Calliope Corleone - Terminée
 :: Premiers Pas :: Présentation :: Validées

Rang : A
Grade : Soulmate
Avatar : Rin Tohsaka
Messages : 135
Expérience : 609
Reiryoku : 56000
Date d'inscription : 31/03/2019
Voir le profil de l'utilisateur
Calliope Corleone
Dim 31 Mar - 18:49
IDENTITÉ
Complétez les champs de cette partie afin de présenter sommairement votre personnage.

Nom : Corleone
Prénom : Calliope
Genre : Femme
Naissance : 726 - 24 ans
Rang : A
Grade : Soulmates
Alignement : Loyale neutre
Réputation : Héritière d'une lignée de fidèles au Brotherhood, et ce, depuis le tout début de l'organisation.
Signe particulier : Aucun

PERSONNALITÉ
Choisissez au moins six adjectifs définissant au mieux la personnalité de votre personnage, et expliquez pourquoi en quelques lignes. L'avatar peut suffire à décrire physiquement votre personnage.

Indépendante

Une tête forte malgré sa silhouette fine et ses frêles épaules, la jeune Corleone considère n’avoir besoin de rien ni personne pour avancer, sauf peut-être son binôme à qui a-t-elle appris à faire confiance avec le temps. Il s’agit d’une demoiselle qui souhaite faire ses preuves, et ce, par elle-même, pour se faire sa place et s’illustrer au sein du Brotherhood comme l’ont fait bien d’autres avant elle. Sans être particulièrement prétentieuse, elle reste confiante en ses propres capacités et accepte difficilement d’être remise en doute par autrui. Elle sait ce qu’elle vaut et ce dont elle est capable, ce qui se voit tant dans sa façon de s’exprimer que dans ses manières et sa façon de se tenir. Une jeune femme pleine d’assurance qui va vers l’avant sans se laisser effrayer ou intimider par quelconque cherchant à se dresser sur sa route, la demoiselle possède ce regard enflammé d’une détermination ardente.

Persévérante

Calliope n’a pas pour habitude d’abandonner ou de baisser les bras, bien au contraire. Elle n’a pas peur des défis, considérant qu’il n’y a que lorsqu’elle sort de sa zone de confort qu’elle peut réellement progresser. Et, progresser, c’est ce qu’elle veut, ne serait-ce que pour se démarquer des autres membres du Brotherhood et pouvoir ainsi porter dignement l’étendard de la famille. Elle n’est toutefois pas stupide ni irréfléchie. Ce n’est pas parce que le défi ne l’effraie pas qu’elle ira volontairement se lancer tête première dans une mission suicide. Parce que, morte, elle n’est plus d’aucune utilité. Elle prend donc le temps de se pencher sur la question, d’analyser les différentes options, tout ça pour prendre une décision qui lui semble être la plus éclairée. Elle ne craindra tout simplement pas de prendre une décision risquée, si elle considère que le jeu peut en valoir la chandelle.

Elle a travaillé d'arrache-pied pour en arriver là où elle en est aujourd'hui, a sacrifié beaucoup de sa vie personnelle en mettant son travail avant tout le reste, et ce n'est surtout pas pour échouer maintenant et qu'elle ait fait tout cela en vain. Alors, elle continue de s'entraîner durement, de répondre présente lorsque sa présence est requise, plaçant encore bien souvent son travail avant toute autre chose, ce qui n'est pas sans impacter sa vie privée.

Impitoyable

Malgré son visage aux traits fins et cette bienveillance qui peut se lire dans son regard, les mains de cette charmante demoiselle sont depuis longtemps tachées du sang de ses ennemis. Ce n’est pas quelqu’un qui a pour habitude d’éprouver de la pitié, encore moins lorsqu’il s’agit de ce qui est considéré comme une menace pour le Brotherhood. Calliope aime que les choses soient vite faites et bien faites, ce qui l’amène à ne pas s’embarrasser de questions inutiles lorsque vient le temps pour elle de faire son travail.

Au quotidien, elle a horreur de ceux qui s’apitoient sur leur sort, non pas par arrogance mais bel et bien parce qu’elle considère qu’il ne sert à rien de pleurer, qu’il n’y a qu’en agissant que les choses peuvent changer. Elle est après tout une fille d’action et sa vision parfois assez étroite des autres et de leurs sentiments peut l’amener à avoir quelques remarques insensibles pour tous ceux préférant se morfondre plutôt que d’agir. Ce n’est pas qu’elle est spécialement méchante ou qu’elle le fait volontairement, elle a tout simplement quelques difficultés à se mettre à la place des autres et comprendre comme eux peuvent se sentir dans une situation donnée.

Taquine

Assez difficile d’approche aux premiers abords, elle peut toutefois se révéler être une personne assez différente auprès de ceux ayant réussi à passer outre cette distance qu’elle s’impose avec autrui. Elle n’est pas sans coeur et porte une importance aux quelques proches qu’elle a, se montrant généralement un peu plus douce et compréhensive avec ces derniers, quand bien même ne peut-elle jamais réellement chasser son naturel. Joueuse à ses heures, c’est quelqu’un qui aime bien taquiner ceux qu’elle aime, parfait exemple de l’adage de qui aime bien châtie bien.

Sans se montrer méchante, elle se permet bien souvent quelques petites piques, plus pour s’amuser, alors qu’il s’agit presque de sa façon à elle d’exprimer aux autres qu’elle tient à eux. Elle ne fait pas beaucoup dans les sentiments, pouvant se montrer assez pudique vis-à-vis de ces derniers, ne les exprimant que rarement, or, ce n’est pas pour autant qu’ils ne sont pas là. Elle a simplement sa façon à elle de les exprimer à autrui, passant généralement par l’humour, à défaut de savoir faire mieux.

Bornée

Lorsqu’elle a une idée en tête, difficile de l’en déloger. C’est pour cette raison qu’il est difficile pour Calliope de faire sa part des choses et, surtout, d’accepter de faire des concessions, parce qu’elle ne prend pas souvent la peine d’écouter ce que les autres ont à dire. C’est aussi pour cette raison qu’il n’est pas agréable de débattre avec elle, parce qu’elle se refuse bien souvent de regarder l’autre côté de la médaille. Si elle est persuadée avoir raison, il sera difficile de lui faire entendre l’inverse, à moins d’avoir de solides arguments qu’elle ne pourra pas refuser. Ce qui est sans compter sur la mauvaise foi dont elle peut faire preuve par moment, n’appréciant pas spécialement avoir tort et ne l’admettant que très rarement. Elle se contentera, bien souvent, de changer de sujet, à défaut d’assumer ne pas être celle ayant raison.

Elle fait toutefois des efforts, notamment dans ses relations, sachant qu’elle ne peut pas se permettre de se montrer complètement hermétique aux nouvelles idées. Elle essaie donc de faire sa part des choses, ce qui n’est pas chose aisé, mais déjà un bon début.

Intransigeante

S’il y a quelque chose avec laquelle Calliope a beaucoup de difficulté, c’est l’erreur. Que ce soit chez elle ou chez autrui, c’est quelque chose qu’elle ne tolère pas, ce qui peut l’amener à être assez dure dans ses réactions. Elle n’aime pas échouer, ne supporte pas l’idée de l’échec et fera donc tout ce qui est en son possible pour l’éviter. De ce fait, cette exigeance qu’elle s’impose, elle l’impose aussi aux autres.

C’est ce qui la pousse à être réfléchie, pour ne pas prendre de décision sous le coup de l’émotion, ne serait-ce que parce que, ainsi, elle peut prendre toutes les variables en compte et en venir à une décision qui ne serait pas précipitée et qui offrirait le meilleur résultat. C’est son désir de réussite qui vient créer chez elle cette intolérance face à l’erreur, faisant d’elle une très piètre professeure, s’impatientant rapidement auprès de ceux en apprentissage.

Charismatique

Ce n’est pas parce qu’elle n’est pas bien grande ou encore parce qu’elle a cette fine silhouette pouvant presque sembler fragile qu’elle ne sait pas en imposer, bien au contraire. Sa confiance en elle et son assurance impose un certain respect, sans doute que la force qu’elle dégage aide aussi en ce sens. Elle est ainsi capable de faire part de ses idées, de faire entendre sa voix, mais, surtout, elle est en mesure d’amener d’autres à suivre sa façon de penser, simplement dans sa façon de s’exprimer et de regarder ceux à qui elle s’adresse. Ils ont envie de lui faire confiance, à elle qui ne se laisse pas marcher sur les pieds et qui refuse que quiconque essaie de la prendre de haut. Elle en impose, dans ses manières et dans sa façon d’être, mais aussi dans le ton employé, dans cette façon qu’elle a de s’adresser aux autres, avec cette confiance sincère qui en dissuade plus d’un de tenter de la remettre en doute.

Droite

Calliope croit sincèrement que, sans ordre ni loi, un monde est voué à l’échec. C’est donc pour cela qu’elle respecte les règles avec un sérieux indéniable, qu’elle s’efforce de remplir ses fonctions de la meilleure façon qui soit, avec une application digne des plus zélés. Désobéir ne lui traverserait même pas l’esprit, mettant beaucoup d’importance à l’ordre établi et considérant que, si quelque chose est demandé d’elle, c’est pour une bonne raison. C’est quelqu’un qu’il est possible de décrire comme étant assez stricte, parfois un peu trop, qui mettra le bien de l’organisation avant quelconque considération personnelle.

Franche

Nombreuses sont les choses, au final, qu’elle tolère assez difficilement, et le mensonge en fait aussi parti. Plus que le mensonge en lui-même, il s’agit surtout d’une confiance brisée qu’elle n’arrivera pas à redonner de si tôt et d’un manque de respect flagrant de sa personne qu’elle pardonne difficilement.

C’est pour cette raison qu’elle s’impose ce qu’elle cherche à imposer aux autres, une franchise qui peut en être presque dérangeante tant elle ne prend pas la peine de bien formuler les choses pour mieux faire passer la pillule. Elle va dire les choses comme elles le sont, sans mettre de gants, considérant que la vérité, aussi désagréable peut-elle être, vaudra toujours plus qu’un mensonge. Dans cette ligne directrice de ne pas s’apitoyer sur son sort, elle ne voit pas l’intérêt de bercer autrui d’illusions et de mensonges réconfortants. C’est peut-être pour cette raison qu’elle peine encore à comprendre le secret qui entoure le Brotherhood aux yeux des humains lambdas.

Bienveillante

Elle n’est cependant pas qu’une demoiselle froide et distante qui s’impose comme elle est et éprouve une certaine difficulté à accepter autrui lorsqu’ils ne correspondent pas à ce qu’elle peut s’attendre d’eux, bien que certains peuvent s’attendre à l’inverse. Elle porte beaucoup d’importance aux quelques rares personnes qu’elle considère comme ses proches et veille sur ces derniers avec une attention particulière, ne souhaitant pas qu’il leur arrive malheur, pas si elle peut le prévenir.

C’est aussi quelqu’un qui fera tout ce qui est en son possible pour protéger autrui, qu’ils soient importants à sa vie ou de simples étrangers, ne serait-ce que parce qu’il s’agit-là aussi de l’une des raisons de sa présence au sein du Brotherhood.

Humaine

Sous cette épaisse couche de glace qui semble entourer son coeur, Calliope reste une humaine elle aussi, capable de sentiments et faisant preuve d’une certaine vulnérabilité. C’est une jeune femme avec des rêves, des envies, des aspirations, quelqu’un qui souhaite être capable de beaucoup malgré l’insignifiance de son existence. C’est quelqu’un capable d’être touchée par les petits gestes du quotidien, par les petites attentions à son égard, quelqu’un capable de s’émerveiller d’un lever de soleil et des paysages que peuvent offrir le monde. Elle essaie de profiter de la vie, des petits moments du quotidien, ceux qui lui rappellent aussi pourquoi elle est en vie et ce qu’elle souhaite protéger.

Il s’agit simplement d’une jeune femme comme les autres, qui souhaite faire le plus de sa vie actuelle pour ne pas avoir vainement exister.

PHILOSOPHIE
Répondez à chaque question de la manière que vous souhaitez. Nous vous demandons de vous attarder sur l'écriture de l'un des évènements marquants de votre personnage. Voici des pistes de réflexion : l'acquisition de la première libération, ou les souvenirs d'une ancienne incarnation.

Quel rapport votre personnage a avec son Fullbring/sa Doll/la technologie ?

Fullbring : Il s’agit-là de quelque chose de très important pour Calliope, ne serait-ce que parce qu’il s’agit d’un héritage lui venant des Corleone. Il s’agit d’une paire de gant qui lui permet d’utiliser ce potentiel que tous ceux avant elle ont réussi à libérer. Elle ne les quitte presque jamais, ne serait-ce que parce qu’ils lui apportent un certain sentiment de sécurité. Non pas est-elle sans défense lorsqu’elle se permet de les déposer sur son bureau, chez elle, cependant, avec le temps, ils sont devenus une partie d’elle-même, encore plus maintenant qu’elle est définitivement liée à la pleine puissance qu’ils peuvent libérer.

Doll : Celle qui, jusqu’alors, se reposait exclusivement sur la force de son fullbring, a fait la découverte de sa Doll suite à un moment assez critique, quelques années plus tôt. Jeune demoiselle qui embrassait son nouveau titre de Soulmates aux côtés d’un homme qu’elle ne parvenait pas à supporter, affligée par son manque de sérieux et son impulsivité, elle s’est retrouvée dans une situation compliquée où, immobilisée, il lui était difficile de mener à bien son combat. Ce fut donc un peu en désespoir de cause que se matérialisa sa Doll, sans qui les conséquences de l’événement auraient pu être bien plus catastrophiques.

Depuis ce jour, Calliope le sait, Medusa est sans doute sa plus grande alliée, ne serait-ce que parce que l’une n’existe pas sans l’autre. Elle est presque la représentation physique de sa propre personne, celle qui la connaît sans doute le mieux et qui est le plus à même de la comprendre. Elles n’ont pas besoin de mots pour communiquer, agissant en parfait harmonie, capable de prévoir ce que l’autre s’apprête à faire. Elles ne semblent que faire qu’un, malgré qu’elle toutes deux soient une entité à part entière. Il s’agit de celle en qui elle a le plus confiance, avec qui elle possède ce lien particulier qu’elle ne saurait même pas réellement définir. Elles sont même plus proches maintenant qu’elles ne l’ont jamais été, Medusa capable de puiser dans l’énergie de Calliope de façon à déployer toute la puissance dont elle peut faire preuve. Sans doute qu’affronter le Gatekeeper les a mené à se rapprocher et renforcer le lien qui les unissait déjà.

Technologie : Si elle sait qu’il s’agit d’une grande fierté des humains, Calliope ne peut pas prétendre être particulièrement calée en la matière, loin de là. N’étant pas adepte des armes et encore moins de tous ces outils que peuvent construire les humains, elle préfère de loin la force brute dont elle peut faire preuve en combat rapproché. De ce fait, c’est un sujet sur lequel elle ne s’est pas spécialement intéressée, dont elle ne connaît que les grandes lignes et quand bien même a-t-elle conscience de l’avantage que cela peut donner et la force que cela a permis aux humains d’acquérir (notamment pour ceux n’ayant aucune affinité particulière avec le Reiryoku).

Que pense votre personnage d'Ark et de l'Arbre-Monde ? Y a-t-il grandi ? Comment ?

Calliope est née et a grandi à Ark, n’ayant connu que la capitale pendant de longues années de sa vie, jusqu’à ce qu’elle rejoigne les rangs des Soulmates et puisse s’aventurer au-delà des grands murs qui protègent l’endroit. Elle a été élevée sous l’Arbre-Monde, dans les quartiers du Brotherhood, ne serait-ce que parce que ses parents étaient membres de l’organisation, comme ses grands-parents l’avaient été et ses arrières grands-parents et ainsi de suite… Illustres membres du Brotherhood dont certains avaient réussi à se démarquer, il était donc normal, une évidence même, qu’elle soit élevée avec les valeurs de l’organisation dans l’idée de suivre leur trace et de la servir à son tour lorsqu’elle serait en âge et aurait les compétences de le faire.

La jeune demoiselle est un esprit endoctriné par ces valeurs, qui les défendra coûte que coûte, n’ayant jamais connu autre chose que ce qu’on lui a enseigné là-bas. Elle considère Ark comme étant l’avenir de l’Humanité, ne comprenant pas ce que ceux se proclamant indépendants, ces pays dont elle ignore le nom, cherchent à faire en s’opposant ainsi à la grande capitale du monde des humains. Son enfance a été bercée par l’Arbre-Monde et ses mystères et il en a été de même pour toute sa vie jusqu’à maintenant.

Que pense votre personnage des autres factions ? Que compte-t-il faire contre elles ?

Hollow : Calliope n’a qu’une mission les concernant et il s’agit de les éliminer. Pourquoi ? Parce qu’ils représentent une menace pour l’Humanité et qu’elle ne peut donc pas les laisser parcourir ces terres qui sont les leurs en toute impunité. Elle éprouve aussi une haine un peu plus personnelle vis-à-vis de ces derniers, ne serait-ce que parce qu’ils sont ceux lui ayant arraché sa mère, non pas par une fois mais bel et bien par deux reprises.

Shinigami : Les concernant, elle est assez partagée. Elle comprend l’importance de leur présence, d’autant plus depuis qu’elle a vu les conséquences de leur absence, cependant… Humaine et fière de l’être, prête à tout pour défendre ce monde qui leur appartient, elle n’apprécie pas spécialement les voir rôder si ce n’est pas pour remplir la tâche qui leur a été donnée. Elle les garde donc à l’oeil, par soucis de protéger ce monde, pour éviter qu’un débordement quelconque se produise. Parce qu’elle n’hésitera pas à s’interposer face à l’un d’eux s’ils en viennent à causer quelconque tort à l’Humanité.

Quincy : Difficile pour elle d’avoir un avis les concernant, sachant seulement qu’ils ont frôlé le sol de ce monde bien des siècles avant qu’elle ne voit le jour.

Quelles sont les trois Aspirations qui pourraient définir votre personnage ?

Brotherhood : Calliope considère porter sur ses épaules le poids de son héritage. Nombreux Corleone avant elles ont servi avec diligence le Brotherhood et elle compte donc en faire de même, souhaitant ainsi rendre honneur à ceux qui l’ont précédé. C’est pour cela qu’elle travaille aussi sérieusement et la raison principale quant au pourquoi est-ce qu’elle place son travail avant toute chose dans sa vie. Elle ne supporterait pas être une déception pour cette famille qui lui tient à coeur, celle dont elle est la dernière représentante depuis la mort de sa mère. Elle souhaite faire ses preuves et se démarquer, mais, surtout, être considérée comme quelqu’un en qui ils peuvent avoir confiance. Elle s’est déjà illustrée pour certaines interventions qu’elle a géré d’une main de maître, cependant, ce n’est pas parce qu’elle parvient désormais à imposer le respect qu’elle compte se reposer sur ses lauriers. Il s’agit d’un objectif qui lui tient à coeur, celui qui la motivera sans doute jusqu’à son dernier souffle.

L’Humanité : Humaine et fière de l’être, il est donc important pour elle de protéger ce monde qui l’a vu naître et celui pour lequel elle se bat depuis toujours, ou presque. Ce n’est même pas pour le Brotherhood qu’elle le fait, mais bel et bien pour un certain patriotisme qui lui vient de savoir qu’ils ne sont pas seuls en ce monde. Entre les Shinigami et les Hollows qui semblent considérer leur monde comme un terrain de jeu qu’ils peuvent fréquenter comme bon leur semble, elle souhaite, comme bien d’autres comme elle, faire comprendre que ce n’est pas chez eux et qu’ils ont encore le pouvoir en ce monde. Tant que l’Humanité se tiendra debout, ils ne seront pas les bienvenues ici et c’est quelque chose d’important pour elle, que de le faire comprendre.

Vivre : C’est quelque chose qui ne lui a jamais réellement été important, avant de faire la rencontre de Ragnar. Elle qui ne vivait que pour son travail, se donnait corps et âme dans ses entraînements pour toujours se surpasser, en est venue à se négliger elle-même et, surtout, négliger de vivre, tout simplement, pour elle-même, en appréciant les jours qui passent pas seulement pour ses prouesses martiales mais bel et bien pour ce que la vie peut offrir. Calliope souhaite donc vivre et, de façon un peu trop optimiste, aimerait pouvoir le faire sans se soucier des menaces qui pèsent sur le monde et sur l’Humanité. À quelque part, il lui arrive presque de regretter d’être une Soulmates, simplement parce qu’elle n’a jamais pu profiter de la tranquillité d’esprit qu’amène l’ignorance. Elle souhaite donc vivre et apprécier de vivre, pour ne pas mourir bêtement avec ce sentiment de n’avoir jamais rien fait pour elle-même, ayant été élevée à faire ce que les autres pouvaient s’attendre d’elle.

Racontez un évènement marquant de la vie de votre personnage.

249. D’ordinaire, elle ne venait ici que deux fois par année. La première pour souligner l’anniversaire de la mort de son père et la seconde pour celle de sa mère. Nombreuses tombes s’étendaient sous son regard, certaines ayant été abîmées par les affres du temps, l’écriture s’étant effacée au fil des générations tandis que d’autres semblaient plus récentes, mieux entretenues aussi. Devant elle se trouvait les sépultures de tous les Coleone l’ayant précédé, des générations d’hommes et de femmes s’étant retrouvés au service du Brotherhood et qui avaient su se démarquer lors de leurs longues années de service.

D’ordinaire, elle n’aurait jamais dû mettre les pieds ici lors de cette chaude journée ensoleillée d’été. Or, il y avait ce poids dans sa poitrine, celui qui lui alourdissait le coeur, qui l’avait poussé à venir jusqu’ici et à se tenir face à la tombe de sa mère. Elle avait fait son deuil, il y avait de cela un peu plus d’un an. Cela n’avait pas été chose facile mais elle avait réussi à faire son deuil.

Elle se souvenait encore de cette soirée-là, cette soirée tranquille qui ne laissait rien présager du drame qui s’était pourtant déroulé bien des étages au-dessus de sa tête. Quelqu’un était venu toquer à sa porte, un collègue qu’elle avait eu le loisir de côtoyer au fil des dernières années. Un homme à l’air grave qui était resté silencieux quelques instants, semblant de plus en plus hésitant sous le regard appuyé et insistant de la demoiselle.

Puis il avait lâché la bombe.

Sa mère, cette femme qui avait été son modèle toutes ces années, celle qui avait fait d’elle ce qu’elle était désormais, venait de périr aux mains d’Hollows. Elle se souvenait encore de la détresse qui l’avait secoué, à ce moment exacte, des larmes qui avaient commencé à rouler sur ses joues sans même qu’elle puisse les contrôler. Elle se souvenait avoir refermée la porte, sans dire un mot, chassant ainsi de sa vision le porteur de mauvaises nouvelles. Elle se souvenait avoir tenté de le nier, essayer de se convaincre que ce n’était pas vrai, qu’il mentait.

Ça ne pouvait pas être vrai.
Sa mère ne pouvait pas être morte.

Elle était restée ainsi immobile, de longues minutes, à fixer cette porte qu’elle venait de refermer. Une voix s’était élevée dans l’appartement, celle de cet homme qui partageait son quotidien. Ce fut sûrement un mélange de curiosité et d’inquiétude qui l’avait poussé à quitter son siège confortable pour venir la rejoindre. Elle qui était toujours aussi immobile, comme si son cerveau refusait d’assimiler l’information qu’elle venait de recevoir. Il s’était approché d’elle, désormais plus inquiet qu’autre chose. Il avait posé une main contre sa joue, essuyant les larmes qui maculaient sa peau, s’interrogeant sur ce qu’il venait de se passer. Pourquoi pleurait-elle ? Qui était venu toquer à leur porte ? Des questions qui n’eurent comme réponse que le silence. Un silence pesant. Un silence lourd.

Un silence de mort.

Alors qu’il tirait sur son bras pour l’amener vers lui, posant une main derrière sa tête et emmêlant ses doigts dans ses cheveux, elle avait éclaté en sanglot. Calliope avait toujours semblé être une femme froide, aussi distante avec les autres qu’avec ses propres émotions. Pleurer n’était pas quelque chose de commun, chez elle. Il s’agissait même de quelque chose d’assez rare, elle qui se refusait de se montrer vulnérable. Ou, tout du moins, elle refusait que quiconque la voit ainsi, sauf celui qui l’avait délicatement pris dans ses bras, cherchant à lui offrir du soutien alors qu’il ignorait encore tout de ce qu’il se passait. Ce ne fut qu’après d’autres longues minutes qu’elle put répondre à ses questions, prononçant ces paroles qu’elle ne parvenait pas réellement à croire. La mort de Francesca Corleone, cette femme qu’elle avait considéré toute sa vie comme une héroïne. Son héroïne.

Les jours suivant avaient été difficiles, les semaines aussi. Or, peu à peu, elle avait fait son deuil, sachant que rien qu’elle pouvait faire la ramènerait et ce n’était pas en broyant du noir et pleurant son départ que les choses allaient aller mieux. Elle avait donc passé les temps suivant à presque se noyer dans le travail, ne serait-ce que pour s’occuper l’esprit et rester active. Déjà était-elle déjà une acharnée du travail, mettant ce dernier en priorité devant bien des choses dans sa vie, les choses s’étaient légèrement empirés à ce moment-ci de sa vie. Lorsqu’elle n’était pas sur le terrain, elle était dans les salles d’entraînement. Et, lorsqu’elle n’était pas dans les salles d’entraînement, elle avait la tête dans les papiers, nombreux rapports, qu’il s’agisse des siens ou ceux des autres qu’elle lisait pour toujours en apprendre plus sur ce qu’il se passait à la surface de leur monde. C’est à cette période là de sa vie où elle s’est retrouvée à développer la Coalescence de son fullbring.

C’était un peu sa façon à elle de faire honneur à sa mère et à son nom. Parce que toutes celles qui l’avaient précédé avaient eu un potentiel similaire, qui prenait naissance dans ces gants qu’elle avait obtenu bien des années plus tôt. Elle était déjà passée par-là, par le passé, lorsque qu’était venu le temps de permettre à sa Doll de déployer une puissance qu’elle n’avait encore jamais vu. Elle se souvenait encore très bien du combat qu’elle avait mené aux côtés de son alliée, celui qui lui avait permis d’atteindre son plein potentiel en les liant à jamais à cette puissance. Elle y était donc retournée, cette fois-ci avec un objectif aussi similaire que différent, sa motivation n’était plus la même. Cette fois-ci, elle suivait les traces de celles dont elle portait le nom, souhaitant rendre fière celle qui était partie trop tôt.

Face au Gatekeeper, elle avait libéré cette puissance qu’elle savait posséder, réussissant ainsi à libérer sa Coalescence, ses gants se transformant en armure, venant ainsi recouvrir son frêle corps d’une protection accessoire. Sa plus grande surprise fut sûrement la disparition de sa sombre chevelure qu’elle avait toujours arboré, cette dernière désormais bien plus pâle, venant ainsi encadrer son joli minois de mèches blondes. Cette deuxième rencontre se termina de la même façon que la première, à savoir que cette puissance qu’elle venait de déployer, celle qui s’était emparée de tout son corps pour l’amener à exploiter son potentiel d’une façon complètement différente que ce qu’elle était parvenue à faire jusqu’à maintenant, était désormais sienne. Ce fut sa façon à elle d’accepter les derniers événements, de faire la paix avec elle-même et le départ de cette femme qui avait eu une grande importance dans sa vie.


Tuer n’avait jamais été quelque chose qui la dérangeait. Cela faisait parti de son travail. Quelque chose qu’elle se devait de faire. De ce fait, cela ne lui faisait ni chaud ni froid. Elle n’y prenait pas plaisir, or, elle ne cherchait pas non plus à s’y soustraire. C’était ce qu’on s’attendait d’elle, de protéger les humains, de protéger ce monde qui était le sien, tout comme de s’opposer à la présence de ceux qui n’avaient rien à y faire. Depuis le temps, ses mains s’étaient recouvertes du sang de ses victimes sans que cela ne vienne lui peser, au quotidien. C’était dans l’ordre des choses, tout simplement. Et, pourtant… Il y avait ce poids qu’elle n’arrivait pas à chasser, celui qui venait faire pression sur sa poitrine et l’empêchait de respirer.

Pour la première fois de sa vie, la culpabilité venait faire son chemin dans son esprit, s’insinuant dans ses pensées, perturbant ainsi ses nuits et, plus globalement, son quotidien. Il y avait ce sang qu’elle n’arrivait pas à nettoyer, celui qui ne maculait pas que ses mains du bourreau qui se chargeait simplement de faire respecter l’ordre. Pour la première fois de sa vie, elle avait dû faire face à quelqu’un qu’elle n’avait pas eu envie d’affronter, aussi différente cette personne pouvait-elle être de celle qu’elle avait connu.

C’était une journée de routine pour le duo, qui parcourait la cité d’Ark pour s’assurer qu’aucune menace ne vienne perturber le quotidien des humains, ces êtres ignorants qui se contentaient de vivre leur petite vie tranquille. Pouvait-elle leur en vouloir ? Après tout, même s’ils savaient… Que pourraient-ils faire, exactement ? Ils étaient, pour la majorité, d’une fragilité presque risible, alors, au final, c’était peut-être mieux aussi de ne pas effrayer la masse, de ne pas provoquer une vague de panique qui en résulterait sans doute à un chaos non désiré. Elle semblait distraite, ce qui était assez surprenant, venant d’elle. Après tout, elle était celle qui ne relâchait jamais son attention, celle qui imposait ce sérieux à son partenaire, ce qui n’était jamais très concluant, et ce, malgré toutes ces années où elle s’y était essayée. Or, elle avait un mauvais pressentiment. Quelque chose la dérangeait, sans qu’elle ne sache trop se l’expliquer.

- Quelque chose t’embête, toi.

Sursautant légèrement, elle dirigea son regard vers l’homme qui se trouvait à ses côtés, celui qui était bien plus qu’un simple coéquipier.

- Non, non, ce n’est rien.

Demoiselle rationnelle, elle ne souhaitait pas donner de l’importance à ce sentiment dérangeant qu’elle ressentait, convaincue qu’elle se faisait des idées. Elle esquissa un sourire, comme pour le rassurant, proposant qu’ils se déplacent, que la zone où ils se trouvaient semblait tranquille. S’étirant légèrement avant de prendre une nouvelle direction, elle perçut un mouvement du coin de l’oeil. Une forme sombre qui semblait se manifester. Elle eut tout juste le temps de sauter hors de portée de l’attaque qui se dirigeait droit vers elle avant que cette dernière ne s’écrase sur le sol. Aucun doute possible, c’était un Hollow qui, semblerait-il, avait sans doute été attiré par l’énergie qui se dégageait des deux jeunes gens, décidant ainsi de s’en prendre à eux.

Or, face à son adversaire, elle ne parvenait pas à chasser cette désagréable sensation, ce pressentiment qui ne la quittait pas. Même que son malaise semblait plus présent encore, comme s’il y avait quelque chose qu’elle se devait de comprendre, comme si…

Comme si elle devait reconnaître le Hollow qui se tenait devant elle.

Prise au dépourvu, elle resta immobile, fixant celle qui avait perdu la raison. C’était bien la première fois qu’elle laissait ses émotions avoir raison d’elle, elle qui avait toujours fait preuve de diligence, ne supportant pas le travail mal fait. Ce fut son inaction qui manqua de lui coûter beaucoup tandis qu’elle était balayée par le monstre, étant ainsi projetée quelques mètres plus loin avant de s’écraser lourdement au sol. Son souffle se bloqua dans sa poitrine, l’impact contre son dos n’ayant pas été sans douleur. Ce fut cependant suffisant pour la sortir de sa torpeur, ne pouvant pas laisser Ragnar faire tout le travail et affronter seul le Hollow, quand bien même serait-il sûrement en mesure de le faire. Elle le savait compétent tout comme elle avait une confiance totale en lui et ses capacités.

Seulement, une partie d’elle avait cette impression qu’il s’agissait de son combat. Cet adversaire, elle le connaissait sûrement mieux que quiconque. Il y avait chez cet Hollow quelque chose qu’elle ne pouvait ignorer, une présence qu’elle sentait au travers l’énergie qu’il dégageait. Si elle avait eu espoir que sa mère soit accompagnée jusqu’au Soul Society où elle aurait pu rejoindre son mari décédé bien des années plus tôt, force était de constater que ce n’avait pas été le cas.


C’était peut-être pour cette raison qu’elle avait ressenti le besoin de rendre visite à la tombe de sa mère. Si elle avait fait son deuil, il y avait de cela un peu plus d’un an, elle avait cette cruelle sensation de devoir le faire à nouveau. Comme si elle était morte une seconde fois et qu’elle se devait donc de lui dire au revoir. À la différence que, cette fois-ci… Elle avait été celle à lui porter le coup fatal. Malgré tout ce que la raison pouvait lui dire, elle ne pouvait s’empêcher d’avoir cette horrible sensation que son sang était désormais aussi sur ses mains.

Ce n’était pas elle qu’elle essayait de se dire.
Ce n’était plus elle-même qu’elle se rassurait.

Et, pourtant, ce Reiryoku qu’elle avait ressenti, celui qui s’était effacé lorsqu’elle avait remporté l’affrontement, ce ne pouvait être celui de personne d’autre qu’elle.

Elle avait pleuré, une fois son devoir accompli. Elle avait pleuré la mort de cet Hollow, celle dont elle était responsable. Elle avait tout expliquer à Ragnar, difficilement, la gorge serrée, ne pouvant s’empêcher de se sentir idiote face à cette réaction qu’elle avait. Elle venait simplement d’accomplir ce qui était demandé d’elle. Elle venait simplement de faire ce qu’elle faisait quotidiennement. Elle avait écouté les ordres. Elle avait fait ce qui était attendu d’elle. Et, pourtant, cette fois-ci, le devoir lui laissait un arrière-goût amer dans le fond de la gorge, un sentiment désagréable qu’elle ne parviendrait pas à chasser de si tôt.

Aussi distante pouvait-elle être de ses propres émotions, considérant ces dernières futiles dans l’exercice de ses fonctions, elle restait une femme comme une autre, avec ses doutes et ses peurs, possédant aussi cette vulnérabilité qu’elle gardait loin du regard d’autrui. Il lui aurait été tout simplement impossible de dire que cet événement ne lui avait pas fait du mal, quand bien même savait-elle qu’elle avait fait ce qu’elle devait faire.


Un soupire s’échappa de ses lèvres tandis qu’elle se décida à tourner dos à la tombe pour quitter l’endroit. Il ne servait à rien de ressasser le passé. Quand bien même se torturait-elle en s’imaginant comment les choses auraient pu se passer, si elle avait agit différemment, au final, elle ne pouvait pas changer ce qui avait été fait. Elle ne pouvait que vivre avec ses propres actions et les conséquences de ces dernières, tout comme avec ce poids qui prendrait sûrement un certain temps avant de s’alléger. Silencieuse, elle revint auprès de celui qui l’avait attendu un peu plus loin, tendant la main pour attraper la sienne, se rapprochant de lui pour qu’il la prenne dans ses bras, venant appuyer sa tête contre son torse, trouvant un certain réconfort dans les battements de son coeur.

Tout comme elle trouvait réconfort dans le fait de savoir qu’elle ne serait pas seule à porter ce poids qui lui pesait.

ALTER EGO
Répondez si vous le souhaitez aux questions de ce formulaire vous concernant. Si les champs Réincarnation et Double-Compte ne sont pas complétés, nous les considèrerons comme nuls.

Votre pseudo ? Welzy
Votre âge ? 22 ans
Origine de votre avatar ? Rin Tohsaka, série fate
Sur quel appareil jouez-vous ? Mon fidèle PC, PS4 et nouvellement Switch
Comment avez-vous connu le forum ? Ragnar S. Lodbrok
Avez-vous un parrain ? Celui cité ci-dessus
Est-ce une Réincarnation ? Non
Est-ce un Double-Compte ? Non
Connaissez-vous l'univers de Bleach ? Absolument pas
Est-ce votre premier forum RPG ? Non
Une allergie particulière ? Ananas
Q.L.F. ? W.I.T. ?
Autre chose à ajouter ?
Rang : A
Grade : Soulmate
Avatar : Rin Tohsaka
Messages : 135
Expérience : 609
Reiryoku : 56000
Date d'inscription : 31/03/2019
Voir le profil de l'utilisateur
Calliope Corleone
Mer 3 Avr - 1:25
Un double post pour signifier que j'ai terminé ! Merci o/
Alignement : Chaotique Mauvais
Rang : C
Grade : Sicario, Ordalias
Avatar : Boros, OPM
Messages : 130
Expérience : 0
Reiryoku : 12000
Date d'inscription : 05/11/2018
Voir le profil de l'utilisateur
Barzaq
Mer 3 Avr - 15:55
Une présentation intéressante qui suit parfaitement les précèptes de Brotherhood. Mention spéciale pour la maman qui devient Hollow et Calliope qui s’effondre (Les Hollows c’est la vie). Bien que longue, la fiche est assez aérée pour ne pas que ça devienne un calvaire. Hâte de voir l’antique lignée Corleone en action.

Félicitations !
Il semblerait que vous ayez été validée Soulmate de Rang A.

Entre une fille fragile émotionnellement et une mafieuse fullbringeuse, il n’y a qu’un pas ! Tes accès te seront accordés sous peu et ta Fiche Technique sera générée dès que possible. Tu peux - en attendant - commencer par te rendre dans la Gestion du personnage afin de commencer ton carnet de bord mais aussi poster une demande de RP (si jamais tu n'as pas d'amis).

Bon courage !
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum

 :: Premiers Pas :: Présentation :: Validées
Calliope Corleone - Terminée

Sauter vers: