Derniers sujets

Épisode : L0CKE
 :: Monde Humain :: Old World

Alignement : Tyranique
Rang : ?
Grade : Conteur de légende
Messages : 61
Expérience : 183
Reiryoku : 0
Date d'inscription : 03/12/2018
Voir le profil de l'utilisateur
Narrateur
Lun 1 Avr - 18:26
Date : ... au courant de l'Été 750...
Lieu : ... quelque part dans la taïga d'Old World...

Le bricolage de « L0CKE » acheva la résistance de la porte blindée. De sa main droite libre, il arracha la prise de sa prothèse robotique au panneau de contrôle devant lui, éventré, délaissant un pêle-mêle de fils colorés. Une main leste se posa soudain sur son épaule. Le hacker s'écarta sur le côté, et dodelina de la tête ; il laissa la place à trois silhouettes en formation, fusil à l'épaule.

Le faisceau de leurs lampes tactiques agressèrent les ténèbres de leur découverte. Un long couloir se profila devant l'unité, des veilleuses rouges clignotantes éclairant tant bien que mal le charnier, preuve que l'alimentation électrique du complexe avait cédé au temps. Les militaires n'eurent aucun mal à deviner la nature des éclaboussures sombres sur les murs. En plein milieu du passage, les restes d'un squelette reposaient dans une position étrange, le bassin adossé à la cloison, l'échine et le crâne chus contre le sol. Ses atours étripés, lacérés, maculés d'un miasme poisseux noirâtre, semblaient avoir été une tenue respectable. Le soldat en tête de file posa l'une de ses rangers sur le vestige humain, et le poussa sur le côté, l'avant contre terre, pour dévoiler le dos préservé de sa blouse décolorée.

Un matricule dévoilait la raison de leur intrusion fomentée : B-52.
Alignement : Tyranique
Rang : ?
Grade : Conteur de légende
Messages : 61
Expérience : 183
Reiryoku : 0
Date d'inscription : 03/12/2018
Voir le profil de l'utilisateur
Narrateur
Jeu 4 Avr - 1:55
L0CKE abaissa la poignée greffée au mur du générateur. Les néons blancs du plafond luttèrent de concert contre leur torpeur séculaire ; mais finirent tous par retrouver leur état d'antan, brillant de mille feux après avoir alterné entre lumière et obscurité. Les trois militaires désactivèrent la lampe tactique de leurs fusils d'assaut. Nimbés dans cette clarté aveuglante, leurs yeux jusqu'alors habitués à une sobre teinte rouge, ils n'avaient plus besoin d'un tel outillage.

— Dépêchons. Ils pourraient être encore là.

Les membres de l'escouade hochèrent la tête avant de se retourner vers le couloir depuis lequel ils étaient arrivés. Ils levèrent la mire de leurs armes devant eux, silencieux, et se figèrent sur place, à l'affût du moindre son. L'un d'eux déposa un appareil cylindrique sur le sol, avant de maintenir appuyé son bouton central ; une lueur verte s'éveilla depuis l’œil mort de son voyant. Le terminal attaché à son avant-bras s'alluma alors, une onde plate en guise de seule information récoltée.

— Aucun signal pour le moment. On peut y aller, patron.

L0CKE enfonça soudain son poing bionique dans le mur ; et le retira aussitôt pour laisser place à un trou béant, aux cables électriques apparents. Sa troupe aux aguets ignora le signal parasite qu'il avait donné au capteur par cette bruyante vibration. De la même manière qu'il avait outrepassé la sécurité de la porte blindée du B-52, le hacker se brancha au réseau filaire du laboratoire, et ferma les yeux.

Sa conscience se baigna dans une succession de « 0 » et de « 1 ». Dans cette réalité parallèle, alternative, artificielle, se terraient bien des secrets. L0CKE navigua au travers de cette matrice éthérée comme un être humain peut fouler son monde de verdure. Alors, après de brèves secondes, qui lui parurent de longues minutes de l'autre côté de la barrière, il dénicha l'objet de sa convoitise.

Et revendiqua son trésor pour lui seul – éradiquant sa trouvaille de l'antique base de données.

Son monde virtuel commença à s'effondrer. Les pylônes tissés d'un flux de données constant, chargés d'informations cryptées, semblaient être absorbés par le sol invisible que retenait l'intrus de tomber. À l'instar d'une ville en plein couvre-feu, toutes les lumières de la matrice s’éteignirent.

Et avec elles la connexion de L0CKE.

— Toujours rien... Je crois que nous sommes seuls, patron.
— Non.

L0CKE porta sa prothèse robotique devant sa bouche ; un écran éclaira les traits de son visage ferme. De la puce intégrée à son système nerveux, il navigua sur l'interface de son appareil ; et composa aussitôt les coordonnées d'un contact anonyme.

La tonalité sonna trois fois.

Avant qu'une voix déformée ne décroche enfin.

— C'est fait, amorça le hacker sans plus d'informations.

Et la voix lui répondit aussitôt. La discussion que se livrèrent les deux complices dérouta complètement l'appareil posé sur le sol, inondant le terminal du militaire d'amplitudes affolées. Ainsi, il désactiva le capteur, et se pencha pour le récupérer, le remettant à sa ceinture, aux côtés d'une arme de poing. Il se retourna vers L0CKE – car l'équipe n'attendait plus que son signal pour quitter les lieux.

Alors, le hacker prononça les mots qui achevèrent leur expédition.

— Entendu, Europe.

Et leva son arme pour abattre ses trois compagnons.
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum

 :: Monde Humain :: Old World
Épisode : L0CKE

Sauter vers: