Legend takes no days off [ft. Atari Hozen]
 :: Monde Humain :: Ark :: The Labyrinth

Rang : A
Grade : Soulmate
Avatar : Rin Tohsaka
Messages : 135
Expérience : 609
Reiryoku : 56000
Date d'inscription : 31/03/2019
Voir le profil de l'utilisateur
Calliope Corleone
Dim 7 Avr - 7:07
Son entraînement terminé, elle posa une main contre son épaule pour s’étirer un peu, mais aussi pour s’assurer que tout était en place. Il y avait de ces jours où les entraînements étaient plus difficiles que d’autres, ne serait-ce que parce qu’elle testait de façon assez drastique les limites de ses pouvoirs, perfectionnant ainsi son utilisation pour ne pas laisser place à l’erreur. Dans une situation de vie ou de mort, elle ne pouvait rien laisser au hasard et tout pouvait se jouer sur sa propre maîtrise de son pouvoir, l’amenant ainsi à parfois se causer à elle-même des blessures pouvant être potentiellement dangereuses dans la simple optique de se soigner par après.

Elle était donc épuisée, tant mentalement que physiquement, et ce, quand bien même son corps semblait-il en parfait état, dénué de quelconque cicatrices qu’on aurait pu s’attendre voir maculer sa peau. S’il y avait plusieurs avantages à pouvoir modifier les cellules de son corps, l’un d’entre eux était de pouvoir effacer toute trace des combats qu’elle avait pu mener ces dernières années. Et si certains préféraient sans doute pouvoir afficher ce qu’ils disaient être des expériences de la vie, pour sa part, elle avait trouvé un certain avantage à être sous-estimé de ses adversaires. Petite et dotée d’une taille fine, elle n’était pas toujours prise au sérieux, ce qui lui permettait bien souvent de prendre l’avantage, ou, tout du moins, de profiter d’un effet de surprise qu’elle ne négligeait pas. Tout devenait un atout à utiliser, lorsque le combat pouvait mener à sa mort.

Regagnant son appartement, elle profita d’une longue douche pour détendre ses muscles et mettre de l’ordre dans ses idées après son entraînement pour ensuite se décider à faire un peu de paperasse, prenant donc les quelques documents qu’elle avait en sa possession pour aller s’en occuper dans les bureaux qui se trouvaient quelque part dans le labyrinthe, ce lieu occupé par le Brotherhood qui longeait les racines de l’Arbre-Monde. Si elle aurait pu rester chez elle et ainsi peut-être profitée de la compagnie de son partenaire dès lors serait-il rentré, voir d’autres décors lui faisait aussi du bien, par moment.

Ce fut donc alors qu’elle était assise à un bureau, sa sombre tignasse attachée pour éviter que ses mèches lui tombent devant les yeux, qu’elle perçut du coin de l’oeil la présence d’une autre Soulmate. Plus que ça, il s’agissait de l’une des rares personnes qu’elle était parvenue à apprécier, avec le temps, laissant donc tomber un peu de cette froide barrière qu’elle imposait entre elle-même et les autres pour se montrer un peu plus agréable. Rangeant ainsi les documents qu’elle avait déposé devant elle, elle s’avança jusqu’au bureau de la Hozen, s’appuyant contre ce dernier en posant ses prunelles sur elle.

- À ce que je vois, je ne suis pas la seule avec la tête dans les papiers plutôt que de profiter d’un peu de repos.

Elle esquissa un sourire, ce qui n’était pas fréquent, connaissant la demoiselle. Elle avait déposé ses documents sur les bureaux et croisé ses bras sous sa poitrine, se montrant presque nonchalante, détendue, un état d’esprit dans lequel elle était qu’auprès de quelques personnes. Autrement, elle avait cette fâhcheuse manie de se montrer presque méfiante à l’égard des autres.

- Des trucs intéressants à raconter, concernant ces derniers temps ?

S’était-elle retrouvée en mission auprès de son Soulmate ? Comment trouvait-elle sa coopération avec ce dernier ? Après tout, de ce qu’elle avait pu observer d’Alessio, il ne semblait pas spécialement facile à vivre, au quotidien, et ce, pas de la même façon que pouvait l’être Ragnar lorsqu’il se décidait à casser les pieds. Il était simplement… Particulier. Elle s’intéressait donc à son quotidien, ce qui avait pu ponctuer ce dernier, ces derniers temps, se demandant donc ce qu’elle pourrait donc avoir à raconter à ce sujet.
Rang : B
Grade : Soulmate
Avatar : Morag de Xenoblade chronicles 2
Messages : 49
Expérience : 0
Reiryoku : 24000
Date d'inscription : 29/03/2019
Voir le profil de l'utilisateur
Atari Hozen
Dim 7 Avr - 15:55
Bien qu'à la surface le soleil rayonnait sûrement sur Arkadia et que les travailleurs observaient avec envie leurs confrères libres d'en profiter pleinement en songeant impatiemment à leur futur vacances estivales insouciantes gardées par les Brotherhood, ces derniers, s'affairaient sous eux. Telles des fourmis ouvrières, bien que certains profitaient de leur moment de repos pour se dégourdir les jambes et vaquer à leur propre loisir. D'autres profitaient du calme pour finir de boucler ses rapports afin de ne pas les voir s’amonceler en cas de surplus de missions et de risquer la perte d'informations importantes.

C'est pourquoi l'Hozen se trouvait actuellement dans son bureau qui lui a été mis à disposition par Brotherhood dans la zone affiliée aux soulmates. A vrai dire, celui de son partenaire Alessio de Luca se trouvait juste à côté du sien bien que ce dernier n'était pas actuellement présent -peut-être avait-il déjà bouclé ses dossiers ou non, elle ne le savait pas vraiment mais elle n'allait pas vraiment adopter le rôle d'un ascendant sur son partenaire : après tout, il se devait d'être sur un pied d'égalité et elle n'irait pas fouiner dans ses affaires...Sauf si il se révèle être une menace à la fin de leur période d'acclimatation qui se passait bien. Ils se complétaient bien niveau capacités et il faudrait voir si un lien de confiance pourrait se nouer entre la fullbringer et le Bount. Bien que la majorité des Bounts semblaient entretenir une relation privilégiée et exclusive avec leur doll, elle savait qu'ils pouvaient nouer des liens avec leurs camarades.

Il suffisait de faire preuve de patience. Redressant la visière de sa casquette qu'elle portait malgré le fait qu'elle soit en intérieur afin d'adresser un message silencieux à ceux qui la connaissait et qui indiquait qu'elle était "en plein travail", elle retint un soupir de soulagement en constatant qu'elle arrivait à la dernière partie. Ainsi, elle pourrait soit aller s’entraîner comme certains de ses collègues perfectionnistes ou se détendre un instant tant que ça lui était permis.

Ne prêtant nullement intention aux va et vient des autres soulmates ayant leurs bureaux dans cette section des locaux, elle ne remarqua pas l'arrivée de Calliope Corleone et de sa propre paperasse. Bien que ça pourrait surprendre certains de leurs collègues que certains d'entre eux n'hésitent pas à ramener les affaires ne nécessitant pas de précautions particulières-aka pouvant être sorties hors des locaux sans soucis de confidentialité- Atari et probablement ses confrères aimaient pouvoir fournir les dossiers dûment complétés en les transférant dans les entrées gardées et protégées du serveur par des "Archivistes" et en veillant à les informer ou remettre les pièces papiers ou d'évidences physiques.

Une soudaine voix féminine la fit suspendre son écriture et lui fit remarquer l'approche de la Corleone avec qui elle partageait plusieurs points communs : autre qu'une éthique de travail rigoureuse et un engagement sincère envers l'humanité. Après tout, certains de leurs ancêtres communs ont pu travailler ensemble sous les couleurs de Brotherhood : les siens comme mercenaires et ceux des Corleone comme des agents officiellement affiliés à la Fraternité.


"Bonjour Calliope, comment vas-tu ? Tu sors d'un entraînement on dirait..lui répondit l'Hozen d'une manière qu'on pourrait juger distante mais dont l'utilisation du prénom et le fait qu'elle a prêté attention à la coupe retenue des mèches sombres et humides de son vis-à-vis indique le contraire. Cela et la lueur chaleureuse présente dans ses prunelles caramels trahissaient son attachement à sa consœur qui perpétrait aussi son propre héritage familial.

"Pour ma part, j'ai presque bouclé mon dernier papier et je serais libre..."plaisanta-t-elle en lui faisant signe de s'asseoir à son bureau pour pouvoir être plus confortablement installé.

La voyant prendre place sur l'un des sièges et installer ses propres documents, Atari en profita pour écrire les derniers mots qui lui restait et de clore définitivement d'un point final ses fiches. Déposant son stylo, elle ôta aussi sa casquette afin de la déposer avec précaution sur un coin de sa table. Libérée de sa présence, son front profita de l'atmosphère agréable présent dans les installations qui faisaient disparaître la lourdeur naturelle d'être si profondément sous terre.


"Rien de véritablement intéressant,c'est routinier... Calme ? Et je suppose que tu as déjà rencontré et échangé toi-même avec De Luca. Il semblerait que nous nous complétons bien... Le reste sera à voir. Au fait, comment va Ragnar ? lui répondit-elle en lui jetant un regard interrogateur, elle avait presque l'impression que Calliope s'entendrait bien avec son frère Taikai pour leur curiosité et leur désir de découvrir et comprendre tous les secrets d'une personne. Quitte à fouiner ou à directement demander à l'intéressé...

Se levant gracieusement, elle demanda à Calliope ce qu'elle désirerait boire pour se désaltérer suite à ses efforts physiques:
"Qu'aimerais-tu que je te prenne comme boisson ? Je vais aller au distributeur me prendre un thé glacé."


_________________
Shin parle en #0131B4
Atari en #6600FF
Migaru Hozen, père en #87E990
Taikai Hozen, petit-frère en #1B019B
Rang : A
Grade : Soulmate
Avatar : Rin Tohsaka
Messages : 135
Expérience : 609
Reiryoku : 56000
Date d'inscription : 31/03/2019
Voir le profil de l'utilisateur
Calliope Corleone
Lun 8 Avr - 2:39
D’un hochement de tête, elle répondit par la positive à deux de ses questions. Elle se portait bien et elle avait vu juste, concernant sa situation : elle sortait tout juste, ou presque, d’entraînement. Bien que ça, hormis les signes évidents telle que sa chevelure encore humide de sa douche, quiconque connaissant un minimum la Corleone aurait pu s’en douter. Après tout, elle ne semblait pas connaître ce qu’était le repos, sauf lorsque Ragnar lui imposait de prendre du temps pour elle, et pour eux aussi. Autrement, elle passait le plus clair de son temps dans son bureau ou encore dans les salles d’entraînement, et ce, lorsqu’elle n’était pas envoyée au-delà des murs d’Ark pour gérer une menace qui se rapprochait d’un peu trop près de la capitale. Calliope était une jeune femme active tenant difficilement en place, qui ne supportait pas rester assise à ne rien faire.

Elle tira une chaise pour s’installer sur le même bureau que la Hozen, qui semblait avoir presque terminé ce qu’elle était venue faire ici. Pour sa part, il lui restait deux ou trois dossiers à compléter, rien qui serait particulièrement long, elle se devait simplement de s’y mettre, parce qu’elle savait que ce n’était pas Ragnar qui allait s’y coller. Sans compter qu’elle n’était pas certaine d’avoir envie de lui laisser s’en charger, c’était de quoi se retrouver avec un : “cas du gros méchant pas beau réglé, trop easy, envoyez-nous sur plus gros la prochaine fois” écrit en grosses lettres là où il était demandé de détailler leur intervention. À bien y penser, mieux valait que ce soit elle qui s’en occupe.

- C’est si évident que cela que j’aie déjà cherché à rencontrer De Luca ?

Un rire s’échappa de ses lèvres. La demoiselle était curieuse, un vilain défaut qu’elle ne considérait pas réellement comme tel. Le savoir était une force à ne pas négliger, la connaissance quelque chose d’important que beaucoup semblaient vouloir oublier. Alors il était tout simplement naturel qu’elle souhaite en savoir plus sur d’éventuels collègues.

- Il va bien. Comme tu l’as dit, c’est… Calme. Alors il tourne un peu en rond, ça l’emmerde, mais bon, c’est quotidien le concernant.

Et puis, elle aussi avait horreur de ne rien faire, de ne rien avoir à se mettre sous la dent et de ne pas pouvoir faire quelque chose de gros, de significatif. Les Hollows n’étaient ce qu’elle appelait être des adversaires coriaces. Sûrement l’habitude. Depuis les années, elle avait presque l’impression qu’ils étaient devenus prévisibles. Observant sa collègue finir son dernier document, elle posa son regard sur celui qui se trouvait devant elle, qu’elle devait peut-être s’empresser de terminer.

- Prends-moi aussi un thé glacé, s’il te plait. Merci.

De nouveau seule pour quelques instants, elle compléta le formulaire, y inscrivant ce qu’elle avait à dire sur ses dernières interventions, qui n’avaient rien de particulièrement palpitantes. Elle remercia une seconde fois la Hozen lorsque cette dernière arriva avec le thé glacé, esquissant un sourire dans sa direction avant de la prendre dans sa main et ainsi en prendre une gorgée.

- Et toi, ça va bien ? Hormis la routine et ton binôme, comment ça se passe, la vie ici ? Ça doit te faire changement, non ?

Après tout, contrairement à elle, Atari, de ce qu’elle savait, n’était pas née entre ces murs qu’elle connaissait par coeur, depuis le temps. Tous les couloirs du Labyrinthe, elle pouvait les réciter par coeur, dresser une carte de mémoire. Or, ce n’était pas le cas de tous les agents de Brotherhood, ne serait-ce que parce que, d’ordinaire, seuls les membres de l’organisation pouvaient fouler le sol de ces lieux. Pour sa part, c’était seulement que ses parents comme leurs parents avaient eux avaient été morts de l’organisation et elle avait donc été élevée ici, sous terre, loin de la lumière du soleil, endoctrinée par Brotherhood.
Rang : B
Grade : Soulmate
Avatar : Morag de Xenoblade chronicles 2
Messages : 49
Expérience : 0
Reiryoku : 24000
Date d'inscription : 29/03/2019
Voir le profil de l'utilisateur
Atari Hozen
Mer 10 Avr - 23:08
A sa question-réponse que Calliope venait de poser Atari haussa avec taquinerie l'un de ses fins sourcils en guise d'interrogation muette comme si elle la mettait au défi de le nier : ce qu'elle ne fit point et ria de bon cœur face à la pique. Il était bien connu que la Corleone n'avait pas la langue dans sa poche et aimait  que les choses soient claires quittes à prendre la situation à bras le corps malgré les gants qu'elle emportait toujours avec elle. Au moins, sa paire de fullbring était plus discrète que la sienne qu'elle ne quittait nullement même lorsqu'elle était en repos : Oni-Bi ceignaient sa taille.

Enfin malgré avoir déjà été victime de ce caractère franc, Atari appréciait grandement cette qualité de Calliope dont la passion brûlait ardemment chaque jour comme un Feu Sacré et Atari espérait sincèrement qu'elle ne se brûlera pas avec en allant trop loin, trop vite sans que compter que son soulmate : Ragnar était une véritable étincelle qui avait tendance à mettre le feu aux poudres avec facilité surtout si'il s'ennuyait..Bien que son potentiel semblait faire d'elle un véritable Phénix et qu'elle avait tendance à gérer la situation au mieux.

"Nous pouvons juste nous préparer durant ces phases d'équilibre et stabiliser notre souffle pour la suite...On ne sait pas quand une offensive massive ou une occasion se présentera..."

Brotherhood avançait sans cesse dans leurs recherches sur Yggdrasil qui portait bien son titre d'Arbre Monde et qui attirait par son être tout ce qui découvrait son existence : noirs ou blancs par leur teintes, ils venaient immanquablement. Et ils devaient faire en sorte de protéger ce dernier espoir de l'humanité contre son attraction fatale... Une autre forme de danger à garder à l’œil... Clignant les yeux alors qu'elle se levait et prenait note de la requête de sa camarade, Atari lança pour marquer son départ alors que la noiraude rédigeait :


"Bien, je reviens immédiatement."

Avançant tranquillement dans les couloirs qu'elle avait appris à connaitre dés son intronisation validée en tant que soulmate, l'Hozen atteignit très facilement son but : la pièce de restauration où plusieurs distributeurs regroupant boissons et plats préparés selon des normes strictes étaient mis à disposition pour permettre aux travailleurs de se sustenter sur place. Bien que certains plaisantaient sur ce traitement de faveur en comparant cela à de l'élevage où eux en tant que bétail se nourrissait des rations fournies par leur éleveur qu'importe leur contenu pouvant être emplis d'agents mutagènes ou autres stimulants chimiques que des chercheurs de Brotherhood testeraient sur eux pour accroître leur performance...

Bien que personne ne prenait réellement au sérieux cette possibilité ou de moins qu'aucun cas d'intoxication ou de précédents médicales furent trouvés pour étayer cette théorie, certains membres aimaient amener leur propre panier repas -ou plutôt de l'alcool- pour s'assurer d'avoir accès à leur propre envie. Pour sa part, Atari se cantonnait aux marques connus et ayant réussi à subsister du grand public pour ses boissons et si elle n'avait pu amener son propre repas, elle prenait la peine de demander à l'un des rares distributeur interactif de cuisiner selon ses choix en fonction des ingrédients disponibles un menu personnalisé.

Passant son id qui l'identifia sur le scanner de l'automate gérant les boissons, elle sélectionna deux thés glacées qui s'ajoutèrent à son ardoise et qui ne devraient pas faire dépasser son crédit ou plutôt la mettre en déficit pour ses consommations allouées et prises en charge sans avoir de réduction de salaire. Ou de quelconques malus pour des accès.

Prenant les deux boissons fraîches et saluant les quelques membres installés dans cet air de repos pour discuter et se tenir informer des informations sur leur communicateur, elle retourna sur ses pas pour finalement déposée sa boisson devant sa camarade en l'informant :


"Voici ton thé glacé...Il a l'air d'avoir peu de faits notables à skycrapers...Ou de l'Odd worlds."

A vrai dire : exceptée pour les avancées scientifiques ainsi que médicales qui la passionnaient bien que l'héritière n'y travaillait pas d'elle-même, Atari tentait tant bien que mal de suivre aussi l'actualités de l'humanité dans son ensemble et de leur quotidien insouciant afin de ne pas totalement perdre de lien avec eux. Bien qu'en tant qu'éveillée, elle savait qu'elle avait accès depuis sa naissance à un pan encore inconnu du grand public : tenu à l'écart pour leur sécurité bien que cette ignorance n'était pas forcément un atout pour se défendre.

Voyant le fait que Calliope était concernée par son adaptation dans les nouveaux locaux, Atari finit de siroter sa boisson confortablement assise sur son siège avant de promener le regard sur les environs comme pour en imprimer ses réflexions et ses mots :


"Je m'y habitue sans trop de mal. Malgré le fait que j'ai grandi en surface et dans une altitude élevée, j'ai pu visiter et découvrir d'autres sortes de lieux. Donc, le fait de me retrouver à plusieurs mètres de profondeurs sous terre ne me perturbe pas plus que cela ainsi que l'absence d'ouverture vers le monde extérieur. Et cela me permet d'être plus proche que mon lieu de vie à Borderland et de m'investir davantage..."

Enfin,elle ne partagea pas que sa promotion et le fait qu'elle eu une clé l'invitant à prendre possession de ses nouveaux quartiers au Labyrinth semblait fortement impliquée qu'elle se devait d'être plus proche et disponible à tout instant. Bien qu'elle se douta que les caméras et autres dispositifs de surveillance enregistraient chaque fait et geste pour être étudier. Bien que la colline lui manquait ainsi que cette liberté au grand air, elle ne laissait rien paraître et se cherchait d'autres points repères sous les racines de l'Arbre.

"Et toi Calliope, tu as toujours vécu ici : aurais--tu des coins à me conseiller  ? "

_________________
Shin parle en #0131B4
Atari en #6600FF
Migaru Hozen, père en #87E990
Taikai Hozen, petit-frère en #1B019B
Rang : A
Grade : Soulmate
Avatar : Rin Tohsaka
Messages : 135
Expérience : 609
Reiryoku : 56000
Date d'inscription : 31/03/2019
Voir le profil de l'utilisateur
Calliope Corleone
Jeu 11 Avr - 6:05
Il était effectivement une bonne chose de profiter de ce temps de répit pour mieux se préparer à la suite. Après tout, Atari marquait un point : rien ne leur indiquait ce qui allait frapper la prochaine fois et surtout, où. L’Arbre-Monde était une cible convoitée, ne serait-ce que pour sa puissance et l’énergie qui s’en dégageait. De ce fait, il était la priorité de Brotherhood que de protéger l’Yggdrasil dont les racines s’étendaient au travers ce labyrinthe qui constituait leurs quartiers. Puis, au-delà de l’Arbre-Monde, leur mission était aussi de protéger l’Humanité, chose qui tenait à coeur à la Corleone qui était animée de ce sentiment patriotique. Elle était humaine et fière de l’être et ne laisserait personne tenter de prétendre pouvoir se tenir au-dessus d’elle, et ce, sous prétexte qu’ils venaient d’ailleurs. Qu’il s’agisse de Shinigamis ou d’Hollows, elle était en mesure de leur tenir tête sans ciller.

Complétant rapidement un document, elle se concentra sur le second. Tous étaient presque terminés, il ne restait que quelques modalités à remplir pour s’assurer que tout soit en ordre. En somme, ce ne serait sans doute pas un boulot trop long et elle pouvait le faire tout en tenant une discussion avec la Hozen. Elle n’avait pas besoin de sa pleine concentration, sans compter que les interventions n’avaient rien eu de particulier qui nécessitaient qu’elle ne fasse mention.

Le thé glacé arrivé, elle remercia la demoiselle en s’emparant du breuvage, en prenant une gorgée avant de s’intéresser à elle et, surtout, à son acclimatation en ces lieux. Il n’était pas toujours aisé de vivre ainsi sous terre, loin de la lumière du soleil et elle en avait vu plus d’un commencer à déprimer, à aller de pire en pire, tout ça parce que tous les murs se ressemblaient et que les longs couloirs qui s’étendaient sous l’Arbre-Monde pouvaient rapidement devenir déroutant. Pour sa part, c’était le soleil qui l’avait presque surpris, la luminosité de ce dernier, sa chaleur qui n’avait rien à voir avec l’humidité de là où elle se trouvait actuellement.

- Comme tu l’as dit, c’est assez… Tranquille. Et j’ai l’impression que je ne peux pas faire confiance à cette tranquillité.

Le calme avant la tempête. L'accalmie avant le désastre. Peu importe ce qui se préparait, nul doute que ça allait frapper fort. Du moins, si quelque chose se préparait effectivement. Elle craignait surtout que certains en soient devenus négligents. Par ce calme installé, qu’ils croient que ce dernier était pour durer. Qu’ils s’assoient sur leurs lauriers en se contentant d’observer le temps qui passe comme si de rien n’était. Ce n’était pas son genre et elle savait qu’Atari n’était pas ainsi. Or, ce n’était pas le cas de tous les agents de Brotherhood.

- À t’écouter parler, je réalise qu’il y a beaucoup que je n’ai pas vu. Après tout…

Un nouveau soupir.

- Excepté pour les missions ou lorsque Ragnar a envie de changer un peu de décor, je ne sors pas réellement d’ici.

Était-ce triste ? Cela dépendait pour qui. Pour sa part, elle n’avait rien à redire sur son mode de vie, bien qu’il n’était pas faux qu’elle déplorait tous ces décors qu’elle n’avait pas vu, tous ces paysages qui l’intéressaient. Car, derrière cette Soulmate acharnée du travail qui donnait tout d’elle-même pour sa carrière et cette cause en laquelle elle croyait se trouvait une jeune femme qui avait envie de vivre et d’explorer, qui souhaitait découvrir la vie et tout ce qu’elle pouvait offrir. Peut-être plus tard. Un jour, sûrement. Quand ? Pas maintenant. Elle espérait seulement que ce ne soit pas jamais.

- La bibliothèque est sûrement l’un de mes endroits préférés. Oh, et puis, les salles d’entraînement aussi. Mais je pense que tu savais déjà tout ça.

Un rire s’échappa de ses lèvres.

- Mais je ne crois pas qu’il y ait vraiment de lieu qui vaut la peine d’être visité. Il s’agit de longs couloirs avec des salles ici et là. Il y a peut-être au plus près du coeur de l’Arbre-Monde, au centre du labyrinthe. Plus que ce qu’on peut y voir, il s’agit surtout de ce qu’on peut ressentir. Ma mère m’y amenait souvent.

Cette femme qu’elle avait dû abattre de ses propres mains, celle qu’elle avait tant admiré et dont elle avait dû faire le deuil par deux fois.

- Et ta famille ? Elle ne te manque pas ?

Après tout, de ce qu’elle savait, la majorité des Hozen n’étaient pas membre de Brotherhood, bien qu’ils n’y étaient pas non plus hostiles, bien au contraire. C’était quelque chose que la jeune demoiselle ayant longtemps été endoctrinée aux valeurs de Brotherhood peinait à comprendre, pourquoi ne rejoingnaient-ils tout simplement pas l’organisation.
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum

 :: Monde Humain :: Ark :: The Labyrinth
Legend takes no days off [ft. Atari Hozen]

Sauter vers: