court en considérant ce que signifiait perdre une Doll pour un bount, et s’habituer à un handicap. Ma vie d’avant, et celle d’après, allaient être deux choses assez différentes. Il allait falloir reprendre le travail, me faire à l’idée que je ne pourrais plus faire les mêmes choses, certainement m’habituer aux questions comme celles que je recevais actuellement… Il ne m’était peut-être pas encore apparu la difficulté de tout cela.

“Eh bien, il le faut. Nous sommes l’élite après tout...” finis-je par dire, en esquivant son regard.

Que pouvais-je dire d’autre? Ce qui était fait était fait. Il me restait encore beaucoup de projets, beaucoup de travaux, certains aussi dangereux que ma dernière expérience si ce n’est plus. Je ne pouvais pas m’arrêter à cause d’un seul échec, mais au moins en aurais-je tiré des leçons.

“Je sais que je ne peux plus me battre. Mais ce n’est pas comme si je manquais de recherches à faire ou de technologie à développer. Mh, je pense avoir bien assez de travail pour oublier rapidement tout cela.”

Pensive, je restais silencieuse un moment, ressassant ce qui m’avait menée jusque là. De mon entrée à Brotherhood à aujourd’hui, à aucun moment la possibilité d’un tel développement ne m’était venue à l’esprit. Mais quelque part, c’est l’ensemble de toutes ces expériences qui nous faisaient grandir, non?
Je lâchais un léger soupir, redressant ma posture:

“Hélas, je ne peux pas nier la honte que cela m’a infligée. Avant, je n’avais d’yeux que pour les résultats, pour l’avenir. Le chemin pour l’atteindre et ses embûches, cette expérience m’a appris qu’on ne les voyait qu’après avoir trébuché dessus. Vous ne croyez pas? La vie est peut-être bien une série d’épreuves finalement, des difficultés que l’on doit affronter afin d’apprendre sur soi et sur le monde. Qu’en pensez-vous?”
Rang : A
Grade : Soulmate
Avatar : Rin Tohsaka
Messages : 135
Expérience : 609
Reiryoku : 56000
Date d'inscription : 31/03/2019
Voir le profil de l'utilisateur
Calliope Corleone
Mer 10 Avr - 20:25
Elle était assise sur le fauteuil, le dos droit, son regard ne quittant que très rarement son interlocutrice. Elle aurait pu s’appuyer plus confortablement sur le dossier du sofa ou alors sembler plus décontractée, or, elle n’était pas ici pour se détendre. Elle se contenta donc de l’observer, laissant de nouveau un léger soupir franchir ses lèvres.

- Je ne t’ai pas demandé s’il le fallait, je t’ai demandé si tu t’en sentais prête.

Elle fuyait son regard, signe que la question la mettait sans doute mal à l’aise. Est-ce que la Corleone allait comprendre les signes non-verbaux de la demoiselle et changer de sujet ? Absolument pas. Elle n’était pas délicate, ne ménageait pas ses mots et n’avait pas peur de la vérité, se souciant que très peu si cela pouvait incommoder ceux à qui elle s’adressait. Dans tous les cas, elle écouta la suite, se demandant si elle avait encore d’autres raisons qu’elle trouverait sûrement débiles pour expliquer ce pourquoi souhaitait-elle s’handicaper de sa blessure.

Enfin un point sur lequel elles pouvaient être d’accord. La honte suite à l’échec. C’était quelque chose que connaissait Calliope. Non pas avait-elle beaucoup d’échecs à son actif, or, autant aurait-elle aimé pouvoir prétendre le contraire, elle n’était pas non plus infaillible. Et, avec le poids qui pesait sur ses épaules, les attentes liées au nom qu’elle portait fièrement, elle se pardonnait mal ses erreurs de parcours, se refusant de trébucher. Ce n’était pas tant le jugement des autres qu’elle craignait mais bel et bien ses propres critiques sur le sujet. Si elle était dure avec autrui, elle était d’autant plus exigeante avec elle-même.

- Il faut être prudent, aussi, et ne pas s’avancer tête baissée. Il ne sert à rien de ne voir que l’objectif si c’est pour échouer avant d’y parvenir.

La brune se pinça l’arête du nez, semblant réfléchir à quelque chose.

- Puis, je ne suis pas d’accord. Il y a bien d’autres façons d’en apprendre plus sur soi-même. Du moins, c’est bien beau ces discours qu’il n’est pas bien grave de tomber si c’est pour mieux se relever par la suite, cependant, rien n’excuse la perte de temps que cela peut avoir créé.

Peut-être parce qu’elle se refusait de se dire que c’était au travers ses erreurs qu’elle pouvait évoluer. Certes croyait-elle qu’il n’y avait que face à l’adversité que l’on pouvait progresser, cependant, cela n’était pas synonyme de trébucher sur ces embûches, simplement de constater qu’elles sont présentes et faire en sorte qu’elles ne barrent pas la route bien longtemps. Elle pouvait sans doute la respecter pour s’être relevée, pour ne pas s’être laissée abattre, cependant, elle ignorait si cette blessure qu’elle voulait conservée allait réellement lui apporter quelque chose ou s’il allait simplement s’agir d’une raison pour qu’elle puisse s’apitoyer sur son sort.

- Que s’est-il passé pour que ton expérience échoue ?

Voilà qu’elle changeait de sujet. Bon, la question avait été adressée sans aucun tact, cependant, elle intéressait la demoiselle. Que s’était-il passé pour que cette embûche ait un résultat si désastreux, s’érigeant finalement comme mur sur sa route ?
Rang : B
Grade : Soulmate
Avatar : Osaka Behime (fate series)
Messages : 20
Expérience : 73
Reiryoku : 24000
Date d'inscription : 04/04/2019
Voir le profil de l'utilisateur
Sayano Shinosuke
Jeu 11 Avr - 11:06
Calliope me mettait de plus en plus mal à l’aise, avec ses questions de plus en plus inquisitrices. Que cherchait-elle à faire? Me tester? Me faire craquer pour que je change d’avis? Elle n’acceptait pas mon point de vue, pointant du doigt la perte de temps que cette philosophie provoquait.

“J… je me sens plutôt prête, oui. Ça devrait aller ! J’ai eu quelques semaines pour me reposer et réfléchir à ma bêtise. Il n’y a vraiment aucune raison pour que quelque chose se passe mal. ”

Vint ensuit une question un peu plus technique, pas nécessairement agréable, mais au moins j’étais dans ma zone de confort et  certaine de pouvoir lui répondre sans risquer grand chose:

“J’ai fait… des erreurs dans mes calculs. Enfin, mes résultats étaient corrects avec les données à disposition, mais les choses ont bien trop dérivé. C’était comme s’il y avait eu une variable que je n’avais pas pris en compte. Je suis certaine que mes calculs étaient bon, mais je n’ai pas assez poussé mes recherches en amont.”

Il fallait dire que je n’avais jamais pu observer en détail le processus naturel, seulement étudier les résultats:

“Vous savez, je n’ai jamais rencontré le Gatekeeper, ni assisté à toute l’épreuve “normale”... donc je n’ai pu me baser que sur l’étude des différences entre le Growth et la Coalesence de nos collègues, mais pas sur la transition en elle-même. Je crains que ça ne m’ait fait passer à côté de quelque chose d’essentiel à l’évolution.”

Je poussais un soupire, risquant un léger sourire en montrant ma canne:

“Voilà, j’ai voulu aller bien trop vite… avec ça, me voilà bien obligée de ralentir !”


J'espérais que ce trait d’humour détende un peu la Soulmate, car son air froid et inquisiteur allait finir par me faire vraiment peur…

“Quoi qu’il en soit, je me vois navrée que tout ceci vous ait importunée. Les médecins n’ont demandé mon avis qu’après vous avoir contactée, j’espère que tout ceci n’a rien dérangé d’important.”
Rang : A
Grade : Soulmate
Avatar : Rin Tohsaka
Messages : 135
Expérience : 609
Reiryoku : 56000
Date d'inscription : 31/03/2019
Voir le profil de l'utilisateur
Calliope Corleone
Dim 12 Mai - 21:52
Elle haussa un sourcil face à sa réponse qui lui semblait peu assurée. Ce n’était pas très engageant, tout cela. Cependant, elle ne creusa pas plus, se contentant de sa réponse, se retenant de lui faire une longue liste de tout ce qu’il pourrait se sentir mal, si elle n’était effectivement pas prête à reprendre du service. Comme quoi elle pouvait presque faire preuve de compassion lorsqu’elle s’y mettait. Or, était-ce réellement pour la ménager qu’elle faisait cela ? Pas tout à fait. Elle ne comptait tout simplement pas perdre son temps à lui expliquer ce qu’elle devrait déjà savoir en tant que Soulmate.

Une pensée lui traversa l’esprit, ou plutôt, une question, tandis qu’elle écoutait son discour et ce qu’elle avait à dire face aux questions qu’elle lui adressait. Pourquoi était-elle devenue Soulmate ? Non pas qu’elle remettait en doute ses compétences sur le terrain ou même dans un laboratoire, non, c’était sa façon de fonctionner, de réfléchir, qu’elle remettait en doute, tandis qu’elle arrivait à des conclusions qui ne faisaient pas particulièrement de sens pour la Corleone.

- Pourquoi ne pas avoir attendu de rencontrer le Gatekeeper alors ? Si cela était aussi important pour l’expérience, pourquoi avoir pris des risques inutiles en tentant de procéder sans avoir toutes les données dont tu aurais pu avoir besoin ?

Si cela semblait être une accusation, il s’agissait plus d’un sincère questionnement de la part de la demoiselle qui cherchait réellement à comprendre ce à quoi elle avait pensé. Pourquoi en était-elle venue à une telle conclusion ? Qu’est-ce qui avait bien pu la motiver à se lancer ainsi sans avoir toutes les cartes en main ? L’impatience ? L’impulsivité ? Pourtant, elle semblait réfléchie, à première vue. Ou, tout du moins, elle semblait avoir longuement réfléchi pour en venir à la conclusion qu’elle ne souhaitait pas être soignée. Alors pourquoi ?

- Tu ne m’importunes pas. C’est moi qui me suis déplacée jusqu’ici.

Après tout, Sayano n’avait pas demandé à la rencontrer et sans doute aurait-elle préféré ne pas avoir à le faire. Or, elle avait décidé d’elle-même de venir à sa rencontre, ne serait-ce que pour comprendre ce qui l’avait motivé à faire de tels choix : chose qu’elle ne comprenait toujours pas. Finalement, la brune poussa un soupir, semblant un peu lasse de tout cela, comme si cela la dérangeait que de ne pas tout comprendre. À croire qu’elle avait encore du chemin à faire si elle espérait pouvoir un jour comprendre les humains.

- Si jamais tu veux reprendre l’entraînement, tu me diras. Je pourrai t’aider.

Pugiliste reconnue au sein de l’organisation, elle pourrait être de bons conseils. Certes n’était-elle pas très pédagogue, mais elle pourrait sans doute filer un coup de main.

- Ne t’inquiète pas, je prendrai en compte ta blessure. Au début, du moins.

Parce que si elle ne pouvait rien pour sa blessure, ou, tout du moins, si Sayano ne voulait pas qu’elle touche à sa blessure, elle pouvait tout de même l’aider à ce qu’elle ne devienne pas un poids pour Brotherhood. Sa place était-elle, certes, plus dans un laboratoire que sur le terrain, cependant, cela ne lui ferait pas de mal, de ce qu’elle croyait, d’être ainsi prête à réagir aux menaces qui s’approchaient parfois un peu trop de l’Arbre-Monde.
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum

 :: Monde Humain :: Ark :: The Labyrinth
[Flashback] Qu'est ce qu'un choix?

Sauter vers: