Derniers sujets

Épisode : Ostavia Hozen
 :: Monde Humain :: Ark :: Borderland

Alignement : Tyranique
Rang : ?
Grade : Conteur de légende
Messages : 61
Expérience : 183
Reiryoku : 0
Date d'inscription : 03/12/2018
Voir le profil de l'utilisateur
Narrateur
Mer 3 Avr - 23:11
Date : ... au courant de l'Été 750...
Lieu : ... poste de commandement de l'armée humaine d'Ark...

Les pales de l'hélicoptère couchèrent l'herbe alentours de puissantes rafales de vent. L'échine cambrée pour ne pas en perdre la tête, un homme s'approcha du véhicule vrombissant, puis s'arrêta à quelques pas de son point d’atterrissage. Lorsque l'engin se posa sur l'immense « H » dessinée à la peinture blanche, le militaire prit l'initiative d'ouvrir son imposante porte latérale, où l'emblème d'un  gigantesque arbre trônait en maitre. Le pilote coupa le contact : les hélices perdirent en inertie. Un premier passager sortit de l'habitacle pour rejoindre la terre ferme. Il hocha la tête d'un signe de politesse, et saisit la main que lui tendait son homologue. Ensemble, ils se dirigèrent vers un bâtiment drapé aux couleurs du Berceau de l'Humanité. Loin du vacarme des moteurs des pales, le soldat put enfin prendre la parole.

— J'espère que votre expédition s'est bien passée. Avez-vous rajouté des engeances à votre collection ?
— Seulement de la chair à canon.

Le binôme atteignit le portique de sécurité de la bâtisse, tout juste annexée à l'un des héliports de l'armée humaine en Borderland. Sur le côté du péage, un officier surveillait le passage de quiconque voulait franchir le seuil du poste de commandement, le doigt au-dessus de la gâchette de son arme, prêt à tirer. Lorsque ses yeux se posèrent sur le nouvel arrivant, aucun souvenir familier ne s'éveilla dans son hippocampe. L'homme semblait inconnu au bataillon. Et la sentinelle ne sous-estimait aucune menace.

— Veuillez vous identifier.

Le chasseur de Hollows arracha un appareil de sa ceinture, et le posa sur la borne de contrôle d'identité. L'holocom relâcha un signal aigu d'approbation ; un résultat apparut aussitôt sur le terminal du garde.

Nom : Ostavia Hozen.
Autorité : Brotherhood.


Le péagiste croisa de nouveau le regard du Fullbringer – pantois. Sa méfiance s'était dissipée pour laisser place aux remords. Le responsable s'empressa d'abandonner la crosse de son fusil pour activer un bouton-poussoir, caché derrière sa tribune ; la piètre herse de sécurité se leva dans la foulée.

— Bienvenue à la maison, monsieur.
Alignement : Tyranique
Rang : ?
Grade : Conteur de légende
Messages : 61
Expérience : 183
Reiryoku : 0
Date d'inscription : 03/12/2018
Voir le profil de l'utilisateur
Narrateur
Ven 5 Avr - 21:30
Les couloirs du poste de commandement frappèrent Ostavia de par leur propreté. De nombreuses draperies recouvraient les murs, la représentation dorée de l'Arbre-Monde trônant au cœur d'un fond bleu roi, aux étoiles scintillantes d'un firmament nocturne exempt de nuages. Des gens d'armes patientaient de chaque côté du passage, immobiles, leur fusil en main, la tête haute ; ils s'interdirent de zieuter le chasseur de Hollows, ou de lui offrir la moindre salutation. Ça ne leur était pas autorisé. Le Fullbringer poursuit son chemin de la même manière, le regard à l'horizon, le pas assuré, sa posture empreinte d'une confiance intrinsèque à la légitimité de sa présence en ces lieux.

Au bout du couloir, les portes d'un ascenseur demeuraient fermées. Ostavia Hozen saisit une nouvelle fois son holocom ; et présenta l'appareil devant le capteur. D'un signe aigu d'approbation, le passage s'ouvrit en grand, le miroir du fond renvoyant le reflet de son nouvel hôte. L'homme pénétra le cagibi d'un simple pas, et se retourna vers le panneau de commande de l'élévateur, aux multiples boutons programmés, du rez-de-chaussée au quatrième étage, afin de nouveau poser son identifiant sur l'interface. Les portes se refermèrent devant lui du même « bip » sonore.

— « Projet : Arkadia », prononça soudain le Fullbringer.
Autorisation refusée.

Une voix robotique, automatisée, artificielle, venait de s'éveiller du système de reconnaissance vocale pour refuser cette tentative d'accès. Ostavia Hozen porta son index et son majeur contre sa gorge, et porta ses yeux à l'holocom qui était jusqu'alors dissimulé dans sa tenue de combat.

— Whisky vert : jugez cinq arcs d'aplomb.

Une onde se dessina sur l'écran de son appareil. La cage d'ascenseur resta toutefois endormie. Tandis que des modulations d'amplitude et de fréquence s'effectuaient sur la piste d'enregistrement tout juste prise, le chasseur de Hollows redoubla d'efforts pour arriver à ses fins.

— Mon pauvre zébu ankylosé choque deux fois ton wagon dialysé.

Sa voix suave subit le changement opéré par le vocodeur. Ses cordes vocales semblaient muer pour laisser parler une toute autre personne, enfermée dans l'enveloppe charnelle du Fullbringer.

— Le vif zéphyr jubile sur les kumquats du diable gracieux.

Ostavia Hozen n'était plus.

— « Projet : Arkadia. »
Autorisation acceptée. Bienvenue, Gilgamesh Helheim.

Dès lors, la cage d'ascenseur entra en mouvement – sans qu'aucun bouton d'étage présent sur le panneau d'affichage ne s'allume en vert. Au contraire, d'après les vibrations qu'il ressentait de la semelle de ses rangers, le Fullbringer semblait descendre. Pendant cinq secondes. Dix secondes. Quinze secondes. Vingt secondes. Trente secondes.

Jusqu'à ce que les portes de l'ascenseur s'ouvrent enfin.

Le souffle de l'infiltré se dessina devant ses lèvres entrouvertes. La profondeur du sous-sol avait rafraichi l'air, et humidifié les parois du passage souterrain, sillonné d'imposantes racines au teint singulier. Malgré la ventilation assourdissante, le fantôme usa d'une sensorialité inhérente à sa condition pour détecter les formes de vie alentours, et confirma ainsi l'absence de toute âme, signe que la planque était bel et bien vide. Il renvoya l'ascenseur jusqu'à la surface, et poursuit son chemin pour atteindre une vaste anti-chambre. D'innombrables écrans noirs, éteints, constellaient les murs.

— Tu sortiras bien assez tôt de ton trou.

L'homme délogea une prise de son bras robotique pour se brancher directement au réseau privé de la pièce secrète, via l'un des nombreux terminaux mis à son entière disposition. La connexion établie, il ferma soudain les yeux, sa conscience projetée dans un autre monde, binaire. Il suffit d'une poignée de secondes pour que le transfert de données cryptées s'effectua d'un opérateur à l'autre.

Le fantôme quitta enfin le royaume qu'il venait de fouler, emportant avec lui toutes les traces de son passage. Étrangement, lorsqu'Ostavia Hozen s'était presenté au portique de sécurité, ou avait déambulé dans les couloirs du poste de commandement de l'armée humaine, aucune caméra de sécurité ne semblait avoir regardé au bon endroit. Et cela était mieux ainsi : car Brotherhood aurait vite fait le rapprochement entre l'étrange silence radio du Soulmate, et la falsification d'identité de l'intrus au bras bionique. Il ne lui restait plus qu'à quitter Arkadia de la même manière que lors de son arrivée : par les grandes portes. Au nez et à la barbe d'êtres humains inconscients du danger se profilant au-delà de leur muraille prête à céder. Le cor retentissant allait sûrement annoncer le début du Ragnarök.

Et les trouvailles du complexe B-52 joueront certainement un rôle important dans ce futur.
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum

 :: Monde Humain :: Ark :: Borderland
Épisode : Ostavia Hozen

Sauter vers: